Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM.
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> santé- et vie en société -> vie en société-écologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 12 Mai 2009 - 13:05    Sujet du message: pétition contre les OGM Répondre en citant

« Répondre #30 le: 11 Avril 2009 à 16:10: »

.



Pétition contre les OGM‏






De :terresacree@googlegroups.com
au nom de Michel Walter
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : mer. 08/04/09 22:07
via: terresacree@googlegroups.com
À : damejane




Chers internautes,

Vous faites partie des 103 016 signataires de la pétition de Greenpeace pour l'interdiction
du maïs OGM en France et en Grèce. Grâce notamment à cette mobilisation exceptionnelle,
la réunion du Conseil des ministres européens qui risquait de lever l'interdiction des cultures
OGM en France a été reportée à une date encore inconnue.

Notre victoire n'est donc pas définitive, mais nous sommes sur la bonne voie. En effet,
après le maintien de l'interdiction du maïs OGM en Autriche et en Hongrie, le Luxembourg
vient à son tour de se prononcer contre les culture de maïs MON 810.

Dans les mois à venir, nous aurons besoin de votre soutien, c'est pourquoi je n'hésiterai
pas à refaire appel à vous sur d'autres types de mobilisation contre les OGM.

En attendant vous pouvez :
inviter vos amis à rejoindre notre mailing-list spéciale mobilisation
aider Greenpeace à poursuivre ses actions en faisant un don
et cela en cliquant sur le bouton suivant :

http://www.greenpeace.fr/ogmjenveuxpas/index.php

Merci encore de vous être mobilisés si nombreux contre les OGM et surtout, restez en veille !
Rachel Dujardin - Chargée de projet OGM



_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 12 Mai 2009 - 13:05    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 12 Mai 2009 - 13:06    Sujet du message: la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM. Répondre en citant

« Répondre #31 le: 22 Avril 2009 à 12:12: »

.




Gentech news 196




De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : mer. 22/04/09 01:27
À : damejane




1. Le maïs OGM interdit en Allemagne
– Food and Democracy les 24./25.4 à Lucerne


Actuellement, les évènements se précipitent: l’Allemagne interdit la culture de la variété de maïs MON810 de Monsanto. La Bavière stoppe elle-même les essais en plein champ. Le brevet sur l’élevage porcin affronte une vaste opposition (info. No 2).
A l’occasion de la Conférence »Food and Democracy«, vous pourrez accéder aux informations de première main concernant toutes les évolutions actuelles, échanger des arguments, établir des réseaux, rencontrer des personnes qui partagent les mêmes idées... Information: www.foodanddemocracy.org (Enregistrement par Internet ou directement à la réception)



2. Brevet sur l’élevage porcin :

»La liberté d’élevage est en jeu« L’Office européen des brevets a accordé un brevet sur une race de porcs: Il concerne une séquence génétique permettant aux animaux une croissance plus importante et plus rapide. L’absurdité de ce brevet est que dans plusieurs »revendications«», il s’agit d’animaux qui possèdent naturellement ce gène. 50 associations et environ 5'000 personnes s’opposent à ce brevet. Le président de l’Union allemande des paysans met en garde: »C’est la liberté d’élevage et de culture qui sont en jeu«. (SZ, 14.4.09)



3. Mexique :

Protection de la diversité du maïs indigène L’Altiplano mexicain entend protéger ses variétés de maïs indigènes des contaminations et interdit la culture du maïs transgénique. (Sci.Dev.Net, 3.4.09)



4. France :
Label »Nourri sans OGM


« Le Conseil national de la consommation a décidé de créer une étiquette »Nourri sans OGM« en vue du marquage de la viande et des produits laitiers d’animaux nourris d’aliments qui ne contiennent pas d’OGM. (Europe1, 3.4.09)



5. USA :

L’agriculture bio est la plus profitable Une équipe de chercheurs de l’Université du Wisconsin a mené une étude sur une durée de 13 ans pour savoir quelle était la meilleure agriculture sur les sols hautement productifs de l’Etat du Wisconsin. »Nous en avons conclu que les systèmes diversifiés sont plus productifs que les monocultures«, a déclaré un des membres de l’équipe. La politique du gouvernement qui consiste à soutenir le système de monoculture est périmée. Le gouvernement devrait plutôt promouvoir l’agriculture biologique et la rotation culturale.
(Communiqé de presse ASA, 6.4.09; Etude).



Vous pouvez consulter les références et les articles de fond correspondants sur la rubrique
"Gen-Lex-News français" de notre site http://www.blauen-institut.ch.




.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 12 Mai 2009 - 13:06    Sujet du message: la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM. Répondre en citant

« Répondre #32 le: 27 Avril 2009 à 11:43: »

.




OGM : la menace des
« super mauvaises herbes »
s’amplifie‏



De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : dim. 26/04/09 22:47
À : damejane





OGM : la menace des « super mauvaises herbes » s’amplifie


Cinq mille hectares de culture de soja transgénique ont été abandonnés par les agriculteurs en Géorgie, et 50.000 autres sont gravement menacés par une mauvaise herbe impossible à éliminer, tandis que le phénomène s'étend à d'autres états.


La cause : un gène de résistance aux herbicides ayant apparemment fait le grand bond entre la graine qu’il est censé protéger et l’amarante, une plante à la fois indésirable et envahissante… En 2004, un agriculteur de Macon, au centre de la Géorgie (à l'est des Etats-Unis), applique à ses cultures de soja un traitement herbicide au Roundup, comme il en a l’habitude.


Curieusement, il remarque que certaines pousses d’amarantes (amarante réfléchie, ou Amarantus retroflexus L.), une plante parasite, n’en semblent pas incommodées… Pourtant, ce produit est élaboré à partir de glyphosphate, qui est à la fois l’herbicide le plus puissant et le plus utilisé aux Etats-Unis.


Depuis, la situation a empiré. Actuellement, et rien qu’en Géorgie, 50.000 hectares sont atteints et nombre d’agriculteurs ont été contraints d’arracher leurs mauvaises herbes à la main… quand c’est possible, considérant l’étendue des cultures. A l’épicentre du phénomène, 5.000 hectares ont été tout simplement abandonnés.


Comment en est-on arrivé là ?

Tous les champs victimes de cette envahissante mauvaise herbe avaient été ensemencés avec des graines Roundup Ready, produites par la société Monsanto. Celles-ci comportent une semence ayant reçu un gène de résistance au Roundup, un herbicide également produit par Monsanto. L’argument publicitaire de la firme repose sur le moindre coût représenté par le traitement d’une culture ainsi protégée contre un herbicide total auquel elle est devenue insensible, plutôt que de l’application d’un herbicide sélectif, plus cher à l’achat.


Selon un groupe de scientifiques du Centre for Ecology and Hydrology, organisation britannique à Winfrith (Dorset), il y aurait eu transfert de gènes entre la plante OGM et certaines herbes indésirables, comme l’amarante. Bien que considéré comme très faible car n’ayant jamais été détecté lors d’essais, le risque ne serait cependant pas nul. Pour Brian Johnson, généticien et chercheur britannique, spécialisé, entre autres, dans les problèmes liés à l’agriculture, la cause ne fait aucun doute. « Il n’est nécessaire que d’un seul évènement (croisement) réussi sur plusieurs millions de possibilités.


Dès qu’elle est engendrée, la nouvelle plante est titulaire d’un avantage sélectif énorme, et elle se multiplie rapidement, martèle-t-il. L’herbicide puissant utilisé ici, à base de glyphosphate et d’ammonium, a exercé sur les plantes une pression énorme qui a encore accru la vitesse d’adaptation. » La firme Monsanto ne nie pas le problème. Lors d’une interview accordée sur la chaîne de télévision France24, Rick Cole, responsable du développement technique, a estimé que ces « super mauvaises herbes » (superweeds, un terme désormais souvent employé) peuvent être maîtrisées.

Pourtant, un communiqué émanant directement de la firme annonce que les vendeurs incitent les agriculteurs à alterner Roundup et un autre herbicide comme le 2-4-D (acide 2,4-dichlorophénoxyacétique).

L’amarante vous salue bien…


En attendant, l’amarante « mutante » se porte bien et prolifère. Chaque plante produit en moyenne 12.000 graines par an, et celles-ci peuvent rester en état de vie suspendue de 20 à 30 années avant de germer lorsque les conditions lui sont favorables. Profondément enracinées, elles sont très difficiles à arracher, comme le constatent de nombreux agriculteurs, non seulement en Géorgie mais aussi en Caroline du Sud, en Caroline du Nord, en Arkansas, au Tennessee et au Missouri, contraints de passer au désherbage manuel… ou de baisser les bras.



D’autres cultivateurs envisagent de renoncer aux OGM et de revenir à une agriculture traditionnelle. Ainsi Alan Rowland, producteur et marchand de semences de soja à Dudley (Missouri), affirme que plus personne ne lui demande de graines Monsanto de type Roundup Ready alors que ce secteur représentait 80% de son commerce il y a peu. Aujourd’hui, la demande en graines traditionnelles est très forte et les grains OGM ont disparu de son catalogue.


Stanley Culpepper, spécialiste des mauvaises herbes à l’université de Géorgie, annonce que de nombreux agriculteurs américains sont en effet désireux de retourner à une semence traditionnelle, mais pas seulement à cause de la résistance des plantes parasites, car « l’utilisation des OGM devient de plus en plus chère et tout se joue sur une question de rentabilité », affirme pour sa part Alan Rowland.


Un manque flagrant de statistiques et d'informations On pourra cependant déplorer le manque de précision des données statistiques permettant de quantifier la relation entre semences OGM, nombre de plants résistants apparus et quantité d’herbicide utilisé. En 2008 en effet, alors que les media agricoles américains relataient de plus en plus de cas de résistance, le gouvernement des Etats-Unis a pratiqué d’importantes coupes budgétaires qui ont contraint le Ministère de l’Agriculture à réduire, puis arrêter certaines de ses activités.



Entre autres, le programme de recherches statistiques sur les pesticides et les risques associés aux produits chimiques sur des cultures comme le coton, le maïs, le soja et le blé est passé à la trappe, au grand dam des scientifiques. « Je ne serais pas surpris que Monsanto ait mené une campagne de lobby discrète pour mettre fin au programme », accusait alors Bill Freese, du Centre pour la Sécurité alimentaire des Etats-Unis (USDA), marquant publiquement son mécontentement.

Source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/botanique-1/d/ogm-la-menace-des-su…



.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 12 Mai 2009 - 13:07    Sujet du message: la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM. Répondre en citant

« Répondre #33 le: 10 Mai 2009 à 09:29: »



Gentech-news 197




De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : dim. 10/05/09 00:15
À : damejane




Gentech-news 197 1.




Moratoire sur les OGM : l’Europe doit suivre l’exemple suisse.
Les 250 participantes et participants venus de 28 pays pour assister à la 5ème Conférence Européenne des régions sans OGM «Alimentation et Démocratie» appellent à un moratoire européen sur l’autorisation et la culture commerciale d’organismes génétiquement modifiés (OGM).
(GMO-free-regions.org, 26.4.09)



2. Le génie génétique en agriculture n’améliore pas la productivité.

Des chercheurs américains chargés de procéder à l’évaluation de données du Ministère de l’agriculture US ont constaté qu’aucune des variétés de plantes génétiques ne permet d’obtenir une véritable augmentation de la productivité. (Union of Concerned Scientists, avril 2009)


3. La majorité des citoyens allemands exige l’étiquetage «Sans OGM».

Plus des trois quarts des citoyens allemands se prononcent en faveur de la mise en place d’un label «Sans OGM» par les groupes de la grande distribution et l’industrie alimentaire. Lors de leurs achats, 73% des consommatrices et consommateurs s’orienteraient en fonction de l’étiquette «Sans OGM» et leur choix se porterait plutôt des produits portant cette inscription. (BUND, 29.4.09)


4. Essais alimentaires avec du maïs MON810 sur des vaches laitières

- effets négatifs Selon Greenpeace, l’étude effectuée par l’Université technique de Munich présente de graves lacunes méthodologiques au niveau des animaux utilisés dans le cadre de l’expérience, de la composition des aliments et du choix de la méthode de test. Cette étude ne permet pas en outre pas de faire des déductions sur les risques pour l’homme et l’environnement. (Greenpeace, avril 2009)


5. USA : pomme de terre résistante aux vers – sans OGM.


De petits vers, les nématodes des racines noueuses Columbia (CRN) peuvent ruiner des récoltes entières de pommes de terre. Actuellement, ces ravageurs sont combattus à l’aide de pesticides puisque la pomme de terre ne possède aucune résistance. Afin de développer une pomme de terre résistante, des chercheurs ont croisé - avec succès - des variétés de pommes de terre sauvages avec des espèces conventionnelles, en utilisant les méthodes de culture les plus modernes.

Ils ont obtenu une variété qui résiste aux maladies, offre un bon rendement, et est savoureuse – sans génie génétique. (USDA, 1.4.09).

Vous pouvez consulter les références et les articles de fond correspondants sur la rubrique "Gen-Lex-News français" de notre site :
http://www.blauen-institut.ch.

Le bulletin est rédigé par Florianne Koechlin du Blauen Institut (en collaboration avec le Groupe suisse de travail sur le génie génétique GTG).



.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 19 Juin 2009 - 08:52    Sujet du message: la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM. Répondre en citant

« Répondre #34 le: 29 Mai 2009 à 18:25: »

.



Une association de médecins
demande un moratoire
sur la nourriture
OGM aux Etats Unis‏



De : terresacree@googlegroups.com
au nom de Tanguy Henrard
Envoyé : ven. 29/05/09
VIA : SOS-planete
(terresacree@googlegroups.com)
À: damejane




par William Engdahl
Mondialisation.ca,
Le 22 mai 2009



L'American Academy of Environmental Medicine (AAEM) vient juste de publier un appel en faveur d’un moratoire immédiat sur la nourriture génétiquement modifiée. Dans une toute nouvelle monographie sur les denrées OGM, l’AAEM déclare que « la nourriture OGM pose un grave risque de santé » et exige un moratoire sur la nourriture génétiquement modifiée.


Citant plusieurs études sur des animaux, l'AAEM conclut qu’« il y a davantage qu'un simple lien fortuit entre les OGM alimentaires et les effets néfastes de santé, » et que « les denrées génétiquement modifiées posent un grave risque sanitaire en matière toxicologique, allergique et immunitaire, pour l’équilibre de la reproduction, métabolique, physiologique et génétique. »


Ce rapport est un coup dévastateur contre une industrie agro-alimentaire internationale de plusieurs milliards de dollars, et plus particulièrement contre Monsanto Corporation, le leader mondial des fournisseurs de semences OGM et des herbicides.


Dans un communiqué de presse daté du 19 mai 2009, l'AAEM, qui se décrit comme « une association internationale de médecins et de professionnels divers soucieux d'aborder les aspects cliniques de la santé environnementale, » a appelé à prendre immédiatement les mesures d'urgence suivantes, en ce qui concerne la consommation humaine des OGM :

* Un moratoire sur les OGM ;
mise en œuvre immédiate sur le long terme de tests sécuritaires et de l'étiquetage des denrées OGM.*

Les médecins doivent prévenir leurs patients, la communauté médicale et le public, qu’il faut éviter la nourriture OGM.*

Les médecins doivent envisager le rôle des denrées OGM dans le processus pathologique de leurs patients.*

D’autres études scientifiques indépendantes de longue durée doivent commencer à rassembler des données pour étudier le rôle des aliments OGM sur la santé humaine.


Le Dr Amy Dean, président de l’AAEM, constate que « de multiples études animales ont montré que la nourriture OGM endommage divers systèmes de l’organisme. Devant la montée de ces évidences, il est impératif, pour la sécurité de nos patients et la santé publique, d'obtenir un moratoire sur les denrées génétiquement modifiées. »


Le président de l'AAEM et le Dr Jennifer Armstrong ont souligné que « les médecins voient sans doute les effets sur leurs patients, mais ont besoin de savoir comment poser les bonnes questions. Les aliments OGM les plus communs en Amérique du Nord, sont le maïs, le soja, l’huile de colza et de graines de coton. »


La monographie de l’AAEM sur les OGM peut être trouvée sur aaemonline.org.

Ce document précise par ailleurs que le génie génétique « abroge le processus reproductif naturel, la sélection se faisant au niveau d’une cellule unique, la procédure est extrêmement mutagène et ouvre systématiquement une brèche dans la barrière génétique, et que la technique est utilisée à des fins commerciales depuis 10 ans. »

Le document de l’AAEM précise en outre que plusieurs études sur des animaux montrent de graves risques de santé liés à la consommation des aliments OGM, notamment l'infertilité, le dérèglement de la fonction immunitaire, le vieillissement accéléré, le dérèglement des gènes liés à la synthèse du cholestérol, à la régulation de l’insuline, aux transmissions cellulaires, et à la formation des protéines, et à des altérations du foie, des reins, de la rate et du système gastro-intestinal. »

Il ajoute :
« Il y a davantage qu'un simple lien fortuit entre les OGM alimentaires et les effets néfastes de santé. Il y a un lien de causalité, tel que défini par les critères de Hill, en matière de niveau élevé d’associations, de constance, de spécificité, de gradient biologique, et de plausibilité biologique.

La constance et le niveau élevé des associations entre les denrées OGM et de la maladie sont confirmés par plusieurs études sur les animaux. » Les OGM sont toxiques.


Le document de l’AAEM doit donner des motifs de remise en cause du quasi laissez-faire dans le contrôle des OGM de la position officielle, pour laquelle la parole solennelle des compagnies semencières, telles que Monsanto, est considérée comme une solide preuve scientifique d’innocuité.


L’étude de l’AAEM mérite d'être citée en détail à ce sujet :

La spécificité de l'association des denrées OGM et de processus pathologiques précis est également soutenu. Plusieurs études animales montrent d'importants dérèglements immunitaires, notamment une régulation à la hausse des cytokines associées à l'asthme, à l'allergie et aux inflammations.

Les études chez l'animal montrent aussi des altérations structurelles et fonctionnelles du foie, notamment un changement du métabolisme des lipides et des glucides, ainsi que des altérations cellulaires pouvant entraîner l’accélération du vieillissement et peut-être provoquer l’accumulation des radicaux libres (ROS, reactive oxygen species).


Des changements dans les reins, le pancréas et la rate ont aussi été documentés. Une récente étude de 2008, reliant le maïs OGM à la stérilité, montre, de manière sensible au cours du temps, une importante diminution de la progéniture et du poids des portées chez les souris nourries de maïs OGM.


Cette étude a aussi révélé que plus de 400 gènes ont été découverts s’exprimant différemment chez les souris nourries de maïs OGM. On sait que ces gènes contrôlent la synthèse et la modification des protéines, la transmission cellulaire, la synthèse du cholestérol et le contrôle de l'insuline.


Les études montrent aussi des dommages intestinaux chez les animaux nourris d’OGM, notamment la prolifération d’excroissances cellulaires et des perturbations du système immunitaire intestinal.


L'étude de l’AAEM révise les affirmations de l'industrie de la biotechnologie, selon lesquelles les aliments OGM pourraient nourrir le monde grâce à des rendements plus grands.

Elle cite la preuve contraire indiquant que l'inverse paraît être vrai, c’est-à-dire que, avec le temps, les récoltes OGM ont produit moins que le rendement conventionnel, et ont exigé avec le temps, plus pas moins, de produits chimiques herbicides hautement toxiques, tels que le glyphosate. Le rapport relève, « Au cours des 20 dernières années, plusieurs milliers d'essais en champs, sur des gènes destinés à augmenter le rendement opérationnel ou intrinsèque (des cultures), montrent l’importance de l’entreprise. Pourtant, aucun de ces essais en champs n’a permis d’améliorer le rendement des récoltes alimentaires et fourragères commercialisées, à l'exception du maïs Bt. »


Cependant, le léger gain de rendement du maïs Bt qui a été rapporté était dû largement à l'amélioration de la reproduction traditionnelle, et non pas au génie génétique.


L’AAEM conclue que, puisque les denrées OGM « posent un grave risque sanitaire en matière toxicologique, allergique et immunitaire, pour la santé de la reproduction, métabolique, physiologique et génétique, et sont dénuées d’avantages, il est impératif d'adopter le principe de précaution, qui est l'un des principaux outils de réglementation de la politique de santé et environnementale de l'Union Européenne, et sert de base à plusieurs accords internationaux.



La définition la plus communément utilisée est la Déclaration de Rio de 1992, qui stipule :
« Afin de protéger l'environnement, des mesures préventives doivent être largement appliquées par les États, en fonction de leurs capacités. Quand il existe des menaces de dommages graves ou irréversibles, l'absence de certitude scientifique ne doit pas servir de prétexte pour renvoyer à plus tard les mesures économiques rentables destinées à empêcher la dégradation de l'environnement. »


Sous l’intense pression de l'opinion publique, la Ministre allemande de l'Agriculture a récemment publié l’interdiction les plantations de maïs OGM MON810 de Monsanto. Malheureusement, deux semaines plus tard, elle a autorisé les plantations de semences de pomme de terre OGM. Le ministère allemand a annoncé que, Amflora, la pomme de terre génétiquement modifiée, fabriquée par le géant de la chimie BASF (une coentreprise d’OGM, partenaire de Monsanto), ne présente « aucun danger pour la santé humaine ou l'environnement. »


Pour justifier sa décision imprudente, le ministère a cité un « examen approfondi » et des entretiens avec des experts scientifiques et économiques. La publication de la sensationnelle critique des OGM de l'American Academy of Environmental Medicine a été accueillie par un silence de mort par la plupart des grands médias étasuniens et internationaux.


L’intrigue des OGM Comme je l'ai décrit en détail dans mon livre, OGM : Semences de destruction

- L’arme de la faim, les OGM ont été lâchés dans le grand public aux Etats-Unis au début des années 90, après une décision du pouvoir exécutif du Président George Herbert Walker Bush, qui aurait suivi des réunions à huis clos avec les principaux dirigeants de Monsanto.

Le Président Bush a décrété l’obligation, pour les agences gouvernementales étasuniennes, de ne faire aucun test de santé et de sécurité particulier, avant la mise en vente des OGM pour la consommation alimentaire. Ce fait est arrivé à être connu en tant que Doctrine de l'Équivalence Substantielle.

Le gouvernement étasunien, sur les conseils pressants de Monsanto et du lobby des OGM, a décidé en outre d’interdire l'étiquetage « sans OGM » des produits alimentaires naturels, en recourant à la « doctrine » vaguement formulée et totalement non-scientifique, proclamée par le Président Bush en 1992, selon laquelle les OGM sont « substantiellement équivalents » aux plantes ordinaires, et n’ont donc pas besoin d’être testés avant d'être mis en vente dans le public.


La Doctrine de l'Équivalence Substantielle, en dépit du fait qu'elle contredit directement la prétention des compagnies en leurs droits de propriété exclusifs sur leurs semences OGM, présentées comme « uniques » et différentes des graines ordinaires, a permis à Monsanto, Dow Chemicals, DuPont et à d'autres détenteurs de brevets OGM de faire proliférer leurs produits sans aucun contrôle.


La plupart des Étasuniens croient naïvement que la Food and Drug Administration et le ministère de l'Agriculture des États-Unis sont là pour assurer la totale innocuité des produits alimentaires industriels pour la consommation humaine et animale, avant l'octroi de licences.


De fait, l’interdiction de l'étiquetage des denrées OGM signifie que la plupart des Étasuniens n'ont aucune idée de l’ampleur de la contamination par les OGM de leur ration quotidienne de Corn Flakes, soja, maïs et additifs, dans chaque aliment trouvée dans le commerce sur les étagères des supermarchés.


Aux États-Unis, à la fin des années 90, coïncidant avec l'introduction en masse des OGM dans l'alimentation humaine et animale, ont été signalés chez l'homme à une échelle épidémique, des cas d’allergies, d'étranges maladies et de nombreux autres problèmes de santé.

L’interdiction d'étiquetage des produits OGM par la loi fédérale signifie que la plupart des professionnels de santé ne savent même pas que cela pourrait avoir un lien avec la nourriture OGM des millions d'Étasuniens. Depuis la décision de 1992 du Président Bush, une décision confirmée par les présidents Clinton, George W. Bush, et maintenant par Barack Obama et le Secrétaire de l'Agriculture pro-OGM, Tom Vilsack, la population étasunienne est en réalité traitée en cobayes humains dans des expériences de masse avec les substances jamais démontrées sans danger sur le long terme (dix ans ou plus) par des études indépendantes.

Il reste à voir s’il sera accordé l'attention qu'elle mérite à la critique scientifique de l'AAEM.


Original : A Moratorium on Genetically Manipulated (GMO) Foods, publié le 22 mai 2009.


Traduction : Pérus Lombard.
F. William Engdahl est l'auteur de deux livres traduits en français :
OGM : Semences de destruction :
L’arme de la faim et Pétrole, une guerre d'un siècle :
L'ordre mondial anglo-américain. Il peut être contacté depuis sur son site Internet, www.engdahl.oilgeopolitics.net.

William Engdahl est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.
Articles de William Engdahl publiés par Mondialisation.ca




.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 11:10    Sujet du message: Re : tout sur l'OGM/de l’urgence d’une évaluation enfin indépendante ! Répondre en citant

« Répondre #35 le: 05 Juillet 2009 à 15:34: »

.



OGM :
de l’urgence d’un évaluation
enfin indépendante !




De : terresacree@googlegroups.com
au nom de yvon.brisse
Envoyé : mar. 30/06/09 22:22






Le renouvellement de l’autorisation de culture commerciale accordée à la firme Monsanto pour son maïs MON 810 est d’actualité, culture suspendue en France et dans cinq autres pays européens.
L’agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) vient de donner un avis favorable en exclusivité à Monsanto, avant qu’il ne soit rendu public.
Commentaire de France Nature Environnement.

Que l’FFSA renouvelle un avis favorable au MON 810 – et aux OGM en général – n’est pas étonnant mais scandaleux.

- Ce n’est pas étonnant compte tenu de la constance avec laquelle l'EFSA rend des avis sur les OGM – depuis sa création, 42 avis, tous positifs ! –, sans jamais remettre en cause les lacunes scientifiques, pourtant élémentaires, des dossiers de demandes d'autorisations proposés par les firmes.
- Scandaleux car le fonctionnement de cette agence d’expertise donne raison à ceux dénonçant l’opacité de la machinerie européenne, avec de fait un déni de démocratie à porter à son passif.

A deux reprises, le Conseil européen des ministres de l’environnement s’est prononcé pour que soient « renforcées et harmonisées les méthodes d’évaluation des risques des OGM en Europe ». Le plus choquant est de constater que les avis sont rendus sur l’examen du dossier présenté par le fabricant de l’OGM expertisé et non de contre-expertise.

Une question écrite, de la député européenne Monica Frassoni, suite à une sollicitaion de FNE et du GIET*, n’a toujours pas obtenu de réponse malgré un courrier la soutenant de la part du MEEDDAT, alors qu’elle porte sur la fiabilité des tests de toxicologie : d’une part, pour justifier d’une autorisation, ces tests doivent permettre de rejeter l’hypothèse de toxicité d’un produit – ce qui est bien un minimum –, d’autre part, justifier de leur puissance statistique – notoirement reconnue insuffisante – .


Pour Lylian Le Goff, en charge du dossier OGM pour FNE :
« L’EFFSA vient de franchir la ligne rouge pour rendre un avis favorable à cet OGM en totale contradiction avec les règles élémentaires du raisonnement scientifique et en donnant priorité à la firme Monsanto avant de le rendre pubic, oubliant ainsi qu’elle est au service de l’intérêt général !
Un tel constat devrait impliquer une enquête parlementaire européenne sur le fonctionnement de l’EFSA et la validité de ses avis, ainsi qu’une profonde réforme portant sur la sélection des experts, les protocoles d’évaluation des risques environnementaux et sanitaires tenant compte notamment des liens étroits entre OGM et pesticides, avec aussi une évaluation des risques socio-économiques liés à leur utilisation. »

*GIET : groupement international d’études transdisciplinaires


lien source :
France Nature Environnement
www.fne.asso.fr



.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 11:11    Sujet du message: .Le maïs MON 810 jugé sans risque Répondre en citant

« Répondre #36 le: 05 Juillet 2009 à 16:26: »

.



Le maïs MON 810
jugé sans risque en Europe



L'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a rendu un avis favorable à la culture dans l'Union européenne (UE) du maïs OGM MON 810, actuellement interdit en France. Cet avis, attendu depuis plusieurs semaines, est une étape décisive dans le processus de renouvellement de l'autorisation décennale de ce maïs, sur laquelle se penchera prochainement un comité de spécialistes de la Commission européenne.

Donnée importante pour la France, car le renouvellement de l'autorisation de culture du MON 810 ferait automatiquement tomber la clause de sauvegarde française, que Paris fait jouer depuis février 2008 en raison du manque d'informations sur la dissémination dans la nature des cultures OGM. Selon son article 1, celle-ci n'est en effet valide que "jusqu'à ce qu'il ait été statué sur la demande de remise sur le marché de cet organisme". Le mécanisme de la clause de sauvegarde - également activé par l'Allemagne, l'Autriche, la Grèce, la Hongrie et le Luxembourg - permet à un pays de l'UE d'interdire la culture d'un OGM même si celui-ci est autorisé au niveau communautaire, à condition de le justifier scientifiquement. La Commission européenne, qui a été désavouée à plusieurs reprises ces derniers mois sur ce dossier, a indiqué qu'elle se baserait sur l'opinion de l'Efsa pour décider du renouvellement de cette autorisation. Le maïs MON 810 peut continuer d'être cultivé pendant la procédure.

Contactée par Reuters, la porte-parole du commissaire européen à l'Environnement, Stavros Dimas, a indiqué que la Commission allait "regarder en détail l'opinion (de l'Efsa) avant de décider des mesures à venir".

"Un maïs très controversé" (Amis de la Terre)

Les groupes écologistes et Monsanto n'ont, quant à eux, pas attendu la publication de la décision de l'Efsa pour réagir. Dès lundi soir, le géant américain des organismes génétiquement modifiés s'était félicité de la décision des autorités européennes dans un communiqué transmis des États-Unis. "Cette annonce de l'Union européenne démontre un engagement fort pour une prise de décision basée sur la science pour permettre aux agriculteurs de choisir des semences issues des biotechnologies pour leurs exploitations", souligne dans un communiqué Jerry Hjelle, un responsable de Monsanto.

L'association Amis de la Terre a souligné, pour sa part, que cette décision ne manquerait pas d'ouvrir une controverse entre les vingt-sept et l'Efsa. "L'Efsa revient à la charge avec un maïs très controversé, que plusieurs États membres ont interdit et dont l'impact sanitaire et environnemental est incertain", explique Helen Holder, responsable de campagne au sein de l'ONG. De son côté, Greenpeace a déploré que l'Efsa continue d'ignorer les opinions émises par d'autres scientifiques. "Cela n'a aucun sens pour l'Efsa de continuer à publier des opinions positives avant de regarder comment il est possible de répondre aux recommandations des États membres", a déclaré Marco Contiero, l'un des responsables de l'organisation à Bruxelles. Cet argument est celui défendu par la France qui soulignait avant la décision que, au-delà de l'avis favorable pressenti, il était nécessaire que les critères scientifiques, économiques et sociaux soient placés au centre du processus d'autorisation de commercialisation et de mise en culture.


Lien source :
Publié le 01/07/2009 à 15:02
Le Point.fr

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-07-01/ogm-le-mais-mon-810-jug…




.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 11:13    Sujet du message: Re : la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM. Répondre en citant

« Répondre #37 le: 08 Juillet 2009 à 22:11: »

.


Gentech news 200‏


De : terresacree@googlegroups.
com au nom de Vivian
Envoyé : mer. 01/07/09 20:58
À : Sos-planete
(terresacree@googlegroups.com)


Une bonne raison de se réjouir !
Le numéro 200 est entièrement consacré
aux solutions d’avenir :
innovantes – sans génie génétique.





1. Plantes cultivées résistant à la sécheresse – de bons résultats sans génie génétique.

La résistance à la sécheresse est une caractéristique complexe dans laquelle de nombreux gènes – voire des centaines – sont impliqués.

Il ne faut donc pas s’étonner de voir que jusqu’ici et en utilisant le génie génétique, il n’a pas été possible de créer une variété prête à la mise sur le marché. Pourtant, la culture conventionnelle, grâce à des méthodes ultramodernes et la longue expérience des paysans, a toujours permis d’obtenir des succès, comme l’ont montré les Gentech-news des dernières annéee: ainsi, plusieurs instituts de recherche ont réussi à développer plus de 50 variétés de maïs.
http://www.blauen-institut.ch/pg_blu/pm/pm09/pm1985.html
résistant à la sécheresse et un bon nombre d’entre elles sont sur le marché.

En Inde, dans le Bengale Occidental, un registre fournit des informations sur 78 variétés de riz.
http://www.blauen-institut.ch/pg_blu/pm/pma/pm03/pm0665.html

D’autres cultures de plantes résistantes à la sécheresse ont en outre réussi, notamment soja
http://www.blauen-institut.ch/pg_blu/pm/pm09/pm1935.html ,

blé
http://www.blauen-institut.ch/pg_blu/pm/pma/pm07/pm1515.html

cacahuète
http://www.blauen-institut.ch/pg_blu/pm/pma/pm08/pm1805.html

cassave
http://www.blauen-institut.ch/pg_blu/pm/pma/pm08/pm1875.html

pois
http://www.blauen-institut.ch/pg_blu/pm/pm09/pm1955.html

ou encore fenugrec
http://www.blauen-institut.ch/pg_blu/pm/pma/pm07/pm1665.html



2. Agriculture biologique et agriculture presque bio – le mieux pour éviter le réchauffement climatique.

Les terres cultivées selon les principes de l’agriculture biologique absorbent plus de CO2 (dioxyde de carbone) que celles cultivées conventionnellement grâce à l’humus riche. Elles sont également de meilleurs »réservoirs d’eau«. Et quand elles ne sont pas labourées, elles absorbent encore plus de CO2 car l’humus reste intact. Des chercheurs de la FiBL (Frick, CH) développent un système de culture pouvant se passer de labourage et de produits chimiques. Premier résultat: le système biologique sans labourage a permis de récolter 25% de plus de maïs d’ensilage. (FiBL, 2.10.08)



3. Agriculture biologique contre la faim et la pauvreté.


Une étude publiée par 2 organismes de l’ONU, avec plusieurs études de cas en Afrique montre que: avec le passage à la culture biologique, les rendements ont, en moyenne, plus que doublé – grâce à une technique plus simple et plus diversifiée. Le Rapport sur l’agriculture mondiale initié par la Banque Mondiale en arrive aux mêmes conclusions. (UNEP-UNCTAD, 08)



4. USA : l’agriculture diversifiée est la plus profitable.

Des chercheurs de l’Université du Wisconsin ont mené une étude sur une durée de 13 ans pour savoir quelle méthode d’agriculture était la plus productive sur les sols fertiles de l’Etat du Wisconsin. »Nous en avons conclu que les systèmes de culture diversifiée étaient plus profitables que la monoculture«, a déclaré l’un des chercheurs. La politique du gouvernement qui consiste à soutenir la monoculture est périmée. Le gouvernement devrait plutôt promouvoir l’agriculture biologique et la rotation culturale. (Press release ASA, 6.4.09; Etude)



5. Nouvelle recherche : communication avec signaux électriques.

Lorsqu’une plante est blessée, toutes les feuilles »savent« très rapidement ou l’agression s’est produite et quelle a été sa force – grâce à des signaux électriques, un phénomène que l’on vient tout juste de découvrir.
De nombreuses études récentes montrent que les plantes ne sont pas des "automates biologiques".
«. Leurs réponses aux agressions de parasites sont extrêmement diverses:
Elles produisent des toxines, cicatrisent aussitôt leurs plaies, attirent divers insectes utiles, coopèrent avec d’autres plantes et animaux etc. Elles possèdent même un système immunitaire. »
Leur secret, c’est la diversité de leurs stratégies de défense«, selon un chercheur: un grand potentiel pour l’agriculture de demain. (Proplanta, 5.3.09
)



.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 11:14    Sujet du message: Re : la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM Répondre en citant

« Répondre #38 le: 20 Juillet 2009 à 10:33: »
..


Les OGM en France :
chronologie



De : L'équipe de Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : ven. 17/07/09 19:21
À : damejane




Depuis que l'Union européenne s'est saisie du dossier des OGM en 1990, partisans et opposants de cette technique, qu'ils soient scientifiques, semenciers, agriculteurs ou citoyens s'affrontent sans répit. Rappel des principales dates.

23 avril 1990 : la CEE adopte deux directives, sur l'utilisation confinée des OGM pour la recherche ou à des fins industrielles, et sur la dissémination volontaire d'OGM dans l'environnement. Elle fait obligation de procéder à une évaluation.

16 juillet 1992 : publication de la loi transposant en France les directives communautaires de 1990.

18 Décembre 1996 : la Commission européenne autorise la commercialisation d'un maïs transgénique de la société Novartis.

1997

12 février : Alain Juppé, Premier ministre, annonce l'interdiction de la mise en culture de semences de maïs transgénique.

8 avril : le Parlement européen demande la suspension de la commercialisation du maïs transgénique, jusqu'à ce que la preuve de son innocuité soit établie.

27 novembre : le gouvernement Jospin autorise la mise sur le marché du maïs transgénique, mais il instaure un moratoire sur celle du colza et de la betterave, plantes présentant un risque de diffusion des gènes dans l'environnement.

1998

27 janvier : plusieurs associations et un syndicat d'agriculteurs (la Confédération paysanne) lancent une "Alerte aux OGM", campagne contre la diffusion des OGM.

5 février : le ministère de l'Agriculture autorise trois variétés de maïs produites par Novartis.

18 février : condamnation à huit mois de prison avec sursis de José Bové (Confédération paysanne) pour la destruction d'un stock de semences transgéniques sur un site de Novartis dans le Lot-et-Garonne. C'est le début d'une longue série d'actions anti-OGM qui le mèneront en prison en 2003.

20-21 juin :conférence de citoyens sur l'utilisation des OGM en agriculture et dans l'alimentation, organisée par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques et rassemblant 14 citoyens débattant avec des spécialistes.

30 juillet : le gouvernement autorise deux nouvelles variété de maïs transgénique (TER 25 d'AgrEvo et MON 810 de Monsanto) mais décide un moratoire de 2 ans pour le colza et la betterave.

25 septembre : à la suite d'un recours présenté par Greenpeace, le Conseil d'Etat suspend la commercialisation du maïs transgénique autorisée en février, en vertu du principe de précaution.

7 octobre : la Commission européenne déclare illégal le moratoire imposé par la France sur la commercialisation du colza génétiquement modifié; une procédure d'infraction est ouverte contre la France.

1999

20 mai : la Commission européenne suspend les procédures d'homologation de variétés de maïs transgénique, après la parution d'une étude publiée par la revue Nature qui souligne certains risques liés au pollen.

23 juin : réunion interministérielle consacrée aux OGM ; la France demande une "suspension sur les nouvelles autorisations de mise sur le marché de lignées d'OGM" au niveau européen.

24 - 25 juin : les ministres européens de l'Environnement proposent de renforcer la législation sur la commercialisation des OGM. Deux déclarations séparées sont adoptées, la première (France, Danemark, Grèce, Italie et Luxembourg) prônant la suspension de nouvelles autorisations de mise sur le marché.

21 octobre : le comité permanent des produits alimentaires de l'UE rend obligatoire l'étiquetage des produits alimentaires contenant au moins 1% d'organismes génétiquement modifiés.

2000

21 mars : la Cour de justice européenne estime qu'un pays de l'UE qui a déposé une demande d'autorisation d'OGM auprès de la Commission doit en autoriser la mise sur le marché après décision favorable.

12 avril : le Parlement européen vote un projet de directive autorisant la culture des OGM sous de fortes précautions.
Septembre-octobre : organisation, par le secrétariat d'Etat à la Consommation, d'un "débat citoyen" sur les OGM.

22 novembre : le Conseil d'Etat valide l'arrêté du ministère de l'Agriculture de février 1998 qui autorisait la commercialisation de variétés de maïs OGM de Novartis.

2001

1er mars : le Tribunal administratif de Paris contraint le ministère de l'Agriculture à communiquer la liste des communes de France où des expérimentations de culture d'OGM sont réalisées.

12 avril : publication au Journal officiel européen d'une directive relative à la dissémination volontaire d'organismes génétiquement modifiés dans l'environnement.

23 juillet : l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) rend public un avis sur les conséquences liées à la présence fortuite de semences OGM dans des semences conventionnelles.

25 juillet : le gouvernement annonce pour l'automne la publication des dossiers de demande d'autorisation de mise en culture ou d'importation d'OGM.

Août : la Confédération paysanne et plusieurs associations qui demandent la destruction des cultures d'OGM en plein champ en raison des risques de dissémination dans l'environnement boycottent la réunion consacrée à l'élaboration d'une "charte de la transparence des essais OGM". Au cours des années suivantes, des militants anti-OGM arracheront à de nombreuses reprises des plants de cultures transgénique dans plusieurs régions.

26 septembre : le rapport Chevassus-au-Louis préconise une coexistence viable des cultures OGM et non OGM, le renforcement du dispositif de vigilance et des analyses de coûts et bénéfices avant les autorisations.


2002

4-5 février : le gouvernement organise un débat public au Conseil Economique et Social sur les OGM.

6 mars : quatre "sages" nommés par le gouvernement rendent un rapport à l'issue de ce débat public. Ils recommandent une révision totale des procédures et la refonte des commissions qui s'occupent des autorisations.

24 juin : l'Europe ratifie le Protocole sur la biosécurité, dit Protocole de Carthagène. Celui-ci rend obligatoire la mise à disposition du public de toutes les informations relatives aux risques relatifs à la circulation des OGM pour la santé humaine et pour l'environnement.

28 novembre : les ministres de l'Agriculture des Quinze fixent à 0,9% le seuil à partir duquel la présence d'OGM dans les aliments doit faire l'objet d'un étiquetage spécifique.

2003

14 janvier : Hervé Gaymard, ministre de l'Agriculture, lors de son audition par la mission d'information du Sénat sur les OGM, se prononce contre la levée du moratoire européen sur les OGM.

13 mai : les Etats-Unis, le Canada, l'Argentine, l'Egypte, l'Australie et la Nouvelle Zélande portent plainte devant l'OMC contre le moratoire européen.

15 mai : publication du rapport de la mission d'information du Sénat sur les OGM. Il présente onze propositions visant à permettre des recherches sur les OGM et demande une sortie maîtrisée du moratoire.

22 juillet : les ministres européens de l'Agriculture adoptent deux propositions de la Commission instaurant un système de traçage et d'étiquetage afin d'ouvrir la voie à la levée du moratoire appliqué depuis 1999.

10 novembre : le CRII-GEN saisit la Commission d'Accès aux Documents Administratifs (CADA) pour obtenir les procès-verbaux de la Commission du Génie Biomoléculaire à propos du maïs Mon863 (une étude dont les résultats soulèvent de nombreuses questions et divisent la communauté des experts).

2004

20 février : la Cour d'appel de Bordeaux confirme la validité de l'arrêté anti-OGM pris par le maire de Mouchan, dans le Gers. Celui-ci avait fait valoir le préjudice commercial que la présence d'OGM porterait aux agriculteurs biologiques de sa commune.

18 avril : entrée en vigueur de la législation européenne sur la traçabilité et l'étiquetage des OGM.

2005

14 avril : le rapport de la mission d'information de l'Assemblée nationale sur les OGM demande une pause des essais en plein champ mais se prononce pour le principe de ces expérimentations.

9 décembre : pour la première fois, à Orléans, la justice relaxe des Faucheurs volontaires en invoquant le "danger imminent" des OGM.

2006

7 février : l'Organisation mondiale du commerce condamne l'Union européenne, exigeant qu'elle rendre sa réglementation sur les OGM conforme à ses obligations commerciales internationales.

8 février : un projet de loi sur les OGM est présenté au Conseil des ministres.

23 mars : le Sénat adopte le projet de loi sur les OGM en première lecture.

12 décembre : la Commission européenne demande à la Cour de justice européenne d'infliger des sanctions financières à la France, pour non transposition de la directive d'avril 2001.

2007

20 mars : le gouvernement transpose par décret la directive européenne d'avril 2001 sur les OGM.

25 octobre : le Grenelle de l'environnement préconise la suspension des cultures commerciales d'OGM en France jusqu'à une expertise indépendante.

2008

9 janvier : le président de la Haute Autorité provisoire sur les OGM fait état de "faits scientifiques nouveaux négatifs" à propos du maïs MON 810 et préconise sa suspension.

9 février : la France suspend la culture du maïs MON 810, seule variété de maïs trangénique autorisée et cultivée en France.

22 mai : adoption par le Parlement de la loi sur les OGM qui reconnaît "la liberté de consommer et de produire avec ou sans OGM" en France.

19 juin : le Conseil constitutionnel valide la loi OGM adoptée en mai.

9 décembre : la France est condamnée par la Cour européenne de Justice à une amende de 10 millions d'euros pour avoir tardé à prendre des mesures contre les infractions commises contre les cultures OGM.

2009

11 février : l'Afssa estime que le maïs MON 810 ne présente pas de danger pour la santé humaine. Le gouvernement maintient néanmoins son moratoire.
16 février : la France plaide avec succès à Bruxelles en faveur du maintien de l'interdiction de la culture de cet OGM sur le territoire national.


2 mars : les pays de l'UE refusent de forcer l'Autriche et la Hongrie à cultiver le maïs génétiquement modifié MON 810, contrairement à ce que leur demandait la Commission européenne.


19 juin : onze pays de l'Union européenne réclament la possibilité d'interdire la culture de semences génétiquement modifiées sur leur territoire.
30 juin : l'autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA) juge la culture du maïs MON 810, interdite dans six pays européens, sans risque pour la santé et l'environnement.



Catherine Gouëset


Source : http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/les-ogm-en-france-chronologi…


_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 11:16    Sujet du message: la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM. Répondre en citant

« Répondre #39 le: 23 Juillet 2009 à 10:53: »
.


G8 / climat
- réaction Oxfam France



De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : mar. 14/07/09 06:08
À : damejane




Déclarations de Sébastien Fourmy, directeur du plaidoyer pour Oxfam France - Agir ici.

« En reconnaissant le seuil critique des 2°C, les chefs d'Etats du G8 se conforment enfin aux conclusions de la communauté scientifique mondiale.

Mais ils ignorent les actions urgentes qu'il doivent eux-mêmes prendre pour atteindre un tel objectif. »

« Mais fixer un objectif seulement à l'horizon 2050 n'a pas de sens. C'est aujourd'hui que les populations pauvres sont touchées. »

« Il est impératif de réduire les émissions d'au moins 40% d'ici à 2020 et de soutenir financièrement les pays les plus pauvres pour affronter le chaos climatique. Aucun accord sur le climat ne sera possible à Copenhague, en décembre prochain, sans un accord des pays du G8 d'au moins 150 milliards de dollars en faveur de l'adaptation des pays pauvres aux conséquences du changement climatique. »

Notes :

- Oxfam international a rendu public le 6 juillet un rapport intitulé « Le coût humain du changement climatique » dans lequel l'organisation prévient que sans actions concrètes et immédiates, les nombreux impacts du changement climatique réduiront à néant 50 ans de lutte contre la pauvreté.

- Oxfam France rappelle que 375 millions de personnes pourraient être victimes de désastres climatiques d'ici à 2015, plus que les populations cumulées de la France, de l'Allemagne, de l'Italie et de la Grande-Bretagne, quatre des pays les plus pollueurs de la planète.

- D'ici à 2050, le manque de nourriture, de terres, ou les dégradations environnementales liées au changement climatiques pourraient créer 200 millions de réfugiés climatiques.

- Lors du premier semestre 2009, 105 millions de personnes supplémentaires ont rejoint les rangs des personnes mal-nourries sur la planète.



Source :
http://ecolopresse.20minutes-blogs.fr/archive/2009/07/08/g8-climat-reaction…



_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 11:17    Sujet du message: la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM. Répondre en citant

« Répondre #40 le: 23 Juillet 2009 à 10:57: »
.


Une étude met en cause
les tests menés par Bruxelles
sur les Ogm



De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : mar. 14/07/09 06:08
À : damejane





Une étude menée par huit chercheurs internationaux met en cause la fiabilité des tests de l'Autorité européenne de la sécurité alimentaire (Efsa) et de son équivalent américain la FDA pour évaluer les risques sur la santé des OGM et des pesticides, a-t-on appris mercredi.

Il ressort «une importante sous-estimation des signes initiaux de maladies comme des cancers, maladies hormonales, immunitaires, nerveuses ou de la reproduction, entre autres», poursuit le Comité.

L'article signé d'experts français, italiens, néo-zélandais, britanniques et américains est publié sur le site internet de la revue International Journal of biological science, a-t-on appris via un communiqué du Comité de recherche de d'information indépendantes sur le génie génétique (Crii-gen) présidé par l'ancienne ministre Corinne Lepage (Modem) et basé à Caen.

«Les firmes d'Ogm agricoles et les commissions d'évaluation négligent systématiquement les effets secondaires des Ogm et des pesticides. Ceci est clairement illustré par l'Efsa et l’Usfda qui ont évalué les Ogm tant controversé du maïs MON 863 ou MON 810», résume le Crii-gen. Il ressort «une importante sous-estimation des signes initiaux de maladies comme des cancers, maladies hormonales, immunitaires, nerveuses ou de la reproduction, entre autres», poursuit le Comité.

«Nous réclamons la publication systématique des résultats de ces tests que nous n'avons pu obtenir qu'au cas par cas en saisissant la justice», a précisé à l'Afp Gilles-Eric Seralini, un des huit auteurs de l'article qui enseigne à l'université de Caen et préside le conseil scientifique du Crii-gen. «Les crises sanitaires pourraient s'avérer plus importantes que les crises financières internationales par manque de transparence des autorités de contrôle», conclut le Crii-gen. Vendredi, la France a rejeté les conclusions de l'Efsa jugeant le MON810 sans risques.



Source : http://www.terre-net.fr/production/phytosanitaire/article-etude-test-bruxel…


_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 11:17    Sujet du message: la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM. Répondre en citant

« Répondre #41 le: 23 Juillet 2009 à 21:09: »
.


Marche citoyenne



De :Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : jeu. 23/07/09 19:59
À : damejane




Faucher des OGM de Monsanto est un crime, empoisonner des millions de
personnes n'en est pas un.


Des victimes de l'agent Orange, cet herbicide très toxique utilisé pendant
la guerre du Vietnam, ont déboutées par la Cour suprême des Etats Unis. En
France, des faucheurs volontaires sont condamnés à payer 73 000 euros à la
firme agro-chimique Monsanto. Deux poids, deux mesures... Entre les luttes
des faucheurs volontaires et celles des populations civiles vietnamiennes,
Monsanto reste le dénominateur commun. Et continue de sévir impunément.

Citer le nom de l'entreprise Monsanto fait inévitablement penser aux OGM, en
particulier au maïs transgénique Mon810 qui a défrayé la chronique. On pense
aussi à la production de l'herbicide Roundup qui fut longtemps présenté par
la firme comme « sans risque pour l'homme, les animaux et leur
nvironnement »... avant que Monsanto soit condamné en 1996 par le Bureau de
la répression des fraudes de l'Etat de New York pour publicité mensongère.
Mais on oublie trop souvent que Monsanto a participé à la création de l'agent
Orange, un défoliant chimique ultra puissant.

Monsanto invente l'agent Orange

C'est au début des années 1940 que des chercheurs isolent l'hormone qui
contrôle la croissance des plantes et en reproduisent la molécule de manière
synthétique. Or, la synthèse de cette hormone artificielle libère des
produits toxiques dérivés dont la dioxine TCDD. Cette dioxine est un
véritable poison. Les personnes qui y sont exposées peuvent développer
différents types de cancers et leucémies, jusqu'à de dramatiques
malformations chez les enfants. Cela n'empêchera pas Monsanto d'utiliser
cette découverte en vue de créer son désherbant, l'agent Orange.

Ce dernier est utilisé par l'armée américaine de 1961 à 1971 pour détruire à
grande échelle la jungle vietnamienne durant la guerre, afin de faciliter la
progression de ses troupes et de débusquer les combattants vietnamiens.
Durant cette période, 80 millions de litres de défoliant sont déversés sur
3.3 millions d'hectares de forêts et de terres. Plus de 300 villages seront
contaminés.

Les victimes de l'Agent Orange déboutées...

Plus de 40 ans après cet épandage massif qui affectent encore aujourd'hui
les populations civiles vetnamiennes et des milliers de vétérans américains
de la guerre du Vietnam, les crimes de Monsanto restent impunis. Le 2 mars
2009, les juges de la Cour suprême des Etats Unis ont débouté les plaignants
qui avaient lancé deux actions en justice contre les principales firmes
américaines productrice de l'Agent orange : Monsanto, Dow Chemical et
quelques autres sociétés.

... Et des faucheurs volontaires condamnés

Pendant ce temps là à Greneville en Beauce (Loiret), le fauchage en 2004 et
2005 de parcelles de maïs génétiquement modifiées conduit 49 faucheurs à
payer 73 000 euros de dommages et intérêts au profit de... Monsanto ! Une
marche citoyenne était organisée le 20 juin 2009 entre Greneville en Beauce
et Toury (Eure et Loir), pour remettre symboliquement le deuxième versement
des dommages et intérêts à Monsanto. Et demander à la firme de reverser
cette somme aux victimes de l'agent Orange. Reportage.

Étonnantes équations où le fauchage de quelques épis de maïs conduit
Monsanto à réclamer 600 000 euros et où les familles des victimes de l'Agent
Orange - entre 2 et 5 millions de victimes selon les estimations, en grande
majorité des Vietnamiens - n'ont à ce jour bénéficié d'aucun dédommagement.

Sophie Chapelle



Source :
http://www.bastamag.net/spip.php?article622&id_mot=38


_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 2 Aoû 2009 - 10:54    Sujet du message: la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM. Répondre en citant

« Répondre #42 le: 30 Juillet 2009 à 00:29: »
.


Des médecins conseillent
d’éviter de consommer des OGM



SOS-discussions
De : terresacree@googlegroups.com
au nom de Vivian
Envoyé : lun. 27/07/09 15:59
À :damejane



Sentient Times :
http://www.sentienttimes.com/
Jeffrey M Smith, 22 juillet 2009

L'American Academy of Environmental Medicine affirme que « les aliments génétiquement modifiés n'ont pas été convenablement testés et présentent de grave risques de santé. Il y a plus qu’une simple association fortuite entre les aliments génétiquement modifiés et les effets néfastes sur la santé. Il y a un lien de causalité. »

En mai dernier, l'American Academy of Environmental Medicine (AAEM) a appelé les « médecins à aviser leurs patients, la communauté médicale, et le public d’éviter dans la mesure du possible toute nourriture génétiquement modifiée et fournir des arguments éducatifs sur les OGM et leurs risques pour la santé. » Ils ont appelé à un moratoire sur les OGM, à des études indépendantes de longue durée, et à l'étiquetage.

La monographie de l’AAEM indique : « Plusieurs études sur animaux montrent de graves risques de santé liés aux denrées alimentaires génétiquement modifiées, » notamment d'infertilité, d’immunité, de vieillissement accéléré, de régulation insulinique, et d’altérations des principaux organes et du système gastro-intestinal. Elle conclut : « Il y a plus qu’une simple association fortuite entre les aliments génétiquement modifiés et les effets néfastes sur la santé. Il y a un lien de causalité, » comme le définissent des critères scientifiques reconnus. « La forte association et concordance entre aliments génétiquement modifiés et maladie est confirmée par plusieurs études sur animaux. »

De plus en plus de médecins prescrivent déjà un régime alimentaire sans OGM. Le Dr Amy Dean, un spécialiste en médecine interne du Michigan, et membre du conseil de l’AAEM signale : « Je conseille vivement à mes patients de manger strictement des aliments non génétiquement modifiés. » John Boyles, un médecin allergologue de l’Ohio, déclare : « J’utilisais tout le temps le test pour les allergies au soja, mais maintenant que le soja est génétiquement modifié, il est si dangereux que je dis aux gens de ne jamais en manger. »

La Doctoresse Jennifer Armstrong, présidente de AAEM, affirme que, « Les médecins voient sans doute les effets sur leurs patients, mais ont besoin connaître quelles sont les bonnes questions à poser. » Pushpa M. Bhargava, un biologiste de renommée mondiale, va encore plus loin. Après avoir examiné plus de 600 revues scientifiques, il conclut que les OGM sont l’un des principaux responsables de la forte détérioration de la santé des Étasuniens.

Dans la population, le biologiste David Schubert du Salk Institute prévient que « les enfants sont les plus susceptibles d'être affectés négativement par les toxiques et les autres problèmes alimentaires » liés aux OGM. Il dit que, sans étude adéquate, les enfants sont transformés en « cobayes. »

La réalité de l'expérimentation sur animaux nourris avec des OGM est effrayante. Quand du soja génétiquement modifié (GM) sert à nourrir des rates, la plupart de leurs rejetons meurent dans les trois semaines, comparativement au taux de mortalité de 10% dans le groupe témoin nourri avec du soja naturel. Les petits nourris avec des OGM sont aussi plus petits, et ils ont plus tard des problèmes de fertilité.

En fait, chez les rats nourris avec du soja GM, la couleur des testicules est changée de rose naturel à bleu foncé. Les souris nourris avec du soja GM ont leur jeune sperme altéré. Même les embryons des souris mères nourries avec des OGM ont leur ADN profondément altéré. Dans une étude du gouvernement autrichien, les souris nourries avec du maïs GM avaient moins de rejetons, et ils étaient aussi plus petits que la normale.

Les problèmes de reproduction accablent aussi le bétail. Des investigations dans l'État de Haryana, en Inde, ont révélé que la plupart des buffles qui ont mangé des graines de coton GM ont des complications du style accouchement prématuré, avortement, stérilité, et utérus prolabé (déplacé vers le bas). Beaucoup de veaux sont morts. Aux États-Unis, environ deux douzaines de fermiers ont signalé que des milliers de porcs sont devenus stériles après avoir consommé certaines variétés de maïs GM. Certaines truies ont fait une grossesse nerveuse (false pregnancies), d'autres ont accouché de poches d'eau. Des vaches et des taureaux sont aussi devenues stériles après avoir été nourris avec le même maïs.

Aliment conçu pour produire des poisons

Le maïs et le coton GM sont conçus pour produire leur propre pesticide, sécrété par chaque cellule. Lorsqu’un insecte mord la plante, le poison lui délabre l’estomac et le tue. Les compagnies de biotechnologie prétendent que le pesticide, appelé Bt (produit à partir de la bactérie du sol Bacillus thuringiensis), a une tradition d'utilisation sûre, car les agriculteurs biologiques et les autres utilisent la bactérie Bt en pulvérisation pour contenir naturellement les insectes.

Pourtant, dans les plantes GM, la toxine Bt produite est des milliers de fois plus concentrée que la Bt naturelle des aérosols, est conçue pour être plus toxique, a les propriétés d'un allergène, et, contrairement celle de l'aérosol, les plantes ne peuvent pas s’en débarrasser.

Et par-dessus tout ça, des études confirment que même les aérosols bactériens naturels moins toxiques sont nocifs. Quand ils ont été dispersés par avion pour tuer la lymantride spongieuse dans le nord-ouest du Pacifique, environ 500 personnes ont signalé une allergie ou des symptômes semblables à ceux de la grippe. Certains ont dû aller aux urgences. Les symptômes sont exactement les mêmes que ceux rapportés actuellement par les travailleurs agricoles, partout en Inde où on manipule du coton Bt. En 2008, se basant sur des dossiers médicaux, le Sunday India a rapporté, « Les victimes de démangeaisons ont augmenté énormément cette année... dans l'agriculture liée au coton Bt. »

L’American Academy of Environmental Medicine déclare, « De multiples études animales montrent un important dérèglement immunitaire, » notamment l’augmentation des cytokines, qui sont « associée à l'asthme, à l'allergie et aux inflammations, » tous en hausse aux États-Unis.

Selon le Dr Arpad Pusztai, expert en sécurité sur les OGM, les changements dans la condition immunitaire des animaux sont « une particularité constante dans toute étude sur les OGM. » Même les propres recherches de Monsanto ont montré d'importantes modifications dans le système immunitaire des rats nourris avec du maïs Bt. Une étude de novembre 2008, conduite par le gouvernement italien, a également constaté une réaction immunitaire des souris au maïs Bt.

Le soja et le maïs GM contiennent chacun deux nouvelles protéines dotées de propriétés allergéniques, le soja GM a jusqu'à sept fois plus d’inhibiteur de trypsine, un allergène connu du soja, et les tests par piqûre de la peau montrent que certaines personnes réagissent au soja GM, mais pas au soja non GM. Peu après l’introduction du soja GM au Royaume-Uni, les allergies au soja ont explosé de 50%. Peut-être que l'épidémie d'allergies alimentaires et d'asthme aux États-Unis est un accident de la manipulation génétique.

En Inde, les animaux paissent sur les plantations de coton après récolte. Mais quand les bergers ont laissé les moutons paître sur des plantations de coton Bt, des milliers sont morts. Les autopsies ont révélé une grave irritation et des taches noires à la fois dans les intestins et dans le foie (ainsi que les voies biliaires élargies). Les enquêteurs ont déclaré que les premiers indices « suggèrent fortement que la mortalité des moutons est due à une toxine, très probablement à la toxine Bt. » Lors d’une petite étude de longue durée de la Deccan Development Society, tous les moutons nourris avec des plants de coton Bt sont morts dans les 30 jours, ceux qui pâturaient sur des plantations de coton naturel sont restés en bonne santé.

Dans un petit village de l'Andhra Pradesh, les buffles ont pâturé sur des plantations de coton pendant huit ans sans problème. Le 3 janvier 2008, les buffles ont pâturé sur les plantations de coton Bt pour la première fois. Le lendemain, les 13 étaient tous malades ; tous sont morts en 3 jours. Le maïs Bt a aussi été impliqué dans la mort de vaches en Allemagne, et de chevaux, de buffles et de poulets dans les Philippines.

Dans des études de laboratoire, deux fois quantité de poulets nourris avec du maïs Liberty Link sont morts ; 7 des 20 rats nourris avec une tomate GM ont manifesté des saignements stomacaux ; dans une autre, 7 sur 40 sont morts en deux semaines. Selon GE Seralini, un grand toxicologue français, une propre étude de Monsanto a montré des signes d'intoxication dans les principaux organes des rats nourris avec du maïs Bt.

La pire trouvaille de toutes : Les OGM demeurent en nous

La seule étude publiée sur l'alimentation humaine a révélé ce qui pourrait être le plus dangereux problème des OGM. Le gène inséré dans le soja GM se transfère dans l'ADN des bactéries qui vivent dans nos intestins et continue sa fonction. Cela signifie que, longtemps après avoir arrêté de manger des OGM, des protéines GM potentiellement dangereuses peuvent encore être produites sans cesse à l'intérieur de nous. Dit plus simplement, manger une croustille de maïs, produite à partir de maïs Bt, peut, peut-être pour le reste de notre vie, transformer les bactéries vivant dans nos intestins en fabriques de pesticides.

Quand la preuve du transfert des gènes est rapportée lors de conférences médicales aux Etats-Unis, les médecins réagissent souvent en faisant allusion à la très forte augmentation de problèmes gastro-intestinaux chez les patients au cours de la dernière décennie. Les aliments GM pourraient être en train de coloniser la flore intestinale des Nord-Américains.

Les scientifiques de la Food and Drug Administration (FDA) avait avisé de tous ces problèmes dès le début des années 90. Selon des documents rendus publics lors d'un procès, le consensus scientifique à l'agence était que les OGM sont dangereux par nature, et risquent de créer des allergies, des empoisonnements, des transferts de gènes vers les bactéries intestinales, de nouvelles maladies, et des problèmes nutritionnels difficiles à détecter. Ils ont vivement conseillé à leurs supérieurs d'exiger des tests de longue durée rigoureux. Mais la Maison Blanche a ordonné à l’agence de promouvoir la biotechnologie, et la FDA a réagi en recrutant Michael Taylor, l'ancien conseiller juridique de Monsanto, à la tête de la formation sur la politique des OGM. Cette politique, qui est en vigueur aujourd'hui, refuse de reconnaître les inquiétudes des scientifiques et déclare qu'aucune étude de sécurité n’est nécessaire pour les OGM. C’est à Monsanto et aux autres compagnies de biotechnologie de déterminer si leurs aliments sont sans danger. M. Taylor est devenu plus tard vice président de Monsanto.

L’American Academy of Environmental Medicine déclare, « Les aliments GM n'ont pas été convenablement testés » et « présentent un grave risque pour la santé. » Pas un seul essai clinique humain sur les OGM n’a été publié. En 2007, un examen de la littérature scientifique publiée sur les « effets toxiques potentiels et les risques pour la santé des plantes génétiquement modifiées, » a révélé que « les données expérimentales sont très rares. » L'auteur conclut son examen en demandant : « Où est la preuve scientifique démontrant l’innocuité toxicologique des plantes et des aliments GM, comme cela est supposé par les compagnies de biotechnologie ? »

Le célèbre généticien canadien David Suzuki répond : « Les expériences n'ont tout simplement pas été faites et nous devons devenir maintenant des cobayes. » Il ajoute : « À toute personne affirmant : "Oh, nous savons que c’est parfaitement sûr", je dis qu’il est soit incroyablement stupide, soit qu’il ment délibérément. »

Le Dr Schubert fait remarquer, « S'il y a quelque problème, il ne sera probablement jamais connu, car on ne pourra pas remonter à sa cause et de nombreuses maladies prennent beaucoup de temps à se développer. » Si les OGM produisaient un effet immédiat et des symptômes cuisants avec une signature unique, peut-être aurions-nous une chance de remonter à la cause.

C'est précisément ce qui est arrivé lors d'une épidémie aux États-Unis à la fin des années 80. La maladie avait une action rapide, mortelle, et provoquait un changement mesurable dans le sang, mais il a fallu plus de quatre ans avant d’identifier l’épidémie en train de sévir. Elle tua jusque-là environ cent Étasuniens et fit tomber malade ou handicapa cinq à dix mille personnes. Elle fut provoquée par une sorte particulière de complément alimentaire du génie génétique, appelé L-tryptophane.

Si d'autres aliments GM contribuent à accroître l'autisme, l'obésité, le diabète, l'asthme, le cancer, les maladies cardiaques, les allergies, la stérilité, ou tout autre problème de santé dont souffre les Étasuniens, nous ne pourrons jamais le savoir. En fait, puisque les animaux nourris avec des OGM ont beaucoup de problèmes divers, les gens sensibles peuvent réagir aux aliments génétiquement modifiés par de multiples symptômes. Il est par conséquent révélateur que, dans les neuf premières années après l'introduction des cultures GM à grande échelle en 1996, l'incidence des gens ayant trois maladies chroniques ou plus a presque doublé, passant de 7% à 13%.

Pour aider à déterminer si les OGM sont à l'origine de dommages, l’AAEM demande à ses « membres, à la communauté médicale, et à la communauté scientifique indépendante de rassembler les études des cas éventuellement liés à la consommation des OGM et à leurs effets sur la santé, de commencer des recherches épidémiologiques pour étudier le rôle des OGM sur la santé humaine, et de mettre en œuvre des méthodes de sécurité pour déterminer les effets des OGM sur la santé humaine. »

Les citoyens n'ont pas besoin de l’avis des médecins pour éviter les OGM. Les gens peuvent se tenir à l'écart de tout ce qui contient des produits dérivés du soja et du maïs, de l'huile de coton et de colza, et du sucre de betteraves GM, à moins qu’ils soient dits organiques ou « sans OGM. »

Même si seulement un petit pourcentage de gens choisissent des marques sans OGM, l'industrie alimentaire réagira sans doute comme elle l’a fait en Europe, en supprimant tous les ingrédients GM. Ainsi, la prescription sans OGM de l'American Academy of Environmental Medicine pourrait devenir un tournant dans l’alimentation aux États-Unis.

Jeffrey M. Smith, le directeur exécutif de l'Institute for Responsible Technology, est le principal interprète sur les dangers sanitaires des OGM. Son premier livre [traduit en français],

Semences de tromperies


< http://www.amazon.fr/Semences-tromperies-lindustrie-agrochimique-génétiquem… >

est un best-seller mondial sur le sujet. Son second livre, Genetic Roulette: The Documented Health Risks of Genetically Engineered Foods, identifie 65 dangers potentiels des OGM et démontre à quel point les approbations gouvernementales sont superficielle et incompétentes pour la plupart d'entre eux. Il a invité la biotechnologie à répondre par écrit, avec des preuves allant à l’encontre de chaque danger, mais a prédit avec justesse qu'elle refuserait, puisqu’elles ne disposent d’aucune donnée démontrant l’innocuité de ses produits.

American Academy of Environmental Medicine :
environmentalmed@yahoo.com
http://fr.mc246.mail.yahoo.com/mc/compose?

to=environmentalmed@yahoo.com
www.aaemonline.org



Original : www.sentienttimes.com/09/June_July_09/doctors.html http://www.sentienttimes.com/09/June_July_09/doctors.html

Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info http://www.alterinfo.net/

[color=navy]Mercredi 22 Juillet 2009



_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 2 Aoû 2009 - 10:56    Sujet du message: une simple plante rebelle.. l’amarante Répondre en citant

« Répondre #43 le: 30 Juillet 2009 à 10:32: »




 


ALLLUIA ! L’EMPIRE MONSANTO EN PERDITIONPAR UNE SIMPLE PLANTE REBELLE
 





- Aux États-Unis, 5 000 hectares de culture de soja transgénique ont du être abandonnés par les agriculteurs et 5000 autres sont gravement menacés. Cette panique est due à une « mauvaise » herbe qui a décidé de s’opposer au monstre Monsanto, connu pour être le plus grand prédateur de la Terre. Insolente, cette plante mutante prolifère et défie le Roundup, l’herbicide total à base de glyphosphate, auquel nulle « mauvaise herbe ne résiste ».C’est en 2004, qu’un agriculteur de Macon, en Géorgie, ville située à environ 130 kilomètres d’Atlanta, remarqua que certaines pousses d’amarantes résistaient au Roundup dont il arrosait ses cultures de soja. Rappelons que ce paysan ensemençait ses champs avec des graines Roundup Ready, ayant reçu un gène de résistance au Roundup auquel théoriquement nulle « mauvaise herbe ne résiste ». Rapidement, ses voisins furent victimes de ce même phénomène.

Depuis, la situation s’est étendue jusqu’à d’autres états, Caroline du Sud, et du Nord, Arkansas,
Tennessee et Missouri. Selon un groupe de scientifiques du Centre for Ecology and Hydrology,
organisation britannique située à Winfrith, dans le Dorset, il y aurait eu un transfert de gènes entre la plante OGM et certaines herbes indésirables comme l’ AMARANTE. Ce constat contredit les affirmations péremptoires et optimistes des défenseurs des OGM qui prétendaient et persistent à affirmer qu’une hybridation entre une plante génétiquement modifiée et une plante non modifiée est tout simplement « impossible ».

Pour le généticien britannique Brian Johnson, spécialisé dans les problèmes liés à l’agriculture : « Il suffit d’un seul croisement réussi sur plusieurs millions de possibilités. Dès qu’elle est créée, la nouvelle plante possède un avantage sélectif énorme, et elle se multiplie rapidement. L’herbicide puissant utilisé ici, à base de glyphosphate et d’ammonium, a exercé sur les plantes une pression énorme qui a encore accru la vitesse d’adaptation. »
Ainsi, un gène de résistance aux herbicides a, semble-t-il, donné naissance à une plante hybride issue d’un saut entre la graine qu’il est censé protéger et l’amarante, devenue impossible à éliminer.
La seule solution actuelle est d’arracher les mauvaises herbes à la main, comme on le faisait autrefois, mais ce n’est guère possible étant donné l’étendue des cultures. En outre, ces herbes d’amarante, profondément enracinées sont très difficiles à arracher et 5 000 hectares ont été ainsi tout simplement abandonnés.

Nombre de cultivateurs envisagent maintenant de renoncer aux OGM et de revenir à une agriculture traditionnelle (la sagesse !), d’autant que les plants OGM coûtent de plus en plus cher et la rentabilité est primordiale pour ce genre d’agriculture. Ainsi Alan Rowland, producteur et marchand de semences de soja à Dudley, dans le Missouri, affirme que plus personne ne lui demande de graines Monsanto de type Roundup Ready alors que ces derniers temps, ce secteur représentait 80 % de son commerce. Aujourd’hui, les graines OGM ont disparu de son catalogue et la demande de graines traditionnelles augmente sans cesse.

Déjà, le 25 juillet 2005, The Guardian publiait un article de Paul Brown qui révélait que des gènes
modifiés de céréales avaient transité vers des plantes sauvages, créant ainsi une «super graine » résistante aux herbicides, croisement « inconcevable » par les scientifiques du ministère de l’environnement. Depuis 2008, les media agricoles américains rapportent de plus en plus de cas de résistance et le gouvernement des États-Unis a pratiqué d’importantes coupes budgétaires qui ont contraint le Ministère de l’Agriculture à réduire, puis arrêter certaines de ses activités.



L’amarante : plante diabolique ou plante sacrée ?

Diabolique aux yeux de l’agriculture OGM, l’amarante est une plante sacrée pour les Incas.

Elle fait partie des aliments les plus anciens du monde.  


Chaque plante produit en moyenne 12 000 graines par an, et les feuilles, plus riches en protéines que
le soja, contiennent des vitamines A et C et des sels minéraux. Ainsi ce boomerang, renvoyé par la nature sur Monsanto, non seulement neutralise ce prédateur de la planète, mais installe sur place une plante qui peut nourrir l’humanité. Elle supporte la plupart des climats, aussi bien les régions sèches que les zones de mousson et les hautes terres tropicales et n’a de problèmes ni avec les insectes ni avec les maladies, donc n’aura jamais besoin de produits chimiques.

Ainsi, « la marante » affronte le très puissant Monsanto, comme David s’opposa à Goliath. Et tout le monde sait comment se termina le combat, pourtant bien inégal ! Si ces phénomènes se reproduisent en quantité suffisante, ce qui semble programmé, Monsanto n’aura bientôt plus qu’à mettre la clé sous la porte. À part ses salariés, qui plaindra vraiment cette entreprise funèbre ?

 

nos remerciements à : Sylvie SIMON , l'auteure de l'article  
 



 



 


Shalom, Salam, Shanti, . . lamadelama ལམདེལམ  




 


.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 11 Aoû 2009 - 10:49    Sujet du message: une simple plante rebelle.. l’amarante Répondre en citant

« Répondre #44 le: 30 Juillet 2009 à 19:07: »




ajout :


- je me permet d'ajouter le lien suivant précisant quelque peu la valeur nutritive de l'amarante : une plante dont nous ferions bien, tous et toutes, de ne plus nous passer.. et une solution d'avenir aux problèmes de la faim dans le monde, car la faim n'est pas seulement ce gentil symptôme d'estomac vide, comme nous connaissons dans les pays "nantis" d'occident, mais celle qui mène à une lente et inexorable dégradation des capacités à l'activité, à la réflexion, à la communication.. et est, pour ceux qui en souffrent, une obsession de tous les instants, un avilissement pour l'être humain, qui ne devrait jamais connaître cette épreuve, en tout cas pas à longueur de vie.. mais il semblerait que le karma des nations soit en passe de mieux répartir la "charge de souffrance" inévitable.. des signes avant coureurs se manifestent à qui sait accepter de voir les messages, bref : ce qui vient des "dieux".. (on peut dire aussi "Dévas", "Djinns".. ou autrement si l'on connait d'autres termes équivalents..).


lien source => http://www.naturosante.com/rubriques/conseils/conseil.php?81

( http://www.naturosante.com/rubriques/conseils/conseil_imp.php?81 )




[color=#336666]Shalom, Salam, Shanti, . . lamadelama ལམདེལམ





.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:15    Sujet du message: la culture OGM-Gentech-news- tout sur l'OGM.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> santé- et vie en société -> vie en société-écologie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 3 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky