Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
La Fin de Mara

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> Morya/ hiérarchiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 2 Mar 2009 - 14:30    Sujet du message: La Fin de Mara Répondre en citant

« le: 1er mars 2009 à 22:49 »


 
La Fin de Mara
Extrait du journal d’un visiteur occasionnel de la planète Terre





De bien au-delà des rivages du temps et de l’espace je m’éloignais paisiblement du coeur de la Vie. De bien au-delà de la perception humaine, depuis un lieu de clarté silencieuse où vision et connaissance ne font qu’un, je descendis vers le globe blafard de la planète Terre, où je contemplai un monde assombri et répugnant. La Terre m’apparut comme un sarcophage scellé où une vie avilie et coupée de l’harmonie universelle est emprisonnée par l’erreur perpétuée de l’humanité.

Alors que je m’en approchais, je vis que ce monde était entouré par une sphère formée par un enchevêtrement de matière ténébreuse qui se convulsait et bouillonnait comme de l’huile sale à la surface de l’eau. Alors que je me rapprochai encore plus et pénétrai dans son atmosphère, l’aura de la planète devint de plus en plus toxique et étouffante alors que des fumées nocives émanaient d’elle comme d’un égout putride. Le bruit psychique provenant de la masse des êtres humains me révéla alors que la Terre était devenue une chambre de torture dans laquelle des milliards d’âmes souffrantes luttaient présentement pour respirer. Les innombrables esprits dysfonctionnels séparés des hommes et des fantômes habitant la Terre ainsi que toutes les pensées, désirs et peurs enfermés dans ce tombeau de disharmonie, étaient congelés en un épais et sombre linceul qui encerclait la Terre, étouffant en elle la vie.
 
De l’intérieur de la densité de cette sphère obscurcie, je contemplai Mara, le Malin, s’affairant avec diligence depuis sa cache, envoyant ses troupes depuis les plans subtils de cette planète mourante avec à la fois une remarquable ingéniosité et les airs implacables d’un prédateur vorace.
 
Je contemplai comme l’humanité est menée par le dieu de la mort et la déesse des mensonges. Je vis comme l’homme est perpétuellement tyrannisé par une intelligence impure, dénuée de toute vraie lumière, une intelligence qui s’est nourrie des pensées, des émotions et de la force vitale de la race humaine sur Terre depuis des temps immémoriaux et je vis comme Mara, le Malin, avait piégé toute l’humanité dans son tissu de mensonge et de corruption. Je compris clairement que toutes les âmes sont expédiées dans une sombre cellule quand elles naissent sur Terre, et je vis toutes les manières par lesquelles Mara se met aussitôt à l’œuvre pour s’acharner sur elles avec la détermination de renforcer leur esclavage et leur faiblesse.
 
Je fus horrifié en voyant ce qui m’était révélé alors que je me rapprochais de la Terre, et bien que mon âme recula d’horreur en voyant le grand crime commis contre la race humaine qui dans sa grande majorité n’avait absolument aucune conscience de l’insidieuse calamité perpétrée contre elle, je décidai de poursuivre mon périple dans les ténèbres de ce monde afin de voir plus en détail la cause et la nature de cette situation difficile et oh combien dangereuse qui terrorisait l’humanité.
 
J’étais déterminé à ne pas perdre mon sens de la perspective alors que je forais dans l’épaisseur de ce monde, afin de m’incarner sur la Terre physique. Je savais qu’il était vital pour moi de conserver la mémoire spirituelle que j’avais de l’existence harmonieuse et dispensatrice de vie que j’avais quittée volontairement avant de naître dans un corps physique aussi extrêmement limité au sein d’un environnement si froid et si dur. Ce fut ce souvenir qui m’empêcha de n’avoir pas le moindre regret quand ma conscience se vit propulsée dans ce lourd et  épais véhicule humain fait de chair, de sang et d’os.

 
 
*          *            *

 

Un ressouvenance consciente de la vie en-dehors de cette dense planète prison déchue permet à ma vision de percer la fange des déformations et des machinations du plan fourbe de Mara. A travers le voile de ce vêtement biologique qui recouvre ma conscience, je peux voir Mara avec une clarté que la plupart ne peuvent pas.. ou ne veulent pas avoir.
 
Et si je devais parler directement à Mara, à cette personnification collective du mal intelligent, voici ce que je dirais :
 
« Je te vois, Mara, entourant la Terre de ton filet de matière sombre, ricanant à la vue de la cacophonie et la confusion qui s’élève des milliards d’esprits séparés et non intégrés des hommes que tu domines. Encourageant des vibrations disharmonieuses telles l’anxiété, la peur et la culpabilité et toutes les autres déformations de la conscience, je te vois Mara, dieu tyrannique qui emprisonne la Terre alors que tu envoies tes sous-fifres promouvoir tes plans funestes.
 
Je vois ta cupidité et ton égoïsme, Mara, cachés derrière la façade lisse et acceptable de la bonne conduite sociale et la bienséance bien établie que tu cultives dans l’humain afin de mieux cacher ton abominable vocation.
 
Je vois comme tu inocules goutte à goutte la force ténébreuse, invisible aux yeux du monde, dont tu es l’instigateur de dessous la vie, des yeux que tu as toi-même rendus aveugles par des mensonges interminables afin de rester caché dans l’ombre.
 
Je te vois, Mara. Je vois que tu ne t’intéresses qu’à toi et ne veux que ce que tu veux, peu importe la raison ou le résultat. Dans des cortèges interminables de désirs sans satisfaction durable, c’est là que tu demeures.
 
Et je t’entends, Mara. Pour mon oreille tu as le bruit d’une vieille machine usée qui ne cesse de vrombir en bruit de fond et martèle mécaniquement son plan caché pour la race des hommes, les rendant fous au cours des millénaires et donnant naissance à un extrême lusus naturae d’une vie qui se multiplie dans chaque coin obscur et abandonné, consommant la vie comme une bête vorace, n’offrant rien en retour si ce n’est la séparation et le désespoir. J’entends tes cris horribles qui ne cessent de résonner en sourdine derrière les sons audibles de ce monde, cacophonie subtile mais omniprésente qui promeut la souffrance. J’entends comme tu assommes de tes rythmes hypnotiques les âmes des hommes, les conduisant dans des niveaux toujours plus profonds de sommeil et d’ignorance.
 
Mais Mara, tu es démasqué. Je peux te voir. Je peux voir ton œuvre dans les rangées de cellules de prison que les gens appellent leurs foyers, rue après rue, bloc après bloc, empilés les uns sur les autres aussi loin que les yeux peuvent voir. J’observe ton joug tyrannique sur l’humanité alors que tu forces les gens à travailler dans des emplois qu’ils détestent et dans lesquels ils souffrent, uniquement pour alimenter et maintenir ta machine infernale. Je vois le regard fixe sur ton visage tortueux percer à travers les médias du monde et tes panneaux publicitaires. J’entends tes mensonges quand tu assures aux gens que la vie sera meilleure s’ils achètent et utilisent tes produits et mangent tes fruits amers, encourageant sans arrêt la cupidité, le désir et l’égoïsme afin de « réussir » dans ton monde.
 
Tu incites les gouvernements du monde, les leaders et leurs peuples à des peurs et guerres irrationnelles. Tu vis en eux comme un virus qui a contaminé leurs esprits et leurs âmes, transformant leurs cœurs en pierre, engendrant des maladies, les séparant de leur Créateur, et faisant d’eux une sombre parodie d’eux-mêmes, pour qu’ils deviennent des esclaves et grossissent les rangs d’âmes damnées de ton armée.
 
Je vois partout ton empreinte, Mara, quand je contemple ce monde décadent. Je vois tout ce que tu caches à l’homme. Je te vois dans les yeux de ceux qui accomplissent inconsciemment ton plan grandiose, motivés par tes passions ancestrales et suppurantes.
 
Par delà les fausses apparences de ce monde je te vois, même si tu restes caché aux yeux détournés de la plupart des gens qui n’osent pas regarder ce qu’ils ont eux-mêmes créé et qu’ils alimentent sans cesse dans leur déni et dans leur peur.
 
C’est l’erreur perpétrée depuis très longtemps de l’homme qui t’a fait naître, Mara, et en retour tu l’as initié durant mainte sombre ère pour qu’il serve tes appétits corrompus et égotiques. Tu es la bête qui a établi son camp sur les rivages de la création, celle qui contamine l’esprit de la vie partout où elle cherche à s’exprimer, empêchant la véritable nature de l’homme de se manifester et lui interdisant de se relever des miasmes de la dégradation. Tu encourages au contraire ta propre nature déchue à grandir en lui tel un cancer. Ainsi il devient une partie de ta vie, une vie qui n’a pas de place sous la loi de Dieu.
 
Ceux qui te suivent, Mara sont perdus et aveugles. Tu es le déchu, né de l’impureté, maintenant parvenu à l’apogée de ton pouvoir, à la veille où l’homme parvient au comble de la détresse.
 
Je te plains, Mara. Tu es ce que tu n’aurais jamais dû être. C’est la stupidité des caprices de l’homme qui t’a fait naître, tu vis dans la nature inférieure de l’homme, et à travers ses passions, ses désirs et son ignorance, tu te prêtes à toute sorte d’expression diabolique. Tu es le carburant qui alimente tous les mensonges et qui brûle dans tant d’âmes. C’est ton destin, Mara, de mourir seul. N’ayant jamais connu l’Amour de Dieu, tu seras abandonné par toute vie à ta fin inévitable et irréversible.

 
 
*          *            *

 

Même si tu fais semblant d’être l’architecte de la vie, tu es le dieu de la mort et de tous les malheurs. Même si tu fais semblant d’illuminer la vie, ta lumière est illusoire, fausse, froide et vide. Et je vois maintenant pourquoi tu te terres dans l’obscurité : tu as peur, car les jours de ton règne sur Terre sont maintenant comptés; ta fin est proche. J’ai vu ce jour approcher, Mara et je vois pourquoi tu deviens maintenant si désespéré. C’est parce que toi aussi tu vois ce jour prochain. Tu jettes des malédictions sur ceux qui te voient, ceux qui aiment la Vérité de Dieu, parce que leur vision juste annonce la fin de ton autorité insidieuse.
 
Relativement peu sont conscients de toi, Mara, mais ceux qui voient loin dans l’avenir peuvent voir, car leurs yeux s’ouvrent maintenant partout au sein de tes terres. Beaucoup encore ne soupçonnent pas la présence de ton spectre ténébreux en eux, couvrant de son ombre leur moindre pensée et désir. Mais l’avant-garde de la nouvelle race humaine te voit, Mara. Nous voyons la bête que tu es. Nous observons comme la troupe de démons d’âmes damnées s’imprime incessamment sur le cœur et l’esprit humain de sorte que chaque homme puisse être compté parmi ton armée ténébreuse qui maintenant s’amasse pour la bataille finale.
 
L’horloge bat ses coups silencieusement mais sûrement vers ton sort funeste, Mara, et ta fin est proche. Les sables dans ton sablier s’épuisent, de même que les fondements de ta tromperie qui tel un édifice pourri tombant en ruine, érigé sur les souffrances de la vie, n’est plus capable de se maintenir debout sous son propre poids.
 
Ceux qui sont vrais, ceux qui sont au service de Dieu, se préparent à te faire face pour la bataille finale pour la Terre et l’âme de la race humaine. Ils ont marché dans les vallées de la mort, ils ont vu les yeux vides et sans âme de tes multitudes d’esclaves. Ils ont observé ceux qui te sont asservis se gaver de tes mensonges alors qu’ils s’attardent dans l’obscurité, essayant d’échapper au nouveau soleil levant et se préparant pour un dernier effort de résistance, avant d’être emportés pour toujours dans les flots torrentiels des changements à venir.
 
Lentement, Mara, ton armée est contrainte à la retraite, jusqu’à se heurter aux murs mêmes de ton propre royaume ténébreux avec chaque nouveau rayon de lumière véritable qui brille dans ce monde. La grande illumination divine approche maintenant, en provenance de bien au-delà de ce monde. A présent arrive un rayonnement qui percera les voiles de ton mensonge, et ce faisant, la Terre sera ramenée de l’état d’un monde de mort à un Eden prospère.
 
En ces derniers jours, beaucoup observeront comme l’odeur pestilentielle de la mort sera aseptisée par un nouveau et plus doux parfum, porté par la brise de la nouvelle vie qui entre. Cet air propre et pur passe majestueusement au-dessus des terres comme un nouveau vêtement brillant autour du monde, purgeant l’atmosphère fétide de ton tombeau pourrissant.
 
Où courras-tu quand la lumière de ce nouveau jour dispersera ton ombre avec le rayonnement glorieux d’un soleil divin ? Penses-tu que tu puisses échapper à la lumière en retournant tranquillement dans les enfers d’où tu es venu ? Je te le dis, non, tu ne peux pas. Ton armée n’a aucune chance, Mara, car derrière chaque rayon de lumière de soleil levant marche un soldat de Dieu apportant vision et pouvoir, chacun ayant endossé une armure resplendissante forgée dans la plus pure vérité et sagesse. Chacun est armé d’un bouclier et d’une épée qui pulse avec le rayonnement de l’éternité, tous deux forgés depuis les profondeurs insondables du pur amour.
 
Le Grand Jour est maintenant très proche quand partout où un tel serviteur de la Divinité s’éveillera dans ta sphère assombrie, la vie répondra en explosion de croissance et d’opportunité nouvelle. Car ce sont eux les justes, eux qui ont enduré et surmonté et ainsi gagné une place dans les rangs de l’armée de Dieu, pour servir d’ouvreurs à la nouvelle ère. Aucun cheveu sur leur tête ne sera abîmé, car ils avanceront d’un pied ferme, vrai et soutenu par la puissance de la Justice divine.

 
 
*          *            *

 

La lumière qui va bientôt être insufflée dans ton monde déchu, Mara, apparaîtra d’abord comme de nombreux rayons dorés, de splendides faisceaux dirigeant et diffusant la Lumière divine, alors qu’elle se déversera à travers les cœurs de tous ceux qui sont vrais, en attendant la révélation éclatante de la Vérité elle-même dans le monde entier. Tu trouveras la lumière de la Vérité terriblement destructrice puisqu’elle mettra fin à ta culture diabolique alors qu’elle pénètrera dans les coins ensevelis de chaque cœur assombri et brillera de derrière chaque pierraille au sein de l’esprit des hommes.
 
La force émise à travers les serviteurs de la Justice est comme une grande vague qui approche des rivages de la vie. Car derrière les cœurs purs de ces âmes dévouées, il y a l’Aurore du Christ, et ton armée, Mara, est comme le sable que les vents dispersent dans tous les sens. Cette lumière va aveugler et comprimer tout ce qui est faux, mettant fin à la folie aveugle de l’humanité en un seul coup résolu de justice. Cette justice œuvre à travers ceux qui sont dévoués à servir la Vérité, ceux qui ont abandonné toute volonté personnelle, pour que la Vie elle-même parle à travers leurs cœurs, pour qu’elle clarifie leurs esprits et travaille à travers leurs mains.
 
Contrairement à ton armée d’âmes damnées, Mara, les légionnaires de Dieu ne saignent et ne pleurent pas pour eux-mêmes sur le champ de bataille de la vie, car ils sont fortifiés par la Réalité et la Vérité, et non motivés par des illusions et des mensonges. Ils apportent la nouvelle aurore ; ce sont les précurseurs du nouveau monde et les destructeurs de l’ancien. Ils se tiennent dans les rangs des 144'000 qui portent dans leur cœur le nouveau chant pour l’ère du Verseau. Et de même que les sommets les plus élevés d’une chaîne de montagnes se dressent clairement au-dessus d’une mer de nuages, ils verront, sauront et se reconnaîtront les uns les autres, car ils sont reliés par le lien commun du but sous-jacent qui les unit.
 
Je te plains, Mara, car tu trembles déjà maintenant à la pensée de la lumière qui approche et dont la victoire - tu le sais bien - est inévitable. L’idée même menace les fondements du monde illusoire sur lequel tu a régné depuis bien trop longtemps. Mais ceci est la fin de ton règne, Mara, la conclusion finale de ta tromperie perpétrée depuis longtemps, et il te reste de moins en moins d’endroits dans les champs obscurs de ce royaume pour te cacher, alors que le portail conduisant à la vraie Vie s’ouvre toujours plus grand et que la lumière se déverse.
 
Tandis que ton armée damnée se nourrit de la mort et du désir humain, l’armée de la lumière se prépare silencieusement et clandestinement, alimentée par le flot de vie de Dieu, dont rien ne peut troubler la source au sein même du Royaume divin.
 
Ce qui arrive à ce monde, doit arriver – il n’y a pas d’alternative. La loi sera accomplie et tout ce qui est dans l’erreur devra disparaître. Ainsi, la Terre et son humanité seront une fois de plus alignées sur la Justice universelle et un But divin.
 
Sans qu’on y prenne garde le temps passe, alors que le jugement final approche. Que celui qui a des yeux pour voir décide maintenant où il se tiendra quand arrivera la grande transition, afin qu’il puisse accueillir le nouvel âge dans la joie et non dans le chagrin.
 
Le vaste écheveau emmêlé de tes tromperies et illusions, Mara, ton ignorance et tes mensonges, ton égoïsme et ta cupidité, tes exigences, tes besoins et désirs intéressés, toute la souffrance, la détresse, la douleur et les conflits issus de tes objectifs sinistres et malfaisants, chaque déformation et chaque maladie que tu as  façonnée sur l’humanité et sur cette Terre – sont sur le point d’être brûlées et ainsi expulsées de ce monde.
 
Au travers des réceptacles purifiés de ceux qui se sont consacrés à Dieu, à devenir de clairs instruments dans la main de la Divinité, au travers des cœurs dévoués de ces serviteurs de la Vérité ayant la vision juste des choses, la force de la Volonté de Dieu sera déversée pour purger les scories, les impuretés et toutes les malignités et atrocités que tu as commises dans ce monde.
 
Mara, la fin de ton long règne de terreur approche de plus en plus. Ceux dont la vision s’est clarifiée à travers leur service dévoué à la Vérité ont percé la vaste toile emmêlée des mensonges que tu as tissée pour entoiler l’âme de l’humanité sur cette planète. Ta disparition imminente et le nouveau monde qui émergera et s’élèvera hors des cendres de ton bûcher funéraire ont été depuis longtemps vus et prédits par les visionnaires.
 
Quand cette transition prophétisée depuis bien longtemps aura lieu, quand ce monde sera né à nouveau, il n’aura plus l’aspect d’une sombre sphère de mort, car il sera porteur d’une nouvelle lumière, rayonnante et pleine de vie.
 
Quand enfin la Terre sera libérée, au moment où les voiles de l’illusion seront finalement déchirées, elle se remettra une fois de plus à chanter à l’unisson, se joignant au chant universel et uni de la Vie, étant redevenue comme au temps de sa gloire précédente un lieu d’où les âmes peuvent accéder à une conscience supérieure et à la réalisation spirituelle, débarrassées des illusions de la séparation, de la souffrance et de la peur, et élevées par l’inspiration de l’unité et du pur amour du Divin.
 
C’est la fin pour toi, Mara, et le terminus de ta loi diabolique qui annonce le grand nouveau Commencement.
 
Le Feu Sacré du Christ brûlera complètement toutes les illusions que tu as façonnées et il nous délivrera de ton mal par la Grande Révélation de tous les âges, celle qui fut promise depuis bien longtemps et qui apportera la libération.

Le Mystère de la Passion de l'Ere du Verseau
 
http://www.thenewcall.org/fr/la_fin2.htm


nota: à lire avec discernement.

damejane

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 2 Mar 2009 - 14:30    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 2 Mar 2009 - 14:31    Sujet du message: La Fin de Mara Répondre en citant

« Répondre #1 le: Aujourd'hui à 10:26 »

"Le temps du Menteur est fini.
Ce qu'il a voulu - la puissance
qui lui avait été donné - lui sera reprise.
Il l'a voulu pour lui-même
et il a tout couvert de mensonge.
Mais ce qui était caché est proclamé au grand jour,
et la puissance lui est reprise.
Le mensonge se meurt, ses jours sont comptés.
 C'est LUI qui a dit: ASSEZ!
La fin est le commencement.
Les démons deviennent à nouveau des Anges.
Écoutez bien! Tout cela, tout ce qui a été annoncé,
SE PASSE EN VOUS-MÊME,
... EN VOUS-MÊME.
 (...)..."
("Dialogues avec l'Ange" entretien 60, fragment)
Nota: à lire avec confiance!!!
Fraternelle joie!
Lanou

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 13 Mar 2009 - 11:54    Sujet du message: La Fin de Mara Répondre en citant

« Répondre #2 le: 02 Mars 2009 à 14:33: »

Je ne sais que dire...
J'en oublie même de vous saluer Tous et Toutes, (alors je le fais maintenant)

Un tourbillon m'a emporté dans ce texte,
Mon cœur "me fait mal",
J'ai vu ... une nouvelle foi(s)


Citation:
Je te plains, Mara. Tu es ce que tu n’aurais jamais dû être

Pauvre Mara, puisses-tu trouver au bout l'Amour car tu as beaucoup porté sur tes seules épaules ...
Puisse le Père t'aimer tout de même ...
Puisse ta solitude prendre fin rapidement ...


Quand au reste, beaucoup a été dit dans ce texte posté par DameJane.


Que la Paix soit avec tous les êtres,
Je vous Aime,


Amicalement et Tout en Douceur,
Felynx Belgaryon,



ps: merci DameJane pour ces 2 lectures (avec Jaïna) qui m'ont "chamboulées" en quelques minutes

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 13 Mar 2009 - 11:55    Sujet du message: La Fin de Mara Répondre en citant

« Répondre #3 le: 02 Mars 2009 à 16:41: »



A toutes et à tous, un salut bien fraternel,

C'est effectivement un beau texte, chapeau bas à l'auteur.

Comme nous le savons, le mal n'est que le bien qui ne le sait pas encore, manquant de vision et étant illusionné.

Comme nous le savons l'illusion du mal n'est dû qu'au manque d'Amour que nous remplaçons par le pouvoir, la haine ou la luxure.

Comme nous le savons le froid de notre solitude est un manque d'amour et de compassion envers nos soeurs et frères.

Comme nous le savons ce que nous considérons comme injuste n'est qu'une juste rétribution d'une Loi Divine qui ne fait pas sentiments.

Comme nous le savons les sentiments ne sont que des coquilles vides, illusoires, de ressentis élevés qui nous apparaîssent comme miraculeux.

Comme nous le savons les miracles ne sont que les Lois Divines mises en pratique par, et uniquement par, "ceux qui savent".

Comme nous le savons tout ce que nous savons n'est qu'une goutte dans l'océan de la Vérité qui nous attend.

Comme nous le savons ce qui nous attend est en nous et attend notre bon vouloir pour pouvoir s'exprimer.

Comme nous le savons nous ne pourrons nous exprimer que lorsque nous aurons rempli les "manques" d'Amour et de Compassion des fossés de notre propre incurie.

Le Tout, empli de Son Aura les Univers, comment le mal pourrait-il exister?

Fraternellement.

Amilius..

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:29    Sujet du message: La Fin de Mara

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> Morya/ hiérarchiques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky