Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
repas festifs, les nourritures consacrées..

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> enseignements de Lamadelama
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lamadelama
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 200
Localisation: ici
Masculin

MessagePosté le: Lun 26 Déc 2011 - 04:14    Sujet du message: repas festifs, les nourritures consacrées.. Répondre en citant

(25/12/2011)  repas festifs, les nourritures consacrées..            



repas festifs, les nourritures consacrées..

( titre originel :  " initiés mangeant du 'sanglier'.. " )  



Nous avons pu lire en plusieurs occasions que le Bouddha serait mort d'avoir (soi-disant) mangé de la "viande de sanglier"..

- Qu'en est-il réellement de ce met improbable dans le menu d'un être réputé strictement végétarien ?

- Sagissait-il réellement d'un plat de viande, ou n'est-ce pas plutôt une manière symbolique de décrire tout autre chose ?

- Que s'agit-il d'éviter par dessus tout pour l'initié et plus encore pour l'éveillé ?

L'usage du mental séparateur est connu pour être l'erreur fondamentale à ne plus commettre dès lors que la connaissance est acquise par le coeur et non plus par l'intellect. Le mental intellectuel est piégeur, enchaînant idée après idée, la majeure partie d'entre elles tournant en rond sans jamais aboutir à la moindre certitude intérieure, et générant doute après doute, contrariant la foi la plus élémentaire jusqu'à rendre toute identification à soi-même en tant que "Soi", impossible.


On peut comprendre que, comparativement à l'éveil, toute identification qui ne mène pas au SOI divin, en passant par le Soi de l'âme (Atma) est perdition et irréalité. L'éveil au réel et au SOI demeure en l'être la seule vérité digne d'être trouvée, la seule réalité envisagée, "ainséifiée" et "ainséifiante", et que dans la condition éveillée, tout ce qui peut satisfaire les non-éveillés résonne pauvre, terne, petit, insuffisant et insignifiant au regard du réel tel qu'il est alors déjà commencé à être perçu.  


- Le sanglier, est un être comme on dit : "tout d'une pièce".. dont on peut se représenter la recherche de racines nourrissantes et succulentes cachées sous la terre, par le sens olfactif et par l'usage de son groin, recherche consistant pour lui, à retourner les mottes de terre et à renifler pour découvrir la précieuse nourriture qui jusque là était demeurée cachée..


- De la même manière, pour le chercheur de vérité il est nécessaire de "retourner" dans sa pensée, la somme des connaissances disponibles pour faire apparaître celles qui sont utiles et précieuses. Le "flair" du sanglier est en fait l'intuition pour l'homme.. la faculté spirituelle située dans le plan Bouddhique, et qui est utile à trouver sous la couche superficielle des idées ordinaires, les idéaux encore cachés dans les vives lumières du supra-mental (ici, pour parler comme Shri Aurobindo..).


Que l'on se souvienne :  Bouddha enseignait à ses disciples la vie simple et inoffensive qu'il menait lui-même, il leur conseillait donc de se nourrir comme lui des aliments les plus purs provenant directement du sol . Il était pris de compassion à la vue des souffrances des animaux aussi bien que de celles des hommes.


Le sanglier était autrefois le symbole des connaissances ésotériques, celles que nous partageons sans en être en rien appauvris. Même partagée la même somme de savoir demeure en qui a donné son savoir, et même : tous possèdent davantage par le partage..


Cette vérité fut enseignée partout, à travers les mythologies. Dans le Valhalla Scandinave, le guerrier ayant "combattu le bon combat" avait obtenu le droit de s'asseoir à un festin[1] autour d'un sanglier dont chaque morceau de chair coupée repoussait immédiatement. Aucune "blessure" n'existant dans les mondes supérieurs, le "reflet" ici-bas ne pouvait être ni blessé ni amputé.. et la reconstitution à l'identique du met "ici-bas" sur le modèle (ou sur le "schéma"..), de ce met existant "aux cieux" était immédiate.. la nourriture terrestre demeurant "à l'image" de la nourriture céleste, l'abondance était donc la marque des repas au temps de l'antique Lémurie, et la matière s'extrayait alors encore directement de l'éther, par l'effet de la pensée concentrée des participants, c'est cela qui est à l'origine de l'action de grâce encore prononcée aujourdhui, mais dont la "foi"qui, de nos jours, ne déplace plus les montagnes ne reconstitue plus, non plus, les mets..


C'était à cette re-sacralisation au moins partielle que s'était attaché le Christ par la puissante "magie" de la cène, "jouée" lors de chaque messe, qui est une magie par représentation de "cela qui est en haut".., dans l'ici-bas commun, ainsi qu'il en va de tout culte "authentique". Dans ce dernier mot il y a bien sûr tout le sens de l'identité entre le haut et le bas.. Or, Christ comme Bouddha étaient  si emplis de ces connaissances sacrées que leur partage remplissait le coeur de tous les disciples, le coeur étant ce qui en tous les êtres "connaît" le réel, humain comme divin.


Ajoutons pour les non-végétariens (considérant entre autres les tenants du Chamanisme..), que par la consécration du repas et la "prise dans le Cœur[2]", en conscience, du sacrifice de l'animal, sa chair (si elle ne se reconstitue pas comme cela était autrefois possible, les temps ayant changé, on aura  sans doute pu le remarquer.. hi, hi..), sa chair donc, par l'absorption par une créature humaine d'une espèce et surtout appartenant au règne immédiatement supérieur, et donc "spirituel" relativement  à l'animal, la chair donc, est "élevée" jusqu'à ce règne supérieur et son porteur animal en reçoit en son âme groupe sa part d' élévation spirituelle, en cela réside l'effet spirituel de la "consécration" du repas et de la chair animale ainsi consommée.

- Il est assez probable que la majorité des personnes ayant festoyé à la Noël (à la "cène" de Noël..), n'auront pas poussé la conscience (qui est aussi confiance..), en le divin au point de magie dont on parle (oh, bien sommairement..) ici..

- Mais le simple fait social de festivité et donc de la conscientisation d'un partage aujourd'hui devenu quasi-planétaire, sacralise dans l'inconscient collectif l'acte de ce partage, même les personnes "festoyant" seules parviennent  à cette conscience élevée et à cette pensée sacralisée.. si peu que ce soit, la vibration de festivité globale rejaillit collectivement en sacralité globale, même chez les "pires" (ou les "meilleurs", hi, hi.. selon le point de vue..) athées et même chez ceux qui croient leur divinité différente de celle des chrétiens, de ceux donc  qui "croient croire" en un dieu différent, la chair en tant que reflet de l'esprit est aussi sacrée en "tous les êtres".. en tous les "porteurs de vie".. il ne s'agit même pas de "s'obliger" à y croire (quoique de "croire",  cela aide toujours..), mais de s'en souvenir, car en nous tout est écrit, gravé, (on dit aussi "engrammé"..) jusqu'au plus profond de nos cellules..





■ nota[1], s'asseoir à un festin : ici, entendre surtout le fait de s'asseoir, de se poser.. et de participer, de partager un festin de nourritures spirituelles, comme un festin de "manne" et/ou de "soma", et de ce "nectar des dieux", de cette "ambroisie ou Amrita".. survivances symboliques de l'antique période où l'être humain n'était pas encore totalement densifié et vivait encore la vie abondante, beaucoup plus grande et "riche" que ce qu'est devenue la vie dans la forme, cette vie plus abondante qu'il est appelé, selon la promesse Christique, à retrouver dès lors qu'il se sera dégagé de sa lourdeur matérielle, de sa "gangue de boue" (son corps physique), bref dès qu'il se sera transformé en être du 5e règne : le règne des âmes.. Pour aujourd'hui, cela ne se passe et ne peut se passer qu'à titre individuel et à une échelle infime, au regard des masses humaines considérées.. ■

■ nota[2], prise dans le Cœur :   oui, Cœur, avec la Majuscule, s'agissant expressément ici, du chakra "éthérique" cardiaque, situé au centre de la poitrine, sous le sternum, et non de l'organe physique dense bien connu de la médecine, et dont la fonction de pompe est d'assurer la circulation du sang dans le corps.. fonction non totalement dépourvue de sacralité, la vitalité physiologique "portant" de fait la vitalité de "vie" supérieure (oui, la "vie plus abondante", celle qui "initie", transfigure et même ressuscite.. l'être, en sa part divine..)  en même temps que celle dont le seul mouvement cellulaire n'est que simple "reflet"..   ■



 
Shalom, Salam, Shanti, . . lamadelama ལམདེལམ




_________________
la fleur aux sept couleurs est la clé des 7 rayons..


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Déc 2011 - 04:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 28 Déc 2011 - 02:16    Sujet du message: repas festifs, les nourritures consacrées.. Répondre en citant

.

BONSOIR , il est écrit dans cet article la citation :
Citation:
"On peut comprendre que, comparativement à l'éveil, toute identification qui ne mène pas au SOI divin, en passant par le Soi de l'âme (Atma) est perdition et irréalité. L'éveil au réel et au SOI demeure en l'être la seule vérité digne d'être trouvée, la seule réalité envisagée, "ainséifiée" et "ainséifiante", et que dans la condition éveillée, tout ce qui peut satisfaire les non-éveillés résonne pauvre, terne, petit, insuffisant et insignifiant au regard du réel tel qu'il est alors déjà commencé à être perçu. "



Le "SOI" auquel l'auteur fait référence, il s'agit de l'ESPRIT ou MONADE... Ce qu'il m'est possible d'en percevoir à mon niveau, c'est nul ne passe au père s'il ne passe par le fils, en tant que Christ (Jésus). Ce qui veut dire, nul identification des phénomènes de la réalité ne peuvent être corrects si elles ne passent par l'Âme en Christ (l'Esprit ou Monade, père dans les cieux.. auquel Christ s'identifie "L2L me souffle: voir Jean17"), si elle n'est pas reliée consciemment à l'Esprit.

Lorsque Christ disait (par la bouche de Jésus) - "qu'il en soit ainsi !" il s'agissait bien d'une parole "selon le verbe", consciente et donc une parole d' Eveillé.. dont l'effet est "ainséïfiant" sur la situation du moment.. ce qui implique aussi que Christ, EST en lien parfait avec l'esprit (la monade ou "père dans les cieux"), selon la loi de l'énergie, le fait de placer la barre au plus haut, au plus près du divin produit des effets d'ordre du divin..

damejane



((((J'ai demandé à Lamadelama de préciser son emploi de L' AINSÉÏTÉ, un terme usité du temps de Bouddha et de nos jours encore par les Initiés du bouddhisme capables d'entrer dans le sens réel des textes.... en rapport avec ''le réel'', ce qui est perçu "as it is" (tel qu'il est, ou tel que "cela" est) et il précise que ce texte fait référence au but Ultime de l'homme.... ce qui répond aussi à la question : C'est quoi vivre ? est-ce ici bas dans un monde d'illusion ou est-ce dans un monde plus haut qui vole vers les Cieux du Divin ? Ce qui m'invite à penser en méditant sur la question que probablement cet "ESPRIT de la Réalité", seul le Bouddha et Christ doivent en avoir une connaissance réelle là où même un Arhat consacré n'en a qu'un "aperçu".))))

28-12-2011
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:27    Sujet du message: repas festifs, les nourritures consacrées..

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> enseignements de Lamadelama Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky