Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Parlons des bonnes choses..
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> le jardin de la sérénité -> les bonnes choses arrivent
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 26 Oct 2008 - 21:51    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

.

(SOS-planète)



Sus au steack, fabrique de CO2


De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :mar. 05/08/08 12:29
À : damejane





Sus au steack, fabrique de CO2



Loin du cliché tenace de peuple mangeur de saucisses, de plus en plus d’Allemands cèdent à la tentation du végétarisme. Depuis les premières enquêtes sur le sujet, il y a vingt-cinq ans, près d’un sur dix a arrêté la viande. Dans les villes, les restaurants jouent presque tous la carte végétale en proposant un menu adapté. «Virage alimentaire».

L’Allemagne vire végétarienne, d’autant plus que l’assiette sans viande pourrait devenir la nouvelle recette pour sauver le monde. C’est sérieux : dans les entrailles d’acier du Kulturpalast de Dresde, remarquable vestige de l’architecture communiste où se tenait le congrès végétarien mondial la semaine dernière, la théorie a fait l’objet d’une journée entière de discussions.

«Il est grand temps de prendre le virage alimentaire», s’alarmait l’Autrichien Martin Schlatzer, qui mène des recherches sur le rôle de la nutrition dans le changement climatique.

Les 700 spécialistes du végétarisme réunis à Dresde, venus de 35 pays, ont repris en chœur un argument béton : l’élevage est responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre, selon un rapport de la FAO publié il y a deux ans, soit plus que les transports. «Le mode de vie végétarien est bon pour la planète», conclut Thomas Schönberger, le président militant de la fédération végétarienne allemande (Vebu). «Ceci pour la simple raison qu’il faut sept unités de nourriture végétale pour produire une unité de nourriture animale», affirme-t-il. La théorie est simple.


Comme il faut bien nourrir les bêtes avant de les manger, il faut plus d’énergie, donc plus d’émissions de CO 2, et plus de pesticides, pour produire une même quantité de nourriture lorsqu’elle comprend de la viande. Le végétarisme, en revanche, est «climat friendly». Et c’est une aubaine pour les militants. «L’argument n’est pas nouveau, mais la prise de conscience des changements climatiques joue effectivement en faveur du végétarisme, admet Thomas Schönberger.


Même si ce n’est pas l’unique explication, nos adhésions ont très nettement augmenté depuis deux ans.» Le nombre de membres est en effet passé de 1 800 à 2 500. Avec les Pays-Bas et la Grande-Bretagne, l’Allemagne rejoint ainsi le peloton de tête des pays végétariens. Carotte. «On ne fait pas aussi bien que les Européens», se désole l’Américaine Gerry Coffey, porte-parole de l’Union végétarienne internationale, à l’issue du congrès de Dresde.


Les militants n’ont pas encore trouvé la carotte pour attirer d’autres pays comme les Etats-Unis sur la voie du végétarisme. Mais les Allemands sont convaincus que l’argument climatique peut en être une.


http://www.liberation.fr/actualite/economie_terre/343080.FR.php




Bien à vous : Damejane.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 26 Oct 2008 - 21:51    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 26 Oct 2008 - 21:53    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

.
[SOS-planète]


Les algues comme carburant propre



De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :dim. 10/08/08 15:23
À : damejane57







(Les algues comme carburant propre
Vivian Song Sun Media 10/08/2008)




Les tests faits en laboratoire révèlent que l’algue peut produire jusqu’à 19 000 litres de carburant par acre par année. En comparaison, pour la même surface et durant la même période, les noix d’un palmier produisent 2 500 litres, les fèves de soya 190 litres et le maïs 110 litres.


Communément appelées «écume d'étang», les algues filamenteuses qui se regroupent en amas flottants à la surface des étangs étaient jusqu'ici jugées indésirables. Mais dans l'univers de l'énergie renouvelable, elles sont aujourd'hui devenues l'ultime réponse à la crise énergétique mondiale et au réchauffement climatique. Programme de recyclage du carbonne par les algues


En tant que biocarburants, les microalgues ne soulèvent pas de controverse car elles ne sont pas utilisées dans l'alimentation et ne nécessitent pas de terres arables pour pousser. Ces organismes unicellulaires se reproduisent à une vitesse hallucinante: ils sont capables de doubler leur biomasse en quelques heures, contrairement aux plantes traditionnelles comme le soya ou le maïs.


Non seulement leurs lipides ou leurs gras peuvent-ils être convertis en biodiésel et en biocarburant, mais les microalgues d'étang peuvent aussi absorber le dioxyde de carbone, les polluants industriels les plus courants comme le dioxyde d'azote, de même que les azotes provenant des eaux usées. 19 000 litres de biocarburant


Pour survivre, les algues n'ont besoin que de carbone, de soleil et d'eau. Et encore, elles peuvent aisément se contenter d'eau sale ou salée. Certaines algues contiennent autant que 50% de leur poids en carburant, une performance entre 30 et 100 fois supérieure à celle les cultures conventionnelles. D'après les tests effectués en laboratoire, les algues peuvent produire jusqu'à 19000 litres de biocarburant par acre par année.


En comparaison, pour la même surface et durant la même période, le soya produit 190 litres de biocarburant, le maïs 110 litres et le palmier 2500 litres. Le ministère américain de l'Énergie a même estimé qu'il faudrait 40000 kilomètres carrés de terre - soit la taille de l'État du Maryland ou moins d'un septième de l'espace actuellement consacré aux plantations de maïs aux États-Unis - pour remplacer toute la production pétrolière du pays par les algues.



Les chercheurs canadiens s'intéressent aux algues

Au Canada, un groupe de quatre partenaires appuyés financièrement par les instances gouvernementales tente aussi d'exploiter l'énergie provenant des algues. Les chercheurs de Innoventures Canada, ou ICAN, un organisme parapluie qui réunit plusieurs centres de recherche provinciaux, ont mis sur pied le Système de recyclage du carbone par les algues (SRCA).



Ce projet vise à acheminer les gaz de combustion comme le dioxyde de carbone ou d'azote provenant des installations industrielles (centrales électriques, etc.) vers les étangs afin de stimuler la croissance des micro-algues. Celles-ci seraient ensuite récoltées et transformées en produits à valeur ajoutée comme le biodiésel, les fertilisants et l'éthanol. Les résidus de la biomasse serviraient d'aliments pour les animaux.



À titre d'exemple, les tests préliminaires ont démontré qu'un étang d'algues de 32 kilomètres carrés pouvait absorber plus de 30% des gaz à effet de serre générés par une usine alimentée au charbon type de 300 mégawatts.


En fait, l'objectif du projet SRCA vise tout simplement à accélérer le processus de respiration de mère Nature, qui utilise les plantes pour absorber le carbone se trouvant dans l'atmosphère. «Ce qui est le plus épatant, c'est que c'est un processus naturel», s'exclame Quinn Goretzky, directeur de projet au Alberta Research Council, l'un des quatre partenaires provinciaux.


Au début, on pensait que la faible luminosité et le climat extrême du Canada feraient obstacle à la mise en oeuvre d'un système de production d'énergie à partir d'algues, rappelle M. Goretzky. Mais les chercheurs canadiens ont décidé d'explorer le potentiel d'un système d'étang couvert hybride - soit un système contrôlé qui préviendrait les risques d'invasion d'espèces indésirables que l'on retrouve normalement dans un étang à ciel ouvert. «Ce qui est unique dans le système SRCA, c'est son empreinte écologique minimale», ajoute-t-il.



Les chercheurs tentent ainsi d'améliorer l'efficience du système en accroissant la profondeur des étangs d'algues. Habituellement, un étang fait 30 centimètres de profondeur et la lumière y pénètre à 20 centimètres de la surface. Les chercheurs de SRCA veulent tripler cette profondeur à 90 centimètres. Produits dérivés De son côté, le partenaire québécois du projet, le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ), se concentre sur la culture d'espèces d'algues dans des conditions idéales.



Le Centre se penche en outre sur les sous-produits pharmaceutiques que pourraient générer les algues, comme les pigments et les substances anti-cancérigènes. La vente de ces produits dérivés à valeur ajoutée contribuerait à compenser les coûts d'exploitation du système et en assurerait l'autosuffisance financière. Car les coûts de production de biocarburants faits à partir d'algues sont actuellement prohibitifs. «Il existe une vaste quantité de produits que nous pouvons extraire des algues», soutient Laurent Côté, porte-parole du Centre.



Les chercheurs explorent donc trois principales façons d'extraire le carburant, soit en ajoutant des solvants, en faisant chauffer les algues et en utilisant des ultrasons. D'après M. Côté, cette dernière technologie pourrait être viable financièrement. Les biocarburants à base d'algues pourraient être mis en marché dans environ cinq ans, selon les estimations les plus optimistes.

En dépit de l'enthousiasme suscité par le potentiel des algues, les sceptiques font noter que le carbone stocké pourrait éventuellement retourner dans l'atmosphère lors de sa combustion. Mais puisque le carburant provenant des algues remplacerait le pétrole, cela réduirait d'autant notre dépendance envers les carburants fossiles ainsi que nos émissions nettes. «Nous considérons cette alternative comme un outil pour minimiser les émissions. Il n'y a pas de solution unique au problème», conclut Goretzky.


lien source




http://www.canoe.com:80/infos/environnement/archives/2008/08/20080810-081601.html





Bien à vous, votre dévouée : DameJane.

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 26 Oct 2008 - 21:53    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

.


Ces folles silencieuses et
implacables de Plaza de Mayo



par Pablo Stancanelli et PABLO STANCANELLI


Mondialisation.ca, Le 4 mai 2007
Il manifesto





Le 30 avril 1977, un petit groupe de femmes commença à défier les généraux de la junte en se réunissant devant la Casa rosada de Buenos-Aires. C'étaient "les folles". Elles demandaient où avaient fini (disparu ?) leurs fils, elles exigeaient justice. Et à la fin elles ont gagné.



Ces folles silencieuses et implacables de Plaza de Mayo, Buenos Aires.





Nelva Méndez de Falcone (décédée le 24 décembre 2006), l'une des fondatrices du mouvement ``Mères de la Place de Mai``


Il fallait être fou dans l'Argentine de la dernière dictature militaire pour défier les généraux sur la plus importante place du pays, entourée des plus grands symboles du pouvoir : la Casa rosada, la Banco Nacion, le Ministère de l'économie, la Cathédrale, le Cabildo. Pourtant ce qui a poussé une dizaine de mères, simples femmes au foyer, à se réunir le 30 avril 1977 sur la Plaza de Mayo de Buenos Aires ce n'était pas la folie, comme essayèrent de le faire croire leurs détracteurs, mais l'amour, la douleur et le désespoir pour la disparition de leurs fils.



Ulises Gorini raconte dans son monumental "la rébellion des Mères" que peu de temps avant le championnat mondial de football de 1978 en Argentine, un journaliste étranger s'approcha de la marche silencieuse des Mères, qui marchaient en se tenant deux par deux pour respecter les contraintes imposées par l'état de siège, et il demanda quand avait commencé leur mouvement.



Après une hésitation, elles répondirent que ça avait commencé avec les paroles de Azucena Villaflor De Vincenti : "Mères, en agissant ainsi, nous n'obtenons rien. On nous ment de toutes parts, on nous ferme toutes les portes au nez . Nous devons sortir de ce labyrinthe infernal... nous devons aller directement sur la Plaza de Mayo et y rester jusqu'à ce qu'on nous donne une réponse. Nous devons arriver à être 100, 200, 1000 mères jusqu'à ce que tout le monde ne puisse plus faire semblant de ne pas savoir." Peu après, Azucena, comme son fils Nestor devint, elle aussi une desaparecida (disparue, NDT), trahie par le lieutenant de vaisseau Alfredo Astiz qui avait infiltré le groupe. Elle fut emmenée à l'ESMA, l'École mécanique de la Marine (où la plupart des opposants à la dictature furent torturés, NDT), et elle fut jetée dans le Rio de La Plata fin 1977. Après l'identification de ses restes, en août 2005, ses cendres reposent aujourd'hui sur la Place de Mai.



Ses paroles portèrent à la construction des Mères comme sujet politique et comme le mouvement le plus important et le plus original pour les droits de l'homme en Argentine. Une voie qui allait les conduire à la socialisation de la maternité, de la recherche de leurs propres fils à une lutte collective pour tous les fils. Peu importe que ce 30 avril là fût un samedi et que la place fût déserte. Elles commencèrent à tenir leurs marches silencieuses, comme aujourd'hui encore, tous les jeudis à 3h et demie de l'après-midi. Leur bataille pour conquérir une visibilité les amena aussi, quelques mois plus tard, à marcher avec 130 mille fidèles catholiques en procession vers la basilique de Lujan, un des rares rassemblements autorisés par la junte "occidentale et chrétienne". Avec le temps se constituèrent aussi d'autres groupes basés sur les liens du sang, comme Hijos e Abuelas (fils et grand-mères) les fils des disparus et les grand-mères des enfants nés de mères qu'on avait fait disparaître et souvent "offerts" ensuite à des couples de militaires, travail qui a permis de récupérer et de rendre leur identité à plus de 85 fils de disparues, volés par la dictature. Puis vinrent le procès contre les chefs des trois juntes militaires, les lois de Alfonsin sur la obediencia debida (loi qui amnistiait les tortionnaires sous prétexte de devoir d’obéissance, NDT) et du punto final, l’amnistie accordée par Menem. Mais la lutte systématique, patiente, pacifique, implacable, des Mères contre l'impunité est parvenue à permettre l'annulation de ces lois ignominieuses jusqu'à l'annulation par la Cour fédérale, le 25 avril dernier de l’amnistie : le général Videla et l'amiral Massera devront maintenant purger une peine de prison à vie. La décision de la Cour est arrivée pendant les nombreuses célébrations et hommages, commencés le 20 avril et jusqu'au 4 mai, à l'occasion des 30 ans de cet évènement central de la résistance à la dictature. Le point culminant a eu lieu les 29 et 30 avril avec une marche aux flambeaux et deux grands concerts de musiciens argentins et latino-américains sur la Place de Mai. Deux évènements séparés qui ont symbolisé aussi -malheureusement- la division des Mères survenue au milieu des années 80, en désaccord sur les méthodes de lutte.


Cependant elles ont toujours été d'accord sur un point : « Nous avons été accouchées par nos enfants » a dit Hebe de Bonafini une des représentantes les plus connues du mouvement. Les Mères, à leur tour, ont donné vie à la démocratie argentine. Avec leur lutte, leur résistance, leur obstination, les Mères de Plaza de Mayo ont fait des 30 000 disparus une présence éternelle et ont lancé un cri permanent de justice qui s'oppose aux appels hypocrites à la réconciliation moyennant le pardon et l'oubli. Certains évènements historiques sont imprévisibles.



Julio Cortazar le disait aussi en 1980 : "l'irrationnel, l'inattendu, le vol de colombes, les Mères de la Plaza de Mayo font irruption à n'importe quel moment pour bouleverser et balayer les plus scientifiques calculs de nos écoles de guerre et de sécurité nationale. Mères et Grand-mères de Plaza de Mayo : continuons à être folles...".



lien source de cet article :











Chers amis lecteurs, même si cet article date un peu, il démontre que l'humanité avance, et ces femmes courageuses l'ont bien compris intérieurement. Elles ont su faire ce qui était juste à faire dans leur pays. C'est une belle démonstration de citoyenneté: de cette citoyenneté qui est aussi "spirituelle", eu égard aux sacrifices imposés par les circonstances de la dictatures, puis consentis à cette "cause des mères" !.


Bien à vous : damejane.

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 26 Oct 2008 - 21:56    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant







à tous,



- quand pourra-t-on librement en Chine soi-disant communiste, parler des bonnes choses.. comme, pourquoi pas : parler des " MERES " des enfant de la place Tien An Men ? si elles "existent" encore.. et si oui, comment les appelle-t-on là bas, . . . . . les folles de Juin[1] ?

- Si un jour il advenait que ce sera devenu possible, alors le monde aura bien changé, si la "prophétie" d'André Malraux s'avère juste.. (cit : quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera !).. et dans quelle mesure de violence ou de profondeur de transformation, le monde aura-t-il "tremblé" alors, à l'occasion de ce réveil ?


- puisse le peuple Chinois anesthésié par ses dirigeants, se réveiller enfin, et ne pas commettre les mêmes erreurs que les occidentaux, et puisse-t-il surtout considérer que de profiter des plus faibles pour s'enrichir n'est digne ni du communisme ni du capitalisme !



- tout "parti" est la honte de l'homme, car il implique séparativité et mépris de l'autre camp, ainsi que favoritisme pour ceux qui se trouvent du "bon côté", et injustice pour les autres.. rien de bon ne peut sortir d'un parti, quel qu'il soit, et où que ce soit.. le parti attire les éléments partisans et donc la partisannerie, et pire : il attire le fanatisme, l'abject fanatisme qui a tant sévi dans la plupart des nations, pour le plus grand malheur des mères.. semblerait-il que seules les mères soient en mesure de comprendre toute l'inanité d'un système partisan ?

- il a été dit qu'en Allemagne, pendant les années les plus dures du nazisme, des épouses de maris Juifs auraient manifesté à Berlin et obtenu des allègements de peine, des droits de visites, et des libérations de quelques uns de ces époux prisonniers se trouvant dans le plus grand danger, sachant ce que l'on sait maintenant du régime Nazi, il est d'autant plus frappant de penser que cela ait pu être possible, il faut bien savoir que les dictatures sont lâches, dès qu'elles présentent le plus petit point de faiblesse, autant qu'impitoyables si on leur cède, ce qui est normal, quand on sait ce qu'elles ont en elles d'obscurité.. lâches à l'exacte mesure de leur côté obscur !

- Mais le mal ne sait pas seul venir[2], et la Chine, pas plus que d'autres grandes nations, n'est composée que d'une seule force, contrairement à ce que voudraient faire accroire ceux qui ont tout intérêt à conserver un pouvoir conquis de haute lutte, et de la trahison de leurs idéaux, moindre mal en regard de la trahison de leur divinité intérieure..

- Oui même les soi-disant "communistes" chinois ont en eux un "Christ" ou "Krishna".. ou autrement appelé.., et qui, comme chez tous les êtres, est le principe divin dans leur coeur, et se montreront capables, le jour prédestiné, de libérer l'accès à l'âme de ce peuple et d'accéder enfin à la liberté pour les peuples multiples composant la nation Chinoise !



nota[1] : (sachant qu'en Chine, ce mouvement est connu sous le nom de « mouvement du 4 juin » (Simplifié : 六四运动, Traditionnel : 六四運動) ou simplement « 6 – 4 » (六四), à l'occidentale..)


nota [2] : le mal ne sait pas seul venir, tout ce qui m'était à venir, m'est avenu !



[color=#336666]Shalom, Salam, Shanti, . . . . . . lamadelama






[img width=55 height=55]http://i45.servimg.com/u/f45/11/95/40/97/fleur710.jpg[/img]



_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 26 Oct 2008 - 21:56    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

[SOS-planète]



Des microalgues pour les biocarburants du futur



De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :jeu. 23/10/08 00:01
À : damejane



LE MONDE | 22.10.08 |



Ce sont des plantes microscopiques, qui pullulent dans les océans, les lacs et les rivières. Elles n'ont besoin pour croître, par photosynthèse, que de soleil, d'eau et de gaz carbonique. Elles sont, surtout, riches en lipides... Pour toutes ces raisons, les microalgues sont peut-être le réservoir des biocarburants de demain.


Sévère mise au point de la FAO sur les agrocarburantsDans son rapport annuel sur l'alimentation mondiale, publié début octobre, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a fait une sévère mise au point au sujet des agrocarburants. Elle a appelé à une révision des politiques et des subventions des pays de l'OCDE en la matière, afin de maintenir l'objectif de sécurité alimentaire mondiale et de garantir un environnement durable.

"Les occasions pour les pays en développement de tirer un meilleur parti de la demande de biocarburants seraient favorisées par la suppression des subventions agricoles et des barrières commerciales qui créent un marché artificiel et ne profitent actuellement qu'aux producteurs des pays de l'OCDE, au détriment des pays en développement", a dénoncé Jacques Diouf, directeur général de la FAO. Signalant que la production d'agrocarburants a plus que triplé entre 2000 et 2007 et qu'elle devrait continuer de croître au cours de la prochaine décennie, faisant grimper le prix des denrées, la FAO appelle à réduire les risques et à mieux partager les avantages liés aux agrocarburants.


Les agrocarburants de première génération extraits des végétaux terrestres - maïs, blé, betterave, canne à sucre pour le bioéthanol, colza, soja, tournesol pour le biodiesiel - n'ont plus la cote. En concurrence avec les cultures vivrières, ils sont aussi cause de déforestation et de dégradation des sols. Ceux de deuxième génération, qui valorisent la totalité des plantes - bois, feuilles, paille, résidus agricoles -, s'annoncent plus avantageux. Mais dans la filière la plus avancée, visant à produire du bioéthanol à partir de la cellulose et de la lignine du bois, les rendements actuels restent faibles, les coûts élevés, les technologies complexes.


L'alternative pourrait donc venir des microalgues, déjà qualifiées de biocarburants de troisième génération. "La production à grande échelle de biodiesel à partir d'algues arrivera beaucoup plus vite qu'on ne l'imagine", prédit Juan Wu, de la société de conseil en biotechnologies Alcimed. Elle estime "une commercialisation possible d'ici trois à six ans, avec un prix compétitif par rapport au diesel issu du pétrole".


Responsable du programme de recherche français Shamash - du nom de la divinité solaire babylonienne - sur le biocarburant algal, Olivier Bernard, de l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) de Sophia Antipolis, se montre plus prudent. "Sur le papier, le potentiel des microalgues est énorme et justifie qu'on y consacre de gros moyens. Mais nous en sommes encore au stade du laboratoire, tempère-t-il. Une production à grande échelle n'est pas imaginable avant au moins cinq ans, plus vraisemblablement dix."



PETROSUN, PIONNIER AMÉRICAIN



Chercheurs et industriels se pressent autour de ce nouveau gisement d'énergie. Une centaine de projets sont déjà lancés aux Etats-Unis, mais aussi en Australie, en Chine ou en Israël. En Europe, une quinzaine de programmes de recherche sont en cours. L'un des pionniers, la firme américaine Petrosun, a annoncé au printemps la création, à Rio Hondo (Texas), d'une ferme de microalgues marines s'étendant sur 450 hectares d'étangs salés, puis d'une seconde, près du golfe du Mexique, de 1 100 hectares. La société israélienne Algatech, qui élabore depuis 1999, dans le désert du Néguev, des dérivés d'algues à usage médical et alimentaire, se tourne vers la production de carburant algal. GreenFuel, issue du Massachusetts Institute of Technology (MIT), commercialise déjà des systèmes de culture d'algues. Les pétroliers Shell et Chevron se lancent dans l'aventure. Des start-up fleurissent sur le marché, dans lesquelles des capital-risqueurs injectent des millions de dollars...


"Les microalgues peuvent accumuler entre 60 % et 80 % de leur poids en acides gras", indique Olivier Bernard. Ce qui laisse espérer une production annuelle, par hectare, d'une trentaine de tonnes d'huile. Un rendement trente fois supérieur à celui des espèces oléagineuses terrestres comme le colza. Mais les procédés de fabrication sont encore loin d'être maîtrisés.


Parmi les quelques centaines de milliers, voire les millions d'espèces, de microalgues présentes dans la nature, toutes ne sont pas aussi prometteuses. Il faudra donc sélectionner - ou obtenir par manipulation génétique - les variétés à la croissance la plus rapide et les plus aptes à stocker des lipides. Puis comparer les performances de la culture dans des bassins d'eau salée ou d'eau douce, ou encore à l'intérieur d'aquariums fermés - des photobioréacteurs -, qui évitent les contaminations par d'autres micro-organismes et permettent de mieux contrôler la photosynthèse, mais sont aussi plus coûteux.


Il faudra, ensuite, trouver la meilleure équation biologique pour modifier le métabolisme des algues et les "charger" en acides gras, en les soumettant à des stress - comme une carence en azote - et en les dopant en CO2. Ce qui, à raison de près de 2 kg de gaz carbonique pour 1 kg de matière végétale, pourrait servir à recycler des effluents industriels. Il faudra, encore, mettre au point un procédé efficace d'extraction de l'huile stockée par ces plantes lilliputiennes : la méthode actuelle, par centrifugation, séchage et solvant organique, est en effet très gourmande en énergie. Et, pour finir, transformer cette huile en gazole.

C'est dire que d'énormes progrès restent à accomplir, avant que "l'or vert" des microalgues fasse tourner un moteur de voiture.



Pierre Le Hir


http://www.lemonde.fr:80/planete/article/2008/10/22/des-microalgues-pour-le…


.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 26 Oct 2008 - 21:58    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

L'Indonésie s'engage à protéger en partie son exceptionnel patrimoine biologique




Depuis maintenant de nombreuses années, on entend parler de la destruction de la forêt amazonienne et des conséquences dramatiques qu'elle provoque. Si une véritable prise de conscience à l'échelle planétaire a permis de quelque peu de limiter les dégâts, ce poumon de la nature est loin d'être sauvé pour autant.

Le problème, c'est que lorsque l'on essaye de préserver ce qui peut encore l'être quelque part, les destructions se poursuivent à grande échelle ailleurs. C'est ainsi qu'en Indonésie la nature est en train de payer un énorme tribut au développement économique d'un pays que l'on ne connaît pas très bien dans nos contrées.


Cette nation n'est pourtant pas qu'un petit point lointain sur une carte. C'est au contraire un immense territoire de près de deux millions de kilomètres carrés, composé d'environ 17 000 îles, dont 6 000 habitées par l'homme. Les plus grandes, Java, Sumatra et Bornéo, regroupent une grande majorité de plus de 230 millions d'habitants qui en font le quatrième état le plus peuplé de la planète.
On le voit, l'Indonésie occupe une place importante que ce soit sur un plan démographique ou géographique. Quant à son importance au niveau écologique, elle est tout simplement énorme. Avec l'Amazonie et le Bassin du Congo, il s'agit tout simplement d'une des trois régions du monde les plus riches sur le plan de la biodiversité. Ce pays abrite environ 11% des espèces de plantes connues sur la planète, 10% des mammifères et 16% des oiseaux, un patrimoine inestimable mais en grand danger. Depuis trop longtemps, ce pays s'est en effet lancé dans une déforestation à grande échelle.
Depuis 1950, ce sont environ 70% des forêts naturelles qui ont purement et simplement disparu. Le commerce international du bois a été l'une des causes majeures de ce carnage et c'est aujourd'hui la florissante industrie de l'huile de palme qui aggrave encore la situation, des millions d'hectares de forêt primaire laissant la place à d'immenses plantations de palmiers. Certaines espèces emblématiques pourraient ainsi purement et simplement disparaître dans les décennies à venir. C'est le cas des orangs-outans ,les singes les plus proches de l'homme, qui ne seraient plus que 6 000 aujourd'hui et pourraient avoir disparu dès 2020.
Le tigre de Sumatra , ne compterait plus que 500 à 600 représentants, tandis qu'il y aurait moins d'une centaine de rhinocéros de Java encore en vie. Si l'on ajoute à cela les dangers pesant sur de très nombreuses autres espèces de mammifères, de batraciens et d'oiseaux, la situation n'est pas loin d'être catastrophique.

Dans ces conditions, chaque bonne nouvelle est bonne à prendre et le fait que le gouvernement indonésien vienne de signer un accord avec le WWF pour protéger les forêts tropicales de l'île de Sumatra est encourageant.


Les gouverneurs des dix provinces de l'île se sont engagés à protéger les sites à haute valeur de conservation et à restaurer les écosystèmes en danger. Une telle action serait d'autant plus importante que de nombreux sites de cette région abritent des forêts de tourbières, dont la disparition accélère de manière plus que significative le réchauffement climatique.

Un petit espoir vient donc de naître avec la signature de cet accord, mais le combat sera encore long et difficile pour sauver l'un des écosystèmes les plus riches de la planète.

http://www.frequenceterre.com/chroniques-environnement-251008-907-L-Indones…





[color=navy][b]Ce n'est qu'un espoir, une belle promesse !!! Mais, on ne peut laisser passer ce genre de bonnes nouvelles réconfortantes ...

manorah

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 4 Nov 2008 - 17:25    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

.

Quatre alertes Google selectionnées
par Michelle + Gentech-news 185



De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :ven. 31/10/08 01:18
À : damejane57@hotmail.fr






ENERGIES RENOUVELABLES :
UN SECTEUR RENTABLE SELON GREENPEACE


- Allemagne: inauguration de la première éolienne en mer - Organisme: FAO Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture - Bulletin électronique de Survival International (France) + Gentech-news 185


ENERGIES RENOUVELABLES : UN SECTEUR RENTABLE SELON GREENPEACE

Investir massivement dans le secteur des énergies renouvelables serait non seulement utile pour lutter contre le réchauffement climatique... mais surtout économiquement rentable en cette période de crise : telle est la conclusion d’une nouvelle étude présentée par Greenpeace International.

La crise profitera-t-elle aux énergies renouvelables ? Cela se pourrait bien, si les politiques décident d’investir massivement dans le secteur des énergies vertes, affirme un nouveau rapport présenté par Greenpeace International, lundi à Berlin.

Selon l’étude intitulée « Révolution énergétique : une vision d’une énergie mondiale durable », un investissement mondial de 9 milliards de milliards de dollars dans les énergies renouvelables permettrait l’émergence d’une industrie très rentable et la réduction des émissions de CO2 .

Une somme gigantesque, certes, mais les auteurs précisent qu’il faut mettre dans la balance le fait que, d’ici 2030 plus de 18 milliards de milliards de dollars de dépenses en énergies fossiles auront été économisées dans le seul secteur de l’électricité.

Source :
http://www.developpementdurablelejournal.com/spip.php?article3522


Allemagne: inauguration de la première éolienne en mer BERLIN


- La première éolienne offshore d'Allemagne a été inaugurée mardi en mer du Nord, à 500 mètres des côtes de Basse-Saxe, premier pas d'un plan de développement ambitieux, a annoncé l'opérateur BARD Engineering. Des parcs d'éoliennes en mer existent déjà en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et au Danemark.

Le gouvernement allemand voudrait alimenter d'ici à 2030 15% des foyers avec de l'électricité produite en mer, soit jusqu'à 25.000 mégawatts.

L'énergie éolienne offshore "est d'une importance capitale pour notre futur approvisionnement en énergie et un facteur décisif pour atteindre nos objectifs de développement des énergies renouvelables", a déclaré à l'inauguration le ministre allemand de l'Environnement, le social-démocrate Sigmar Gabriel.

Cette première éolienne doit servir de prototype pour un parc de 80 structures à 100 kilomètres des côtes de l'île de Borkum, dont la construction doit commencer au printemps prochain.

En Allemagne, la part d'énergies renouvelables dans la production d'électricité a augmenté de 11,5% en 2006 à 14% en 2007, selon le gouvernement qui s'est fixé un objectif de 30% pour 2020, le plus ambitieux de l'Union européenne. L'Allemagne a pris du retard sur d'autres pays européens pour le développement de l'éolien en pleine mer, mais n'a plus guère d'autre choix que de s'engager dans cette voie en raison du manque croissant de surfaces disponibles sur la terre ferme.

Source : http://www.romandie.com/infos/news2/081028165324.npygqchw.asp


Organisme:

FAO Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture Bill Clinton :
"Alimentation, énergie, malheurs financiers, tout est lié"

Le président Bill Clinton a appelé la communauté internationale à cesser d'utiliser la crise financière mondiale comme "excuse" pour éluder le problème de la faim qui s'aggrave, ajoutant que l'autosuffisance agricole est la seule réponse à long terme si l'on veut réduire la faim et prévenir d'autres malheurs financiers à l'avenir. L'ancien président des Etats-Unis s'exprimait au siège des Nations Unies, à New York, au cours de la cérémonie marquant à la fois la célébration de la Journée mondiale de l'alimentation (JMA) et le 63e anniversaire de la FAO.

"La nourriture n'est pas une matière première comme les autres", a dit M. Clinton qui dirige une ONG internationale portant son nom. "Nous devrions retourner à une politique d'autosuffisance agricole maximum", a souligné M. Clinton. Alors qu'il y aura toujours un marché mondial pour des cultures comme le riz, le blé ou le maïs, a-t-il ajouté "il serait insensé de considérer la nourriture comme un téléviseur couleur et penser qu'il est possible de développer beaucoup de ces pays où je travaille sans renforcer leur capacité à se nourrir par leurs propres moyens".


M. Clinton a préconisé le renforcement du commerce équitable et des programmes de commercialisation directe ainsi que d'autres mesures susceptibles de réduire le déséquilibre entre les producteurs agricoles des pays développés et les agriculteurs - des petits paysans pour la plupart - qui produisent la plus grande partie des aliments consommés dans le monde.

La faim s'aggrave Le thème de la JMA cette année est La sécurité alimentaire mondiale: les défis du changement climatique et des bioénergies, mais l'événement a pris une connotation plus forte du fait de l'urgence face à l'aggravation de la faim et à la crise financière.

"La crise alimentaire, la crise énergétique, la crise financière montrent que nous vivons dans un monde interdépendant et qu'il n'est pas possible d'échapper à notre destinée commune", a dit le président Clinton.

"Il est très important pour les pays nantis, les particuliers riches et les compagnies prospères de réaliser, même s'ils ont été très durement touchés par la crise financière, qu'ils n'ont pas d'excuse pour éviter de se pencher sur les problèmes des autres, car cela nous évitera une autre crise financière à long terme."


Ban Ki-moon Le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, qui a pris la parole avant M. Clinton, a invité lui aussi les pays à collaborer en vue d'élaborer une "approche complète au problème de la sécurité alimentaire".

"Les difficultés actuelles s'intensifieront si nous ne parvenons pas à prendre une action résolue maintenant", a dit M. Ban Ki-moon.

"Le temps n'est plus où on pouvait se pencher sur un seul problème à la fois", a déclaré de son côté M. Miguel d'Escoto, président en exercice de l'Assemblée générale.

Selon lui, les pays donateurs devraient tripler les fonds consacrés à l'assistance au pays en développement. "Nous devons trouver des solutions qui transcendent les intérêts nationaux étroits et servent tous les peuples, toutes les nations et notre planète si fragile", a dit M. d'Escoto.

Diouf M.
Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, a mis en garde contre les conséquences sociales plus larges qui pourraient résulter de l'absence de solution au problème de la faim.

"L'élargissement du fossé entre la richesse fabuleuse et la pauvreté abjecte a poussé un grand nombre de démunis et de désespérés à s'exiler, outre mer ou à travers les continents, à la recherche de la terre promise. "

Confrontés à l'immigration, certains riches se sont barricadés dans leurs forteresses. Mais comment contraster l'exode massif sinon par la croissance économique et notamment le développement agricole vu que 70 % des pauvres vivent en milieu rural?"

M. Diouf a appelé à une révision urgente des droits de douane et d'autres barrières techniques qui "dénaturent les règles de la concurrence du commerce international".

"Nous devons bâtir de nouvelles relations internationales qui puissent procurer aux agriculteurs des pays développés des revenus comparables à ceux de leurs concitoyens des secteurs secondaire et tertiaire, mais sans pénaliser les agriculteurs des pays en développement", a souligné M. Diouf.

"Enfin, les Etats-Unis, les pays du G8 dont la présidence sera assurée par le premier ministre italien Silvio Berlusconi, le G5, le Conseil de coopération du Golfe et les autres Etats membres de la FAO et des Nations Unies devraient être capables de convoquer, durant la seconde moitié de 2009, un Sommet mondial sur la sécurité alimentaire au niveau des Chefs d'Etat et de Gouvernement en vue de parvenir à un large consensus pour éradiquer la faim dans le monde.

"Ce nouveau Sommet alimentaire mondial, a poursuivi M. Diouf, devrait permettre de trouver 30 milliards de dollars par an pour développer les infrastructures rurales et stimuler la productivité agricole dans les pays les moins développés."

Selon les derniers chiffres de la FAO, 75 millions de personnes ont rejoint, en 2007, les rangs des affamés, portant à 923 millions le nombre d'affamés. Source :
http://www.newspress.fr/communique_208441_1258.aspx


Bulletin électronique de Survival International (France) 30 octobre 2008 PARAGUAY:

Condamnation d'une compagnie brésilienne Une compagnie brésilienne a été condamnée par le Comité de surveillance du gouvernement paraguayen pour avoir illégalement détruit le territoire du dernier groupe d'Indiens isolés du Paraguay.Pour plus d'informations:

http://www.survivalfrance.org/actu/3857


BRESIL:

Des Indiens d'Amazonie paralysent un barragePour sauver leur rivière, des Indiens enawene nawe d'Amazonie brésilienne ont occupé le site d'un important barrage hydroélectrique détruisant du matériel dans le but d'interrompre son activité.Pour plus d'informations: http://www.survivalfrance.org/actu/3807


BOTSWANA:

De Beers revient dans la réserve du Kalahari central; Survival relance sa campagne- Survival International relance sa campagne contre De Beers après avoir appris de source bien informée son retour dans la réserve du Kalahari central au Botswana.
Pour plus d'informations:
http://www.survivalfrance.org/actu/3821

- Survival International a vivement critiqué la Fondation Mo Ibrahim pour avoir récompensé le "remarquable leadership" de Festus Mogae, l'ex-président du Botswana qui a orchestré l'éviction des Bushmen du Kalahari.
Pour plus d'informations:
http://www.survivalfrance.org/actu/3838


INDE:

Protestation massive des Dongria Kondh contre VedantaPlusieurs centaines de Dongria Kondh ont défilé en dansant et chantant ce mois-ci à Bhubaneswar, la capitale de l'Etat d'Orissa. Munis de leurs armes traditionnelles, ils ont manifesté leur opposition au projet d'exploitation minière de leur montagne sacrée par la compagnie britannique Vedanta.
Pour plus d'informations:
http://www.survivalfrance.org/actu/3845


PARIS Ciné-débat Survival :
prochaine séance le lundi 3 novembre 2008 à 20h!à la Filmothèque du Quartier Latin, 9 rue Champollion, 75005 PARIS (M° Odéon)

- Hommage à Claude Lévi-Strauss, avec la projection du film
"A propos de Tristes Tropiques", de Jean-Pierre Beaurenaut, Jorge Bodanzky, Patrick Menget (1991), 46 mn

- En complément: "Imbé Gikegü" (le parfum du fruit péqui), de Takumã et Maricá Kuikuro, coul. 36min, Brésil.
En présence de Patrick Menget, ethnologue, président de Survival International (France).
Pour plus d'informations: http://www.survivalfrance.org/agir/agenda/373a/373


Survival aide les peuples indigènes à défendre leur vie, protéger leurs terres et déterminer leur propre avenir.Survival n'accepte aucune subvention gouvernementale et dépend exclusivement de ses membres et donateurs pour financer ses campagnes.

Pour en savoir plus ou apporter votre soutien :
http://www.survivalfrance.orginfo@survivalfrance.org

Merci de faire suivre ce message à toute personne intéressée. To receive the enews in English, send a blank email to:survival-on@mail-list.comSi deseas recibir estas noticias en espanol, envia un mensaje en blanco a :survivalspan-on@mail-list.comPer ricevere le e-news in italiano, invii un messaggio vuoto a:survivalital-on@mail-list.com mail-list.com 1302 Waugh Dr. #438 Houston, Texas 77019 USA .


Gentech-news 185 .

1
Les européens sont très sceptiques à l’égard des aliments issus d’animaux clonés Selon une enquête Eurobaromètre de la Commission européenne, les citoyens européens évaluent de manière généralement négative le clonage animal à des fins de production alimentaire. 84% des personnes interrogées pensent que l’on manque de recul pour juger des conséquences sanitaires à long terme pour les consommateurs. (Europa, Press Release, 9.10.08)

2.
Non-GMO Project entend introduire étiquetage et traçabilité aux USA Plus de 400 producteurs alimentaires se sont regroupés au sein d’une alliance – dès l’année prochaine, leurs produits sur le marché US porteront le label garanti sans OGM.

A la base, un standard homogène et indépendant ainsi qu’une procédure de certification auquel sont soumis 28’000 produits. (Non-GMO Project, 2008)

3.
Les aliments OGM en vente dans 6 pays de l’UE – de nombreux consommateurs en achètent sans le savoir Dans six pays de l’Union Européenne, des produits identifiés comme produits alimentaires transgéniques sont sur le marché. La plupart d’entre eux en Tchéquie, Hollande et Estonie. Environ la moitié des acheteurs de tels produits ignorent toutefois qu’ils ont été élaborés à partir de plantes génétiquement modifiées.

4.
Les Etats membres de l’UE se mettent d’accord sur de possibles modifications de la procédure d’autorisation Les pays membres de l’UE ont toujours des conceptions différentes d’éventuelles modifications de la procédure d’évaluation et d’autorisation en matière de plantes OGM en Europe.

Les pays membres sont d’accord sur le point d’améliorer les processus favorisant l’évaluation des risques à long terme des plantes OGM pour l’environnement.

Au Conseil de décembre, les ministres de l’environnement des pays européens entendent trancher définitivement sur les modifications de la procédure d’évaluation et d’autorisation. (Transgen.de, 21.10.08)


5.
Plantes utiles à plus grande teneur en fer – sans génie génétique Plus de 2 milliards d’êtres humains dans le monde souffrent d’anémie dont la carence en fer est la cause principale. Programmes de sélection et culture conventionnelle de millet et de haricots à forte teneur en fer sont très prometteurs. (cgiarNews, septembre 2008)

Vous pouvez consulter les références et les articles de fond correspondants sur la rubrique "Gen-Lex-News français" de notre site
http://www.blauen-institut.ch.

Le bulletin est rédigé par Florianne Koechlin du Blauen Institut
(en collaboration avec le Groupe suisse de travail sur le génie génétique GTG)


.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 18 Jan 2009 - 17:57    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

« Répondre #3 le: 30 Novembre 2008 à 02:05: »

.

Loin des bombes




Peut être plus en ce moment, l’information tue à petit feu. Sans balle ni grenade, mais elle nous emporte dans une rivière ininterrompue de nouvelles tristes. Dans ce flux puissant et multiforme voyagent pêle-mêle, les marres de sang des victimes de Bombay, les massacres du Congo. Les Sdf qui meurent de froid à nos portes. Sans compter la liste interminables des révisions à la baisse des prévisions de résultat, avec à la clef leurs lot de licenciements. Et puis il y a cette gueule de l’enfer que semble être devenu ll’économie dans laquelle on jette sans cesse des milliards sans que cela paraisse jamais suffisant. Je veux fuir et pour cela je laisse glisser mon doigt sur un globe terrestre, cherchant un lieu éloigné de tout cela. J’ai besoin de souffler de retrouver un peu ce pourquoi j’avance. J’ai trouvé mon bonheur à 20 heures d’avion d’Orly. Et d’un grand coup d’aile heureux je laisse derrière moi toutes ces détresses pour lesquelles, désarmé je ne peut rien faire.


Dormir et oublier un peu le quotidien en noir et blanc. C’est les yeux à peine ouverts et le dos en morceaux que j’aperçois une langue de terre et ô surprise elle tient toute entière dans le hublot. Une île confetti surgit de nul part. Là je serai bien rien qu’un moment, histoire de se poser un peu. L’avion stoppe sur la piste qui traverse l’île de part en part. Je m’élance d’un bon pas, car ici pour rallier la ville de l’aérogare : c’est plutôt facile, il faut prendre la deuxième rue à droite et c’est à trois minutes à pied !!. La chaleur fait du bien, les arbres magiques sont tous en fleurs.


En un quart d’heure je traverse la ville pour arriver chez mes hôtes : Lionel et Tita. Je m’installe dans une chambre cernée par la nature et avec une vue superbe sur la moitié de l’île. Très vite je pose la Question : en souriant Tita m’indique où se trouve le plus proche. Alors je presse le pas et j’arrive bientôt sur une large bande de terre couverte d’herbe et qui descend en pente douce jusqu’à la mer. Il est là immense, immobile, le dos à la mer bien campé sur son piedestal.


Lui c’est un moai de l’île de Pâques. Il a un curieux chapeau de pierre rouge qui surmonte un corps de pierre griffé par les siècles. Ill était peut être là avant que le premier coup de pioche de la première cathédrale soit donné. Heureux d’être enfin arrivé je me laisse tomber à terre de fatigue. Longtemps je reste assis devant lui comme pour témoigner sans parole combien cela fait du bien d’être là. Ses yeux restent rivés vers l’intérieur des terres. Alors les jours suivants, coupé du monde, je suis son regard et je marche, je marche sans cesse et je fais de l’île mon jardin avec une frénésie avide pour cette force que je ressens et qui partout nous entoure.


L’île de Paques est la terre la plus isolé du mon monde à plus de 3000 km de toute vie, véritablement posée entre ciel et terre. Les kilomètres défilent, parfois des heures entières à marcher sans croiser personne hormis des chevaux sauvages et du bétail en liberté. C’est le début du monde d’avant. Vertige d’imaginer un peuple vivant dans cet isolement entouré d’une mer aveugle d’où rien ne viendra sans doute pendant plus de mille ans. Bientôt l’histoire de l’île s’impose avec des vie faites d’efforts car peu d’outils et pas d’animaux de trait. Tout ressurgit, les clans, le partage du peu de terres cultivables. Cette foi inébranlable dans la taille des moai : Il n’y a qu’une d’une seule carrière dans les flancs du volcan Rano Raraku.


Il faut de longs mois pour les tailler et parfois autant pour les transporter à l’autre bout de l’île. Le labeur est à la fois éreintant et exigeant, pour preuve une fois sur trois, ils finissent, brisés tout près du but. On dit que sur les terres de chaque clan, les statues constituent l’hommage rendu à un ancien. Après des siècles de domination par le même clan, les luttes de pouvoir ont débutées. Avec pour résultat : la mise à bas de centaines de statues dans toute l’île. L’émergence d’autres rites, d’autres règles, d’autres rois. Des dizaines de milliers d’habitants en guerre jusqu’à l’absurde, jusqu’à la famine. Folie poussée à l’extrême avec la coupe définitive du dernier arbre de l’île. L’île n’est pas pour rien née de l’énergie de trois volcans.


On retrouve ici en réduction les soubresauts de toute l’histoire humaine. Jusqu’au drame final avec l’enlèvement de l’essentiel de la population pour travailler comme esclaves dans les mines du Pérou et mourir de la variole.


Même si plus d’un siècle s’est écoulé, une conséquence tragique perdure : la perte d’une partie de l’âme de ce peuple par la disparition des dépositaires de sa culture. Iici aussi c’est une partie de ce monde qui est le mien. Impossible d’y échapper, même loin des bombes, la dureté de l’existence ne disparaît pas. Les descendants des pascuans sont accueillants et on comprend leur fierté d’exister car ils savent ce que disparaîitre peut signifier. Par bribes, les nouvelles du monde lointain me parviennent car la roue des jours a continué sa course.


Il faut bientôt rentrer, mais je vais repart plus fort de touts ces jours à arpenter cette terre d’émotion, attachante et forte. Et je garde le message optimiste comme quoi les choses peuvent changer, s’améliorer : de grands arbres poussent de nouveau sur l’île. Et un bateau jette l’ancre désormais, deux fois par mois dans le petit port que surplombe des moai impassibles.

29 novembre 2008


http://zoomzen.blog.lemonde.fr/2008/11/29/loin-des-bombes/

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 18 Jan 2009 - 17:59    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

« Répondre #4 le: 01 Décembre 2008 à 12:05: »

Chamouille
Comprendre l'écologie en s'amusant



Belle initiative que cette roulotte itinérante. Le Théâtre des sept lieux a garé sa roulotte, équipée de solutions écologiques, dans différentes écoles du Chemin des Dames. Elle transporte à son bord sept personnages, tous débarqués d'univers différents, dont chacun endosse un thème environnemental essentiel : l'eau, le tri sélectif, la biodiversité, les énergies renouvelables, etc.


Cette troupe de « saltimbanques » bretons sillonne la France et enchante les enfants avec leur spectacle, tout en leur transmettant un message écologique. Selon Tiphaine Devaux, l'attachée de production, « l'idée est de planter une graine afin d'en faire des citoyens responsables..»
D'ailleurs, leur spectacle s'appelle « Graine de roulotte ».


lien source de cet article :


http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/216056/Chamouille__Com…

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 18 Jan 2009 - 18:01    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

« Répondre #5 le: 11 Décembre 2008 à 00:10: »
Citation:
Salut à tous deux!

Je n'ai pas réussi à accéder à "nouveau fil..." dans "nouvelles".
Je vous transmets le post si vous souhaitez l'afficher:

Lanou


Bonsoir à tous,

Voilà Lanou, c'est fait, votre article devrait faire chaud au coeur et
qui sait, il peut donner envie de partager sa joie au quotidien...


Bien à vous :
damejane et Lamadelama.





Le bonheur est contagieux




Le bonheur des gens dépendrait du bonheur de ceux qui les entourent. C'est la conclusion des recherches menées pendant plus de vingt ans par deux scientifiques américains, dont l'étude est publiée, vendredi 5 décembre, par le British Medical Journal (BJM).

Au-delà du fait, évident, que certaines émotions soient contagieuses d'une personne à l'autre, on en savait peu jusqu'ici sur l'impact, à long terme, de l'entourage d'un individu sur son bonheur, ainsi que sur le nombre et la proximité des personnes "contaminées" par le bonheur d'un tiers. L'objectif du professeur Nicholas Christakis, de la Harvard Medical School, et du professeur James Fowler de l'Université de Californie à San Diego, qui ont mené cette étude auprès de 4 739 personnes de 1983 à 2003, dans une ville du Massachussets, était donc d'évaluer si le bonheur pouvait se répandre, à long terme, d'une personne à l'autre, et dans l'ensemble d'un groupe social.

Leur réponse est que "les variations dans le niveau de bonheur d'un individu peuvent se propager par vagues à travers des groupes sociaux et générer une large structure au sein même d'un réseau, créant ainsi des groupes de gens heureux ou malheureux", la proximité géographique important aussi bien que la proximité sociale. Par exemple, la probabilité qu'une personne soit heureuse augmente de 42 % si un ami qui vit à moins de 800 mètres le devient lui-même. Ce chiffre passe à 25 % si l'ami vit à moins de 1,5 km, et il continue de décliner à mesure que l'éloignement croît. Et le bonheur d'un individu peut "irradier" jusqu'à trois degrés de séparation, c'est-à-dire que l'on peut rendre heureux, l'ami de l'ami d'un ami.


"Les gens qui sont entourés par beaucoup de gens heureux (...) ont plus de chance d'être heureux dans le futur. Les statistiques montrent que ces groupes heureux sont bien le résultat de la contagion du bonheur et non seulement d'une tendance de ces individus à se rapprocher d'individus similaires," précisent les chercheurs. Les chances de bonheur augmentent de 8 % en cas de cohabitation avec un conjoint heureux, de 14 % si un proche parent heureux vit dans le voisinage, et même de 34 % en cas de voisins joyeux. Ces recherches "sont une raison supplémentaire de concevoir le bonheur, comme la santé, comme un phénomène collectif" expliquent-ils.

Ce phénomène a cependant des limites : ainsi la formule ne s'applique pas au bureau. "Les collègues de travail n'affectent pas le niveau de bonheur, ce qui laisse penser que le contexte social peut limiter la propagation d'états émotionnels", selon l'étude.

Dans son éditorial, le BMJ estime que cette étude "révolutionnaire" pourrait avoir des implications en termes de santé publique. "Si le bonheur se transmet effectivement par le biais des relations sociales, cela pourrait contribuer indirectement à la transmission similaire de la [bonne] santé, ce qui a des implications sérieuses pour l'élaboration des politiques", estime le journal. Dans leur introduction, les chercheurs rappellent que le bonheur est si essentiel à l'existence humaine que l'Organisation mondiale de la santé le désigne de plus en plus comme un composant à part entière de l'état de santé.

Le Monde.fr avec AFP"

Voilà!
Chaleureusement, de tout coeur,

Lanou


.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 18 Jan 2009 - 18:02    Sujet du message: une "pyramide" boursière s'écroule.. Répondre en citant

« Répondre #6 le: 13 Décembre 2008 à 15:25: »
une pyramydesque "pyramide" boursière s'écroule..

à tous,


- Quand l'avidité des petits hommes, les "Je cherche fortune" débouche sur leur ruine, en l'occurence il paraîtrait que ce serait "rien que des grosses fortunes - acteurs(trices) de cinéma - etc.." qui auraient été ses victimes, mais est-ce moral pour autant ? Ce qui l'est (moral) c'est que ce Monsieur très rusé et très "adulé des riches".. se soit enfin fait prendre !

- et puis bon je ne résiste pas au plaisir de vous donner l'info sous sa forme répétitive.. (vous savez.. l'effet Twin Towers : à la enième visualisation de la tour qui s'écroule : on a l'impression d'avoir vu des centaines de tours s'effondrer ! ...), en attendant d'en savoir plus, bien sûr, auquel cas nous mettrons les liens sur les "coupures de presse".





L'arrestation de Bernard Madoff, courtier légendaire, porte l'estocade à Wall Street .. TV5.org

L'arrestation à New York de Bernard Madoff, un courtier légendaire impliqué depuis près de 50 ans dans une gigantesque fraude pyramidale évaluée à 50 milliards de dollars, porte l'estocade à l'image déjà malmenée de Wall Street.
-----------------------


Bernard Madoff, ex-directeur du Nasdaq, arrêté pour une fraude de 50 milliards de dollars

Bernard Madoff a monté une escroquerie pyramidale, consistant à promettre des retours sur investissements illusoires. Il risque 5 ans de prison.
-----------------------


Arrestation à New York de Bernard Madoff, un courtier légendaire TV5.org

L'arrestation à New York de Bernard Madoff, un courtier légendaire impliqué depuis près de 50 ans dans une gigantesque fraude pyramidale évaluée à 50 milliards de dollars, porte l'estocade à l'image déjà malmenée de Wall Street.
-----------------------


Arrestation à New York de Bernard Madoff, un courtier légendaire
Bourse Reflex.com

L'arrestation à New York de Bernard Madoff, un courtier légendaire impliqué depuis près de 50 ans dans une gigantesque fraude pyramidale évaluée à 50 milliards de dollars, porte l'estocade à l'image déjà malmenée de Wall Street. La nouvelle, annoncée jeudi par un communiqué conjoint du procureur Lev Dassin et de la police fédérale américaine (FBI), a fait l'effet d'une bombe dans le...
-----------------------


[color=teal]Fraude de 50 mrd USD à Wall Street - une banque privée genevoise ... - Romandie News
Arrestation d'un courtier légendaire de Wall Street - LaPresseAffaires.com

L'étoile de la finance B. Madoff est arrêté pour avoir fraudé 50 milliards de dollars dans une pyramide d'investissement Radio Canada


L'ex-PDG de Nasdaq Bernard Madoff a été arrêté jeudi pour avoir englouti jusqu'à 50 milliards de dollars dans un système frauduleux d'investissements pyramidaux.
-----------------------


[color=teal]Arrestation à New York de Bernard Madoff, un courtier légendaire Edicom.ch

La nouvelle, annoncée jeudi par un communiqué conjoint du procureur Lev Dassin et de la police fédérale américaine (FBI), a fait l'effet d'une bombe ...
-----------------------


[color=teal]Bernard Madoff, ancien patron du Nasdaq, accusé d'une gigantesque fraude Le Point.fr

Le parquet de New York et le FBI ont annoncé l'arrestation de Bernard Madoff, conseiller en investissements à Wall Street et ancien pdg de la Bourse Nasdaq...



[color=orangered] lien source ==> :
http://www.wikio.fr/news/Bernard+Madoff

[color=red]voir ici (un développement au hasard..) ==>
[color=blue]l'article du point.fr







[color=#336666]Shalom, Salam, Shanti, . . lamadelama ལམདེལམ




_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 18 Jan 2009 - 18:03    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

« Répondre #7 le: 07 Janvier 2009 à 19:20: »

.

" On me montra la Terre ressemblant à un damier,
peint de gros carreaux noirs et blancs.
Comme il pleuvait, la peinture noire coulait
dans le blanc, et le tout devint gris sale.
Puis une pluie encore plus forte se mit à tomber,
et l'ensemble se transforma en un blanc
des plus purs.
J'entendis les mots:

Aie foi! Tiens bon et sache que toute la Terre
et tout ce qu'elle porte est en train de traverser
un énorme processus de nettoyage. Tout est très,
très bien, car tout se passe selon Mon plan.
Sois parfaitement en paix. "

"La petite voix" (Eileen Caddy Ed. Le Souffle d'Or)





Ce commentaire nous donne la possibilité d'une
lecture plus optimiste de la situation actuelle, si nous nous souvenons
des propos de DK nous invitant à réfléchir à ce qui se passe dans un
premier temps quand une force est soumise à une force plus grande...

Fraternel partage!

Lanou

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 18 Jan 2009 - 18:04    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

« Répondre #8 le: 08 Janvier 2009 à 18:49: »




Oui, Lanou,

C'est très belle citation qui agit comme une douce onde d'Amour
en réponse aux incertitudes et aux épreuves que l'homme doit
vivre et expérimenter en incarnation.

Elle est d'autant plus douce quand elle s'adresse à des disciples
en devenir car elle devient une source d'espoir et de réconfort
en périodes de crises sur le sentier. Elle devient le bâton sur
lequel on peut s'appuyer quand on manque de forces.


En résumé, il nous faut faire confiance en la Vie Une.




Bien à vous : damejane.



_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 4 Nov 2009 - 12:53    Sujet du message: Parlons des bonnes choses.. Répondre en citant

« Répondre #8 le: 18 Mars 2009 à 21:31: »




Une bonne nouvelle
de Danielle‏







De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : mar. 17/03/09 22:09
À : damejane





Out of Africa: 6 millions de palétuviers replantés au Sénégal


Merci à Cécile Cassier de nous rapporter dans Echo Nature Magazine (publié en décembre) qu'Océanium (association oeuvrant pour une gestion durable des milieux marins) a lancé en août 2008 une campagne de restauration des palétuviers (1) en Casamance (Sud-Ouest du Sénégal, région entre la Gambie et la Guinée-Bissau).


L'objectif était fixé à 5 millions d'arbres replantés; l'opération a permis de réintroduire quelque 6 302 000 pousses de palétuviers sur une surface de 1 200 hectares: une réussite! 11 000 villageois ont collaboré à l'opération « Casamance 2008 », témoignant de leur prise de conscience face à la menace de disparition des mangroves.


Selon la FAO, entre 1980 et 2005, la superficie mondiale des mangroves serait ainsi passée de 18,8 millions d'hectares à 15,2 millions, représentant une perte de près de 20 %. Mais à la faveur de diverses actions régionales, la perte de surface de mangroves diminue d'année en année: le volume des surfaces détruites a passé de 187 000 ha/an pour la période 1980-1990 à un volume de 102 000 ha/an entre 2000 et 2005.


Très important: les palétuviers forment des barrières contre les phénomènes d'érosion des côtes et de salinisation des nappes phréatiques. (1) Les feuilles des palétuviers sont tolérantes au sel; ceux-ci sont situés le long des littoraux, des lagunes, des fleuves et des deltas. Ces zones sont réputées pour leur biodiversité, notamment en poissons, mollusques et crustacés.






_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 4 Nov 2009 - 12:54    Sujet du message: Grève: l'expression de la volonté populaire Répondre en citant

Répondre #9 le: 19 Mars 2009 à 08:21: »








Salut à tous!

Aujourd'hui, des milliers de Français ont décidé de faire entendre leur désaccord sur la manière dont les gouvernants gèrent le pays.

Nous pouvons y voir l'expression de la volonté d'amour telle que "monsieur tout-le-monde" peut l'exprimer à son point d'évolution actuel, en demandant plus de justice sociale...

Certes, cette expression est encore teintée de motifs personnels car le peuple n'est pas encore un initié ayant dépassé cela, mais l'expression de solidarité mérite d'être reconnue et soutenue.

Que nos pensées de justes relations humaines soutiennent ce mouvement et nourrissent la soif de justice.

"la paix n'est pas la pause entre deux guerre
LA PAIX, C'EST LA NOUVELLE VIBRATION
Vous aspirez à elle mais votre aspiration n'est pas assez forte"
("Dialogues avec l'Ange")

Fraternellement,

Lanou




_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:14    Sujet du message: Parlons des bonnes choses..

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> le jardin de la sérénité -> les bonnes choses arrivent Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 2 sur 4

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky