Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Nos petites soeurs les abeilles
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> le jardin de la sérénité -> la page de Damejane -> l'éditorial de damejane
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Sam 22 Aoû 2009 - 18:50    Sujet du message: Des abeilles interrompent l’enterrement d’un vieux de plus de 90 ans Répondre en citant

« Répondre #30 le: 07 Août 2009 à 10:50: »





Des abeilles interrompent l’enterrement
d’un vieux de plus de 90 ans





DIALDIALTO EN GUINEE-BISSAU
Article Par Souleymane Sall,
Paru le Mercredi 5 Aoû 2009

Lien source :
http://www.lobservateur.sn/articles/showit.php?id=22907&cat=societe





Incroyable mais vrai ! L’enterrement de S.D, un vieux âgé de plus de 90 ans, a été interrompu par des abeilles à Dialdialto. Une affaire qui continue encore de faire grand bruit dans cette zone frontalière où le défunt était connu pour ses pratiques peu orthodoxes.

Les parents ou proches qui ont tenu à accompagner feu S.D, un vieux âgé de plus de 90 ans, jusqu’à sa dernière demeure n’oublieront pas de sitôt leur arrivée très mouvementée au cimetière. En effet, après les témoignages sur la piété du défunt et la prière mortuaire, le cortège funèbre s’ébranle en direction du cimetière de Dialdialto, localité située en République sœur de Guinée-Bissau, à environs 15 km au sud de la ville de Kolda, pour enterrer le vieux S.D. Mais c’était sans compter avec une niche d’abeilles perchée très haut dans un arbre.

Sans crier gare, les abeilles se sont attaquées au convoi funèbre, dispersant du coup la foule de parents et d’amis venus rendre un dernier hommage au défunt. Sur les lieux, la débandade a donné lieu à un cafouillage indescriptible. Les gens ont pris la fuite, livrant ainsi le cercueil aux abeilles. De retour au domicile du défunt, le deuil a été, un instant, oublié. À la place, ce sont plutôt des commentaires... Certains dignitaires religieux et notables de la zone ont soutenu que c’est un fait naturel. «C’est une volonté divine ; ça devait arriver et c’est arrivé», disent-ils. D’autres, en revanche, attribuent l’évènement aux pratiques peu orthodoxes du vivant du vieux défunt. À en croire nos interlocuteurs, le vieux S.D était très versé dans les pratiques occultes. Il était souvent sollicité par des personnes venues de divers horizons, victimes de mauvais sorts, que le vieux S.D réussissait toujours à conjurer.

Ce n’est qu’après plusieurs heures que les enfants du vieux S.D se sont finalement décidés à retourner au cimetière pour la mise sous terre de leur défunt père. Après que les abeilles se sont calmées.




.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 22 Aoû 2009 - 18:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Sam 22 Aoû 2009 - 18:51    Sujet du message: dévas des abeilles - et respect du rituel d'enterrement d'un "frère".. Répondre en citant

« Répondre #31 le: 08 Août 2009 à 10:32: »

dévas des abeilles - et respect du rituel d'enterrement d'un "frère"..






dévas des abeilles
- et respect du rituel d'enterrement d'un "frère"..



- il est en effet assez rare que les dévas soient sollicités à intervenir par abeilles interposées.. cela peut pourtant arriver, dans des cas d'urgence comme le risque pour un frère défunt de subir sur ses corps.. non encore dilués et abandonnés à la terre en toute sûreté.. le risque donc, d'être vampirisés ou pire perturbés par des manœuvres obscures et abjectes de magie noire.. là, en projets d'être perpétrés, par de dangereux ignorants.. lors des rituels de mise en terre.. du corps de ce saint homme.

- appel a donc été fait par les gardiens aux esprits de la nature, et plus spécialement au déva des abeilles le plus proche et le plus concerné, voire "touché" par l'amitié qui, d'évidence, le liait au "vieux monsieur".. notre frère dans le service, oui, qui que nous soyons et où que nous vivions, nous sommes sous le regard et dans la conscience d'un des "seigneurs" de la terre, par définition : Seigneur des dévas et des hommes.. et cela est encore plus vrai, s'agissant de l'un des frères..

- Ceux des suiveurs de cet enterrement qui n'avaient rien à y faire, motivés par le seul désir de nuire au défunt en marmonnant des paroles de malédiction sur sa tombe, ont été chassés ainsi que les indifférents, suiveurs d'habitude.. seuls les proches du défunt ont procédé aux gestes et rituels funèbres indispensables, ce qui fut très bien et très suffisant.. de plus l'évènement a pu ainsi être compris en son sens d'avertissement par les apprentis mages noirs concernés : on ne touche pas au "saint" de la grande fraternité blanche..

- Personne n'a été "victimé" lors de cet épisode, plein de sagesse africaine.. les esprits se sont montrés fermes mais bienveillants, les fautifs peuvent encore assimiler la leçon, et peuvent rentrer dans la dignité naturelle avec laquelle naissent tous les humains.. mais l'avertissement ne sera pas renouvelé deux fois "sans frais", tout manquement ultérieur leur sera compté doublement, ne dit-on sous tous les cieux, en toutes les langues et sur tous les tons.. que l'homme averti en vaut deux ?

- Et il est donc deux fois puni s'il persiste dans le mal, alors qu'il avait été averti.. ce à quoi les habitants du lieu ont assisté est à la fois une mise en garde et une manifestation, une "extériorisation" de l'interactivité entre les vies déviques et les vies humaines, il n'est jamais bon que l'homme se croie tout puissant, et "tout savant" des mystères de la terre..




Shalom, Salam, Shanti, . . lamadelama ལམདེལམ





.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Sam 22 Aoû 2009 - 18:52    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles Répondre en citant

« Répondre #32 le: 09 Août 2009 à 10:46: »




Salut à tous!

Cit "cet épisode, plein de sagesse africaine.."
[color=navy]
En Casamance, pendant les terreurs infligées par les "rebelles", les guetteurs postés autour du village avaient annoncé l'approche d'un groupe de terroristes. Tout le monde a voulu fuir le village et quand ils sont venu chercher le vieux "marabout", celui-ci répondit que ce n'était pas des voyous qui le feraient fuir de chez lui. Les terroristes ont été mis en fuite par une attaque d'abeilles...

J'ai également passé quelque temps dans un village où les rites d'initiation étaient particulièrement spectaculaires et dont il était dit qu'il était sous la protection des abeilles blanches. Un chercheur Allemand était venu les étudier malgré le conseil des anciens qui disaient qu'il fallait "laisser les abeilles blanches tranquilles". Le scientifique a du être rapatrié d'urgence pour un mal étrange survenu le lendemain du début de ses recherches...

Fraternel partage!

Lanou




_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Sam 22 Aoû 2009 - 18:53    Sujet du message: La faim des butineuses Répondre en citant

Répondre #33 le: 09 Août 2009 à 23:20: »





La faim des butineuses






publié le 09.08.2009


Depuis quelques semaines, des jachères apicoles fleurissent sur le bord des routes. Un plaisir pour les yeux et les insectes pollinisateurs qui se délectent de ce casse-croûte indispensable à leur survie.

Elles s'appellent ail des ours, bouillon blanc, luzerne, milpertuis, sainfoin, sauje des près, ou encore trèfle blanc.

Multicolores, ces plantes sauvages sont un plaisir pour les yeux. Mais surtout pour les insectes pollinisateurs qui y trouvent un véritable "garde-manger", indispensable à leur survie.

Toutes ces espèces mellifères présentent un avantage nutritif notamment pour l'abeille qui, la belle saison venue, se fait un plaisir de les butiner : de fleur en fleur, elle y trouve de façon variable du nectar, source de glucides, qui se transformera en miel, et du pollen, source de protéines. Si on peut croire que ces plantes nectarifères et pollinifères sont abondantes, ces ressources ne sont pas forcément présentes de manière suffisante tout au long de l'année. Une malnutrition qui a perturbé les butineuses et qui a participé à la forte mortalité des cheptels en 2008.

"Les 50 % de pertes de ruches étaient directement liées à un hiver trop long mais aussi à un manque de pollen durant l'été 2007", note Dominique Roussel, président du Groupement de défense sanitaire des abeilles (GDSA). Faute de butinage, les abeilles s'étaient arrêtées de pondre trop tôt. Alors que les jeunes butineuses vigoureuses auraient pu affronter cet hiver rigoureux, les autres ne l'ont pas supporté. " Et il n'y avait plus personne pour attaquer le boulot au printemps", explique Marcel Prétot, président d'Apivosges. Un scénario catastrophe qui avait poussé Dominique Roussel à monter au créneau. En interpellant notamment les élus locaux et le conseiller général en charge de l'environnement, Alain Roussel.

"Il fallait trouver des solutions pour assurer un avenir à nos abeilles", explique le président du GDSA en sachant que les apiculteurs ne peuvent plus compter sur les jachères agricoles depuis que la nouvelle réglementation européenne a réduit fortement le gel obligatoire des surfaces cultivées. Résultat : le garde-manger des insectes pollinisateurs a été réduit à peau de chagrin.

"Pas miraculeux mais ça aide"

Pour pallier ces carences alimentaires, le plan départemental, intitulé "Biodiversité : abeilles et insectes pollinisateurs", porté par Vosges développement, a encouragé les collectivités territoriales, les agriculteurs, les entreprises ou encore les particuliers à multiplier ces jachères apicoles. Dans le cadre de ce plan "abeilles", environ 1 200 personnes ont reçu au printemps des sachets de graines.

"Et 52 communes vosgiennes se sont inscrites au sein de ce dispositif", note Alain Roussel dont une dizaine sur la seule Communauté de communes de la Saône vosgienne qu'il préside. Ainsi, le maire de Tignécourt n'a pas hésité à planter 200 mètres carrés de mélanges mellifères dans son verger. Cela peut paraître insuffisant mais l'effort collectif a permis de planter en tout plus d'un hectare de jachères apicoles sur le secteur de la communauté de communes. "Ce n'est pas miraculeux mais ça aide", note Marcel Prétot.

Et lorsqu'on sait qu'une ruche a besoin de 80 kg de miel pour survivre, on mesure l'importance de ces ressources alimentaires diversifiées qui ont un coût (environ 31 euros le kilo de graines). Un obstacle économique qui pourrait en rebuter plus d'un. Mais les défenseurs de ces jachères poursuivent leur travail de sensibilisation. En espérant que les particuliers s'y mettent dès le printemps prochain. En prenant toutefois quelques précautions car les semis ne doivent pas se faire à la légère. Gare aux plantes invasives ou à fleurs doubles qui sont, certes, très jolies mais inutiles aux abeilles qui n'y piochent aucun nutriment.

Si la multiplication des jachères apicoles ne sera pas le seul facteur qui permettra d'enrayer le déclin des abeilles, ça y participe. Un premier pas dont les premiers effets ne seront visibles qu'au printemps prochain lorsqu'il s'agira de faire le compte des ruchers. Et de constater si leur casse-croûte, qui profite aussi aux autres insectes pollinisateurs que sont le papillon et le bourdon, était de qualité.


Marie BLUTTE




.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Sam 22 Aoû 2009 - 18:54    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles: D’un nid à plusieurs milliers en cinq ans Répondre en citant

« Répondre #34 le: 18 Août 2009 à 22:46: »






« D’un nid à plusieurs milliers en cinq ans »

DENIS THIERY, spécialiste du frelon asiatique
Propos recueillis par E.M.
| 18.08.2009,







Chercheur à l’Inra, l’Institut national de la recherche agronomique de Bordeaux, Denis Thiery s’inquiète de la prolifération des frelons asiatiques et de la menace qu’ils représentent pour les abeilles.

Comment le frelon asiatique est-il arrivé en France ?

Denis Thiery. Probablement dans des conteneurs, à Agen, lors de l’importation de produits venant de Chine, dont il est originaire.

Nous avons daté cette entrée sur le territoire français à l’année 2004. Il existe 50 espèces de frelon asiatique potentiellement importables en France. Celui qui nous intéresse est le frelon à pattes jaunes.


Il semblerait que ce fameux « pattes jaunes » ait tendance à proliférer…

En effet et cela pour plusieurs raisons : premièrement il a trouvé chez nous un environnement qui lui convient. En fait d’après les études que nous avons menées il peut s’implanter durablement sur 50 % de notre territoire… En outre il n’a ici aucun prédateur. Le frelon d’Europe (protégé en Allemagne) ne fait pas le poids, avec ses quelques centaines d’individus par nid contre plusieurs milliers pour le pattes jaunes. Il arrive qu’ils se battent mais c’est un combat perdu d’avance.

Peut-on le considérer comme un nuisible ?

C’est un véritable fléau, notamment pour les abeilles, qu’il dévore et qui n’avaient pas besoin de ça ! Le problème est qu’il colonise les départements à une vitesse incroyable. D’un nid découvert en 2004, il y en avait 2 000 dans la région de Bordeaux en 2007. Ils sont probablement plusieurs milliers dans les départements limitrophes aujourd’hui. A cela il faut ajouter que les nids sont actifs jusqu’en novembre, date à laquelle ils cessent seulement de grossir.


Apparemment, il s'adapte très bien en milieu urbain.

Nous avons observé que le pattes jaunes apprécient effectivement les centres-villes . On peut même débusquer l’animal dans les égouts, où il se sent en sécurité. Il y trouve de la nourriture et de l’eau indispensable à la fabrication de son nid, fait de cellulose fabriquée avec sa salive.


Est-il dangereux pour l’homme ?

Pour quelqu’un d’allergique sa piqûre peut s’avérer grave.







.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 2 Nov 2009 - 00:41    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles Répondre en citant

« Répondre #35 le: 25 Août 2009 à 23:08: »




Un site à découvrir: Jachère Agricole

http://www.jacheres-apicoles.fr/index.php






Un objectif pour tous : Changer nos comportements et nos habitudes


Nous étions présents au salon de l’agriculture pour représenter le Réseau Biodiversité pour les Abeilles ; bien qu’une majorité de personnes se sentent concernées par notre action pour la biodiversité, peu agissent sous différents prétextes : «on ne sait pas quoi (ou quand comment) faire ; il est trop tard pour agir ; il faudrait réglementer… ; c’est de la faute des autres.. ». Il faut changer nos comportements et nos habitudes, il faut agir plutôt que de se donner des raisons pour ne rien faire. N’attendons pas tout d’un grand projet virtuel, soyons pragmatiques, avec des actions concrètes.

Nous savons tous que l’abeille est un pollinisateur indispensable (pour l’agriculteur comme le jardinier), nous savons que le problème de sa disparition est multifactoriel, nous savons aussi que le problème majeur est la malnutrition, il faut donc agir en priorité sur son alimentation. Les agriculteurs et la distribution agricole peuvent agir pour obtenir maintenant l’accord des préfets pour semer des jacheres apicoles le long des cours d’eau, (passer de la possibilité à l’acte serait une grande victoire pour l’abeille) ; les particuliers que nous sommes tous peuvent agir, en raisonnant la biodiversité dans nos jardins : privilégier des plantations de haies à intérêt apicole, avec des espèces régionales au détriment des résineux sans aucun apport pour les abeilles ( lélandy , cyprès, pins etc. etc.) ; semer quand c’est possible quelques m2 de fleurs à intérêt apicole ; les citoyens peuvent agir au sein des collectivités en intervenant auprès des responsables pour les inciter à semer des fleurs à intérêt apicole sur des espaces paysagés , sur des rond point en remplacement d’herbes ou de mauvaises herbes ou sur des zones de friches non entretenues .Soyons chacun de nous l’un de ces petits ruisseaux qui fera grossir les rivières.


Abel Desprez, administrateur du Réseau Biodiversité pour les Abeilles

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 2 Nov 2009 - 00:42    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles Répondre en citant

« Répondre #36 le: 26 Août 2009 à 20:20: »



Robert, inséminateur d'abeilles

Publié le lundi 24 août 2009





Il n'est pas rare que les éleveurs de bovins ou de chevaux recourent à l'insémination artificielle. La pratique est moins répandue dans l'apiculture mais avec la baisse des populations d'abeilles, elle tend à se développer.



MATHIEU HÉBERT
> mathieu.hebert@nordeclair.fr


À première vue, rien ne distingue le camping- car de Robert et Marie-Thérèse Lonneux. Avec leur plaque d'immatriculation rouge et blanche, on les prendrait pour n'importe quel couple de touristes belges en vadrouille en France.
Il n'en est rien. Passionné d'apiculture, Robert Lonneux a poussé la connaissance et la technique très loin. Producteur de miel et éleveur de reines, il est devenu en quelques années l'un des meilleurs inséminateurs de la région. Il a installé un petit laboratoire à l'arrière de son camping-car. L'avantage, avec les insectes, c'est qu'ils ne prennent pas beaucoup de place.


Ce week-end d'été, il s'est garé chez Michel Waroude, à Inval Boiron, à une petite heure de la baie de Somme. Durant deux jours, Robert a mis son savoir-faire à la disposition de plusieurs apiculteurs du nord de la France. Il y a là Guillaume, le petit jeune, qui vient de s'installer à quelques kilomètres de là et espère se lancer dans le miel bio ; Patrick Vandecasteele, de Marchiennes, fort d'une longue expérience dans le miel et l'élevage de reines et d'essaims. Comme l'hôte du week-end, Michel Waroude, Didier Dubois, de Saint-Omer, est l'un des rares producteurs de gelée royale française. Tous sont membres de la même association (1).
L'insémination des reines est un travail de patience. Il se déroule sur deux jours. Le premier, il faut recueillir le sperme des mâles. Le second, inséminer les reines. Dans la ruche, seule la reine pond. C'est sur elle que repose la force de la colonie.
Première étape : attraper les mâles - à la main - et recueillir la semence. Les apiculteurs sont venus avec « des ruches à mâles », c'est-à-dire qui contiennent plus de mâles que la moyenne. Dès la ruche ouverte, les faux-bourdons (les abeilles mâles) volent tout autour.
Pas évident de savoir qui fera un « bon » mâle, assez mûr. « Ils doivent avoir un peu de duvet sur le thorax, et être âgé de 10 à 20 jours , explique Robert Lonneux. Les mois de mai et juin, c'est idéal. Après le solstice d'été, la quantité de sperme diminue ».
Une pression des doigts sur la tête et l'endophallus et le sperme apparaissent. Le mâle est mort. C'est ainsi dans la nature : lors de son « vol de fécondation », une fois dans sa vie, la reine quitte la ruche et, en vol, est fécondée par plusieurs mâles, qui meurent sitôt la livraison du précieux liquide.
Robert va répéter la manipulation des dizaines de fois, ce samedi, dans son petit labo. Les yeux sur une lunette binoculaire, il presse l'abdomen du mâle, récupère le sperme à l'aide d'un capillaire (une fine pipette). Il faudra le sperme de 10 à 15 mâles pour une reine. Un travail long et fastidieux qui requiert calme, patience et minutie. « Inséminer, ça va. Mais récolter le sperme, oh la la... », fait remarquer Robert.
À ses côtés, Marie-Thérèse fait la compta de leur magasin d'articles apicoles (2). « Si je voulais continuer à le voir, il fallait que je suive, sinon il serait resté seul devant ses ruches à regarder voler les abeilles », explique Marie-Thérèse, qui travaillait à l'usine avant de passer derrière le comptoir. « La comptabilité, c'était mon boulot avant. Il y a eu plusieurs restructurations. On s'est dit que l'apiculture ferait une deuxième corde à notre arc. Et quand on met le pied dedans... » L'insémination proprement dite a lieu le lendemain. Anesthésiées au dioxyde de carbone, les reines paraissent endormies. « C'est pour provoquer la ponte », explique Robert. Une à une, il les place, tête en bas, dans un petit cylindre, abdomen en haut. C'est là que se trouve la spermathèque, où elles stockent le sperme, qu'elles utiliseront toute leur vie pour pondre.
En quelques gestes adroits, Robert ouvre le vagin et y dépose un peu de semence : 8 à 10 microlitres, soit l'équivalent du sperme de 10 à 15 mâles. Une fois l'opération achevée la reine est placée en couveuse, chauffée à 34 degrés, la température de la ruche. « La migration du sperme se fait plus rapidement. Un coup de froid ne serait pas bon », souligne Robert, dont le travail s'achève ici. Restera aux apiculteurs à replacer les reines dans leur ruche.
« Robert est l'un des meilleurs dans son domaine. Il connaît son métier et son équipement est d'une hygiène irréprochable », assure Patrick Vandecasteele. « En France on n'a pas de véritable tradition d'élevage ». Alors que les abeilles disparaissent, la question est cruciale. La reproduction de ces insectes, « sentinelles de la biodiversité », est indispensable à la pollinisation des plantes. L'insémination artificielle permet aux apiculteurs de garantir leurs souches, de faire du bon miel et tant d'autres choses...

(1) APPNP : Apiculteurs professionnels en Pays du nord et Picardie.
(2) lonneux@rucher-du-plateau.com




.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 2 Nov 2009 - 00:43    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles Répondre en citant

« Répondre #37 le: 08 Septembre 2009 à 16:07: »


Pièges à guêpes, pas à abeilles,
mode d'emploi


Patricia Beucher 29 août 2009





Non les abeilles ne mangent pas les fruits! alors attention aux insecticides furieux qui les tuent alors que cette année elles sont plus rares que jamais.

Samedi 29 août 09
Alexandre de Fressin, dans le Pas-de-Calais, voudrait une recette pour éloigner les abeilles et les guêpes de ses fruits qui sont dévorés

Une petite rectification, non les abeilles ne détruisent pas les fruits, les guêpes, les frelons, les mouches, oui, pas les abeilles, qui en plus cette année sont particulièrement rares dans les jardins, alors s’il vous plaît, pas de blague ne les tuez pas en achetant n’importe quel insecticide.

Pour empêcher les autres insectes de dévorer les fruits, achetez-vous des bouteilles spéciales et emplissez la coupole au fond avec du sirop, il faut compter 3 pièges pour un arbre adulte et les abeilles n’y vont pas, ça n’attrappe que les guêpes, frelons et mouches, toutes les mouches.



Lien source :
http://blog.rtl.fr/jardinage/20090829/pieges-a-guepes-pas-a-abeilles-shizo-…


.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 2 Nov 2009 - 00:44    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles Répondre en citant

« Répondre #38 le: 03 Octobre 2009 à 17:48: »



Mais où vont les abeilles quand
elles ne rentrent pas à la ruche?


De Emmanuel ANGLEYS – 20 sept. 2009







.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 2 Nov 2009 - 00:45    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles Répondre en citant

Répondre #39 le: 21 Octobre 2009 à 01:09: »

center]
[/center]

vidéo :
Environnement
- abeilles insectes et pesticides


Le silence des abeilles


Dans une région de Chine, suite à l'usage intensif de pesticides pendant des années, sans contrôl, , les abeilles ont disparues, ce sont des centaines d'ouvriers agricoles qui fécondent eux-mêmes les fleurs des poiriers à présent.... Les abeilles tout comme les autres insectes, sont indispensables sur cette terre et penser remplacer les abeilles par la main des humains est une gagure ! : il faudrait 90 milliards de dollars par an pour remplacer la pollinisation des abeilles par des paysans rien qu'aux USA ! dixit==> Extrait du documentaire " Le silence des abeilles" de Doug Shultz ( USA 2007)

Si nous persistons à ignorer les alertes des apiculteurs en Europe comme aux USA,
il est fort à parier que cette forme de pollinisation manuelle devienne un réalité également... dans nos campagnes..françaises et européennes..


http://www.dailymotion.pl/video/x9hp22_environnement-abeilles-insectes-et_w…




damejane

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 16 Mar 2010 - 23:54    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles Répondre en citant








_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 18 Aoû 2010 - 21:54    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles Répondre en citant

.



PLANTES MELLIFERES
et (ou)
POLLINIFERES


à découvrir sur !
http://apisite.online.fr/pollini1.htm#début





Citation:
***Les plantes mellifères (visitées par les abeilles), sont des plantes dont les fleurs assurent aux colonies d'abeilles un apport en nectar (dites plantes nectarifères) ou en pollen (pour les plantes pollinifères), voir des deux à la fois. Il en existe en France environ 450.

*** Seules quelques dizaines d'espèces ont en apiculture un intérêt pour la production du miel en quantité et en qualité.

*** Comme le rappelle justement Jean Louveaux, dans le centenaire de "l'Apicuteur" de 1893, "la qualité essentielle d'une plante mellifère c'est d'exister à des millions d'exemplaires... ce sont les ruches les plus populeuses qui font les grosses récoltes" on pourrait dire de même, "...que ce sont les grandes étendues de fleurs qui font les grandes miellées.

*** Ces remarques ne doivent pas pour autant décourager ceux qui veulent cultiver les plantes mellifères dans leur jardin; seules elles ne produisent certes pas de miel, mais constituent cependant, un apport nécessaire au développement de la colonie ; De plus en plantant différentes espèces mellifères, vous pourrez constituer une collection afin de montrer de façon plus vivante les variétés intéressantes pour l'Abeille.




.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 26 Jan 2011 - 20:07    Sujet du message: URGENCE POUR LES ABEILLES Répondre en citant

.





URGENCE POUR LES ABEILLES
AGISSEZ MAINTENANT!




Signez la pétition

Au Ministre Français de l'Agriculture M. Le Maire et au Président de la Commission Européenne M. Barroso:

Nous vous appelons à interdire immédiatement l'utilisation des pesticides néonicotinoïdes jusqu'à ce que et seulement si de nouvelles études scientifiques indépendantes prouvent leur innocuité. Le déclin catastrophique des populations d'abeilles pourrait mettre toute notre chaîne alimentaire en danger. Si vous agissez dès maintenant et avec précaution, nous pourrons éviter l'extinction des abeilles.

1,250,000
1,086,050

1,086,050 ont signé la pétition en France et dans le monde.
Aidez-nous à atteindre 1,250,000.


Des milliards d'abeilles sont en train de mourir en silence, ce qui met en danger nos cultures et notre alimentation. Et une interdiction généralisée d'un groupe de pesticides toxiques pourrait éviter l'extinction des abeilles.

Mais la France, sous la pression des puissantes industries chimiques, vient de renouveler l'autorisation d'un de ces pesticides. Pour sauver les abeilles, et alors que le débat fait rage pour répondre à cette crise, nous devons faire changer la position de notre gouvernement.

Envoyons un appel gigantesque au gouvernement français, très influent sur la politique agricole européenne, pour faire interdire ces produits chimiques et sauver nos abeilles et notre alimentation. Signez la pétition urgente, et faites la suivre à tous, nous la remettrons au Ministre français de l'agriculture Bruno Le Maire et aux décideurs européens:

source : http://www.avaaz.org/fr/france_save_the_bees/97.php?cl_tta_sign=f3d29da49f2…




PLUS D'INFORMATIONS

Abeilles: le ministère de l'Agriculture renouvelle l'autorisation du Cruiser, L'Humanité, 8 Décembre 2010
http://www.humanite.fr/08_12_2010-abeilles-le-minist ère-de-lagriculture-renouvelle-lautorisation-du-cruiser-459571

L'UNAF dénonce le renouvellement illégal de l'autorisation du pesticide Cruiser, Communiqué du 9 Décembre 2010
http://www.avaaz.org/communique_unaf

Le futur des abeilles entre les mains du lobby des pesticides? Corporate Europe Observatory et Cordination Apicole Européenne, Novembre 2010
https://docs.google.com/viewer?url= http://bee-life.eu/medias/news/futur-fr.pdf

L'apiculture française s'organise, la lutte contre les pesticides au coeur de l'action, Actu-environnement, Février 2010:
http://www.actu-environnement.com/ae/news/apiculture_abeille_unaf_pesticide…

Les élus signent une charte de soutien aux apiculteurs, La France Agricole, Mars 2010:
http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/abeilles-pesticides-les-e…

Document révélant la connaissance qu'avaient les autorités des Etats-Unis de la toxicité des pesticides (en anglais):
http://www.sfgate.com/cgi-bin/blogs/green/detail?entry_id=79910







.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Jeu 27 Jan 2011 - 11:18    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles Répondre en citant

.

A suivre..

La Commission européenne lance un programme de surveillance de la mortalité des abeilles
au sein de l'Union Européenne.

La Commission européenne a annoncé lundi 25 janvier qu'elle allait lancer d'ici la fin de l'année un programme européen de surveillance, afin de mieux évaluer l'étendue de cette mortalité et d'y trouver des réponse....ainsi que la mise en place d'un laboratoire de santé des abeilles qui aura pour objectif d'y répondre et de trouver des solutions..


damejane
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 17 Juil 2011 - 12:34    Sujet du message: La pollinisation chiffrée à 250 milliards $........ Répondre en citant

.







La pollinisation chiffrée à 250 milliards $

le 09 juillet 2011



L'abeille européenne a longtemps été considérée comme effectuant le gros du travail de pollinisation, mais il existe en fait plus de 20 000 espèces d'abeilles différentes qui répandent le pollen, en plus d'une série d'autres créatures ailées. Sur la photo, une abeille butine.




Carmen Marie Fabio
La Presse Canadienne


Les estimations actuelles chiffrent la valeur de la production agricole mondiale des pollinisateurs à environ 250 milliards $. La biologiste Melanie McCavour de l'Université de Concordia cherche à faire davantage reconnaître la valeur économique du travail effectué par les abeilles et autres créatures pollinisatrices.

Mme McCavour a soulevé ce problème auprès de la Commission nord-américaine pour la coopération environnementale en présence des trois ministres fédéraux de l'environnement du continent, le mois dernier à Montréal.

Cette question est l'un des dossiers présentement examinés par la Commission dans le cadre de son mandat de surveillance de l'impact environnemental de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Mme McCavour a indiqué vouloir ne pas seulement protéger la diversité de pollinisation dans le cadre de l'ALENA, mais désire également qu'une étude soit réalisée pour déterminer la valeur monétaire exacte de ces pollinisateurs au sein de l'économie.

Les estimations actuelles chiffrent la valeur de la production agricole mondiale des pollinisateurs à environ 250 milliards $.

Assigner une valeur monétaire tangible au service de pollinisation est la première étape pour établir un protocole pour protéger les créatures qui y travaillent. La logique veut que si les individus réalisent la valeur du travail des abeilles, des chauves-souris, des oiseaux, des coccinelles et des papillons, les décideurs politiques seront davantage portés à développer de meilleures politiques environnementales et agricoles.

Toute alternative aux pollinisateurs naturels, comme le fait d'avoir un nombre incalculable d'humains oeuvrant manuellement pour répandre le pollen avec des cotons-tiges, serait économiquement impossible, sans mentionner les difficultés physiques insurmontables.

Avec une baisse des populations d'abeilles, Mme McCavour a d'ailleurs appelé à des changements majeurs aux pratiques agricoles et de pollinisation.

L'abeille européenne a longtemps été considérée comme effectuant le gros du travail de pollinisation, mais il existe en fait plus de 20 000 espèces d'abeilles différentes qui répandent le pollen, en plus d'une série d'autres créatures ailées.

On retrouve, parmi les plus efficaces, les abeilles africaines, qui offrent un rendement de 50 pour cent supérieur aux abeilles traditionnelles. Il existe cependant des inquiétudes quant à l'introduction d'espèces non autochtones.

Mme McCavour veut remettre ces peurs en question.

«Un grand nombre d'espèces envahissantes sont pollinisatrices», a-t-elle plus tard expliqué lors d'une entrevue.

Si les insectes sont considérés comme des contributeurs au service de pollinisation, elle a ajouté que la perte d'une ou plusieurs espèces n'était pas nécessairement une mauvaise chose si la nouvelle espèce effectuait le même travail, et de façon plus efficace.

Les leçons apprises lors de l'usage d'une variété de pollinisateurs peuvent également être utilisées lorsque les graines sont semées, incluant la leçon voulant que la diversité soit une bonne chose.

Des plantations agricoles expérimentales ont révélé que cultiver un ensemble de produits côte à côte offrait de meilleurs rendements en raison de la variation des pollinisateurs que les plantes vont attirer.

Cette pratique s'inscrit en contradiction directe de la pratique courante visant à cultiver une seule plante sur une très grande surface, ce qui pourrait contribuer à la diminution alarmante des populations d'abeilles en Amérique du Nord.

Mme McCavour suggère une solution simple : réserver des bandes de terre au sein des plantations pour diversifier les cultures attirerait des pollinisateurs sauvages dans la zone et réduirait la charge de travail des abeilles, a-t-elle dit.



Source :
http://www.cyberpresse.ca/sciences/201107/09/01-4416545-la-pollinisation-ch…




.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:16    Sujet du message: Nos petites soeurs les abeilles

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> le jardin de la sérénité -> la page de Damejane -> l'éditorial de damejane Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 3 sur 4

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky