Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
La compassion, mort, souffrance

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> Bouddhisme,
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 10 Sep 2008 - 21:22    Sujet du message: La compassion, mort, souffrance Répondre en citant

.


La compassion,
En réponse à quelques courriers
.


Beaucoup d'êtres souffrent autant que l'être cher qui est en face d'eux;
Cela peut être: le compagnon de travail, l'épouse, un ami, son enfant, et face à la mort.
C'est une épreuve très dure à traverser pour beaucoup d'êtres et ce n'est pas facile pour eux de trouver le chemin de l'aide à apporter à celui qui souffre ou qui est mourant.
La compassion fait partie du langage du cœur "inclusif".



Image de KUANYIN



Voici une des définition donnée de la compassion
"Terme d'origine grecque signifiant littéralement "souffrir ensemble". C'est une notion essentielle du bouddhisme Mahâyâna (Grand véhicule) pour lequel la compassion est une volonté de prendre en charge la souffrance de tous les êtres pour les libérer des causes de cette souffrance. Celle-ci est issue à la fois de l'ignorance et des conséquences de nos actes négatifs "
.


Le fait de "faire éponge", montre que les émotions et la sensibilité sont importantes et, suffisamment, pour se laisser envahir par elles, (faire éponge), cet état de fait n'enlève rien à la noblesse de la compassion mais ne permet pas encore d'avoir un recul suffisant, une certaine maîtrise de ses émotions pour pouvoir prendre en charge la souffrance des autres sans y laisser des "plumes". Il faut être sensible, avoir des émotions mais elles doivent être maîtrisées, afin de pouvoir garder une vision claire, de pouvoir agir et réfléchir de façon juste,  équitable.
Cette description de la vie généralement ressentie et vécue, (ici-bas), comme un enfer, est liée à ces émotions; cet enfer est bel et bien proportionnel à cela.
La mort c'est ni plus ni moins qu’une vieille peau qu'on laisse en continuant sa route.
Cela ce devrait être un beau moment.
Beaucoup d'êtres oublient d'ou ils viennent, pourquoi ils s'incarnent et n'ont pas la vision globale de la vie, celle que notre âme un jour, (par la réincarnation), ce regard qu'elle  décidera de nous faire vivre, qui lui est vu de plus haut, inspiré par la source divine.
Ce regard est plus vaste, ne s'occupe pas du temps à accomplir pour retourner vers le père, et traverse les siècles en se réincarnant autant de fois que nécessaire, pour l'âme d'expérimenter de nouvelles expériences ou missions qu'elle se fixe avant de redescendre une partie d'elle même dans la forme dense d'un corps sur terre.
Certains m'ont fait observer que, pendant quelque temps, ils ont fait le passeur, et observent le regard triste des morts. Ce sont des êtres qui ne se sont pas encore préparés, au long de leur vie, à ce changement, ce passage à la mort. Leur spiritualité en incarnation, n’avait peut-être pas assez œuvré consciemment pour passer cette "étape".
D'un certain point de vue aussi, on n’a pas tort quand on dit qu'on ne peut ignorer les cris et la souffrance, car d'un "point de vue" éthique, c'est justement intolérable, mais si tous les hommes pensaient comme cela, fermaient la porte au mal en commençant par eux-mêmes puis, en agissant autour d'eux, que se passerait-il ?
Nous n'aurions plus besoin de nous incarner encore et encore, nous retournerions d'ou nous venions au départ, à la source, dans la félicité de la lumière.
Certains appellent cela le paradis, mais je crois que ce paradis il nous faut le mériter par le service à l'humanité et la mort ne serait qu’une pause et une préparation pour le prochain voyage sur terre pour aider nos frères.
Merci à ceux qui nous ont écrit pour cet enrichissant partage. Smile

DameJane

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Sep 2008 - 21:22    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 10 Sep 2008 - 21:24    Sujet du message: La compassion, mort, souffrance Répondre en citant

.

La déesse Kuan Yin 

Kuan Yin est la salvatrice compatissante de l'Orient.  Par Altaïr (05-06-2007)   
 


 


KUAN YIN est la salvatrice compatissante de l'Orient. Par tout le territoire, on trouve des autels consacrés à cette Mère de la Miséricorde dans les temples, les foyers et les grottes, au bord des chemins, et les prières à sa Présence et à sa Flamme sont incessamment sur les lèvres des dévots qui recherchent sa direction et son soutien dans tous les aspects de la vie.  Faisant plus que jamais partie de la culture orientale, Kuan Yin a éveillé l'intérêt pour son sentier et son enseignement chez un nombre grandissant de dévots de l'occident qui reconnaissent la puissante présence de la «Déesse de la Miséricorde», au même titre que la Vierge Marie, en tant qu'illuminatrice et intercesseur pour le Septième Âge du Verseau. 
          La longue histoire de dévotion à Kuan Yin apporte de l'éclairage sur le caractère et l'exemple de cette Porteuse de Lumière qui a non seulement donné sa vie pour ses amis, mais l'a reprise encore et encore en tant qu'intercesseur et porteur de fardeau. Durant des siècles, Kuan Yin a incarné le grand idéal du bouddhisme Mahayana dans son rôle de «Bodhisattva» (en chinois p'u-sa) – littéralement «un être de bodhi, ou d'illumination», destiné à devenir le Bouddha, mais qui a renoncé au bonheur suprême du nirvana en faisant le vœu de sauver tous les enfants de Dieu.
          Le nom de Kuan Shih Yin, comme on l'appelle souvent, veut dire littéralement «Celui qui respecte, prête attention ou écoute les sons du monde». Selon la légende, Kuan Yin était sur le point d'entrer au ciel lorsqu'elle s'arrêta sur le seuil parce que les cris du monde atteignaient son oreille.
          Dans les milieux érudits, on débat encore beaucoup des origines de la dévotion au Bodhisattva féminin Kuan Yin. Kuan Yin est considérée comme étant la forme féminine d'Avalokitesvara (sanskrit), le Bodhisattva de la compassion du bouddhisme indien dont le culte fut introduit en Chine au IIIe siècle.
          Les érudits croient que le moine bouddhiste et traducteur Kumarajiva fut le premier à se référer à la forme féminine de Kuan Yin dans sa traduction chinoise du Lotus Soutra en 406 ap. J.-C. Parmi les trente-trois apparitions du Bodhisattva dont parle sa traduction, sept d'entre elles sont féminines. (Les bouddhistes chinois et japonais en sont venus depuis ce temps à associer le chiffre trente-trois avec Kuan Yin.)
          Bien que Kuan Yin ait été décrite comme un être mâle même encore au Xe siècle, avec l'introduction du bouddhisme tantrique en Chine au VIIIe siècle durant la dynastie T'ang, l'image du Bodhisattva céleste d'une magnifique déesse en robe blanche était prédominante et le culte de dévotion qui l'entourait devint de plus en plus populaire. Dès le IXe siècle, on trouvait une statue de Kuan Yin dans chaque monastère bouddhiste de la Chine.
          Malgré la controverse au sujet des origines de Kuan Yin en tant qu'être féminin, la description d'un Bodhisattva tant comme un «dieu» que comme une «déesse» n'est pas inconsistante avec la doctrine bouddhiste. Les écritures expliquent qu'un Bodhisattva a le pouvoir de s'incarner dans n'importe quelle forme – masculine, féminine, d'enfant et même d'animal – selon le type d'être qu'il cherche à sauver. Ainsi que le Lotus Sutra le raconte, le Bodhisattva Kuan Shih Yin, «en recourant à différentes formes, voyage de par le monde, invitant les êtres au salut.»1


 


          La légende du XIIe siècle de la sainte bouddhiste Miao Shan, la princesse chinoise qui vécut aux environs de 700 av. J.-C. et que beaucoup croient avoir été Kuan Yin, a renforcé l'image du Bodhisattva féminin. Durant le XIIe siècle, des moines bouddhiste s'établirent sur P'u-t'o Shan – la montagne insulaire dans l'archipel de Chusan au large de la côte de Chekiang où l'on dit que Miao Shan a vécu neuf années, guérissant et sauvant les marins du naufrage – et la dévotion à Kuan Yin s'étendit à travers le nord de la Chine.          Cette île pittoresque est devenue le chef-lieu de la dévotion à la Salvatrice compatissante; des foules de pèlerins voyageaient à partir des endroits les plus reculés de la Chine et même de la Mandchourie, de la Mongolie et du Tibet pour y assister à de majestueux services. À un temps, il y avait plus de cent temples sur l'île et plus de mille moines. Les traditions entourant l'île de P'u-t'o racontent les nombreuses apparitions et miracles accomplis par Kuan Yin qui, croit-on, se révèle aux fidèles dans une certaine caverne sur l'île.
          Dans la secte du pays pur du bouddhisme, Kuan Yin fait partie de la triade au pouvoir qui est souvent décrite dans les temples et constitue un thème populaire de l'art bouddhiste. Au centre se trouve le Bouddha de la Lumière Illimitée, Amitabha (en chinois, A-mi-t'o Fo; en japonais, Amida). À sa droite est le Bodhisattva de la force et du pouvoir, Mahasthamaprapta, et à sa gauche est Kuan Yin, personnifiant sa miséricorde infinie.
           En théologie bouddhiste, Kuan Yin est parfois décrite comme le capitaine de la «barque du salut» guidant les âmes vers le paradis occidental d'Amitabha, ou Pur Pays – le pays de la félicité où les âmes peuvent renaître pour recevoir de l'instruction continue pour arriver au but de l'éclaircissement et de la perfection. Le voyage vers le Pur Pays est souvent représenté dans des sculptures sur bois montrant des bateaux pleins de fidèles d'Amitabha sous les ordres du capitaine Kuan Yin
          Amitabha, une figure bien-aimée aux yeux des bouddhistes désirant renaître dans son Paradis Occidental et obtenir son affranchissement de la roue des réincarnations, passe comme étant, au sens mystique ou spirituel, le père de Kuan Yin. Des légendes de l'école Mahayana racontent qu'Avalokitesvara est «née» d'un rayon de lumière blanche qu'Amitabha a émis à partir de son œil droit alors qu'il était perdu dans une extase.
          Ainsi, Avalokitesvara, ou Kuan Yin, est considérée comme le «réflexe» d'Amitabha – une émanation subséquente ou incarnation de «maha karuna (grande compassion), la qualité qu'Amitabha lui-même incarne au plus haut degré. Beaucoup de figures de Kuan Yin peuvent être identifiées par la présence d'une petite image d'Amitabha sur sa couronne. L'on croit que la rédemptrice compatissante Kuan Yin exprime la compassion d'Amitabha d'une façon plus directe et personnelle et que les prières qui lui sont adressées reçoivent une réponse plus rapide.
          L'iconographie de Kuan Yin la dépeint sous plusieurs formes, chacune révélant un aspect unique de sa présence miséricordieuse. En tant que sublime déesse de la Miséricorde dont la beauté, la grâce et la compassion sont arrivées à représenter l'idéal de la féminité en Orient, elle est souvent représentée comme une femme mince en robes blanches flottantes qui porte dans sa main gauche un lotus blanc, symbole de la pureté. Des ornements peuvent compléter sa tenue, symbolisant sa réalisation en tant que Bodhisattva, ou elle peut être montrée sans eux en signe de sa grande vertu.
          La présence de Kuan Yin est très répandue par les images qui la représentent en tant que «dispensatrice d'enfants» dans les foyers et dans les temples. Un grand voile blanc couvre entièrement sa forme et elle peut être assise sur un lotus. On la dépeint souvent avec un enfant dans les bras, auprès de ses pieds, ou sur ses genoux, ou entourée de plusieurs enfants. Dans ce rôle, on se réfère à elle en tant que «l'honorée à la robe blanche». Quelquefois, elle est encadré par deux gardiens, Shan-ts'ai Tung-tsi, le «jeune homme aux excellentes capacités», et Lung-wang Nu, la «fille du Roi-Dragon».
          Kuan Yin est aussi connue en tant que patron Bodhisattva de P'u-t'o Shan, maîtresse de la Mer du Sud et patronne des pêcheurs. Dans ce rôle, elle est montrée traversant la mer assise ou debout sur un lotus ou avec ses pieds sur la tête d'un dragon.
          Comme Avalokitesvara, elle est aussi dépeinte avec mille bras et un nombre variable d'yeux, de mains et de têtes, quelquefois avec un œil dans la paume de chaque main, et on l'appelle communément «le Bodhisattva aux mille mains, aux mille yeux». Sous cette forme, elle représente la mère omniprésente qui regarde dans toutes les directions à la fois, ressentant les souffrances de l'humanité et tendant ses nombreux bras pour les alléger par les expressions infinies de sa miséricorde.
          Les signes caractéristiques associés à Kuan Yin sont: une branche de saule, avec laquelle elle asperge le divin nectar de la vie; un vase précieux symbolisant le nectar de la compassion et de la sagesse, qui sont les marques d'un Bodhisattva; une colombe, représentant la fécondité; un livre ou un rouleau de prières qu'elle tient dans sa main, représentant le dharma (enseignement) du Bouddha ou le soutra (texte bouddhiste) dont on dit que Miao Shan le récitait constamment; et un rosaire ornant son cou avec lequel elle fait appel aux Bouddha pour du secours.
          Les images d'Avalokitesvara le montrent souvent tenant un rosaire; les descriptions de sa naissance disent qu'il est né avec un rosaire de cristal blanc dans sa main droite et un lotus blanc dans sa gauche. On enseigne que les grains représentent tous les êtres vivants et que la rotation des grains symbolise qu'Avalokitesvara les conduit hors de leur état de misère et des rondes répétées des réincarnations jusqu'au nirvana.

          Aujourd'hui, Kuan Yin est vénérée par les taoïstes aussi bien que par les bouddhistes mahayanas – spécialement à Taiwan, au Japon, en Corée et une fois de plus en son pays d'origine, la Chine, où la pratique du bouddhisme avait été supprimée par les communistes durant la Révolution Culturelle (1966-69). Elle est la protectrice des femmes, des marins, des marchants, des artisans et de ceux qui sont sous poursuite judiciaire, et elle est invoquée particulièrement par ceux qui désirent avoir des enfants. Bien-aimée en tant que figure de la mère et de médiatrice divine très proche des affaires quotidiennes de ses disciples, le rôle de Kuan Yin en tant que Madone bouddhiste a été comparé à celui de Marie la mère de Jésus en Occident.

          Il y a une confiance implicite dans la grâce salvatrice et les pouvoirs de guérison de Kuan Yin. Beaucoup croient même que le simple fait de réciter son nom l'amène instantanément sur les lieux. L'un des plus fameux textes associés au Bodhisattva, l'ancien Lotus Sutra dont le vingt-cinquième chapitre, consacré à Kuan Yin, est connu en tant que «sutra de Kuan Yin», décrit treize cas de désastres imminents – des naufrages de bateaux aux feux, aux emprisonnements, aux voleurs, aux démons, aux poisons fatals et aux malheurs karmiques – situations dans lesquelles le dévot sera secouru si ses pensées s'étendent sur le pouvoir de Kuan Yin. Le texte est récité plusieurs fois par ceux qui souhaitent recevoir les bénéfices qu'il promet.
          Les disciples peuvent aussi invoquer le pouvoir du Bodhisattva et son intersession miséricordieuse grâce au mantra OM MANI PADME HUM – «Salutation au joyau à l'intérieur du lotus!» ou, comme qu'on l'a aussi interprété, «Salutation à Avalokitesvara, le joyau dans le cœur du lotus du cœur du disciple!» À travers le Tibet et le Ladak, les bouddhistes ont inscrit OM MANI PADME HUM sur des pierres à prières plates appelées «pierres mani» en tant qu'offres votives en l'honneur d'Avalokitesvara. Des milliers de ces pierres ont été utilisées pour construire les murs mani qui longent les routes à l'entrée des villages et des monastères.
          L'on croit que Kuan Yin apparaît fréquemment dans le ciel ou sur les vagues afin de sauver ceux qui font appel à elle dans le danger. Des histoires personnelles sont racontées à Taiwan, par exemple, par ceux qui rapportent que, durant la Deuxième Guerre Mondiale, alors que les États-Unis bombardaient les Japonais et occupaient Taiwan, elle apparut dans le ciel en tant qu'une jeune fille, attrapant les bombes et les couvrant de ses vêtements blancs afin qu'elles n'explosent pas.
          Ainsi donc, on trouve des autels consacrés à la Déesse de la Miséricorde partout – dans les boutiques, les restaurants, et même sur le tableau de bord de certains taxis. Au foyer, elle est révérée avec le traditionnel «pai pai», un rituel de prière utilisant l'encens aussi bien que les grilles de prières – des feuilles de papier ornées d'images de Kuan Yin, de fleurs de lotus ou de pagodes décorées de centaines de petits cercles. À chaque récitation d'un groupe de prières ou à chaque lecture de sutras durant une neuvaine pour un parent, un ami ou pour soi-même, un autre cercle est rempli. On a décrit cette grille comme un «Navire du Salut» par lequel les âmes qui sont parties sont sauvées des dangers de l'enfer et et les fidèles sont conduit en sécurité au paradis d'Amitabha. En plus de services élaborés composés de litanies et de prières, la dévotion à Kuan Yin s'exprime dans la littérature populaire des gens en poèmes et en hymnes de gloire.
          Les disciples dévots de Kuan Yin peuvent fréquenter les temples locaux et faire des pèlerinages vers les grands temples aux occasions importantes ou lorsqu'ils sont accablés d'un problème spécial. Les trois festivals annuels tenus en son honneur sont au 19e jour du second mois (célébré comme son anniversaire), au sixième mois et au neuvième mois en se basant sur le calendrier lunaire chinois.
          Dans la tradition de la Grande Fraternité Blanche, Kuan Yin est connue en tant que la Maître Ascensionnée qui occupe la fonction et le titre de «Déesse de la Miséricorde», parce qu'elle anime les Qualités divines de la loi de la miséricorde, de la compassion et du pardon. Elle a eu de nombreuses incarnations avant de faire son ascension il y a des milliers d'années et elle a fait le vœu du Bodhisattva afin d'enseigner aux enfants de Dieu la façon d'équilibrer leur karma et d'accomplir leur plan divin par un service aimant envers la vie et par l'application de la flamme violette grâce à la science du Verbe.
          Kuan Yin a précédé le Maître Ascensionné Saint-Germain en tant que Chohan (Seigneur) du Septième Rayon de la Liberté, la Transmutation, la Miséricorde et la Justice et elle est l'un des sept Maîtres Ascensionnés qui servent sur le Conseil Karmique, un conseil de justice qui agit comme médiateur du karma des évolutions de la terre – dispensant opportunités, miséricorde et jugements justes du Seigneur pour chaque 'courant de vie' sur terre. Elle est le hiérarque du temple éthérique de la Miséricorde au-dessus de Pékin, en Chine, où elle focalise la lumière de la Mère Divine au nom des enfants de l'ancienne terre de Chine, les âmes de l'humanité et les fils et filles de Dieu.



 



LIEN Source : 
http://www.choix-realite.org/forum/viewtopic.php?id=2403 



<> o <> o <> o <> O <> o <> o <> o <> . . . .  



Kwan Yin et le Lion 

Cette légende permet de comprendre les deux rituels les plus importants de la danse du lion. On raconte que le lion vivait dans les cieux, qu'il était très méchant et qu'il créait beaucoup de problèmes. L'Empereur de Jade excédé par le lion, le fit décapiter et jeter sur la terre. Mais la déesse de miséricorde, Kwan Yin, eût pitié de lui et décida de l'aider. Elle envoya un ruban rouge enchanté pour rattacher le corps et la tête du lion, et après l'avoir ressuscité, elle lui révéla que pour récupérer ses forces et pour retourner dans le ciel, il lui fallait trouver et manger une plante magique gardée par un moine bouddhiste. En reconnaissance à la déesse Kwan Yin, le lion se mis ainsi sur la voie du bouddhisme

 



<> o <> o <> o <> O <> o <> o <> o <> . . . .  


La déesse Kuan Yin  


Livre "Dans la main de Bouddha" de Chow Ching Lie
Chapitre 39 p. 275
 
 

  "Nous parvenons par un bel après-midi à cette montagne mythique dressée entre la mer et le ciel, qui est, depuis des siècles, l'un des sites les plus vénérés du bouddhisme. C'est là que, transportée miraculeusement sur une fleur de lotus, séjourna la déesse Kuan Yin après qu'elle eut traversé mille souffrances, accompli les plus douloureux sacrifices pour sauver son père, et voué à sa vie à la compassion.
       Kuan Yin était la 3ème fille du roi Miao Zhuang Wang, à qui le ciel avait refusé un fils pour le punir de ses guerres criminelles. Dès son plus jeune âge, la petite princesse se comportait saintement, obéissant aux préceptes bouddhistes, refusant de manger la chair des animaux et secourant les misérables. Le jour de ses 19 ans, au 10ème jour du 9ème mois lunaire, elle entra dans le couvent de l'Oiseau blanc, bravant la colère de son père qui voulait la marier. En représailles, il ordonna de lui faire subir les pires vexations et de l'employer aux tâches les plus viles.
       Il fut bientôt chatié pour sa méchanceté. Son corps se couvrit d'horribles ulcères que les médecins ne parvenaient point à soigner. Alors déguisée en bonzesse, la princesse lui rendit visite :
- Seul pourra te guérir un breuvage fait avec la main et l'œil d'une personne qui te les offrira de plein gré.
- Tu te moques de moi ? Qui ferait un tel sacrifice ?
- Tu trouveras une donneuse sur la montagne Hsiung Chan.
     
        Le lendemain, le roi envoya 2 ministres au lieu dit. Ils y trouvèrent la princesse, qui avait préparé une hache et un couteau. Ils coupèrent son bras droit et détachèrent son œil droit. Le roi but le breuvage et fut guéri... mais seulement du côté droit. Les ministres retournèrent donc sur la montagne et la princesse leur offrit son bras et son œil gauches, qu'ils rapportèrent au palais. Mais la reine reconnut, sur le membre sanglant, une tâche de naissance et comprit l'acte héroïque de piété filiale accompli par son enfant.
        Alors la Cour se rendit en procession auprès de la princesse, que l'on trouva tout ensanglantée. Le roi, en larmes, lui demanda directement :
- Comment te guérir ? Comment réparer ton mal ?
- Simplement en priant Bouddha de tout cœur.
      Aussitôt, il se jeta à genoux puis se prosterna le front au sol. Lorsqu'il se releva, la princesse avait retrouvé l'intégralité de son corps. C'est alors qu'elle fut transportée à travers les airs jusqu'à l'île de Putuo, où elle vécut encore 9 ans, guérissant les malades et secourant les marins en perdition. Puis elle monta au ciel et devient un Bouddha sous le nom de Kuan Yin, 'Kuan' signifiant 'voir les moindres souffrances de l'humanité', et 'Yin', 'entendre les gémissements des malheureux'.

  On la représente avec 1000 bras, tenant un œil dans chaque main pour exprimer sa miséricorde et sa compassion infinies.

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 2 Nov 2009 - 15:45    Sujet du message: La compassion, mort, souffrance Répondre en citant

« Répondre #2 l


http://centrebouddhisteparis.org/index.html


_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:58    Sujet du message: La compassion, mort, souffrance

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> Bouddhisme, Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky