Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
La famine et la pauvreté dans le monde ..
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> le jardin de la sérénité -> la page de Damejane -> l'éditorial de damejane
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 09:33    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

RENCONTRE REGIONALE DE LA VIA CAMPESINA AFRICA



MADAGASCAR, du 14 au 17 mai 2008



DECLARATION FINALE : "CRISE MONDIALE DE L'ALIMENTATION"







Du 14 au 17 mai 2008, 40 délégués et déléguées d'organisations paysannes de différents pays d'Afrique[1] ont tenu à Antananarivo une réunion régionale pour débattre de plusieurs sujets en lien avec la vie des paysans et petits agriculteurs et de leurs organisations dans la région. Ces organisations partagent la vision du mouvement international paysan La Via Campesina.

Au cours de la rencontre, nous avons débattu de la situation socio-économique de la région, de la construction d'alliances avec d'autres mouvements et institutions sur le continent africain, de stratégies pour lutter contre les politiques néolibérales imposées à l'Afrique, de comment faire croître le nombre d'organisations paysannes membres de Via Campesina, et nous avons accueilli de nouveaux membres au sein de la région Afrique. Nous avons aussi travaillé à notre préparation pour la 5e conférence internationale de la Via Campesina, qui se tiendra en Octobre de cette année au Mozambique.



La question de la crise alimentaire a été une préoccupation particulière pour nous. Les prix sur le marché mondial des denrées alimentaires sont en hausse. Les familles pauvres, en particulier dans les zones urbaines pauvres, voient leur budget alimentaire augmenter et ne peuvent plus se permettre d'acheter le minimum nécessaire pour vivre. La faim en Afrique n'est pas un problème nouveau. Bien que les petits paysans et les bergers dans les zones rurales d'Afrique aient développé différentes manières de faire face au problème, surtout après l'introduction par la Banque mondiale et le FMI de politiques destructrices qui ont sapé la production alimentaire locale, la libéralisation des échanges a entraîné ce qui revient à une situation de guerre contre les petits producteurs. Les paysans se sont trouvé obligés à mettre en œuvre une production industrielle pour les corporations transnationales, et à acheter leur nourriture sur le marché mondial. Les paysans et les petits producteurs ne tirent aucun bienfait des prix élevés. Nous produisons de la nourriture mais les bénéfices des récoltes nous échappent souvent : ils reviennent d'emblée aux créanciers, aux entreprises d'intrants agricoles ou directement aux négociants ou aux unités de transformation.



Au cours des 20 ou 30 dernières années, la Banque mondiale et le Fond Monétaire International (FMI) ont obligé les pays à diminuer leurs investissements dans la production alimentaire et à réduire leur soutien aux paysans et petits producteurs. Plus récemment l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) a obligé à la libéralisation du commerce international, ouvrant la voie aux corporations transnationales, qui retirent leurs marchés aux petits producteurs. De plus, l'expansion des entreprises d'agrocarburant nous fait prévoir que la terre destinée à la production de nourriture va petit à petit disparaître, et des pays en Afrique transforment des milliers d'hectares destinés à l'agriculture en des soi-disant zones de développement économiques, urbanisations et infrastructures.



L'accaparation actuelle des terres par les compagnies transnationales et autres spéculateurs expulsera des millions de paysans qui iront grossir les rangs des affamés et des pauvres dans les bidonvilles des grandes villes. De plus, le continent subit des sécheresses et des inondations plus sévères qu'auparavant, causées par les changements climatiques globaux. Ce sont là de sérieuses menaces pour les zones tant rurales qu'urbaines.



Il s'agit ici d'évolutions préoccupantes qui exigent un changement actif et urgent ! Nous, représentants des paysans et petits agriculteurs en Afrique, exigeons un changement fondamental dans l'approche de la production alimentaire et des marchés agricoles.



Nos gouvernements doivent prendre des engagements politiques à long terme, afin de reconstruire les économies alimentaires nationales. Une priorité absolue doit être donnée à la production alimentaire domestique, afin de diminuer la dépendance sur le marché international. Les paysans et petits producteurs devraient être encouragés grâce à de meilleurs prix pour leurs productions, et des marchés stables à produire des aliments pour leur propre consommation et celle de leurs communautés. Les familles sans terre des zones rurales et urbaines doivent avoir accès à la terre, aux semences et à l'eau pour produire leur nourriture. Ceci signifie des investissements plus importants dans la production paysanne et familiale pour les marchés locaux.



Des mesures de stabilisation doivent aussi être prises sur le plan international. Des réserves internationales doivent être constituées et un mécanisme d'intervention doit être mis en place pour stabiliser les prix sur les marchés internationaux à un niveau raisonnable. Les pays exportateurs doivent accepter des règles internationales pour contrôler les quantités qu'ils peuvent mettre sur le marché, afin de mettre fin au dumping. Le droit à la mise en place de contrôles des importations, des programmes pour soutenir les consommateurs les plus pauvres, à mettre en œuvre une réforme agraire et à investir dans la production alimentaire paysanne et familiale doit être totalement respecté et soutenu au niveau international.



La réponse à la Crise alimentaire globale se trouve entre les mains des paysans et petits producteurs. Les organisations paysannes de la Via Campesina Afrique sont convaincues que les paysans et les petits producteurs peuvent nourrir l'Afrique. Nous devons être au cœur de la solution. Avec une volonté politique suffisante et la mise en œuvre de politiques adaptées, plus de paysans et paysannes, petits producteurs et productrices, produiront facilement des aliments en quantité suffisante pour nourrir la population croissante. La situation actuelle est la preuve que des changements sont nécessaires.



L'heure de la Souveraineté alimentaire est venue !




Globalisons la lutte! Globalisons l'espoir !







Manorah

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 09:33    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 09:35    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

.


(SOS-planète)



La crise est mondiale.


Elle touche les 5 continents
et les perspectives sont sombres.



De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :mar. 01/07/08 14:21
À : damejane






La crise est mondiale.
Elle touche les 5 continents et les perspectives sont sombres.




En 2050, nous serons 9 milliards sur terre et il faudra produire 2 fois plus de nourriture qu'actuellement. Mais des populations entières n'auront pas accès aux produits de base et une génération entière pourrait être sacrifiée.

Car les prix resteront à des niveaux très élevés au cours de la prochaine décennie. C'est ce que viennent d'annoncer la FAO et l'OCDE. Il y a sur terre 860 millions d'affamés. Mourir de faim reste, pour moi, le plus grand scandale de ce XXI siècle, car alors que des êtres humains meurent de mal nutrition, dans nos hypermarchés la nourriture débordent des étalages, alors que les aliments périmés sont jetés, au lieu d'être donnés, car la plupart du temps ils peuvent être encore consommés après vérification, selon les produits.


Dans certains pays, avec un seuil élevé de pauvreté, la sécheresse s'abat sur les familles, où, les mères devenues trop faibles pour allaiter, voient mourir leurs enfants affamés.



Une autre cause est la guerre et ses millions de refugiés, puis arrivent les séismes comme les tsunamis, à cette longue liste, il faut rajouter, les réfugiés climatiques. Une partie de la planète fait des régimes grâce à coup de spectaculaires budgets publicitaires, pendant que l'autre partie souffre d'une mal nutrition silencieuse.


Telle une écume sur la mer des indifférences, la préoccupation écologique est dévoyée par la publicité commerciale, le discours des politiciens et des communicateurs professionnels : " le climat se dérègle, le pétrole va manquer et surtout l'eau, le cadre de vie des humains se détériore et les déchets s'accumulent ".


Un terrien sur six souffre de ce fléau des temps modernes, les cataclysmes ou les guerres, ne sont pas seuls incriminés, mais faute seulement de ne rien avoir à manger, la mort est au rendez vous inexorablement.

Comme si cette fatalité qui n'avait pas de nom désignerait ces solitaires comme cibles, égarés, abandonnés du reste de l'humanité.

Ces pauvres erres cachés ou mendiants au milieu de la foule, deviennent invisibles aux regards des autres ! Il faut savoir que mourir de faim c'est mourir dans d'atroces souffrances, souvent c'est être contraint et forcé de manger des feuilles, et des racines. De plus, mourir de faim est une longue agonie faite de souffrance.

Un raz de marée sans caméra ni élan de générosité submerge le Niger, celui de la faim. Sous l'action cumulée d'une sécheresse qui rappelle celle des années 1980 et d'une invasion de criquets destructeurs de récoltes, la famine sévit dans l'ouest de ce pays sahélien, aux confins du Mali et du Burkina Faso.

Des paysans privés de céréales pour cause de prix inabordables mangent des racines, certains creusent les termitières pour y extraire des grains de mil stockés par les insectes. Des millions de pauvres sans médicaments Les enfants atteints par le manque de nourriture cessent de grandir leurs cheveux et leurs dents tombent, et leurs petits ventres gonflent.

Une longue et douloureuse destruction du corps débute pour mener à la mort.Les directeurs du Programme alimentaire mondial (PAM) et du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) ont lancé en Juin 2008 un appel devant le Congrès américain pour éliminer la faim et la malnutrition des enfants dans le monde, rappelant que 18.000 enfants mourraient chaque jour pour ne pas avoir été suffisamment nourris, " un affront à la conscience ".

Sur notre belle planète déjà si petite 1 enfants meurt de faim toutes les 5 secondes d'après la FAO.


Imaginez un tout petit enfant qui souffre au moindre de ses mouvements. Les muscles atrophiés et sa peau déshydratée se craquelle, beaucoup d'enfant meurent de cette façon sous le regard impuissant de leurs parents.

Egalement, les deux tiers des personnes sous alimentées se trouvent en Asie et dans le pacifique. A elle seule l'Inde compte 200 millions d'individus affamés. Même si c'est bien en Afrique que proportionnellement la famine fait le plus grand nombre de victimes. Sur 10 victimes de la faim dans le monde 7 sont des femmes et des fillettes.Et pourtant autant de mères qui mettent au monde 20 millions de bébés au poids trop faible toujours d'après la FAO.

Un des cercles vicieux de la faim dans le monde c'est aujourd'hui le risque numéro 1 pour la santé mondiale. Un risque bien plus important que le SIDA le paludisme et la tuberculose réunis. Michel Tarrier s'est déjà penché sur ce problème avec son livre très polémique : " Faire des enfants tue la Surpopulation : la vraie vérité qui dérange ".


Revenons sur les émeutes de la faim quand la planète se révolte. C'est la révolution des ventres vides qui est en marche. Un cri de colère mondial. Les " crèves" la faim se font entendre. On constate une Flambée des cours des produits alimentaires, la spéculation des banques sur les denrées rares et l'augmentations du coût du transport et de la fabrication à cause d'une planète qui se " shoote " au pétrole.

Déjà on observe une vingtaine de pays sur le bord du cataclysme humanitaire.En ligne de mire par là où tout a commencé :
Haïti ou devant le palais présidentiel les casques bleus perdent patience et finissent par tirer dans la foule résultat : 6 morts et une centaines de blessés .Haïti fini donc par s'embraser, par les prix du riz et du lait dans ce pays la majorité pauvre augmente de 50%. Dans ce pays, chacun survit avec une moyenne de 1$ par jours. La rue a même obligé son premier ministre à se destituer.

Le début de la guerre mondiale de la faim, le premier gouvernement est touché directement. Puis, le pouvoir se trouve à son tour menacé par les révoltés de la faim. µ

Au Cameroun, l'armée vient au secours de son gouvernement au bort de la chute. Des morts avec cette fois plus d'une quarantaine de morts, officiellement. Puis le pays des pharaons à son tour rentre dans cette danse macabre Où la mafia égyptienne arrive à spéculer sur le pain que le peuple ne peut que réclamer face à un gouvernement sans moyen d'actions éfficaces. Les boulangeries font l'objet d'assaut car le pays est menacé de pénurie.
L'inflation du cours du prix du blé aurait mis le feu à cette poudrière déjà bien chargée. La rue affronte les forces de l'ordre dans un pays où la répression et très redoutée.

Puis le Sénégal, le Burkina ou la Côte d'Ivoire avec ses manifestations des petites classe sociales qui se multiplient, et jusqu'en Somalie, même, où avec des gros billets de banque on ne peut plus s'offrir le minimum vital.


En Afghanistan des personnes sont sous perfusions alimentaires permanentes. L'aide internationale est loin de pouvoir nourrir tout ce peuple ravagé par la guerre. Alors n'y aurait t'il enfin pas une raison de penser qu'il y a un choc alimentaire ? On aurait pu croire que si.


Dans une quarantaine d'année il y aura 9 milliards de bouches à nourrir, cette crise ne fait que commencer. Le riz est devenu un luxe au Burkina Faso, où, paradoxalement il y n'y aurait pas de pénurie alimentaire mais une spéculation boursière mondiale. Pour exemple le sac de 50 kilos de riz a triplé, il coûte sur place 21 milles francs CFA, alors, que le SMIC local et a 30 milles francs CFA Même si le gouvernement fait des efforts et indexe des produits ceci ne se répercute pas sur la majorité des étalages.

Mais surtout tout continu d'augmenter dans le monde, encouragé par les spéculations alimentaires :La Viande + 20 %Le Sucre + 30 %Le Blé + 40 à 60 %Le Beurre + 60 %Les Huiles Végétales + 80 %(Src= FAO)Il faut noter que le prix des céréales est côté en bourse.

Par exemple un céréalier peut vendre ses céréales au gré des ventes et il peut même, regarder dans quelles endroits où quelle période il peut en tirer le meilleur bénéfice. Cependant qu'acheteurs et vendeurs se mettent d'accord pour vendre à la crié dans une bourse. Trader boursiers producteurs sont des spéculateurs qui font grimper les prix …


Ces dérèglements intéressent les banques d'affaires et les fonts de pensions, et de plus près les boursiers. Et on trouve là, des acteurs qui n'ont plus aucun lien avec le monde agricole sauf qu'ils n'ont plus qu'un seul soucis c'est celui de faire grossir les gros portefeuilles.


Les matières premières agricoles deviennent une denrée rare, donc un bon investissement pour certains, tout comme des actions, des obligations ou des actions immobilières.

Et puis on rajoute la crise des sub-primes, ou la crise du sub-prime, (en anglais subprime mortgage meltdown) est une crise financière et boursière mondiale, déclenchée en 2006 par un krach des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis (les " subprimes "), révélée au monde en février 2007, puis transformée en crise financière mondiale à partir de l'été 2007.

Avec celles-ci, les investisseurs cherchant des placements plus rentables se sont rués vers les matières premières déversant des centaines de milliards de dollars ce qui a fait une explosion spéculative qui a participé grandement à perturber le cours des bourses des céréales.

Les banquiers, les fonts de pension sont les décideurs pour le monde agricole.

D'après le professeur M.Greenberger qui nous dit que pour ces acteurs là il est préférable que les prix montent au plus haut. Nous voilà de plein pied dans la Word Compagny.La hausse des prix de la bourse de Chicago aurait fait flamber le prix des céréales.


L'agriculture répercute une situation de crise qui se fait ressentir dans une bonne partie du monde. Et puis il ne faut pas oublier une fois encore la chine avec ces nouveaux riches qui eux aussi ont le droit de consommer comme tout pays développé. On remarque que l'on consomme davantage de viande maintenant. Même si les chinois ont fini par rejoindre les modes alimentaires occidentaux une partie de ce pays s'auto satisfait encore. Moins de riz mais davantage de viande, poulet œuf... Mais tout ça n'est évidement pas sans conséquence si on fait les petits calculs,ce qui pose problème, c'est qu'en chine pour 1 Klg de Viande il faudrait 8kLg de céréales. Et la consommation de viande a été multipliée par 2, par habitant depuis 1980.


On montre du doigt la chine pour essayer d'expliquer la flamber des prix alimentaires dans le monde, mais, l'impact sur les marchés mondiaux n'est encore qu'assez limité sur les marché mondiaux car en céréale l'auto suffisance de ce pays reste sa force. Mais voilà chez eux aussi les surfaces cultivables ne cessent de perdre du terrain. Une fois de plus l'urbanisation galopante et l'avancée du désert font perdre chaque année 1% des terre agricole Chinoise. Le gouvernement chinois fait déjà face à des problèmes de sécheresse dans une grande partie du pays.


Alors comment ces 20% de la population mondiale vont pouvoir vivre avec seulement 7% des terres cultivables ? Un équilibre de plus en plus fragile. Ne pas oublier que les événements de la place Tian'anmen avait pour point de départ une augmentation des prix en 89 de 25%. Ce mécontentement avait généré le tragique dénouement historique, de cet homme écrasé par un char sur cette place. Encore une fois un enjeu politique devrait maintenir une stabilité sociale.


Et parlons des USA le pays ou l'on mange le plus au monde et oui ça ce passe comme ça chez … Les quantités ingurgitées par les américains ne cessent d'augmenter.Le pays des hamburgers est passé a celui des doubles, triples, quadruples hamburgers les portions augmentent encore. Des hamburgers atteignent même les 2000 calories. Et la nourriture américaine est dopée pas seulement aux OGM mais aux stéroïdes. Une industrie alimentaire qui fait de leurs habitants des obèses, complètement influencés par les publicitaires. Des assiettes remplies de nourriture industrielles, à ce propos me fait penser à Tricatel ( film : L'aile ou la cuisse) et aurait pu devenir le maître du monde.

Dans ce pays on confond quantité et qualité il faut des proportions gigantesques là-bas pour en avoir pour son argent. Et sans oublier les sodas ou les quantités ne doublent pas mais triples. Et l'abondance, le rêve américain ne serait-il pas plutôt devenu la gloutonnerie. La moitié des aliments fabriqués au USA finissent à la poubelle.

Alors quand l'on ne contente plus de consommer les céréales maintenant on veut nourrir notre parc automobile. Les céréaliers d'aujourd'hui me font penser au nababs du pétrole d'un autre temps. Au Minnesota il y aurait l'équivalent de la Suisse en champs rien que pour nourrir les voitures. 20 Litres au cent en moyenne pour les gros 4*4 américains voilà le premier marché bien juteux pour ces nouveaux agricoles devenus prince du pétrole qui transforment le maïs en éthanol. Les distilleries géantes tournent 24h/24 mais ne suffisent déjà plus à satisfaire la demande. . 1 tiers de la récolte qui servait avant à l'alimentation humaine est aujourd'hui engloutie dans les réservoirs d'essence

Le scandale à mon avis est que la quantité de maïs pour remplir ces 4*4 énergivore suffirait à nourrir un homme pendant un an (Src L.Brown-Directeur de l'environnement).


Autre scandale la production d'un litre d'éthanol à partir du maïs nécessite 4 milles litres d'eau, toutes les nappes phréatiques des Etas Unis n'y suffiront pas. Et pendant ce temps la population Africaine va doubler dans les 40 années à venir ce qui veut dire qu'elle va passer à 1 milliard 800 Millions d'habitants rien que pour ce continent. Les pays riches tendront-il la main ? D'après J.Diouf -Directeur général de l'organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations Unis, Il faudrait revoir les investissements pour la matière de l'eau en Afrique il y aurait que 4% des terres arables qui seraient irriguées contre 38 % en Asie et donc cette agriculture de dépendrait uniquement que de la pluviométrie , ce qui reste encore aléatoire.


Et avec tout ça ne pas oublier que dans son propre pays on a faim sur les trottoirs quand d'autres sont toujours pressés. On supprime même des aides au resto du cœur, et on zappe quand ça nous dérange.

"Qu'un homme dorme sur le bitume ça n'a pas l'air d'inquiéter Les cardinaux en costume Derrière les vitres teintées ":
(Francis Cabrel - Les Cardinaux En Costume) Le sommet de la FAO a Rome na semble t'il rien donner que du BLA BAL BAL BLA.


Des il " faudrait faire " ou encore des " Ils faudrait que ça change "Le sommet de Rome de la FAO a permis de recueillir plus de 6,5 milliards de dollars de promesses de dons pour lutter contre la faim et la pauvreté. Mais plusieurs points de désaccords persistent. Sur les biocarburants, le texte joue la carte du consensus mou, en affirmant seulement qu'il est " essentiel d'aborder les défis et les opportunités liées à leur culture ". Autrement dit, ni condamnation, ni encouragement, il faut continuer d'en discuter. (Src :RFI)


A noter, dans le même temps, l'absence de toute référence aux engagements pris lors de la conférence des Nations unies de Bali sur les changements climatiques, ou encore sur les subventions accordées par les pays riches à leurs agriculteurs. Jean Ziegler est l'ancien rapporteur de l'ONU sur le droit à l'alimentation. Il est aujourd'hui membre du comité consultatif du conseil des droits de l'homme des Nations unies et auteur du livre L'Empire de la honte (édition Le Livre de poche). Il a déclaré dans le Monde du 06.06.08 a propos du sommet de Rome :

" C'est un échec total, c'est extraordinairement décevant, et très inquiétant pour l'avenir des Nations unies. Le sommet est assez unique dans l'histoire de cette organisation : plus de 50 chefs d'Etat et de gouvernement se sont réunis pour discuter de solutions concrètes à apporter à l'effroyable massacre quotidien de la faim, qui s'aggrave encore avec l'explosion des prix mondiaux des matières premières agricoles depuis cinq ou six mois. Mais le résultat de cette conférence est totalement scandaleux : l'intérêt privé s'est imposé, au lieu de l'intérêt collectif. Les décisions prises à Rome risquent d'aggraver la faim dans le monde, au lieu de la combattre. "

La surpopulation face à la spéculation il faudra bien du temps pour trouver un juste milieu. Et les OGM soit disant pour lutter contre ce genre de crise se vendent à coup de semences à gêne auto suicide afin de racheter continuellement tout les ans ces achats qui eux aussi ne sont plus des produits agricoles mais uniquement boursiers.


Pour les grosses sociétés qui profitent de la situation pour s'installer définitivement sur le marché et contaminer un maximum de plantations afin de revendiquer plus tard un brevet et d'ici là les agriculteurs ne seront même plus propriétaires de leurs propres champs.

Le monde est aux mains de stratègesCostume noir, cravate beigeOu turban blanc comme la neige Qui joue de bien drôles de jeux.(Francis Cabrel - Le Chêne Liège)

Félicien Michaut FAO =Food and agriculture organization, soit « Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture » , une organisation des Nations unies. OCDE =L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE, en anglais OECD : Organisation for Economic Co-operation and Development) est une organisation internationale d'études économiques, dont les pays membres, principalement des pays développés, ont en commun un système de gouvernement démocratique et une économie de marché
.

http://evolutionnaire.free.fr:80/faim.php


Bien à vous :damejane



.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 09:36    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

.


Vidéos à regarder mais surtout à écouter !





Analyse de la crise alimentaire



article publié le 4/06/2008
auteur-e(s) : Aurélie Trouvé



Aurélie Trouvé analyse les raisons qui ont conduit
à la crise alimentaire actuelle. Tensions sur les marchés,
baisses des stocks, mais aussi responsabilités
des politiques néolibérales menées par les IFI
(institutions financières internationales).







Proposition pour sortir de la crise alimentaire


article publié le 5/06/2008
auteur-e(s) : Aurélie Trouvé



Aurélie Trouvé explique les résolutions
qui doivent être prises d’urgence pour sortir
de la situation catastrophique d’aujourd’hui.
Politiques de régulation des marchés agricoles,
refonte de la PAC, les mesures à prendre sont
aussi nombreuses qu’urgentes





Bien à vous : damejane.


.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 26 Fév 2012 - 03:33; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 09:57    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

.

vidéos diverses :


We Feed the World - le marché de la faim,
(bande annonce)






le marché de la faim, commentaire du film sur dailymotion




La faim: arme de destruction massive





La Misère Du Monde




.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 26 Fév 2012 - 03:34; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 09:59    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

.


(SOS-planète)



Quelque 50 millions d'affamés de plus en 2007



De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)

Envoyé :mer. 09/07/08 09:04
À : damejane






Quelque 50 millions d'affamés de plus en 2007




Le nombre de personnes souffrant de la faim a augmenté de quelque 50 millions en 2007 du fait de la flambée des prix des denrées alimentaires, a déclaré le 3 juillet, M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, au cours d’une conférence au siège du Parlement européen à Bruxelles.

“Les pays pauvres subissent de plein fouet les graves conséquences de la flambée des prix des produits alimentaires et de l’énergie”, a dit M. Diouf. “

Des partenariats nouveaux et plus solides s’imposent d’urgence pour affronter les problèmes de sécurité alimentaire qui s’aggravent dans les pays pauvres. Aucun pays ou institution ne peut, à lui seul, résoudre cette crise. Les bailleurs de fonds, les institutions internationales, les gouvernements des pays en développement, la société civile et le secteur privé ont un rôle important à remplir dans la lutte menée au niveau mondial contre la faim.”


Selon M. Diouf, la crise actuelle est le résultat de plusieurs facteurs réunis : la demande accrue sur les produits agricoles due à la croissance démographique et au développement économique dans les pays émergents ; l’expansion rapide des biocarburants ; et l’insuffisance de l’offre, la production étant affectée par le changement climatique, en particulier les sécheresses et les inondations, au moment où les stocks céréaliers

– 409 millions de tonnes – sont à leurs plus bas niveaux depuis 30 ans. Ces tendances sont exacerbées par les mesures restrictives prises par certains pays exportateurs pour protéger leurs consommateurs et par les fonds spéculatifs sur les marchés à terme. Les hausses des prix des intrants agricoles sont un obstacle de taille empêchant les pays en développement d’accroître leur production agricole.


De janvier 2007 à avril 2008, les prix des engrais en particulier ont augmenté à un rythme beaucoup plus soutenu que celui des prix des denrées alimentaires.Les défis à venirEn vue de réduire le nombre de sous-alimentés dans le monde tout en répondant à la demande croissante, la production alimentaire mondiale devrait doubler d’ici à 2050.


L’augmentation de la production alimentaire doit avoir lieu principalement dans les pays en développement, là où vivent les pauvres et les affamés et où se vérifiera plus de 95% de l’accroissement démographique. Il est indispensable que les agriculteurs de ces pays aient accès aux intrants modernes, aux installations de stockage et aux infrastructures rurales. L’agriculture mondiale devra également relever des défis majeurs, notamment la maîtrise de l’eau et le changement climatique.


Plus de 1,2 milliard d’individus vivent aujourd’hui dans des bassins fluviaux où ils ne disposent pas d’assez d’eau pour couvrir leurs besoins et l’inquiétude s’accroît devant la tendance vers l’aggravation de la pénurie hydrique. Quant à l’Afrique subsaharienne, elle n’utilise que 4% de ses ressources en eau renouvelables.


Le monde perd, chaque année, 5 à 10 millions d’hectares de terres cultivables du fait de la grave dégradation des sols, mais en Afrique, en Amérique latine et en Asie centrale, il existe un fort potentiel d’expansion des terres sous culture.

Les gouvernements et les paysans devront également relever le défi du changement climatique en ce qui a trait à l’agriculture. Si les températures moyennes augmentaient de plus de 3 degrés Celsius, les rendements des principales cultures, notamment le maïs, pourraient chuter de 20 à 40% dans certaines parties de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique latine, a rappelé M. Diouf.


En outre, les sécheresses et les inondations vont probablement s’intensifier provoquant des dégâts supplémentaires aux cultures et des pertes accrues de bétail.Investir dans l’agriculture“La situation actuelle est le résultat de la longue négligence de la part de la communauté internationale de l’agriculture des pays en développement”, a fait observer M. Diouf. “La part de l’agriculture dans l’aide publique au développement a chuté, passant de 17% en 1980 à seulement 3% en 2006. Les investissements dans la recherche agricole dans les pays en développement représentent moins de 0,6% de leur produit intérieur brut, contre plus de 5% dans les pays de l’OCDE.”


L’accroissement de la production agricole dans les pays en développement ne sera possible qu’en intensifiant les investissements publics et privés dans l’agriculture. La FAO estime à 24 milliards de dollars par an les besoins en investissements publics supplémentaires, y compris les ressources supplémentaires nécessaires pour la maîtrise de l’eau, les routes rurales, les installations de stockage, la recherche et la vulgarisation, a indiqué M. Diouf. “Lors du récent Sommet de l’alimentation de la FAO, les engagements des bailleurs de fonds, qui ont atteint quelque 20 milliards de dollars, ont illustré la détermination de la communauté internationale à prendre des mesures en faveur des communautés rurales des pays pauvres”, a ajouté M. Diouf.


Le soutien aux paysans dans les pays en développement grâce à la fourniture de semences et d’engrais doit être une priorité si l’on veut augmenter la production alimentaire dans les pays les plus pauvres. La production de céréales dans les pays à faible revenu et à déficit vivrier (à l’exclusion de la Chine et de l’Inde) a diminué de 2,2% en 2007, en particulier en Afrique, et pourrait baisser encore en 2008 car les agriculteurs pauvres sont incapables d’acheter les intrants adéquats alors que les prix ne cessent d’augmenter.


“La FAO est actuellement à l’œuvre dans 35 pays. Elle soutient la production agricole dans ces pays grâce à la fourniture de semences sélectionnées, d’engrais et d’autres intrants agricoles essentiels pour les semis d’été. La FAO espère élargir le champ de son action à plusieurs autres pays dans les prochaines semaines”, a indiqué M. Diouf. En outre, la FAO a récemment approuvé, dans le cadre de son Programme de coopération technique, des projets d’une valeur totale de 23,7 millions de dollars au titre du soutien à la production agricole (fourniture d’intrants) dans 54 pays pauvres.


Autre priorité mentionnée par M. Diouf : le soutien aux balances des paiements et aux budgets des pays à déficit alimentaire. La facture des importations alimentaires des pays à faible revenu et à déficit vivrier a augmenté d’environ 37% en 2007 et pourrait accuser une nouvelle augmentation de 56% en 2008. Elle est aujourd’hui quatre fois plus élevée que son niveau de 2000.

A moyen et long terme, a souligné M. Diouf en substance, il faut se concentrer sur l’augmentation des investissements publics et privés dans l’agriculture afin d’améliorer les infrastructures rurales et permettre aux petits agriculteurs de bénéficier des opportunités du marché. Parallèlement, il convient de renforcer les capacités institutionnelles pour ass urer un développement agricole durable.


http://www.notreplanete.info/actualites/actu_1723_50_millions_affames_suppl…


Le saviez-vous ? 50% de la nourriture achetée par les américains du nord atterrit à la poubelle (30% en France).





[color=orange]bien à vous : damejane



.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 26 Fév 2012 - 03:34; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 10:00    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

Salut à toutes et à tous,

Durant de longues années j'ai travaillé dans de grandes surfaces, que je ne nommerais pas, et ce que l'on jetait était absolument incroyable.
Même les plus gros tonnages que vous pourriez imaginer, ne sont rien par rapport à la déperdition quotidienne.

J'ai même vu deux palettes entières de lait, au bas mot plusieurs centaines de litres, jetées de nuit afin que le directeur ne se rende pas compte de ce gâchis.

Encore un petit exemple, malgré tout cette perte sèche, mon ancien PDG a remboursé son magasin en 3 ans au lieu de 5 initialement prévus......merci les marges.....merci l'esclavagisme moderne, certes moins dur que l'esclavagisme tel que connu par nos soeurs et frères africains, mais ô combien présent.

Si on cumule les produits périmés et les produits à moitié mangés par les clients ce sont plusieurs dizaines de produits, charcuterie, pain, sandwichs, gâteaux etc...., qui sont jetés quotidiennement.
Si on cumule les palettes tombées au sol, les coups de cutter intempestifs de la part d'employés se moquant totalement de la manière d'ouvrir correctement un carton, les accidents de toutes natures.
Si on cumule ce fait par quasiment plus de 300 jours par an, imaginez qu'un seul magasin, je parle d'une grande surface bien sûr, pourrait facilement nourrir un village d'un pays du tiers-monde (j'exècre ce mot là) durant au moins 6 mois.
Si on cumule le nombre de "grandes surfaces" dans les pays "industrialisés" et on distribuait tout ce gâchis à toutes les personnes souffrant de la faim, on réduirait à néant ce fléau.

Que de "si" n'est-ce pas?
Pourtant avec un effort et une prise de conscience collective, combien de vies pourrions-nous sauver!

Mais la volonté est l'acte le plus difficile à accomplir pour l'être humain me semble-t-il, étant bien placé pour le savoir.......

Fraternellement.

Amilius

.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 10:01    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

.

Chers ami(e)s lecteurs,

Amilius,



Merci pour cette belle réponse qui dénonce le gâchis journalier des entreprises alimentaires. Le profit, les spéculations, le marché de la bourse forment les indignités journalières qui sont lancées comme des crachats à la face de ceux qui ont faim dans le monde comme en France ou elle est en constante augmentation, (tout comme aussi la précarité).


La misère tant qu'on est pas touché personnellement ne semble pas vraiment concerner les avides de fortunes.

Voici (en complément), cher Amilius, un texte que j'ai reçu qui abonde dans votre développement.



[SOS-planète]


Bon a savoir


De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :lun. 14/07/08 13:29
À : damejane57



Bon à savoir



1) Pour la banque mondiale, de 2006 à 2008, les prix alimentaires ont augmenté de 85%. Dans les pays pauvres, les dépenses alimentaires représentent 60 à 90% des budgets des ménages…



2) La production d'un kilo de bœuf nécessite autant d'eau qu'une douche (débit de 18 litres par minute) quotidienne de 5 minutes pendant 2 ans.



3) En Europe, chaque tête de bétail est subsidiée à plus de 2 euros par jour, soit un peu plus que le revenu journalier des 2/3 de la population mondiale.


4) Un plein de 50 litres de bioéthanol correspond à 250 kg de maïs, de quoi nourrir une personne pendant une année.


5) Par an, les avions commerciaux émettent autant de CO2 que toute l'Afrique.


6) L'élevage industriel consomme autant de céréales qu'Indiens et Chinois réunis (moitié de la population mondiale).


7) Le total des actifs financiers (crédits et spéculations) représente 160.000 milliards de dollars, soit trois à quatre fois le PIB mondial.


8) Dans le Pacifique Nord, les courants océaniques charrient des millions de tonnes de plastique. Leur accumulation couvre désormais une zone grande comme 6 fois la France.


9) Seuls 1,6% des dépenses militaires ou 4,3% des subventions agricoles sont nécessaires pour assainir les besoin en eau de 80% des Africains.


Source :

http://ploutopia.over-blog.com/article-20670554.html



Bien à vous : damejane.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 10:02    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

.


[SOS-planète]



La faim dans le monde




Crise alimentaire en Afrique




De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :jeu. 24/07/08 12:36
À : damejane




Crise alimentaire en Afrique
Source: 07-23-2008


L'ONU a publié des chiffres qui montrent que plus de 14 millions de personnes dans le Nord-Est de l'Afrique comptaient sur l'aide alimentaire et d'autres assistances pour survivre. Selon les Nations Unies, la sécheresse et l'augmentation du prix de la nourriture ont frappé de plein fouet l'Éthiopie et la Somalie, deux pays qui figurent parmi les plus pauvres du monde.


Beaucoup de familles n'y survivent qu'avec un repas par jour, et d'autres ont été forcées de choisir entre nourrir leurs enfants et les envoyer à l'école.


Mark Bowden Responsable de l'ONU pour la Somalie :

"Nous craignons que nous allions au devant d'une crise très profonde en Somalie au cours des prochains mois. Au début de l'année, nous avions estimé que 2,6 millions de personnes avaient besoin d'assistance. Nous estimons à présent que d'ici la fin de l'année, 3,5 millions d'entre elles en dépendront.
Cela signifie que presque la moitié de la population aura besoin d'aide, et c'est un chiffre terrifiant auquel nous devons réagir."



L'ONU a lancé un appel à l'aide internationale de 637 millions de dollars américains pour la seule Somalie, mais à peine un tiers de la somme a été rassemblée jusqu'à maintenant.

La crise alimentaire qui sévit dans le monde entier risque de faire passer le nombre de personnes qui souffrent de la faim au-dessus d'un milliard.





bien à vous :DameJane



.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 26 Fév 2012 - 03:35; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 10:03    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

.

[SOS-planète]



La production animale
contribue à la famine !




De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :mer. 20/08/08 13:20
À : damejane






La production animale contribue à la famine !
(par Christophe Marie)




En 1996, la Déclaration de Rome sur la sécurité alimentaire réaffirmait le « droit de chaque être humain d’avoir accès à une nourriture saine et nutritive », les signataires engageaient alors leur volonté politique à « éradiquer la faim dans tous les pays ». En 2008, non seulement la malnutrition et la famine croissent dans plusieurs parties du monde, mais elles devraient atteindre de nouveaux sommets de souffrances.


Des récoltes qui diminuent, des prix qui grimpent en flèche et des pratiques agricoles insoutenables ne sont que quelques-uns des facteurs qui mettent la vie en danger des personnes vulnérables.

Alors que la faim et la malnutrition tuent près de six millions d’enfants chaque année, il est inacceptable que d’énormes pourcentages de récoltes disponibles servent à nourrir des animaux de ferme (élevés, qui plus est, dans des conditions inacceptables).


Dans une lettre qu’elle vient d’adresser au secrétaire général des Nations Unies, Brigitte Bardot précise :

« une collectivité mondiale responsable ne peut plus se permettre de consacrer de 7 à 16 kilos de grains ou de fèves de soja, jusqu’à 15 500 litres d’eau et 323 m² de pâturages à la production d’un seul kilo de bœuf pour ceux qui ont les moyens d’en acheter. Nous avons désespérément besoin de méthodes plus accessibles et plus durables afin de produire des aliments pour tous. »



Dans un rapport de 2006, la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) affirme que l’élevage est l’une des causes principales des problèmes d’environnement les plus pressants, à savoir le réchauffement de la planète, la dégradation des terres, la pollution de l’atmosphère et des eaux et la perte de biodiversité.


A l’aide d’une méthodologie appliquée à l’ensemble de la filière, le rapport estime que l’élevage est responsable de 18 pour cent des émissions des gaz à effet de serre, soit plus que les transports ! Par son intervention auprès des Nations Unies, Brigitte Bardot s’associe au lancement d’une pétition internationale demandant l’étude des avantages du végétarisme afin de les incorporer aux futures stratégies pour un monde sans faim.



Pour signer la pétition en français :
http://un.evana.org/index.php ?lang=fr le 19/08/2008






Bien à vous : damejane.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 26 Fév 2012 - 03:35; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 3 Oct 2008 - 11:37    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

[SOS-planète]

La faim gagne du terrain
De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :ven. 26/09/08 23:07
À : damejane



La faim gagne du terrain 18 septembre 2008, Rome -






La hausse des prix a plongé 75 millions de  personnes de plus au-dessous du seuil de la faim, portant le nombre  estimé de personnes sous-alimentées dans le monde à 923 millions en  2007, annonce aujourd'hui la FAO. Les prix élevés des denrées alimentaires ont renversé la tendance  précédemment positive vers la réalisation de l’Objectif du Millénaire  pour le développement (OMD) relatif à la réduction de moitié de la  proportion de personnes souffrant de la faim dans le monde d'ici à 2015. La FAO a publié les nouveaux chiffres de la faim à quelques jours de  la session de l'Assemblée générale des Nations Unies sur les OMD.

La réalisation de l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation de  réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de la faim sera  encore bien plus difficile à atteindre, selon la FAO. Pour la période 2003-2005, la FAO estimait à 848 millions le nombre  d’affamés dans le monde, une hausse de 6 millions par rapport aux 842  millions de la période 1990-1992 (période de référence du Sommet  mondial de l'alimentation).

La flambée des prix des engrais, du carburant et des produits  alimentaires a aggravé le problème, indique la FAO. Les prix des  denrées alimentaires ont augmenté de 52 % entre 2007 et 2008 et les  prix des engrais ont presque doublé au cours de l’année dernière. Tendances inquiétantes "Les effets dévastateurs des prix élevés des denrées alimentaires sur  le nombre de personnes souffrant de la faim aggravent les tendances  de long terme déjà inquiétantes", selon M. Hafez Ghanem, Sous- Directeur général de la FAO responsable du Département économique et  social. "La faim a augmenté alors que le monde s'est enrichi et a  produit plus de nourriture que jamais au cours de la dernière décennie."

Les acheteurs nets de nourriture - ce qui inclut presque tous les  citadins et une grande partie des ménages ruraux - ont subi un impact  négatif à court terme des prix élevés des denrées alimentaires. Cela  a affecté les revenus et le niveau de vie des ménages. Les plus  pauvres, les sans-terre et les femmes seules à la tête d’une famille  ont été les plus durement touchés.
Ces tendances négatives dans la lutte contre la faim risquent de  torpiller les efforts déployés pour réaliser également d’autres OMD,  selon M. Ghanem. Outre le coût social dévastateur de la faim sur les vies humaines,  l’observation empirique montre l'impact négatif de la faim et de la  malnutrition sur la productivité du travail, la santé et l'éducation,  ce qui entraîne au bout du compte de faibles niveaux de croissance  économique globale.
 "La faim est une cause de la pauvreté, pas simplement une  conséquence", affirme M. Kostas Stamoulis, économiste à la FAO. "Le  coût économique de la faim en termes de ressources requises pour  remédier à ses effets ainsi que son coût sur la valeur de la  productivité et les pertes de revenus sont estimés à des centaines de  milliards de dollars par an."

L'effet débilitant de la faim sur la productivité de l'homme et sur  le revenu conduit au piège de la faim, indique M. Stamoulis, à savoir  que l'extrême pauvreté, tout en étant responsable de la faim,  perpétue aussi la pauvreté. Briser le piège faim-pauvreté "Ramener le nombre de personnes souffrant de la faim à 500 millions  au cours des sept années qui restent d’ici à 2015 exigera un effort  mondial considérable et résolu ainsi que des actions concrètes",  affirme M. Ghanem. Pour briser le piège faim-pauvreté, il est urgent d'agir  immédiatement sur deux fronts, selon la FAO: rendre la nourriture  accessible aux plus vulnérables et aider les petits agriculteurs à  accroître leur production et leurs revenus.

Cette double approche de la FAO vise à créer des opportunités pour  que les personnes souffrant de la faim améliorent leurs moyens  d'existence grâce au développement agricole et rural. Cela implique  également des politiques et des programmes, tels que les filets de  protection sociale qui améliorent l'accès direct et immédiat à la  nourriture. En décembre 2007, la FAO a lancé son Initiative contre la flambée des  prix des denrées alimentaires afin d’aider les pays vulnérables à  mettre en place des mesures urgentes pour améliorer  l’approvisionnement alimentaire et apporter un soutien en matière de  politiques en vue d’améliorer l'accès à la nourriture.

L'Initiative comprend des projets d'urgence, en cours ou prévus, dans  au moins 78 pays dans le monde. Les actions immédiates comprennent la  distribution aux petits paysans de semences, d'engrais, de fourrage  et d'autres intrants et outils agricoles essentiels. "Des investissements urgents offrant tout un éventail de produits et  à large échelle sont nécessaires pour aborder d'une façon durable le  problème croissant de l'insécurité alimentaire qui touche les pauvres  et les affamés", préconise M. Ghanem. "Aucun pays ou institution ne  pourra, seul, résoudre cette crise." Rendements élevés Selon la FAO, les pays les plus durement frappés par la crise  actuelle – la plupart d'entre eux en Afrique – auront besoin d’au  moins 30 milliards de dollars par an pour assurer la sécurité  alimentaire et relancer leur secteur agricole longtemps négligé.

Cela dit, la réduction de la faim est payante et devrait être  prioritaire en matière de développement, insiste M. Stamoulis. "La réduction de l'incidence de la faim dans le monde entier  améliorera considérablement les possibilités de réaliser les OMD  relatifs à la réduction de la pauvreté, à l’éducation, à la mortalité  infantile, à la santé maternelle et aux maladies", plaide-t-il. "Les  dépenses publiques pour réduire la faim sont un investissement à  forte rentabilité."

Contacts:
Teresa BuerkleRelations presse,
FAO (Genève)

teresamarie.buerkle@fao.org41) 22 917 2770(+41) 789004393 (portable)
Bureau des relations presse, FAOFAO-Newsroom@fao.org(+39) 06 570 53625 

http://www.fao.org/newsroom/fr/news/2008/1000923/index.html
.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 26 Fév 2012 - 03:36; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 3 Oct 2008 - 11:38    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

.



La crise alimentaire mondiale
continue de frapper de plein fouet
les plus démunis








La crise alimentaire mondiale continue de frapper de plein fouet les plus démunis et la FAO vient de dénombrer 923 millions de personnes sous-alimentées, en hausse de 75 millions depuis la dernière étude, estimant la tendance "inquiétante". La crise financière internationale n’en finit pas de secouer les Bourses tout en provoquant des dégâts humains considérables. Les États les plus actifs dans la promotion de la mondialisation néolibérale n’en finissent pas de se révéler très interventionnistes, nationalisant à tour de bras banques et compagnies d’assurances...
Le plan de sauvetage annoncé par le gouvernement des États-Unis a fait rebondir les marchés de près de 10% en une journée car en bout de course, ce sont les pouvoirs publics, et donc les populations, qui vont payer très cher (jusqu’à 700 milliards de dollars pour ce seul plan) pour sauver des organismes privés que la soif de profit a conduits à des pratiques douteuses et à des investissements on ne peut plus hasardeux. Triste décor pour une économie capitaliste qui se considère comme la seule à même d’apporter la prospérité alors qu’elle porte en elle la domination, la violence et l’exploitation de manière structurelle.
En face, au même moment, environ 12 000 altermondialistes étaient réunis à Malmö, en Suède, pour le Forum social européen 2008. Les derniers mois ont donné matière à réflexion et à revendications. Elles conduisent toutes à un mot d’ordre clair : Un autre monde est possible, et vraiment nécessaire !
Ailleurs, au Venezuela, en Bolivie, en Equateur, la tâche n’est pas simple pour des gouvernements progressistes mais l’espoir est de mise. Des avancées se précisent, des perspectives s’ouvrent.
Le CADTM est présent dans toutes ces directions par ses analyses et ses alternatives. Nous suivons tout cela de près et nous agissons au quotidien pour pouvoir peser de tout notre poids et faire basculer la balance du côté des peuples, loin de la logique de cette dette et de la soumission qu’elle implique, au Nord comme au Sud.
L’équipe du CADTM France

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article71888

Alerte Google transmise par Tanka que nous remercions.





manorah

________________________________
http://terresacree.org
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 26 Fév 2012 - 03:38; édité 3 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 3 Oct 2008 - 11:39    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant



La FAO, comme tous les décideurs, ont pour "bible" le CODEX ALIMENTARIUS, qui régit la norme alimentaire.
L'énormité de l'hypocrisie entre les dires et le contenu de ce "codex" est édifiant!...
Lanou


_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 12 Oct 2008 - 12:05    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

[SOS-planète]




Pétition
SOUVERAINETE ALIMENTAIRE




De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :mar. 16/09/08 15:03
À : damejane



Pétition SOUVERAINETE ALIMENTAIRE

Le commerce mondial de l’alimentation
affame les populations des pays pauvres
et nourrit la spéculation des pays riches.
Il est indispensable de défendre enfin
une vraie souveraineté alimentaire pour tous.


Signez notre pétition en ligne :


[url:dd9fcc9bde=http://www.njf.ch/]http://www.njf.ch/[/url:dd9fcc9bde]

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 26 Fév 2012 - 03:38; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 12 Oct 2008 - 12:08    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

Salut à toutes et à tous,


La dette américaine: 10 000 milliards de dollars, en chiffre cela donne donne : 10 000 000 000 000 000.

Le coup de pouce aux banques à travers le monde: plusieurs centaines (milliers?) de milliards de dollars, par exemple plus de 700 milliards rien qu'aux Etats-Unis, près de 150 milliards d'euro en France, il faut ajouter quelques centaines de milliards en Allemagne, Angleterre et au travers ainsi de toute la planète......

Pour éradiquer la famine sur la surface de la planète:
30 (petits) milliards de dollars...



Je ne suis pas analyste financier, mais :

si on peut sauver des banques,
c'est que l'on a de l'argent,

logique non ?



[color=navy]Alors pourquoi ne pas avoir demandé au G8 (les 8 "grands" pays capitalistes de ce monde) de débloquer cet argent il y a des années de cela et ainsi de sauver des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants d'une fin aussi atroce que celle de la famine?

Le Père veille, il n'y aura aucune dette spirituelle qui pourra être effacée.
Le Père n'est pas un "trader" spirituel qui s'amuserait avec des milliards d'Âmes, ni un gouvernement conciliant qui supprimera ce qui doit être.

Messieurs les gouvernants, messieurs les banquiers sachez qu'il n'y aura nulle complaisance, mais une Justice rigoureuse qui ne tiendra pas compte de ce que vous fûtes, mais de ce que vous fîtes.


Fraternellement.

Amilius..

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 12 Oct 2008 - 12:11    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde .. Répondre en citant

Bonsoir Amilius, bonsoir à tous et à toutes!

Oui, Amilius vous avez pointé ce qui est "tordu" dans ce monde.
La cupidité et l'avidité des traders et des grands groupes semblent bien être plus une priorité
dans de nombreux pays, alors que la faim dans le monde, comparativement,
est bien plus importante à l'aube de ce 3 ème millénaire, ce qui est d'une grande indignité
face à tout ce qui vit sur cette terre et toutes les possiblités existantes
pour nourrir les habitants de cette planète.

L'actuel chaos financier étant le résultat de leurs oeuvres (aux cupides)... qui provoquent encore
plus la ruine et la désolation pour des millions de personnes dans le monde..

N'oublions pas les animaux, les oiseaux, les insectes, le milieu marin,
il n'y a pas que les hommes qui crient famine !

Voici une missive que je viens de recevoir de Terre Sacrée
qui va dans le sens de vos propos Amilius,

je vous laisse la découvrir par la lecture.



La crise alimentaire mobilise moins les Etats que la crise financière
De : Terre sacree
Envoyé :jeu. 09/10/08 21:01
À : damejane






Une alerte Google sélectionnée par Tanka:
La crise alimentaire mobilise moins les Etats que la crise financière
PARIS source vérifiée

— Des spécialistes de la lutte contre la faim mettent en parallèle les milliards mobilisés actuellement
pour sauver banques et Bourses de la crise financière avec la difficulté à obtenir des fonds pour l
es 925 millions de personnes touchées par la faim dans le monde. "Je suis surpris de la rapidité et
de la facilité avec laquelle on arrive aux Etats-Unis à mobiliser 700 milliards de dollars pour sauver
de grandes banques", souligne François Danel, directeur général d'Action contre la faim (ACF)
qui organisait mercredi soir à Paris un débat sur la crise alimentaire mondiale.

"Quand il s'agit du drame de la faim, de la malnutrition, on a beaucoup de mal à mobiliser les énergies
et les fonds", poursuit-il, ajoutant: "le contraste me paraît très fort alors qu'un enfant âgé de moins
de 10 ans meurt de faim ou de ses conséquences toutes les cinq minutes dans le monde".
"La malnutrition sévère est une maladie qui peut tuer rapidement les enfants mais nous connaissons
les produits thérapeutiques prêts à l'emploi et les protocoles qui peuvent les sauver", explique
Susan Sheperd, de Médecins sans Frontières (MSF).


"Traiter un enfant malnutri coûte environ 60 dollars par an", précise Valérie Bemo, de la Fondation Gates,
"mais au niveau des financements mondiaux, publics ou privés, la malnutrition est un secteur
complètement négligé alors que 55 millions d'enfants sont malnutris". Avec l'enveloppe budgétaire mondiale
actuelle, on ne peut traiter que 5% de la malnutrition sévère, souligne le Dr Paluku Bahwere, expert
de Valid International, pionnier du traitement de la malnutrition infantile à domicile.
"Les sommes qui sont en ce moment trouvées pour renflouer des banques
nous laissent évidemment rêveurs", lâche-t-il.

"Des centaines de millions de personnes souffrent de la faim mais ils le font en silence si bien que cette
question n'est pas considérée comme stratégique par les gouvernants", commente Pascal Boniface,
directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). "Il y a des sommes dont l'ampleur
aurait fait hurler de rire ou de terreur si on en avait demandé ne serait-ce que 10% pour lutter contre
la faim, qui en 15 jours se sont évanouies à la Bourse et des centaines de milliards de dollars qui ont
été rayés d'un trait de plume pour lutter contre cela", poursuit-il.


Dominic Schofield, de Global Alliance for Improved Nutrition, souligne que la lutte contre la faim souffre
d'un "manque de volonté politique". Selon les estimations, trois milliards de dollars par an seraient
nécessaires pour éradiquer la malnutrition. Jean Ziegler, ex-rapporteur de l'Onu pour l'alimentation,
martèle que "la faim n'est plus une fatalité dans aucun endroit du monde", assurant qu'"un enfant qui
meurt de faim est assassiné". Il estime que l'explosion des prix mondiaux des matières agricoles, qui
a provoqué des émeutes de la faim dans une quarantaine de pays en avril 2008, est "une formidable
agression contre les populations les plus pauvres de la planète, causée essentiellement par les
agrocarburants et la spéculation qu'il serait facile d'interdire".


M. Ziegler insiste sur la nécessité pour les Etats "d'augmenter massivement leurs cotisations" en faveur
du Programme alimentaire mondial (PAM), qui a perdu 40% de son pouvoir d'achat avec la flambée
des prix des denrées de base. Ce farouche défenseur du droit à l'alimentation oppose la "débandade
bancaire et financière" à une "faillite morale" des gouvernants sur la question de la faim.


http://afp.google.com/article/ALeqM5gIIkGzZStspspNwCQCO-kY4hJJrQ


Bien à vous : damejane.



_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 26 Fév 2012 - 03:39; édité 3 fois
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:20    Sujet du message: La famine et la pauvreté dans le monde ..

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> le jardin de la sérénité -> la page de Damejane -> l'éditorial de damejane Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 2 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky