Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Moment privilégié pour réfléchir sur la Terre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> santé- et vie en société -> vie en société-écologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 02:03    Sujet du message: Moment privilégié pour réfléchir sur la Terre Répondre en citant

.
.

(SOS-planète) 

Moment privilégié pour réfléchir sur la Terre
De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)Envoyé :
mer. 30/04/08 12:13
À : damejane




Moment privilégié pour réfléchir sur la Terre

 
Jean-Marie Bergeron
 
Le Droit
 
Collaboration spéciale


 
 
Aujourd'hui, c'est son anniversaire. La Terre a 4,3 milliards d'années. Mais ne vous en faites pas, malgré cet âge vénérable, elle n'est pas si vieille que ça. À l'échelle humaine, elle aurait une quarantaine d'années. Elle n'est donc rendue qu'à la moitié de sa vie.
 
Tout de même, elle en a vu de toutes les couleurs depuis sa naissance. Dès la tendre enfance, elle fut heurtée par un gigantesque corps céleste, ce qui provoqua une collision d'une telle ampleur qu'une partie de sa matière se détacha pour former la Lune. Avec le temps, la planète se refroidit, une atmosphère se forma avec la protection accordée par une couche d'ozone et des molécules chimiques complexes permirent l'évolution de bactéries. La chimie de la planète se diversifia avec les produits métaboliques des premières formes de vie et il s'établit un équilibre entre la vapeur d'eau, l'azote, le gaz carbonique et le méthane pour préparer la succession des formes de vie que la paléontologie nous fait maintenant découvrir.
 

Plus de deux milliards d'espèces animales et végétales se succédèrent sur la Terre, chacune y laissant une contribution particulière dans la composition organique actuelle de la planète. Puis, naquit une nouvelle espèce dotée de propriétés différentes de toutes les autres. Cette nouvelle espèce sur deux pattes n'était pas la première à émerger, mais elle avait tout de même un plus gros cerveau que ses consoeurs, ce qui lui permit de se répandre dans tous les habitats terrestres.
 

L'espèce est très jeune, quelques centaines de milliers d'années tout au plus, alors que les espèces peuvent persister plusieurs millions d'années quand tout va bien. Elle doit partager la planète avec 50 ou 100 autres millions d'espèces selon les estimations des scientifiques. C'est la tâche difficile qu'elle doit apprendre à faire. Mais quand on est jeune, on est souvent plein de bonne volonté, sans que celle-ci garantisse tous les succès escomptés. Les très grandes qualités de l'espèce, associées à sa vie de groupe pour assurer sa nourriture et sa reproduction, devront évoluer pour permettre sa continuité. Sa forte pression sur les ressources en tant que prédateur doit s'orienter vers un meilleur partage entre tous pour stopper les conflits. Sa tendance à se cloisonner sur des surfaces territoriales doit s'amoindrir pour permettre aux groupes qui perdent leur territoire de s'établir ailleurs dans des habitats leur permettant de survivre. Sa façon de produire de nouvelles générations de descendants doit également être revue et corrigée car les ressources limitées de la planète ne peuvent pas entretenir un nombre illimité d'individus.
 

Fêter le Jour de la Terre, c'est aussi fêter le succès de cette espèce, de l'Humanité tout entière. Au cours du XXIe siècle, les humains sont appelés à réaliser de grandes choses. Ils établiront probablement des cités sous-marines, des colonies sur la Lune et sur Mars et qui sait, dans l'espace même, près de notre Soleil ou ailleurs. Mais il ne faut jamais oublier le lieu de nos origines et l'impact que l'on peut avoir comme espèce sur la planète. Il n'est peut-être pas sage de continuer à se développer comme on le fait présentement et de se retrouver du jour au lendemain 10 ou 12 milliards à vouloir se partager les douceurs de la Terre. Cette journée anniversaire est un moment privilégié pour regarder les accomplissements du passé, prendre des décisions pour corriger ce qui ne va pas dans le présent afin de préparer le plus brillant des avenirs.



Surtout, il ne faut jamais oublier une chose : les Humains sont les hôtes de la Terre, pas l'inverse. Deux milliards d'espèces éteintes en témoignent.
 
 

 
jbergeron@ledroit.com
 
http://www.cyberpresse.ca:80/article/20080423/CPACTUALITES/804220340/5164/C…
 

Bien à vous : damejane

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 02:03    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 21 Jan 2009 - 23:32    Sujet du message: Moment privilégié pour réfléchir sur la Terre Répondre en citant

« Répondre #1 le: 03 Janvier 2009 à 13:01: »
Moment privilégié pour réfléchir sur la Terre : J'ai mal à la planète‏


.

J'ai mal à la planète‏ 


De :  Terre sacrée (vivant12@wanadoo.fr
Envoyé : ven. 02/01/09 16:06
À :  damejane
 



Avec un peu de retard, de Byo : J'ai mal à la planète :  (...) J'ose l'expression : j'ai comme une sorte de trouble existentiel. 
Je devine un 'Quelqu'un' qui va bientôt siffler la fin de la récréation des peuples du monde.
Alors, je me tourne vers un homme de cent ans aujourd'hui en rappelant quelques uns de ses propos.
 

Claude Lévi-Strauss.   «Ce que je constate: ce sont les ravages actuels ; c'est la disparition effrayante des espèces vivantes, qu'elles soient végétales ou animales ; et le fait que du fait même de sa densité actuelle, l'espèce humaine vit sous une sorte de régime d'empoisonnement interne -si je puis dire -et je pense au présent et au monde dans lequel je suis en train de finir mon existence. Ce n'est pas un monde que j'aime.»

Sa vision de l'humanité est tragique.
«Il n'y a plus rien à faire: la civilisation n'est plus cette fleur fragile qu'on préservait. L'humanité s'installe dans la monoculture ; elle s'apprête à produire la civilisation en masse comme la betterave.»

Tout cela n'est-il pas plutôt un pathétique appel à changer ? Il cerne les causes de la situation actuelle : 
«En isolant l'homme du reste de la création, en définissant trop étroitement les limites qui l'en séparent, l'humanisme occidental hérité de l'antiquité et de la Renaissance l'a privé d'un glacis protecteur et, l'expérience du dernier et du présent siècle le prouve, l'a exposé sans défense à des assauts fomentés dans la place forte elle-même.

«Il a permis que soient rejetées, hors des frontières arbitrairement tracées, des fractions chaque fois plus prochaines d'une humanité à laquelle on pouvait d'autant plus facilement refuser la même dignité qu'au reste, qu'on avait oublié que si l'homme est respectable, c'est d'abord comme être vivant plutôt que comme seigneur et maître de la création : première reconnaissance qui l'eût contraint à faire preuve de respect envers tous les êtres vivants.» (Allocution de Claude Lévi-Strauss à l'UNESCO en 1971)

«On a commencé par couper l'homme de la nature, et par le constituer en règne souverain ; on a cru ainsi effacer son caractère le plus irrécusable, à savoir qu'il est d'abord un être vivant. Et, en restant aveugle à cette propriété commune, on a donné champ libre à tous les abus. Jamais mieux qu'au terme des quatre derniers siècles de son histoire, l'homme occidental ne put-il comprendre qu'en s'arrogeant le droit de séparer radicalement l'humanité de l'animalité, en accordant à l'une tout ce qu'il retirait à l'autre, il ouvrait un cycle maudit, et que la même frontière, constamment reculée, servirait à écarter des hommes d'autres hommes, et à revendiquer au profit de minorités toujours plus restreintes le privilège d'un humanisme corrompu aussitôt né pour avoir emprunté à l'amour-propre son principe et sa notion.» ( Anthropologie structurale - 1958).

Claude Levi-Strauss nous rappelle que si nous ne faisons rien pour changer les choses, nous courons à notre perte. Mais il indique semble-t-il une voie pour l'humanité :

«... le respect que nous souhaitons obtenir de l'homme envers ses pareils n'est qu'un cas particulier du respect qu'il devrait ressentir pour toutes les formes de la vie. En ce siècle où l’homme s’acharne à détruire d’innombrables formes vivantes, après tant de siècles dont la richesse et la diversité constituaient de temps immémorial, le plus clair de son patrimoine, jamais sans doute, il n’a été plus nécessaire de dire, comme le font les mythes, qu’un humanisme bien ordonné, ne commence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l’homme, le respect des autres avant l’amour-propre."
écrit-il dans L'Origine des manières de table. 
Bonne fin d'année à tous. Changeons tout en 2009.
Byo Source :

http://lobservateurdudouaisis.pointscommuns.com/claude-levi-strauss-comment…



 

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:39    Sujet du message: Moment privilégié pour réfléchir sur la Terre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> santé- et vie en société -> vie en société-écologie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky