Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Les Amis de Comenius - Pédagogie : Tout vient d'Égypte...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> divers -> Les Amis de Comenius
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2011 - 11:06    Sujet du message: Les Amis de Comenius - Pédagogie : Tout vient d'Égypte... Répondre en citant

.


Pédagogie : Tout vient d'Égypte



Maintenant il ou elle s'ouvre au monde
Et découvre la Vie

Tout d’abord quelques généralités :




La pédagogie
C'est l'Art d'instruire et d'élever" les enfants. Et surtout de les amener à l’éveil psychobiospirituel.
C'est un savoir-faire qui sous-entend une méthode pour une acquisition de savoirs, mais surtout un chemin parcouru à la fois par le guide, l’éducateur, et l’apprenant." Théorie de l'éducation, normative et critique, d'une part et d'autre part, art et sciences de l'éducation dans la pratique ". (Lexique des sciences sociales)
C'est un art sur lequel on réfléchit car on doit pouvoir apprécier ses actions, voir ce qu'elles valent, pour les réajuster. Cela s’appelle en philosophie spirituelle la connaissance de soi, sans laquelle rien n’est possible. Si cela provoque une démarche scientifique d'observation, la créativité qui permet d'adapter ses observations à la réalité éducative, relève plus de l'art.
Des questions se posent : comment cela fonctionne-t-il? Quel en est le résultat ? Quelles conditions font varier les résultats? Tout ceci reste au niveau de la spéculation. Dans la réalité pratique le déroulement risque d'être différent de ce qui a été prévu. Il y a une caractéristique d'empirisme. Et surtout quel est le but fondamental de la pédagogie? S’agit il d’adapter l’individu à un existant ou de lui faire concevoir ce monde comme une “maison de transit?”



Les théoriciens ne sont pas forcément les cliniciens et réciproquement. C'est ainsi qu'il y a deux actions bien différentes:

- Celle du pédagogue de laboratoire qui conçoit des méthodes théoriques, isole des phénomènes, essaie de mettre à jour des lois.

- Celle du praticien confronté à des situations singulières et menant une recherche. Par exemple c'est la différence entre J. J. Rousseau et J. Pestalozzi22.. Certains, comme Comenius, ont exploré les deux aspects.

.Donc la pédagogie n'est pas seulement la didactique, c'est à dire tout ouvrage dont le but est d'instruire, mais c'est aussi l'explication méthodique des procédés d'un art, d'une discipline et l'ensemble des méthodes qui recherchent les conditions optimales d'enseignement. Elle est surtout le développement de lignes de forces qui accompagneront l’homme tout au long de sa vie, lui donnant un sens profond. Ceci sous-entend l'étude et la connaissance d'autres disciplines comme la psychologie, la sociologie, l'histoire, l'anthropologie, l'économie.
D'après Durkheim23: " Il faut savoir mesurer, former l'esprit en même temps. La pédagogie a surtout une théorie qui se réfère à la pratique et à son observation, c'est pourquoi elle est toujours remise en cause."

Les composantes de la situation éducative.

Elles sont multiples et complexes, imbriquées les unes aux autres. Nous présentons celles qui nous paraissent essentielles.
- Les personnes:
L'enfant, ou l'éduqué, qui peut-être aussi un adulte et l'éducateur. Leur passé, leur être profond, psychique, karmique et microcosmique. Leurs sentiments, La connaissance qu'ils ont d'eux même, de leurs possibilités et de leurs limites. Leur connaissance, l’écoute et l’attention réciproque, la motivation, l'aspiration à participer à l’apprentissage sous toutes ses formes, qu’il s’agisse du soi-disant “maître” ou de l’élève. La perception qu'ils ont l'un de l'autre. Voilà quelques composantes de base, de ce que l’on pourrait appeler la “situation pédagogique”, de ce que l'on appelle habituellement la relation pédagogique.


Il y a des contradictions possibles au niveau de :
La méthode,
Est-elle un appui ou un enfermement ? Une possibilité de création, ou ne s'adresse t-elle qu'aux possibilités d'obéissance, que ce soit pour l'enseigné ou l'enseignant…La méthode, si méthode il y a, doit toujours être remise en question et fondée sur l’observation et l’efficacité dans les domaines principaux du devenir humain. Ce qui implique des progrès en matière de maturité, de responsabilité, et d’autonomie.

La place de l'attente ou de l'immédiateté,
Dans l'acquisition : de toutes façons, l’apprenant se retrouvera toujours placé dans les mêmes situations d’apprentissage tant que son être profond n’aura pas assimilé la quintessence de l'expérience. Ce qui fait qu’attente ou immédiateté seront liés aux progrès de la compréhension. Les sentiments entre les personnes qui composent la situation pédagogique dynamisent ou étouffent. Il est bien clair qu’une atmosphère de coopération, de compréhension mutuelle, et d'enthousiasme sincère devront être à tout prix instaurés.
Quelle est la place de l'intuition ou de la démarche rationnelle, organisée et méthodique ? Le savoir est-il pouvoir ou humilité ?


Il faut savoir attendre : faire à la place est une intervention abusive. Le but étant l’autonomie, l’éducateur placera devant des situations ou des exercices et laissera l’apprenant le plus possible maître du jeu. Ce qui implique que la pseudo-frustration de l’enseignant devra laisser la place à une relation intelligente avec le jeune (ou le moins jeune). Il n’y aura ni maître ni élèves, mais des élèves plus ou moins avancés sur le chemin.
La frustration, quelle est la part entre le"trop ou le trop peu"? L'autorité étouffante ou l’attitude libertaire, qui n’est pas forcément la plus mauvaise... ?
Voyons de plus près certaines données qui entrent en jeu au niveau de l'élève

Qui est -il? C'est un tout, c'est à dire qu'on ne s'adresse pas seulement à son intelligence, mais aussi à son corps, à son âme, à son microcosme. De plus, il a une histoire ; c'est à dire qu'il a déjà des connaissances et aussi des intérêts, mais cette histoire peut-être aussi marquée par des échecs, facteurs d’éveil ou de blocage ! Il faudra apprendre à l’élève, quel que soit son âge, à ne plus être victime, esclave du succès ni de l’échec. On peut apprendre des deux, peut-être d’ailleurs plus de l’échec.
Si c'est un adulte, a-t-il eu des échecs ou aborde-t-il ces apprentissages pour la première fois? Quelles sont ses capacités?
Son système nerveux fonctionne-t-il bien ? Pour un enfant ce peut être une question de maturation. Pour un adulte ce sont des habitudes mentales, une façon d'écouter, de percevoir et d'utiliser ses sens. (l'enfant aussi d'ailleurs). Rien qu'un contrôle à ce sujet peut dévoiler des faiblesses qu’il est nécessaire de connaître. Par exemple, comment gère t-il ses hémisphères droit et gauche, c'est à dire sa perception globale ou linéaire. Les origines de la dyslexie peuvent être diverses, on parle quelques fois d'atteinte organique des hémisphères, d'autres y trouvent des origines psychologiques.


Et voici maintenant la simplicité pédagogique égyptienne :Qu'y a t il de commun entre un pois chiche et un faucon ? La Mère originelle engendre les deux et leur donne une similitude d'apparence donnant la puissance d'évocation de l'accomplissement du nom " Her Bak ", Face de Faucon ou Pois Chiche. On y retrouve aussi Horus, le fils de la veuve. L'accomplissement du Nom, c'est la manifestation et la réalisation du nouvel état véhiculaire quadruple, quintuple, puis progressivement septuple du " Fils ".



Car le Nouveau Penser, s'il constitue l'expression du quatrième véhicule encore embryonnaire enfin réalisé de façon concentrique, se développe en un corps de feu. Celui-ci donnera naissance au cinquième véhicule de l'Intelligence, puis deux autres " Corps " perfectionneront et démontreront la perfection du Fils de l'Homme, de l'Homme Dieu. Car, comme le dit Hermès, les dieux sont des hommes immortels et les hommes (actuels) des dieux mortels.
Et tout cela commence par des choses très naïves, très simples. Celui qui parle aujourd'hui d'ouverture du cœur prête plutôt à sourire, et pourtant, c'est par là que tout commence, et cela le plus tôt possible, dès la prime jeunesse. Et qu'on ne nous rebatte pas encore les oreilles à nous dire que certains y sont prêts et d'autres non !

Qui décidera de qui est prêt, si ce n'est justement la voix du cœur ? Tous doivent recevoir les possibilités de tous, et rien ni personne ne doit être laissé à l'écart. Toute semence porte ou portera son fruit, et celui ou celle qui ne jette pas la semence dans le sillon alors qu'il peut le faire se charge d'une lourde faute.


Et nous voyons un énorme mastodonte, immonde reptile, machine rouillée lentement s'effondrer, l'Education Nationale en France, qui continue cependant à perpétrer des meurtres d'âmes par une " école des egos " qui incite à et entretient l'état de guerre économique, politique et intellectuel ; ce qui est la meilleure façon d'empêcher la sérénité nécessaire au passage de l'humanité à une spirale supérieure, même si, au pire, on peut considérer que même une situation d'humiliation et de tension révoltante possède sa part de dose formatrice.

Oui, mais à quel prix ! ?


Fleischl Christian 10 mars 2011..
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2011 - 11:06    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> divers -> Les Amis de Comenius Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky