Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Traitement du diabète par la phytothérapie.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> santé- et vie en société -> santé, soins
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 29 Juin 2011 - 19:00    Sujet du message: Traitement du diabète par la phytothérapie. Répondre en citant

Traitement du diabète par la phytothérapie.
Auteur : Dr Jean-Michel Hurtel -


www.phytomania.com




Le diabète (sucré) est la maladie (ou plutôt le syndrome) endocrinien le plus répandu. On estime les diabétiques à plus de 100 millions dans le monde et ce chiffre, ainsi que le pourcentage de la population touchée, sont en progression constante (aux alentours de 6% dans les pays « riches »).

Plusieurs causes ou facteurs en sont responsables :

• certainement un meilleur diagnostic de l’état diabétique du à une plus grande facilité et une plus large détection (au niveau géographique) des troubles de la glycémie,

• certainement aussi une augmentation du pourcentage de la population touchée par ce « désordre » métabolico-endocrinien dans les pays riches où le coût relatif de l’alimentation a considérablement baissé et ou le stress quotidien a augmenté mais aussi dans beaucoup de pays « en développement » ; c’est même dans ces derniers que l’augmentation est la plus rapide.

Il faut différencier les deux types classiques de diabète :

• le diabete insulino-dépendant ( type 1, ou diabète maigre ou diabète du jeune) qui représente 20 à 25% des diabétiques, se révélant généralement assez tôt et qui relève principalement d’un traitement par l’insuline avec surveillance stricte de l’alimentation (de l’apport de glucide),

• les diabètes non insulino-dépendants ( type2 , diabete gras ou de la personne âgée) qui se révèlent plus tardivement et sont équilibrés le plus souvent par un régime (amaigrissant) hypocalorique-hypoglucidique avec ou sans traitement médicamenteux associé (principalement des sulfamides hypoglycémiants, des biguanides , l’insuline).

C’est ce dernier type de diabète qui semble en progression constante et qui peut être soigné par la phytothérapie.

Le diabète gestationnel : un risque ultérieur de diabète de type 2 pour la mère Des études ont montré que les femmes ayant eu un diabète gestationnel, sont plus à risque de développer un diabète de type 2. Elles doivent donc faire attention à leur alimentation afin de prévenir son apparition.

EXEMPLES DE PLANTES UTILISABLES pour soigner le diabète (de type2) et ses complications

Allium cepa (oignon)
Les composés soufrés sont les molécules actives, la fraction extraite par l’éther éthylique est la plus antidiabétique.

Utilisation :
consommation quotidienne d’oignon cru à raison de 30 à 40 g par jour (assez difficile à supporter), mais l’oignon cuit et son extrait aqueux sont également hypoglycémiants (soupe, infusion), ou teinture mère (40 à 50 gouttes 3 fois par jour)

L’oignon possède des propriétés hypoglycémiantes, antihyperglycémiantes, antioxydantes et il abaisse le taux des lipides sanguins.

Allium sativum (ail)
Les composés soufrés sont modérément actifs sur la glycémie (assez instables) par contre ces mêmes composés sont intéressants pour leur action sur les complications du diabete : dyslipidémie sanguine (cholestérol et triglycérides) et complications cardio-vasculaires (plaques d’athérome, sclérose vasculaire)

Utilisation :
• ail cru 1 à 2 gousses par jour (écrasée ou finement hachée), •ail en poudre 0,5 à 1g par jour (en gélules gastrorésistantes)
• ail en teinture alcoolique (20 à 30 gouttes par jour)

Eucalyptus globulus (eucalyptus)
L’huile essentielle d’eucalyptus (2 à 3 gouttes 3 fois par jour)

• est un antiseptique des voies respiratoires
• mais est aussi considérée par beaucoup de phytothérapeutes comme légèrement hypoglycémiante au même titre que la teinture mère (50 gouttes 3 fois par jour). L’infusion de feuille est légèrement hypoglycémiante (chez l’animal artificiellement diabétique) par augmentation de la sécrétion d’insuline ;

Exemple d’utilisation :
une cuillerée à café de feuilles sèches brisées dans une tasse d'eau très chaude, 10 minutes d'infusion, 2 ou 3 fois par jour

Cette infusion a tendance à couper l’appétit, ce qui peut aider à supporter le régime hypocalorique nécessaire à l’équilibre du diabète.

Trigonella foenum graecum (fénugrec)
Les graines de fénugrec, connues pour leurs capacités à faire prendre du poids en cas d’amaigrissement ou de fonte musculaire, sont aussi hypoglycémiantes. Elles contiennent, en particulier, un acide aminé (4-hydroxyisoleucine) qui accroît la libération d’insuline pancréatique aussi bien chez l’animal (rat) que l’homme. Les extraits aqueux des feuilles sont également hypoglycémiants et antyhyperglycémiants.

Chez l’homme, un essai clinique, a montré que 50 g de poudre de graines, 2 fois par jour pendant 10 jours, chez des diabétiques non insulinodépendants, réduisait de façon significative la glycémie a jeun et la fuite urinaire du glucose ainsi que le taux de lipides sanguins. L’effet hypoglycémiant est proportionnel à la dose ingérée qui pourrait donc être abaissée dans un traitement au long cours.

L’extrait éthanolique (teinture) est également hypoglycémiant chez l’animal (je ne connais pas d’essais chez l’homme).

Olea europea (olivier)
Les feuilles d’olivier sont traditionnellement considérées comme hypoglycémiantes ; elles contiennent par ailleurs un sécoiridoïde, l’oleuropéoside, aux propriétés hypotensives et antioxydantes (qui permet donc de lutter contre la sclérose des vaisseaux sanguins et l’inflammation de leurs parois)

L’infusion de feuille est moins efficace que
•l’extrait hydroalcoolique (teinture mère : 60 gouttes par jour)
•la macération glycérinée de bourgeons en 1D (50 à 100 gouttes par jour)
•ou la poudre de feuilles cryobroyées(0,5 à 1g par jour)

Conclusions :
Les plantes médicinales ou leurs extraits semblent intéressants dans le cas d’un diabète non insulino dépendant (type2 ). On prendra garde toutefois à ne pas supprimer brutalement les médicaments prescrits ou utilisés, mais à abaisser leur posologie progressivement (c’est le bon sens) jusqu’à la suspension éventuelle de leur prise mais toujours en surveillant l’évolution de la glycémie et de la glycosurie. L’association de 2 ou 3 plantes paraît souhaitable, certaines agissent sur la libération d’insuline d’autres au niveau cellulaire périphérique, comme piégeur de radicaux libres, sur le métabolisme des lipides, l’hypertension.

Exemples : Oignon et myrtille Oignon et noyer Fenugrec et ronce Fenugrec et olivier.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 29 Juin 2011 - 19:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> santé- et vie en société -> santé, soins Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky