Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
LA DOCTRINE SECRÈTE

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> théosophique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Jeu 6 Déc 2012 - 12:05    Sujet du message: LA DOCTRINE SECRÈTE Répondre en citant

Extrait du livre :

Les Maîtres
auteur : Annie Besant
traduit de l'Anglais par : L Hauser.

(Paris Publications Théosophiques
81, rue Dareau. 1917)



LA DOCTRINE SECRÈTE

Il vous faut compter avec le livre connu sous
le nom de Doctrine Secrète et si vous voulez
le comprendre, il faut le lire avant de le mettre
de côté et l'étudier avant d'en rire, Je dis cela
intentionnellement parce que j'ai lu l'Appendice
dans lequel M. Coleman dit que cette
œuvre est pleine de plagiats et qu'il peut prou-
ver en maints endroits que l'auteur a puisé son
savoir dans d'autres livres ; il ajoute que c'est
ainsi que s'expliquerait le savoir qui y est ren-
fermé. Mais ce qu'il vous faut considérer est

LES MAITRES : UN FAIT, UN IDÉAL 53

ceci, c'est qu'elle n'a jamais prétendu avoir
découvert la connaissance qu'elle apportait au
monde, que sa théorie est que cette sagesse
remonte à un passé immémorial et peut être
trouvée dans tout livre sacré, dans toute philo-
sophie, et que l'objet même de cet ouvrage est
de faire des citations prises de partout, des
Ecritures de toutes les religions, des écrits de
tous les peuples, pour prouver l'identité de
l'enseignement et l'antiquité de la doctrine.
Ce qui est nouveau dans ce livre ce n'est pas
les faits qu'il renferme. Ce qu'il y a de nouveau
dans ce livre ce n'est pas ce que les orienta-
listes y ont trouvé et qui peut être retrouvé
dans l'un ou l'autre des livres sacrés du monde.

Ce qui est nouveau c'est la perception qui a
permis à l'auteur de choisir parmi.tous ceux-
ci les faits qui composent la conception unique
et puissante de l'évolution de l'univers,de
l'évolution de l'homme, la synthèse cohérente
de toute la cosmogonie. Ce qui lui mérite le
titre de plus grand Instructeur de notre temps
c'est d'avoir possédé le savoir véritable et non
la science que donnent les livres, savoir qui lui
a permis de récolter dans les livres où elles
étaient dispersées les vérités qui, assemblées,
forment un tout grandiose.C'est d'avoir pos-
sédé le fil conducteur et d'avoir pu le suivre

LES MAITRES

avec une exactitude sans défaillance à travers
le labyrinthe et d'avoir montré que tous les ma-
tériaux épars recelaient en eux-mêmes la possibilité
de l'édifice unique.
Et son œuvre est d'autant plus admirable du
fait qu'elle la produisit sans être une savante ;
parce qu'elle la fit sans avoir eu l'éducation qui lui
eût, jusqu'à un certain point,permis décomposer
cette sagesse de pièces et de morceaux, parce
qu'elle fit ce que nul orientaliste n'a fait avec
toute sa science, ce que tous les orientalistes
réunis et aidés de leur connaissance des langues
orientales et de la littérature de l'Orient n'ont
pas fait. Il n'y en a pas un parmi eux qui eût tiré
de cette masse confuse une synthèse puissante,
pas un qui, de ce chaos, eût été capable d'édi-
fier un monde. Mais cette femme russe, d'édu-
cation moyenne, cette femme russe, qui n'était
pas une érudite et ne prétendait pas en être
une, dut par un moyen quelconque acquérir
une érudition qui lui permit de faire ce qu'aucun
de vos érudits ne peut faire ; par une voie quel-
conque, elle reçut un enseignement qui lui
permit d'organiser ce chaos et de mettre sur
pied un plan grandiose d'évolution qui nous
rend compréhensibles l'univers et l'homme.
Elle disait que cette sagesse ne lui
appartenait pas, elle ne prétendit jamais l'avoir créée ; elle

LES MAITRES:UN FAIT, UN IDEAL 58

parlait sans cesse do son manque de savoir et
se référait à Ceux qui lui donnaient l'enseigne-
ment. Mais le fait auquel vous avez affaire est
celui-ci : la science est là et s'offre à la critique.
Il n'est pas une autre personne qui ait produit
la même chose quoique les mômes matériaux
dont elle s'est servie, suivant M. Coleman, soient
à la disposition du monde entier.

Et voici ma réponse : donnez-nous d'autres
écrivains qui puissent faire comme elle.Donnez-nous
encore de ces plagiaires capables de recueillir à
tant de sources différentes ce qui est nécessaire
pour construire une philosophie .puissante.
Que ce soit là l’œuvre de vos savants tant vantés
et qu'ils nous aident comme elle à comprendre les
religions du monde. Qu'ils nous montrent leur identité,
qu'ils nous montrent leur réalité et peut-être
après cela modifierons-nous l'opinion que nous avons d'elle ;
mais jusqu'à ce que cela soit accompli ses
droits demeurent entiers, quand même vous
arriveriez à prouver qu'elle a pu errer en
maintes occasions, quand même ceux-là qui ne
peuvent rivaliser avec elle d'altruisme, d'abné-
gation de soi-même et de savoir, voudraient la
lapider. La raison qui fait que notre foi en elle
demeure inébranlable est qu'elle nous a guidés
vers le savoir, que par son enseignement nous

56 LES MAITRES

avons acquis ce que nul autre n'a pu nous donner,qu'elle nous a
ouvert la voie vers l'acquisition de plus de connaissance
dans le même ordre d'idées et par l'entremise des mêmes Ins-
tructeurs qui l'instruisirent elle-même. Voilà
pourquoi nous sommes assez sots, à ce que
pensent les gens, pour lui rester fidèles, à elle
et à sa mémoire, car nous avons contracté en-
vers elle une dette de reconnaissance telle que
nous ne serons jamais à même de l'acquitter, et
jamais une pierre ne sera lancée sur sa tombe
que je n'essaie de l'en faire disparaître, pour
l'amour du savoir vers lequel elle m'a conduite
et le don inappréciable qu'elle me fit par l'enseignement
qu'elle créa.

Le témoignage que je vous demande de re-
cueillir d'elle n'est pas celui des phénomènes.
Celui-là je le mets à part. Ce n'est pas non
plus celui de l'érudition, elle n'en avait pas
et ne s'en est jamais réclamée. Ce n'est pas
enfin de décider si sa vie depuis son enfance-
fut un modèle,de perfection. C'est qu'elle pos-
sédait un savoir défini, acquis d'une manière
quelconque, et qui n'e peut-être attribué à une
éducation ordinaire, qu'elle se l'assimila en une
période de temps relativement courte, étonnant
sa propre famille quand elle le produisit pour
la première fois, et qu'elle disait le tenir de

LES MAITRES UN FAIT, UN IDEAL 57

certains Instructeurs, le fait important étant
qu'elle possédait cette connaissance, de quelque
manière qu'elle se la fût appropriée. Voilà la
preuve que je désire mettre en relief, parce
que c'est un point qui ne peut être contesté et
qui pour le moment dégage son témoignage
de toute la question de supercherie. Il reste
au-dessus < delà de cette question. Je pré-
tends que 11mie si vous trouviez convaincant
le témoignage employé contre elle qu'elle alla
quelquefois au delà de la vérité (je ne dis pas
que je croie qu'il en soit ainsi mais supposons
que vous en soyez convaincus) cela n'y chan-
gerait rien. Le fait demeure de cette science
incarnée dans la Doctrine Secrète qui lui sert
de témoin qu'on ne peut, j'ose le dire, récuser,
et plus vous abaissez l'auteur, moins vous
l'estimez, plus vous prouvez l'existence des
grands Êtres et exaltez Ceux dont elle fut l'ins-
trument et qui lui donnèrent ce qu'elle produisit.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 6 Déc 2012 - 12:05    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> théosophique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky