Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Le sens du sacrifice

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> sur le sentier -> réfléchissez-y
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 14 Sep 2008 - 02:10    Sujet du message: Le sens du sacrifice Répondre en citant

Salut à tous!
Voici un extrait de " R. et I." , (ma lecture du moment, comme vous l'aurez deviné!!! ), qui mérite qu'on prenne assez le temps d'y penser:
" Les étudiants devraient aussi se débarrasser de l'idée habituelle que le sacrifice est un processus d'abandon ou de renonciation à tout ce qui rend la vie digne d'être vécue. Techniquement, le sacrifice est l'obtention d'un état de félicité ou d'extase, car c'est la réalisation d'un autre aspect divin, caché jusque là par l'âme et la personnalité. C'est la compréhension et la reconnaissance de la volonté-de-bien qui ont rendu la création possible et inévitable, et qui ont été la vraie cause de la manifestation. Réfléchissez à ceci, car la signification des concepts habituels concernant le sacrifice est très différente. " (p.398)
Par ailleurs, il a été dit, de ce que j'en comprends, que sacrifier signifie rendre sacré, et que cela est en relation avec la complétude de la prise de responsabilité. Sacrifier, c'est aussi prendre la pleine responsabilité, avec tout son poids de conséquences à assumer.
Vos approfondissements sur le sujet sont bienvenus!
Fraternel partage!
Lanou
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 14 Sep 2008 - 02:10    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 14 Sep 2008 - 02:12    Sujet du message: Le sens du sacrifice Répondre en citant

Citation:


Salut à tous!
Voici un extrait de " R. et I." , (ma lecture du moment, comme vous l'aurez deviné!!! ), qui mérite qu'on prenne assez le temps d'y penser:
" Les étudiants devraient aussi se débarrasser de l'idée habituelle que le sacrifice est un processus d'abandon ou de renonciation à tout ce qui rend la vie digne d'être vécue. Techniquement, le sacrifice est l'obtention d'un état de félicité ou d'extase, car c'est la réalisation d'un autre aspect divin, caché jusque là par l'âme et la personnalité. C'est la compréhension et la reconnaissance de la volonté-de-bien qui ont rendu la création possible et inévitable, et qui ont été la vraie cause de la manifestation. Réfléchissez à ceci, car la signification des concepts habituels concernant le sacrifice est très différente. " (p.398)
Par ailleurs, il a été dit, de ce que j'en comprends, que sacrifier signifie rendre sacré, et que cela est en relation avec la complétude de la prise de responsabilité. Sacrifier, c'est aussi prendre la pleine responsabilité, avec tout son poids de conséquences à assumer.
Vos approfondissements sur le sujet sont bienvenus!
Fraternel partage!
Lanou



Oui, Lanou,         


- en matière de "sacrifice" les membres de la hiérarchie en connaissent souvent un sacré morceau, l'un des membres les plus anciens " M "[1] , ne fut-il pas le "sacrificateur" le plus célèbre de l'histoire ? sous la personnalité d'Abraham, dans cette incarnation là.. où il se tenait prêt à accomplir le sacrifice de son fils Jacob lorsque la mansuétude (ou la compassion..) divine a pourvu au remplacement de l'enfant par un bélier.. qui fut dûment sacrifié selon le rite !
- je connais une "jeune" Ahrat qui dans sa toute dernière incarnation (masculine) fut torturé jusqu'à la fin de cette vie là.. pour ne pas trahir les groupes de résistants dont il était au courant, car en étant l'un des chefs et responsables politiques..
- cela lui a permis, ainsi que cela est arrivé en de nombreux temps et lieu, et pour tant d'autres auparavant..  une avancée décisive en conscience, vers le 4e degré.. le sacrifice "de soi", a accompagné en effet bien souvent le sacrifice "du soi"..

- car tout dans l'univers n'est que conscience et états de conscience, et le "sacrifice" en est le plus noble d'entre tous ces états de conscience, il est par excellence celui qui induit : l'état d'être "étant" !

- voilà, ces quelques lignes sur la "conscience ultime" ! 
si proche de la conscience divine laquelle est "sacrifice",
le plus grand sacrifice :

celui qui donne vie et conscience à "tous les êtres" !


nota[1], " M " : le Maître Morya..

Shalom, Salam, Shanti, . . . .lamadelama





_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 14 Sep 2008 - 02:13    Sujet du message: Le sens du sacrifice Répondre en citant

Extrait de:
"Dialogues avec l'ange" (entretien 56)
Le calice est lourd,
mais léger comme duvet est le corps, l'hostie.
Le poids de l'hostie n'est qu'enveloppe.
Le nouveau corps est : sacrifice.
Où que soit le calice, le calice plein, là est l'autel.
l'hostie contient peu de farine.
Son service n'est pas d'être mangée,
mais d'être sacrifice.
Celui qui sacrifie exalte la matière.
Le sacrifice n'est ni le calice, ni l'autel,
ni même l'hostie.
Son Corps a été sacrifié.
Lui vous demande un nouveau sacrifice.
Son sang a été répandu pour beaucoup.
Ce qu'Il demande, ce n'est plus le sang,
mais le sacrifice de l'espace et du temps,
c'est là qu'Il se trouve.
VOUS, NE SOYEZ PAS AVEC LUI, MAIS SOYEZ LUI!
NE METTEZ PAS DANS VOTRE BOUCHE L'HOSTIE, MAIS SOYEZ L'HOSTIE!
Que les mauvais, l'ivraie vous mangent,
et ils deviendront blé.
Et les juste aussi. Ne faites pas de distinction!
La bouche des juste vous accueillera,
et l'hostie leur sera douce,
mais dans la bouche des mauvais
elle sera feu terrible,
feu qui chasse tout ce qui est faux.
Donnez-vous vous-même, et l'hostie agira,
comme il est juste.
Comment l'ivraie devient-elle blé?
en brûlant, en devenant poussière,
en devenant terre.
Le grain s'y enfouit et devient Nouveau Blé.
L'ivraie est insensible au feu,
mais par lui elle peut devenir blé.
(...) "

Lanou.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 14 Sep 2008 - 02:14    Sujet du message: Le sens du sacrifice Répondre en citant

Rabbi Grossman et la tour de lumière..


Réf  noté sur tv : A2 le 22/09/2006Présentateur : Josy Eisenberg
 


Le présentateur, (Josy Eisenberg) : Bonjour, il nous arrive à tous et au moins une fois dans notre vie, et j’espère plusieurs fois, de rencontrer des gens magnifiques, et même extraordinaires, et même des rabbins..
J’en ai rencontré et même plusieurs mais le dernier en date n’était pas banal..
Je l’ai rencontré à la télé israélienne. Un jour j’y ai vu un film consacré à honorer cet homme, qui, je le répète, sort tout à fait de l’ordinaire..


Né à Mea Sharim, un quartier des plus orthodoxes d’Israël, il a décidé très jeune de se vouer à la réhabilitation de ce que l’on appellerait en France « un quartier en difficulté.. », en réalité une « ville en difficulté », cette ville au cœur d’Israël, s’appelle Migdal Haémek : « la tour de la vallée », il y a créé des institutions qu’il a appelé Migdal Or : « la tour de lumière ».
Cette ville est devenue une « tour de lumière ». Je suis très ému et  très fier en même temps de vous présenter ce rabbin extraordinaire Itzhak David Grossman. Rien ne pourrait mieux décrire l’aura dont jouit Rabbi Grossman que les premières images de ce film : le Rabbin arrive par bateau à une fête organisée par les jeunes dont il est devenu le guide spirituel, il est accueilli comme une star.. et tous ont quelque chose à lui demander (cris de jeunes :  Rabbi Grossman !  Rabbi Grossman ! … on vous aime,  on vous aime ! ).

Rabbi Grossman , au micro :
- Un jour, avec l’aide de Dieu, je serais présent à votre mariage,
(la foule : Amen ! )..
- Vous vous souviendrez de ce jour !
- Une jeune fille :  j’ai un peu peur de la vie en internat, je sais un peu ce que c’est, on m’y a placée..
Rabbi Grossman :  tu dois y rester, saches que tu es comme ma fille là-bas.  Nous avons la même Torah, le même créateur..  Mais si, que Dieu t’en préserve – tu devais avoir une crise, subir une épreuve, tu peux venir, ma maison est la tienne..
    - D’accord
    - Bénissez moi, afin que je réussisse mes examens.
    - Que l’éternel te bénisse et te fasse réussir dans tes études et dans la vie.

____ David Itshak Grossman, né il y a 60 ans dans une famille hassidique du quartier orthodoxe Ashkénaze de Mea Shearim à Jérusalem, proche d’un quartier Séfarade et Yéménite appelé : Mousrara ____

Rabbi Grossman :  Je me souviens qu’encore enfant je m’intéressais disons, aux Séfarades.
En fait, il s’agissait de Yéménites : leur quartier était voisin du nôtre.
Je voyais les Yéménites, grand père, père et fils assis, lisant le livre les jambes pliées : le même livre.. trois générations !  J’étais devenu leur ami. J’aimais leur intégrité, leur droiture.
Moi, j’ai grandi dans un quartier Ashkénaze, Hassidique :  un tout autre monde !
Je suis tombé amoureux de la communauté Séfarade et des Yéménites. J’ai vu la profondeur, la sainteté de ces hommes, leur côté unique ! Je suis devenu Séfarade !
Ils étaient tous jeunes, tous pauvres, de familles nombreuses où chacun avait peu de tout, mais tous étaient heureux ! Pourquoi ? à cause de leur spiritualité.
Enfant, je me planquais parmi eux, et je n’avais besoin de rien d’autre pour être heureux !

(voix de Josy Eisenberg) :  Le rabbin retrouve le quartier de son enfance et, pour son interviewer, égrène des souvenirs, il se souvient que le quartier Mousrara, voisin de Mea Shearim où il est né était particulièrement favorisé, il y avait plein de problèmes, c’était le temps où se révoltaient les jeunes marocains, les « panthères noires », plein de bandes, les parents n’avaient plus beaucoup d’autorité , au Maroc, ils en avaient, mais ici, en Israël, vous comprenez c’était différent, les parents devaient travailler dur. En plus, ils connaissaient mal l’hébreu.
Rabbi Grossman (en conversation avec un homme d’environ 45 ans..)
    - Oui,  tout a vraiment changé !
    - Absolument incroyable !
    - Le quartier est devenu moderne.
    - Oui, oui !
    - Tu te souviens de toutes les courettes ?
    - Oui, en bas !
    - Toutes détruites. Eh oui ! On a construit, construit partout, tout a changé !

Effectivement qui pourrait imaginer qu’un jour, ici, il n’y avait pas de contraventions !
    - C’était il y a bien trente cinq ans.
    - Bien plus ! quarante ans au moins !
    - Tu te souviens qu’ici, il y avait un mur ? D’ailleurs, la frontière avec la vieille ville de      Jérusalem passait par ici. Ah oui ! C’était la frontière.
    - Je venais souvent dans cette synagogue quand j’étais jeune, 18 ans, peut être moins..
    - Je collectais dans mon quartier des bonbons, des sucreries, pour les distribuer aux enfants..
- Comme cela je les attirai, et leur enseignai la Torah.
Mon histoire a commencé en 1967, après la Guerre des Six Jours , il y a eu un grand éveil, comme si le messie était arrivé, il est difficile de décrire l’atmosphère qui régnait alors.
On avait enfin accès au mur des lamentations, on était revenu à  Jérusalem   (note de L2L : pour les « passionnés » de la « terre sainte », et de la controverse, sinon de  la chicane.. la page « discussion » de l’article "Jérusalem" vaut, comme on dit : ‘le jus’..). à la tombe de Rachel , au Caveau des Patriarches. Il y avait un véritable réveil. Je me suis dit : il faut absolument profiter de ce réveil, qu’est-ce que je fais à Jérusalem ?
Comme si il n’y avait pas assez de barbus ici ?
Et de papillotes ?
C’est alors qu’on m’a parlé d’une bourgade, Migdal Haemek, très problématique.
J’ai décidé d’y aller. En arrivant, j’ai cherché où étaient les jeunes.
Où était la Yeshiva ?
J’étais vraiment naïf ! imaginez un orthodoxe de Mea Shearim !
Je demandais :  où est l’école de Torah ?
Il n’y en a pas ? Et vous savez où on pourrait trouver les jeunes ?
À la discothèque !


un homme d’âge mûr :
j’étais dans la discothèque, quand je vois arriver, un vendredi soir, un jeune rabin, un barbu, comme on dit, il voulait entrer dans la discothèque, je lui ai dit :
    - mais ici, c’est Sodome et Gomorrhe !
    - Il m’a dit : je veux entrer et il est entré !

Nous le regardions, éberlués, comme si on nous avait coupé le souffle !
« Je suis Rabbi David Grossman »  et il a commencé à serrer des mains.

Je le regardais en me demandant :
Qui l’a amené ici ? c’est une discothèque, on n’avait jamais vu çà !
Il a arrêté les disques, puis on a chanté, on a dansé !
    - Tu te souviens du billard ?
Je lui disais :: « pas comme çà, pas comme çà ! »
Il était là avec toute la bande, les étreignait, les aidait, et a fini par en faire de bons garçons.

Rabbi Grossman :  J’étais marié, père d’une petite fille de trois mois.
J’ai dit à ma femme :
    - « nous avons une mission à accomplir ».
C’est une vraie « juste », Dieu merci.
Elle a grandi dans une famille pieuse.
Son père était un disciple du Rabbi de Loubawitch.
Rapprocher les gens : c’était leur vie !

Elle (son épouse) :
En route vers Migdal Haemek, le chauffeur a vu que nous étions venus avec très peu de bagages.
Il a dit :
    - Vous êtes fous ! ici c’est l’enfer.
    - Êtes vous obligée de suivre votre mari n’importe où ?
C’est comme çà que j’ai été accueillie !


Rabbi Grossman :  C’est ici qu’a commencé  "Migdal Or", la « tour de lumière »..

Avec 18 élèves, on partageait le shabbat et les fêtes. Ils étaient nos enfants !
Mon épouse s’est investie de toute son âme dans cette tâche.
Puis il y eût un second appartement avec 18 autres enfants..
Finalement on s’est étendu dans toute la ville, et puis est venue l’idée de l’ensemble et d’un grand campus.


Tsvi Aaroni, ancien maire de Migdal Haemek :  un jour, en 1968, je vois arriver un jeune homme.
En fait, c’était déjà un Rabbin.

Tsvi Aaroni montre une photo de  " Itzhak David Grossman "  en disant :

 
C’est à cela qu’il ressemblait en 1968

(dessin réalisé par lamadelama d'après image TV..)


Auparavant, je lui avais fait faire le tour de la région, montré la piscine et nos belles montagnes..J’ai dit : « Rabbi, si vous pouviez installer ici une belle  Yechiva, je vous aiderai ! ».
Et grâce à Dieu, nous l’avons faite petit à petit et accueilli des milliers d’étudiants.


Shaoul Amar, ancien maire de Migdal Haémek, il est venu me voir et m’a dit :
«  on ne se connaît pas, mais dorénavant, je suis « assistante sociale » chez vous ! «
J’ai répondu :  « cet emploi, il est pour vous ? »

Depuis, nous avons travaillé jour et nuit en parallèle … une incroyable collaboration.Moi, je m’occupais de faire de ce  lieu une ville de science, et lui, d’en faire une ville de Torah !



( De retour d’une collecte de fonds aux États-Unis )  :

Rabbi Grossman, bénissez-moi !
    - Que tu aies bientôt un fils ! Amen, Amen !
    - Invites-moi à la circoncision..
    - Avec l’aide de Dieu, n’oublies pas !
    - Rabbi, je vous aime.. merci pour ce que vous faites !
    - Dieu te bénisse !

Rabbi Grossman :  Des gens m’attendent. Il faut qu’on parte pour Migdal Haémek !
Le président de la Knesset nous y attend, il visite le mémorial.
Et après, une foule de gens et d’innombrables problèmes..

C’est que je suis absent depuis plus d’une semaine.
Celui-ci a des problèmes avec son fils,
Un autre avec sa fille..
Un autre, des problèmes médicaux..

L’un n’a plus d’électricité, l’autre a cassé son chauffe-eau. Et tous viennent voir le Rabbi.
    - Allo Ariel, que Dieu te garde !
    - Je suis très pressé, il y a quelqu’un en traumatologie, je lui rend visite et je reviens..
Mazel Tov ! tous mes vœux, comment allez vous ?
    - Les gens viennent à vous !
    - Rabbi, bénissez notre enfant !
    - On voit leur visage s’éclairer après la bénédiction : une lumière intérieure…

Quand les gens vont mal, ils ont besoin de se raccrocher à quelque chose de spirituel et pas seulement de choses matérielles. Donnez leur un sandwich ou une glace : cela ne leur dira rien !  Qu’est-ce qui peut leur donner du courage ? Seulement la spiritualité et la foi !
    - Que dit cette famille ?
      
       Oh, le Rabbi est arrivé..

C’est indescriptible ! Souvent, les maladies dépendent de l’âme !
    - L’âme et le corps ne font qu’un…   (NB : âme = Nephesh )
Quand l’âme se renforce, le corps se renforce également !
    - Chaque fois que ce jeune homme pouvait boire avec une paille que je mettais dans sa bouche..
    - qu’il suçait et mangeait..

Alors çà c’est ma vie..



 
Rabbi Grossman (à environ 60 ans..)
dessiné par lamadelama d'après image TV..



Shalom, Salam, Shanti, . . . . . . lamadelama 
 

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 14 Sep 2008 - 02:15    Sujet du message: Le sens du sacrifice Répondre en citant

Citation:
Extrait de:
"Dialogues avec l'ange" (entretien 56)
Le calice est lourd,
mais léger comme duvet est le corps, l'hostie.
Le poids de l'hostie n'est qu'enveloppe.
Le nouveau corps est : sacrifice.
Où que soit le calice, le calice plein, là est l'autel.
l'hostie contient peu de farine.
Son service n'est pas d'être mangée,
mais d'être sacrifice.
etc..
(...) "



Ô Lanou,   - concernant l'hostie :
- ci-après un schéma reproduit (ce matin même, par ton serviteur..) du livre de (l'Arhat) Leadbeater.. et "clairvoyant" :



 


ref : - C W Leadbeater - la science des sacrements - Adyar -

- le sacrifice "Chrétien" a été remplacé par la consécration du pain qui devient "hostie" autrement dit "hôte" pour les énergies divines affluent après l'appel prononcé lors de la consécration, le prêtre visualise le "feu divin" des plans supérieurs descendant dans l'hostie, il est protégé de la "brûlure" que provoquerait ce "feu" par la présence des vêtements sacerdotaux, conducteurs de l'électricité (le "feu" n'est autre qu'une forme très pure et vibrante, puissamment "vibrante", de l'électricité telle qu'elle existe sur les plans supérieurs aux mondes humains..), la foi permet l'utilisation de cette "force électrique", la foi qui n'est autre que le fait de ne pas faire obstacle aux feux descendant des niveaux divins.. la foi est acquiescement, et la consécration est acquiescement du mental du prêtre (ou de l'initié.. agissant en "prêtre du seigneur" selon l'expression consacrée.. d'où il en résulte qu'il est mieux encore que le prêtre soit aussi un initié.. pourtant le fait que le prêtre soit "ordonné" fait de lui un "consacré" dans le cadre de son ministère et pour le temps restant de son incarnation..), soit l'équivalent d'un "maître en incarnation" ou "prêtre du Seigneur"..
- quant aux "hommes et femmes Christs" initiés du 7e degré ou ("ressussités".. et là je préfère largement le terme de "résurectionnés".. mais il est difficile de changer le dictionnaire de son académie nationnale..), ils sont au-delà de toute consécration humaine, étant consacrés depuis plusieurs degrés déjà et donc depuis plusieurs incarnations.. et "prêtres du Seigneur".. de longue date.. Serviteurs et Seigneurs, Seigneurs et Serviteurs.. tantôt plus Seigneurs et tantôt plus Serviteurs (avec une majuscule, ô mes frères.. tant est noble la tâche du Serviteur du monde.. ), tantôt plus ..... "pain", et tantôt plus ...... Hostie !

- acceptez ma bénédiction, soyez bénis !  soyez Hosties !
 


Shalom, Salam, Shanti, . . . . . . lamadelama 

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 14 Sep 2008 - 02:20    Sujet du message: Le sens du sacrifice Répondre en citant

.
Bonjour à tous,

Après avoir lu Lamadelama, 
une évidence qui se promenait
sous mes yeux s'est faite jour.
Elle m'a fait réaliser d'une façon
bien plus éclatante une vérité aussi simple
que celle que je vais partager
avec vous, à savoir :



La notion de sacrifice c'est :

l'Esprit du sacrement
renouvelé
en permanence
en Soi.



Bien à vous :damejane.

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:47    Sujet du message: Le sens du sacrifice

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> sur le sentier -> réfléchissez-y Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky