Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ...
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> Chamaniques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 7 Sep 2008 - 21:47    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant



Ushuaïa Nature

Un moment de magie en vidéo à partager et à "deguster"...



Cap sur l'Amazonie, danse avec un dauphin rose


lien (TF1)







bien à vous : damejane.


.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 7 Sep 2008 - 21:47    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 7 Sep 2008 - 21:50    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

.

 
« Répondre #17 le: 16 Août 2008 à 15:15: »

[SOS-planète]  
 
 
 
Littoral: les zones marines mortes
se répandent dans le monde... 
 



De : Terre sacree
(vivant12@wanadoo.fr)  
Envoyé :sam. 16/08/08 11:48 
À : damejane 
 



 




Littoral:
les zones marines mortes se répandent dans le monde  
2008-08-15 WASHINGTON  
(source vérifiée)  



Le phénomène des zones marines mortes prend de l'ampleur et on compte désormais 400 zones côtières dans le monde où la vie marine est asphyxiée par la pollution, un chiffre en croissance exponentielle depuis les années 60, selon une étude américano-suédoise.


Ces étendues littorales, dont les écosystèmes aquatiques disparaissent étouffés par manque d'oxygène dans l'eau, ont "probablement doublé tous les dix ans depuis les années 1960", affirment les chercheurs Robert Diaz de l'Institut des sciences marines du College of William and Mary de Virginie (est des Etats-Unis) et Rutger Rosenberg, du département de l'écologie marine de l'Université de Gothenburg en Suède. Quelque 245.000 km2 sont concernés.

"La localisation de ces zones mortes correspond aux centres où vit une grande population et où sont déversées d'importantes quantités de substances nutritives", explique l'étude publiée vendredi dans le journal Science.


Le phénomène, dit d'eutrophisation, est provoqué à la fois par la pollution industrielle et le déversement dans les eaux de ruissellement des phosphates et des nitrates issus des engrais. Cette accumulation de matières organiques provoque d'abord une prolifération d'algues et se décompose ensuite en microbes qui consument l'oxygène de l'eau, tuant alors poissons, crustacés et détruisant le benthos, l'ensemble des organismes végétaux et animaux qui vivent dans les fonds marins.


Cette destruction de l'environnement marin par hypoxie (manque d'oxygène) intervient de préférence dans les eaux calmes et peu remuées des estuaires, des fjords et des mers intérieures. Ces dernières années, de nouveaux littoraux ont été touchés notamment dans la mer Baltique (aujourd'hui la plus grande zone morte du monde), la Mer noire, le Golfe du Mexique, l'est de la Chine et le détroit de Kattegat, en Suède. Les chercheurs soulignent que cette pollution met en danger les élevages commerciaux de poissons et crustacés près des côtes.



Le phénomène a été repéré pour la première fois sur la côte adriatique dans les années 50. De façon saisonnière, il affecte le nord du Golfe du Mexique, la baie de Chesapeake (est des Etats-Unis), les eaux scandinaves. Cela prend des années pour remédier à l'hypoxie sévère d'un littoral et seulement 4% des zones mortes montrent actuellement des signes d'amélioration, affirme l'étude.

De 1973 à 1990 par exemple, une zone morte s'est étendue sur 40.000 km2 sur le littoral au nord-ouest de la mer Noire. Toutefois, la teneur en oxygène de l'eau s'est améliorée lorsqu'en 1989 l'ex-Union soviétique a cessé de subventionner les engrais pour les fermiers. En 1995, le niveau d'oxygène était à nouveau normal. Sur les 400 zones mortes de la planète, la moitié connaissent le phénomène de prolifération végétale suivie d'une disparition de l'oxygène et du milieu marin, une fois par an, notamment en été quand l'eau est plus chaude.


Dans un quart des autres cas, la pollution est saisonnière. Elle est "épisodique" dans 17% des cas et persiste de façon permanente dans 8% des cas, en Mer Baltique et dans les fjords notamment. A la fois, le rejet des nitrates mais aussi le changement climatique vont peser sur l'évolution de ces zones mortes, estiment les chercheurs qui appellent à une "gestion appropriée " des rejets au niveau où ils étaient au milieu du XXe siècle avant que le phénomène "ne répande des zones mortes à l'échelle mondiale".



Les changements de circulation des eaux qui doivent accompagner le changement climatique vont accroître la stratification et la température des eaux, conditions propices pour déclencher un déclin de l'oxygène et une disparition de la faune marine.




 




Bien à vous : damejane 
 

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 10 Fév 2009 - 13:40    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

« Répondre #18 le: 18 Octobre 2008 à 20:43: »


Le destin des mammifères


De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé :ven. 17/10/08 23:02
À : damejane


Une espèce de mammifères sur quatre menacée de disparition
Publiée le 17-10-2008


PODCAST/RSS NATURE ANIMALE       

La plupart des gens le savent, certains ainmaux sont en danger et risquent de purement et simplement disparaître dans les années ou décennies qui viennent. La plupart d'entre nous ce sont un jour ému du sort des baleines, des éléphants ou des pandas (photo ci-contre), ce dernier étant même devenu le symbole des espèces en péril grâce au WWF qui l'a retenu comme logo. Ce que le grand public ignore en revanche, c'est l'ampleur de la menace qui pèse sur la biodiversité animale. 

Des spécialistes regroupés au sein de l'UICN, Union Internationale pour la Conservation de la Nature, ont donc entrepris de dresser un vaste inventaire permettant de savoir assez précisèment quels animaux sont menacés et dans quelle mesure. 
Chaque année, l'UICN publie une liste rouge qui permet de faire un état des lieux proche de la réalité. Réunis au début du mois d'octobre à Barcelone, à l'occasion du Congrès mondial de la nature, les membres de cette organisation internationale ont dressé leur dernier bilan et dire que celui-ci n'est pas très encourageant serait un doux euphémisme.

En clair, pas moins d'une espèce de mammifères sur quatre serait menacée d'extinction.Un chiffre proprement hallucinant et qui pourrait même être pire, les scientifiques manquant de données en ce qui concerne des centaines d'espèces qui pourraient venir grossir les rangs des animaux en sursis. Au lieu d'environ un quart, la proportion pourrait ainsi monter jusqu'à 36%. 

Pour être précis, sur les 5847 mammifères pris en compte pour cette étude, 1141 pourraient être amenés à disparaître dans un avenir plus ou moins proche. 76 espèces, au minimum, se seraient déjà éteintes depuis le 16e siècle. Cela peut paraître relativement peu, mais le problème est que le rythme des disparitions s'accroit et que cette tendance sera difficile à enrayer.

Il faut dire que dans l'immense majorité des cas, c'est encore et toujours l'activité humaine qui est la cause de cet effondrement possible de la biodiversité. A force de piller les ressources naturelles, de transformer le monde au travers de notre activité industrielle, nous sommes tout simplement en train de détruire ce que la nature a mis des millions d'années à bâtir. 
Pour Julia Marton-Lefèvre, la directrice générale de l'UICN, le constat est sans appel puisqu'elle déclare "qu'au cours de notre vie des centaines d'espèces pourraient disparaître en raison de nos propres actions, ce qui constitue un signe alarmant sur l'état des écosystèmes dans lesquels elles vivent". Le constat est donc sans appel. Mais soyons clair, à l'heure où les bourses s'effondrent et où les banques se rendent compte qu'elles ont spéculé sur du vent, sauver les animaux ne semble pas la priorité absolue. Pourtant, c'est peut-être bien en regardant et en préservant un peu ce qui l'entoure que l'homme parviendra un jour à vivre en harmonie avec sa planète et par là même avec ses semblables. 
Il convient néanmoins de ne pas sombrer dans le pessimisme le plus aboslu. Lorsqu'il y a prise de conscience, que des moyens humains et financiers sont mis en oeuvre, la préservation du monde vivant est possible. Pour preuve, il faut savoir que 5% des populations de mammifères menacées montrent désormais des signes de rétablissement à l'état sauvage, comme cela peut être le cas du gypaète barbu en France aujourd'hui (photo ci-dessus).

les programmes de reproduction et de réintégration se révèlent efficaces et tout cela montre que nous pouvons encore inverser une tendance qui reste pour l'heure très négative. 
vincent, pour la Rédaction.
Source :

http://www.frequenceterre.com:80/chroniques-environnement-171008-898-Une-es…

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 10 Fév 2009 - 13:42    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

« Répondre #19 le: mardi 10 février 2009 à 12:35 »



L’ONU à l’assaut des pilleurs d’océans





De :  Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr
Envoyé : lun. 09/02/09 01:13
À :  damejane


Braconniers de l’océan, préparez-vous à souffrir!
L’Organisation des nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a fait
savoir que le projet de traité international sur la pêche illégale est en bonne voie.

Fin janvier, les représentants de soixante pays se sont retrouvés à Rome,
au siège de la FAO, pour avancer la rédaction du texte, dont le premier jet est
désormais achevé. Le traité se propose d’empêcher les navires qui pratiquent une
pêche illégale de rentrer dans les ports pour y décharger leur marchandise.

La pêche illégale est de plus en plus fréquente sur les océans du globe.
Les braconniers ciblent généralement les eaux des pays du tiers-monde, qui peinent,
faut de moyens à surveiller leur domaine maritime. Car le contrôle de la pêche
illégale demande des moyens, satellites, aériens et des bateaux d’intervention.

Pour freiner ces activités illégales, qui contribuent à la disparition de nombreuses
espèces de poisson, la FAO se propose de viser les braconniers au portefeuille,
en les empêchant d’accoster pour débarquer et vendre leurs prises. 

Le texte propose que chaque navire qui transporte du poisson devra requérir une
autorisation d’accoster, après avoir fourni les indications sur sa cargaison, son
origine, les autorisations de pêche, etc. De même, pour pouvoir se réapprovisionner
en carburant et en vivres, les capitaines de navires de pêche devront montrer patte
blanche. En cas de doute, les autorités portuaires pourront refuser d’accueillir le navire.

L’instauration d’un traité, qui devra encore être peaufiné avant d’être voté dans
les instances de l’ONU, n’est pas la panacée. L’histoire a montré que même dans
les pays qui contrôle l’entrée des navires, du poisson illégal est bien souvent blanchi
dans des cargaisons légales qui sont débarquées. L’imagination des braconniers de
la mer est sans fin, et il n’hésitent pas à transborder leurs prises dans des navires
plus discrets, en haute mer pour ne pas être repérés.

Depuis 2005, la FAO tente d’aider les pays en développement à mieux contrôler ce
qui entre dans leurs ports. L’organisation conduit un important effort de sensibilisation
et de formation des autorités politiques, mais aussi les responsables de pêcheries et
des ports. Une démarche qui bute contre la désorganisation et la corruption qui
frappent de nombreux pays.

Les braconniers pêchent au mépris des quotas, en utilisant souvent des types de
filets très destructeurs qui ont été interdits pour préserver les stocks de pêche.
Notamment des palangres qui déciment la population de certains oiseaux marins,
et des filets dérivants réputés tuer de nombreux cétacés et tortues de mer.
Selon la FAO, les prises illégales de poisson peuvent représenter jusqu’à 30% des
tonnages légaux. Le marché de la pêche clandestine dépasserait dix milliards d’euros
à l’échelle planétaire. Le gros des prises illégales est le plus souvent destiné à l’Asie,
mais tous les pays sont concernés, même l’Union européenne qui a déclaré en
2008 la guerre à cette activité prohibée.

Les milliers de navires qui pêchent sans autorisation menacent un peu plus une
ressource halieutique déjà très ébranlée par la pêche légale, et elle est lourde
de conséquences pour la vie des pêcheurs qui respectent la loi.
Denis Delbecq. 

Source :
http://mondedurable.science-et-vie.com/2009/02/lonu-a-lassaut-des-pilleurs-…
.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Sam 18 Juil 2009 - 17:18; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 16 Fév 2009 - 20:05    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

« Répondre #20 le: 10 Février 2009 à 16:04: »




Une démonstration virtuelle




Quand la mer monte :
http://mondedurable.science-et-vie.com/quand-la-mer-monte/

Quand le climat change
(simulateur climatique )
http://climat.science-et-vie.com/carte/



.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Sam 18 Juil 2009 - 17:19; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 16 Fév 2009 - 23:49    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

« Répondre #21 le: 16 février 2009 à 22:48 »



Les baleines disent
merci à la crise financière !





lundi 9 février 2009

Dans Europe 1 Matin avec Marc-Olivier Fogiel, Brigitte Béjean
consacre sa chronique développement durable à la chasse à
la baleine victime de la crise.



Ils ne sont que trois pays, dans le monde, à autoriser la chasse à la baleine : Japon, Norvège et Islande. Or, en Islande, la crise est sévère, et du coup, les baleines vont respirer un peu...

Oui, l'Islande, avec une crise financière particulièrement sévère, l'Islande change de visage, et de politique. Juste avant de partir, le gouvernement démissionnaire avait décidé de multiplier par 6 son quota annuel pour le porter à 250 baleines par an.


Déjà, les dents grinçaient à la Commission Baleinière Internationale, la CBI. Il y a là tous les anti-chasse, comme l'Australie, le Brésil, et la France. Mais la crise a fini par emporter le gouvernement islandais, et ses promesses. Et mardi dernier, à peine arrivé, le nouveau ministre de la Pêche a prévenu les pêcheurs. Ne rêvez plus, on ne va pas le faire. On reste au même quota, 40 baleines par an. En attendant, peut-être, une interdiction totale.


La nouvelle chef du gouvernement, de toute façon, est contre la chasse à la baleine. Et les deux autres pays, Norvège et Japon ? La Norvège chasse toujours, un millier de baleines par an. Chasse commerciale, et assumée. Au Japon, c'est plus compliqué.


Officiellement, les Japonais pratiquent une chasse "scientifique". Mais bon, une baleine pêchée, même scientifique, finit mangée par des Japonais. La Commission Baleinière internationale, la CBI, essaie de trouver un compromis avec le Japon. L'idée, c'est de donner aux Japonais le droit de chasser près de leur côtes en contrepartie d'une réduction - réduction substantielle - de leurs prises dans l'Antarctique.


Mais le Japon s'apprête à tuer cette année 900 baleines et ne semble pas prêt à accepter ce qu'on essaie de lui imposer. Car ces négociations au sein de la CBI, c'est une vraie guerre froide. Discussions préparatoires pendant des mois, guerre de communiqués, dramatisation.

Le Japon, par exemple, dit que cette année sera décisive et qu'il y a un grand risque d'échec des discussions. Echec de quoi, on se le demande. Ca fait 23 ans que la CBI a décidé d'interdire la chasse à la baleine. On voit l'effet que ça fait.

L'info en plus: prochaine réunion de la CBI, en juin, à Malte.
Source: Europe1.fr
http://lachaineverte.fr.msn.com/actualites/article.aspx?cp-documentid=13938…

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Sam 18 Juil 2009 - 17:19; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 24 Fév 2009 - 15:11    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

« Répondre #22 le: 20 Février 2009 à 15:02: »





]
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Sam 18 Juil 2009 - 17:20; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mar 24 Fév 2009 - 15:12    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

« Répondre #23 le: 21 Février 2009 à 22:49: »



Réchauffement climatique :
des poissons tropicaux
en route vers le nord‏




De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : dim. 15/02/09 18:30
À : damejane




Réchauffement climatique :
des poissons tropicaux en route vers le nord Royaume-Uni



- Selon une étude menée par des scientifiques de l'université d'East Anglia, les populations de poissons se déplacent, suivant le réchauffement des eaux du globe.

Les chercheurs ont étudié l'impact du réchauffement climatique sur la distribution géographique de plus d'un millier d'espèces de poissons à travers les océans du globe. Ils ont découvert que la plupart des populations se déplacent d'une quarantaine de kilomètres en moyenne tous les 10 ans.


Alors que certaines zones tempérées devraient profiter du phénomène et s'enrichir de nouvelles espèces, les mers les plus froides du globe pourraient quant à elles se dépeupler, leurs habitants ne pouvant migrer plus au nord si les températures continuent de grimper.


Le Dr William Cheung a basé son modèle sur les prédictions de l'IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), livrant une estimation de la hausse des températures au cours du siècle.


Il explique : "Nos recherches prouvent que l'impact du changement climatique sur la biodiversité marine et la pêche sera énorme. Nous devons agir maintenant pour adapter nos techniques de pêche et nos plans de conservation afin de minimiser les dommages causés à la vie marine mais aussi à notre société".


http://www.maxisciences.com/poisson/rechauffement-climatique-des-poissons-t…


.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Sam 18 Juil 2009 - 17:20; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 3 Avr 2009 - 16:55    Sujet du message: univers marin: Abysse Répondre en citant

« Répondre #24 le: 26 Mars 2009 à 00:31: »

.



_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Dim 12 Avr 2009 - 17:02; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 3 Avr 2009 - 16:58    Sujet du message: Re : Un "Grand Être" de la mer ..univers marin/Le massacre des phoques Répondre en citant

« Répondre #25 le: 01 Avril 2009 à 22:21: »



[La banquise est rouge]
Le massacre des phoques
a commencé sur la banquise du Canada‏





De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : mar. 24/03/09 15:33
À : damejane




Nous avons reçu cet article, "le massacre des phoques a commencé sur la banquise du Canada", accompagné de ce billet de détresse de Philippe, un des maintenant 8 lanceur d'alerte pour Terre sacrée :


Voilà Michel, nous y sommes.

Aujourd’hui est un lundi noir, ou plutôt devrais-je dire, un « bloody monday ».

La banquise a déjà commencé à se recouvrir, comme chaque année à la même époque, d’un épais manteau de couleur rouge carmin, et cela va durer 4 mois. Tu l’auras compris, la chasse aux bébés phoques a débuté ce jour, et tu sais, comme j’ai déjà eu l’occasion de t’en faire part, qu’il s’agit là de l’un de mes principaux combats.
Cette année le quota a été fixé à 338.200, initialement de 280 000 et récemment augmenté de 55.000 par le gouvernement canadien. Ce n’est qu’un quota, la réalité est toute autre. Je ne ferai pas de commentaires ce soir car j’en suis incapable, assommé par l’émotion et en larmes alors que j’écris ces lignes.

Ce qui suit résume plutôt bien la situation ; j’ai choisi cet article parmi des dizaines reçus depuis maintenant plusieurs semaines, car il a été rédigé par quelqu’un « de l’intérieur », une québécoise, probablement mieux placée que nous pour dénoncer cette ignominie, n’hésitant pas à égratigner au passage certaines organisations prétendument écologiques, et démontant un à un les arguments avancés par les défenseurs de la chasse cherchant de plus en plus à se justifier devant un monde qui a désormais les yeux rivés sur eux.

Il ne s’agit pas ici d’un témoignage sur la barbarie elle-même, mais sur l’hypocrisie de ses principaux acteurs, chasseurs, gouvernement, et associations écologiques. J’ai par ailleurs trouvé des témoignages d’ex-chasseurs de phoques qui aujourd’hui regrettent amèrement leurs gestes, j’y reviendrai prochainement. Un diaporama est en préparation.

Excuses-moi pour ce dérangement dans ton break, mais aujourd’hui, on assomme, on poignarde, on égorge, on crochète, on traîne, et malgré tout, on dépèce encore vivant des bébés phoques sous les yeux de leurs mères hurlantes et déchirées par l’horreur, la vue et l’odeur de tout ce sang.

Amitiés, Philippe.

Excuses moi encore Michel, je suis désolé.





Le massacre des phoques a commencé
sur la banquise du Canada
par Tribune Libre



Dans un récent communiqué Nature Québec appuie la chasse au phoque et fait du lobbying auprès du Parlement européen afin qu’il n’interdise pas les importations des produits dérivés. Nature Québec agit-il réellement par conviction écologique ? Marjolaine Jolicœur, à qui Le MAGue a réservé cette tribune libre, fait le point sur l’imposture de certains acteurs de l’écologie au nord de la Belle Province.


On peut se poser la question quand on voit dans sa liste de « partenaires financiers » Pêches et Océans Canada, le ministère gouvernemental qui subventionne et coordonne la chasse au phoque. Nature Québec reçoit aussi des subventions de la Fondation de la Faune du Québec, un organisme gouvernemental favorisant la chasse et la pêche dites sportives ainsi que du Fond mondial pour la nature Canada (World Wildlife Fund-WWF) dont toute l’histoire est liée à la chasse (1). Un des présidents du passé de la WWF était non seulement un chasseur célèbre pour ses tueries massives d’animaux mais aussi président de la National Rifle Association, un lobby international contre tout contrôle des armes a feu. Jusqu’en l988 la WWF organisait des enchères de vente de fourrure pour renflouer ses caisses. Elle a toujours soutenu la chasse aux phoques en connivence avec le gouvernement canadien.


Nature Québec a de plus des « partenaires en biens et services pour des expertises, conseils et validations scientifiques et techniques » comme la Fédération des trappeurs gestionnaires du Québec, la Fédération québécoise de la Faune (qui malgré son nom regroupe des chasseurs et des pêcheurs) et la Fédération des pourvoiries du Québec. Ces groupes pro-chasse et pro-fourrure peuvent-ils réellement donner une expertise valable et objective à un organisme se voulant écologique ?


ÉCOLOGIQUE OU MERCANTILE ?

Justifier écologiquement la chasse aux phoques parce que ces derniers mangent trop de morues est questionnable d’un point de vue crédibilité scientifique mais aussi vision globale. L’effondrement de la population des poissons relève bien plus de la pêche intensive et de l’inertie du gouvernement en matière de gestion que de l’alimentation du phoque. Même si tous les phoques jusqu’au dernier sont tués, la morue ne reviendra pas. Selon une étude faite par 14 chercheurs scientifiques et publiée dans la revue américaine Science la quasi-totalité des espèces de poissons et de crustacés pêchés pour la consommation auront disparu des océans avant 2050 (2). Cette disparition annoncée des poissons s’accompagnera d’un dérèglement de l’ensemble de l’écosystème des océans et ce ne sera pas la faute des phoques mais bien des industries de la pêche. Mais les pêcheurs qualifient ces prédictions de « pessimistes » et refusent d’y croire.


En février 2009, les pêcheurs de morues du Québec et des Maritimes ont même tenté de convaincre Pêches et Océans Canada de ne pas imposer un moratoire pour stopper la pêche dans le sud du golfe Saint-Laurent. Regroupées dans une coalition, les associations de pêcheurs rejettent les prévisions scientifiques prédisant la disparition des poissons. Plus facile d’accuser les phoques que de faire son mea culpa.

Tout comme pour l’industrie de la fourrure, la pêche commerciale n’a montré que très rarement un souci écologique. Elle a plutôt vidé les océans et continue de le faire dans un esprit strictement mercantile. Morue mais aussi requin, thon rouge, flétan, espadon, crevette, plie canadienne et capelan sont des espèces marines menacées par la pêche. On estime que dans le monde 75% des espèces de poissons seraient présentement exploitées à pleine capacité, surexploitées ou épuisées.

Tuer des phoques pour sauver le poisson ne ressemble que trop à de l’histoire ancienne. Le béluga par exemple, a toujours été maudit par les pêcheurs, coupable selon eux de faire fuir le poisson. Au cours des années trente, les pêcheurs chassaient cette petite baleine blanche parce qu’on croyait qu’elle dévorait elle aussi trop de morues et de saumons.

Pour chaque queue de béluga tué le gouvernement payait l5 dollars. Plus de 5.000 bélugas vivaient dans le fleuve St-Laurent en 1885 mais cent ans plus tard ils n’étaient plus que 500, considérés comme de véritables déchets toxiques. Faudra-t-il massacrer la totalité des bélugas, des baleines, des dauphins, des requins et des oiseaux de mer sous prétexte qu’ils mangent du poisson ?


FAUX PRINCIPE DE PRÉCAUTION

La chasse au phoque est en complète contradiction avec tous les principes écologiques autant par ses liens avec l’industrie de la fourrure que par sa gestion gouvernementale. Deux chercheurs scientifiques Russel Leaper et Justin Matthews ont analysé les méthodes utilisées par le gouvernement pour évaluer la taille de la population de phoques du Groenland et son évolution de même que l’approche gouvernementale pour la fixation des quotas de chasse (3).

Selon Russel Leaper « le risque pour la population de phoques est alarmant. L’étude démontre que le gouvernement pourrait ne pas être au courant que le niveau de la population a atteint un seuil critique avant qu’il ne soit trop tard, et que seules des mesures draconiennes devront êtres prises. Cela signifie que le gouvernement continuerait à fixer des quotas de chasse élevés alors que la population serait sérieusement en déclin ». Selon ces chercheurs l’approche actuelle du gouvernement pour gérer la chasse au phoque fera baisser sérieusement leur population, de 50 à 70% au cours des 15 prochaines années.

La supposée « approche de précaution » du gouvernement ne résiste pas à une analyse sérieuse. Les phoques peuvent être décimés par des variations au niveau de l’approvisionnement alimentaire, des virus, des contaminations par la pollution ou par des changements climatiques. Dès à présent, le réchauffement climatique est une menace réelle pour le troupeau de phoques puisqu’il nuit à leur milieu de reproduction.


Les mauvaises conditions de la glace contribuent de plus en plus au pourcentage anormal du taux de mortalité des phoques. En 2002, 75% des bébés phoques dans le golfe St-Laurent sont morts à cause de l’absence de glace avant même que la chasse ne commence. Cela n’a pas empêché le gouvernement de continuer à fixer des quotas de capture mettant en péril leur population.



CRUAUTÉ SUBVENTIONNÉE

Invoquer la tradition pour maintenir la chasse aux phoques sous prétexte qu’elle est pratiquée depuis 400 ans est une tactique de diversion assez maladroite. Une multitude de traditions - esclavage des enfants, des noirs, violence faite aux femmes ou cannibalisme - étaient aussi des traditions dans certaines contrées mais d’un point de vue éthique elles ne sont plus défendables. Le comportement de l’humain primitif devrait logiquement évoluer vers un mode de vie plus moralement acceptable.


La chasse au phoque n’est plus depuis longtemps une chasse de subsistance à proprement parler mais alimente plutôt le commerce de la fourrure. Cette industrie est devenue multimillionnaire en détruisant et en exploitant autant les communautés rurales,les autochtones, les animaux que l’environnement. L’industrie de la fourrure est uniquement préoccupée par les profits.

Le gouvernement continue malgré tout de la subventionner par fanatisme idéologique. L’industrie de la chasse au phoque ne se perpétue que parce qu’elle est grassement subventionnée. Entre 1995 et 2000, le gouvernement canadien et celui de Terre-Neuve et Labrador ont donné 20 millions dollars canadiens en subventions directes à la chasse aux phoques. Un article du Post signé par Murray Teitel confirme que présentement les 6 millions que gagnent les chasseurs coûtent aux contribuables canadiens au moins 60 millions (4).


Cette tuerie de phoques n’est jamais écologique pas plus que ne l’est l’industrie de la fourrure. Pour aller tuer les phoques il faut une grande dépense de pétrole tout comme pour expédier les peaux ou les produits dérivés dans des ports européens ou asiatiques. Préparation, tannage, trempage, séchage, nettoyage, taille et finition des fourrures requièrent des traitements chimiques considérables. Les produits chimiques utilisés pour traiter la fourrure incluent des acides, du peroxyde d’hydrogène, de la formaldéhyde, des agents de blanchiment et divers types de teintures.


Potentiellement cancérigènes ces produits peuvent causer divers problèmes de santé, polluant les cours d’eau et les sols. Il faut aussi penser à l’énergie requise pour opérer les voûtes à fourrures réfrigérées (pour l’entreposage pour période de non-utilisation) ainsi que l’énergie requise pour nettoyer professionnellement par nettoyage à sec les manteaux. La fourrure est un produit de luxe nécessitant d’énormes quantités de ressources et d’énergie. Elle ne peut en aucun cas être considérée comme un produit écologique.


VIOLENCE ET BRUTALITÉ

Cette chasse industrielle génère une immense souffrance car c’est une exécution massive d’animaux devant se faire le plus rapidement possible. Tuer 300.000 phoques en quelques semaines amène de comportements cruels démontrant bien l’incapacité des autorités à veiller à l’application des lois. De nombreux vidéos et témoignages d’observateurs apportent des preuves indéniables de l’agonie de phoques crochetés vivants puis traînés sur la glace, d’animaux frappés au gourdin ou blessés par balle puis abandonnés de longues minutes à leurs souffrances avant parfois d’êtres dépecés encore conscients.

Ces abus loin d’être des cas isolés demeurent rarement sanctionnés. 98% des phoques chassés ont entre deux semaines et trois mois. Les chasseurs les nomment des « chiots » mais les défenseurs des phoques n’ont pas le droit eux de dire qu’ils restent en quelque sorte des « bébés ». Certains de ces phoques n’ont pas encore pris de repas solides ou même commencé à nager.


Les chasseurs fracassent leur crâne parce qu’en tant que juvéniles, les parois de leur tête sont encore minces. Tout ce massacre à lieu sous les yeux horrifiés des autres phoques, des mères, dans un vacarme de cris de peur et dans l’odeur du sang.

Peut-on accepter toutes les violences et les brutalités au nom de l’argent ? Pour continuer ce plus grand massacre de mammifères au monde, on tente désespérément de nous vendre leur viande et leur graisse. Mais le phoque est loin d’être assez bio pour nourrir les écolos puisqu’il est contaminé par de multiples substances toxiques et des pesticides. Il est même recommandé aux consommateurs de phoque de n’en manger pas plus qu’une fois par semaine et de s’abstenir d’en consommer le foie. Ces substances toxiques s’accumulent dans l’organisme, provoquant cancers, dérèglements hormonaux et immunitaires.

Les femmes inuites, à cause de leur consommation de phoques, détiennent dans leur lait maternel le plus haut pourcentage de BPC au monde, mettant ainsi en danger autant leur santé que celle de leur bébé. Quant aux oméga-3 de source animale, leurs vertus exagérées relèvent du marketing puisqu’elles peuvent aussi élever le taux de cholestérol et provoquer une baisse des réponses immunitaires.

Tous les poissons (et donc leur graisse et leur chair ) sont contaminés à divers degrés, phoque compris. Plusieurs alternatives végétales contiennent des oméga-3 : graines de lin, algues, noix et huile de chanvre. Tous ces produits se retrouvent sous l’appellation bio et sont donc écologiques.

ÂMES SENSIBLES S’ABSTENIR ?

Au Canada il est presque interdit de prendre la parole pour défendre les phoques sans se voir aussitôt taxer de « méchants animalistes », d’« âmes sensibles » ou de souffrir de « sensiblerie ». Être écologiste c’est aussi avoir des notions d’éthique, de justice, de non-violence et de solidarité envers les plus vulnérables. Si un peu plus d’humains avait de la sensibilité dans leur âme et leur cœur, l’état de la planète ne s’en porterait que mieux.


Notre relation écologique avec les animaux englobe aussi un débat moral. Une soixante de philosophes et d’éthiciens ont cosigné avec le professeur Andrew Linzey de l’Université d’Oxford un texte dénonçant la chasse aux phoques comme étant cruelle et moralement injustifiable (5). Pour eux le phoque est un être vivant et sensible, bien plus qu’un simple produit de consommation.


Se dire écologiste c’est aussi comprendre que tout est interdépendant et lié, autant la souffrance des animaux, des humains que celle de la planète. Les biologistes au service des chasseurs, de l’industrie de la fourrure et des politiques gouvernementales doivent montrer leur vrai visage et ne plus se cacher derrière leurs prétentions écologiques. On peut tout fuir, mais notre conscience finit toujours par nous rattraper.

(1) Nature Quebec
(2) Impacts of Biodiversity Loss on Ocean Ecosystem Services (novembre 2006).
(3) An Investigation of the effects of uncertainty on Canadian harp seal management.
(4) National Post, article de Murray Teitel.
(5) An Ethical Critique of the Canadian Seal Hunt and an Examination of the Case for Import Controls on Seal Products.

Source : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article5948

Merci de participer concrètement dans cette mission de réveil des consciences.
Malika, nouvelle lanceuse d'alertes, le 24 mars 2009 : "Ca me fait vraiment très plaisir de participer, ne pas le faire serait comme manger avec des amis et ne pas aider à faire la vaisselle! C'est pas poli!"


.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Dernière édition par damejane le Sam 18 Juil 2009 - 17:21; édité 1 fois
Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 12 Avr 2009 - 16:57    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

« Répondre #26 le: 11-04-2009 à 21:40 »

.



2048 : plus de poissons!‏







De : Terre sacrée
(vivant12@wanadoo.fr)
Envoyé : sam. 11/04/09 15:52
À : damejane




Océans : il reste cinq ans pour sauver nos poissons habituels
Le 11/04/09
- Dossier réalisé par Raymond Couraud


La pêche intensive menace l’avenir de notre alimentation. Nos petits-enfants mangeront-ils du poisson ? De plus en plus d’espèces sont en voie de disparition.

La surpêche est mise en cause.

La question des pêches excessives n’est pas seulement posée par quelque écologiste. Les rapports officiels consacrés au phénomène de la surpêche sont de plus en plus alarmistes. Dans la présentation du Grenelle de la mer, qui vient de débuter, on peut ainsi lire que « les mers et océans fournissent chaque année 85 millions de tonnes de protéines pour l’alimentation humaine et, dans une moindre mesure animale.

Cette capacité est menacée, car selon la FAO (Organisation pour l’alimentation et l’agriculture de l’ONU), 28 % des stocks mondiaux sont surexploités ou épuisés. 52 % connaissent un niveau d’exploitation proche du maximum soutenable, les 20 % des réserves halieutiques restantes étant exploitées en dessous de leur potentiel ». 2048, année cruciale Selon ce texte, il faudrait parvenir d’ici 2015 à un taux d’exploitation soutenable pour l’ensemble des stocks.

Lors du sommet consacré à la nourriture issue de la mer, à Barcelone, l’an dernier, les experts ont tiré la sonnette d’alarme : si rien n’est fait, « la plupart des espèces aujourd’hui consommées dans le monde auront disparu d’ici 2048 ».

Pour Élisabeth Vallet, responsable de l’Alliance Produits de la Mer en Europe, il y avait de bonnes raisons d’organiser ce sommet en Europe, et plus particulièrement en Espagne :

« Avec plus de 7,1 millions de tonnes de poisson fournis chaque année, l’Union européenne est actuellement la troisième puissance de pêche au monde et le plus grand importateur mondial. L’Espagne est le premier pays producteur européen et s’interroge, tout comme beaucoup d’autres, sur ses pratiques et sa gestion de la pêche pour garantir le développement durable de sa filière. Il est aujourd’hui indispensable pour les professionnels du secteur, tout comme pour les associations environnementales, de trouver des solutions locales à ces défis mondiaux. »


Le défi à relever a des incidences autant sur les consommateurs que sur la pêche, secteur économique important. Or, on a pu prouver que l’imposition de quotas a permis de sauver certaines espèces de poisson comme les harengs, voire le cabillaud.


http://www.lalsace.fr/article/oceans-il-reste-cinq-ans-pour-sauver-nos-pois…


_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 9 Nov 2009 - 18:05    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant




Le Massacre des Dauphins
« Calderones »
au Danemark.

02/11/2009












Les dauphins « calderones » sont des dauphins super-intelligentes et sociables.



Cela peut sembler incroyable, mais c'est pourtant vrai. Chaque année, un massacre brutal se reproduit aux îles Feroe, qui appartiennent au Danemark, pays membre de l'Union Européenne.

Très peu de gens sont au courant de cet horrible évènement qui se répète chaque année
.



Les images de la 2ème partie de l’article sont très violentes. Les âmes sensibles, s’abstenir




Ce massacre est effectué par des jeunes hommes dont l’atrocité de ce massacre est pour eux un moyen de prouver qu’ils sont devenus adultes. C’est absolument incroyable que rien ne soit fait afin que ce massacre s'arrête !

http://infosetautresvisions.lalibreblogs.be/archive/2009/11/02/le-massacre-…

.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Lun 9 Nov 2009 - 18:22    Sujet du message: Massacre de globicéphales aux Iles Féroé vidéos en 3 parties Répondre en citant

.



Massacre de globicéphales aux Iles Féroé 1/3

http://www.youtube.com/watch?v=gfzvv-NAkHY





Massacre de globicéphales aux Iles Féroé 2/3

http://www.youtube.com/watch?v=o6Yy4NkT23I





Massacre de globicéphales aux Iles Féroé 3/3

http://www.youtube.com/watch?v=dt-p8iwkTPc




_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 20 Jan 2012 - 14:31    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

.

Science Bulletins:
Whales Give Dolphins a Lift
des dauphins soulevés par les baleines






Many species interact in the wild, most often as predator and prey. But recent encounters between humpback whales and bottlenose dolphins reveal a playful side to interspecies interaction. In two different locations in Hawaii, scientists watched as dolphins "rode" the heads of whales: the whales lifted the dolphins up and out of the water, and then the dolphins slid back down. The two species seemed to cooperate in the activity, and neither displayed signs of aggression or distress. Whales and dolphins in Hawaiian waters often interact, but playful social activity such as this is extremely rare between species. The latest Bio Bulletin from the Museum's Science Bulletins program presents the first recorded examples of this type of behavior. Visitors to AMNH may view the video in the Hall of Biodiversity until February 9, 2012.

Science Bulletins is a production of the National Center for Science Literacy, Education, and Technology (NCSLET), part of the Department of Education at the American Museum of Natural History. Find out more about Science Bulletins at http://www.amnh.org/sciencebulletins/.




De nombreuses espèces d'interagir à l'état sauvage, prédateur le plus souvent au fur et à ses proies. Mais les rencontres récentes entre les baleines à bosse et des grands dauphins révèlent un côté ludique à l'inter-interaction. Dans deux endroits différents à Hawaï, les scientifiques regardé que les dauphins "roulé" les chefs de baleines: les baleines levé les dauphins et hors de l'eau, puis les dauphins a glissé vers le bas. Les deux espèces semblent à coopérer à l'activité, et ni affiché des signes d'agressivité ou de détresse. Les baleines et les dauphins dans les eaux hawaïennes interagissent souvent, mais l'activité ludique sociaux comme cela est extrêmement rare entre les espèces. Le dernier bulletin de Science Bio Bulletins du Musée programme présente les premiers exemples enregistrés de ce type de comportement. Les visiteurs de l'AMNH peut visionner la vidéo dans le hall de la biodiversité jusqu'en Février 9, 2012.


Bulletins La science est une production du Centre national pour l'alphabétisation des sciences, l'éducation, et de la Technologie (NCSLET), une partie du ministère de l'Éducation à l'American Museum of Natural History.

En savoir plus sur Science Bulletins au http://www.amnh.org/sciencebulletins/.



.
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Mer 6 Mar 2013 - 18:04    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ... Répondre en citant

l’appel des baleines



http://youtu.be/FWlz8pnhOcU




http://youtu.be/C1S_S-JnQHQ




Pour en savoir plus : Source :
Publiée le 5 mars 2013

Tous les details de cette rencontre sur



http://www.assowassanna.com/?page_id=134#.UTcoFPkRRbY.facebook


http://www.assowassanna.com


_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:13    Sujet du message: Univers marin enseignement chamanique / Un "Grand Être" de la mer ...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> Chamaniques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky