Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
la Sagesse accumulée des Âges..

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> théosophique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lamadelama
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 200
Localisation: ici
Masculin

MessagePosté le: Dim 6 Mar 2011 - 14:22    Sujet du message: la Sagesse accumulée des Âges.. Répondre en citant

la Sagesse accumulée des Âges..



la Sagesse accumulée des Âges..

1. La Doctrine Secrète est la Sagesse accumulée des Âges et sa cosmogonie est, à elle seule, le système le plus prodigieux et le plus élaboré qui soit, même tel qu'il apparaît, par exemple, dans la forme exotérique des Purâna. Mais tel est le pouvoir mystérieux du symbolisme occulte que quelques pages de glyphes et de signes géométriques suffisent à consigner tous les faits qui ont réellement tenu d'innombrables générations de voyants initiés et de prophètes occupés à les coordonner, les enregistrer et les expliquer durant la suite vertigineuse du progrès de l'évolution. Le regard rayonnant de lumière de ces voyants a pénétré au cœur même de la matière et observé l'âme des choses, là où un simple profane, aussi érudit fût-il, n'aurait perçu que le jeu extérieur de la forme. Mais la science moderne ne croit pas à " l'âme des choses " et, de ce fait, rejettera le système entier de la cosmogonie antique. Inutile de dire que le système en question n'est pas dû à l'imagination d'un ou de plusieurs individus isolés; qu'il constitue les annales ininterrompues de milliers de générations de Voyants dont les expériences respectives ont été faites pour éprouver et vérifier les traditions transmises oralement d'une race ancienne à une autre, et porteuses des enseignements d'êtres supérieurs d'un rang très élevé ayant veillé sur l'enfance de l'Humanité; que, pendant de longs âges, les " Sages " de la Cinquième Race, provenant de la souche sauvée et rescapée du dernier cataclysme et mouvement de continents, ont passé leur vie à apprendre et non à enseigner. À la question : comment s'y sont-ils pris ? il est répondu : en contrôlant, en éprouvant et vérifiant dans chaque département de la nature les traditions anciennes grâce aux visions indépendantes de grands adeptes, c'est-à-dire d'hommes ayant développé et perfectionné leurs organismes physique, mental, psychique et spirituel au plus haut degré possible. Aucune vision d'un adepte n'était acceptée avant d'être vérifiée et confirmée par les visions d'autres adeptes - obtenues dans des conditions assurant un témoignage indépendant - et par des siècles d'expériences.


2. La Loi fondamentale dans ce système, le point central d'où tout a émergé, autour duquel et vers lequel tout gravite et sur lequel repose la philosophie de tout le reste, est l'unique PRINCIPE-SUBSTANCE divin, homogène, l'unique cause radicale. ...

Certains, dont la lampe brillait d'une lumière plus vive,
ont été conduits, De Cause en Cause, jusqu'à la source secrète de la Nature ;
Et ils ont trouvé qu'un premier Principe devait être nécessairement...
(7)

On l'appelle " Principe-Substance " car il devient " substance " sur le plan de l'Univers manifesté - une illusion -tandis qu'il reste un " principe " dans l'ESPACE abstrait, sans commencement ni fin, visible et invisible. C'est la Réalité omniprésente : impersonnelle parce qu'elle renferme tout et toutes choses (son impersonnalité est le concept fondamental du système). Elle est latente dans chaque atome de l'Univers; elle est l'Univers lui-même. (8)


3. L'Univers est la manifestation périodique de cette Essence Absolue inconnue. L'appeler " essence " c'est cependant pécher contre l'esprit même de la philosophie. Car, bien que le substantif puisse dériver ici du verbe [latin] esse, " être ", cependant ce Principe ne peut être assimilé à un être quelconque que l'intellect humain pourrait concevoir. On le décrit mieux comme n'étant ni Esprit ni Matière mais les deux à la fois. " Parabrahman et Mûlaprakriti " (9) sont Un, en réalité, et cependant deux, dans la conception universelle du manifesté, même dans la conception du Logos Unique - sa première manifestation - à qui, comme le prouve l'érudit conférencier des Notes sur la Bhagavad-Gîtâ (10) , CELA (11) apparaît, du point de vue objectif du Logos Unique, comme Mûlaprakriti (et non comme Parabrahman), comme son voile, et non comme l'unique RÉALITÉ, laquelle est cachée au delà, inconditionnée et absolue.


4. L'Univers, avec tout ce qu'il contient, est appelé MÂYÂ [Illusion], parce que tout y est temporaire, depuis la vie éphémère de la luciole jusqu'à celle du soleil. Comparé à l'éternelle immuabilité de l'UN et à l'invariabilité de ce Principe, l'Univers, avec ses formes éphémères et toujours changeantes, doit nécessairement, dans la pensée d'un philosophe, n'être guère plus qu'un feu follet. Cependant, l'Univers est suffisamment réel pour les êtres conscients qui le peuplent et qui sont aussi irréels que lui-même.

5. Toute chose dans l'Univers, dans tous ses règnes, est CONSCIENTE, c'est-à-dire, douée d'une conscience de sa propre espèce et sur son propre plan de perception. Il faut nous rappeler, nous autres humains, que ce n'est pas parce que nous ne percevons aucun des signes - que nous puissions reconnaître - de la conscience, par exemple dans les pierres, que nous avons le droit de dire qu'il n'y a là aucune conscience. Il n'existe rien de tel que de la matière " morte " , ou " aveugle " , pas plus qu'il n'y a de Loi " aveugle " , ou " inconsciente " . Tout cela n'a pas sa place dans les conceptions de la philosophie occulte. Cette dernière ne s'arrête jamais aux apparences superficielles et, pour elle, les essences nouménales ont plus de réalité que leurs contreparties objectives. Elle s'oppose en cela au système des nominalistes (12) médiévaux, pour qui les particuliers étaient les réalités et les universaux n'existaient que nominalement, et seulement dans l'imagination humaine (13).


6. L'Univers est élaboré et guidé de l'intérieur vers l'extérieur. Il en est en bas comme en haut, sur la terre comme dans le ciel, et l'homme, microcosme et copie miniature du macrocosme, est le témoin vivant de cette Loi Universelle et de son mode d'action. Nous voyons que chaque mouvement, chaque acte, ou geste, manifesté extérieurement, qu'il soit volontaire ou machinal, organique ou mental, est produit et précédé, intérieurement, par un sentiment ou une émotion, une volonté ou volition, et une pensée ou intelligence. De même qu'aucun mouvement ou changement externe, lorsqu'il est normal, ne peut se produire dans le corps extérieur de l'homme sans être provoqué par une impulsion intérieure donnée par l'une des trois fonctions dont nous venons de parler, de même en est-il pour l'Univers externe ou manifesté. Le Kosmos entier est guidé, contrôlé et animé par une série presque infinie de Hiérarchies d'Êtres sensibles, ayant, chacune, une mission à remplir et qui - quel que soit le nom que nous leur donnions, que nous les appelions Dhyân-Chôhan ou Anges - sont des " Messagers " (14) uniquement en ce sens qu'ils sont les agents des Lois de karma et du cosmos.

Ils varient à l'infini dans leurs degrés respectifs de conscience et d'intelligence, et les appeler tous de purs Esprits, sans rien de l'alliage terrestre " dont le temps a coutume de se repaître " , c'est simplement se laisser aller à une fantaisie poétique. En effet, chacun de ces Êtres a été un homme dans un cycle (manvantara) précédent, ou se prépare à le devenir dans le manvantara actuel, ou un cycle à venir. Ce sont des hommes devenus parfaits, quand ils ne sont pas des hommes en germe ; et, dans les sphères supérieures (moins matérielles) qui sont les leurs, ils ne diffèrent, moralement, des êtres humains terrestres qu'en ce qu'ils sont dépourvus du sentiment de la personnalité et de la nature émotionnelle humaine - deux caractéristiques purement terrestres. Les premiers, ou les " parfaits " , sont devenus libres de ces sentiments, parce que (a) ils n'ont plus de corps charnel - ce poids qui toujours engourdit l'Âme - et (b) parce que, le pur élément spirituel en eux étant laissé sans entraves et plus libre, ils sont moins influencés par Mâyâ que ne peut jamais l'être l'homme, à moins qu'il ne soit un Adepte capable de maintenir entièrement séparées ses deux personnalités - la spirituelle et la physique.

Les monades naissantes, n'ayant encore jamais eu de corps terrestres, ne peuvent éprouver aucun sentiment de personnalité, ou d'ÉGO-ïsme. Ce qu'on entend par " personnalité " étant une limitation et une relation, ou, comme Coleridge la définit, " une individualité existant par elle-même, mais avec une nature comme base " , le mot ne peut naturellement pas s'appliquer à des entités non humaines ; mais, ainsi qu'il a toujours été souligné par des générations de Voyants, aucun de ces Êtres, supérieur ou inférieur, n'a d'individualité, ou de personnalité, prise comme une Entité séparée; en clair, ils n'ont pas d'individualité dans le sens où un homme dit : " Je suis moi-même et personne d'autre " ; en d'autres termes, ils ne sont pas conscients d'une telle séparativité distincte, comme celle qui existe pour les hommes et les choses de la terre.

L'individualité est la caractéristique de leurs Hiérarchies respectives et non de leurs unités, et ces caractéristiques varient seulement avec le degré du plan auquel appartiennent ces Hiérarchies; plus elles se rapprochent de la région de l'Homogénéité et du Divin unique, plus pure et moins saillante est cette individualité dans la Hiérarchie. Ils sont finis, sous tous les rapports, sauf en ce qui concerne leurs principes supérieurs - les étincelles immortelles qui réfléchissent la divine flamme universelle - individualisés et séparés seulement dans les sphères d'Illusion, par une différenciation aussi illusoire que le reste. Ce sont des " Vivants " , parce qu'ils sont les courants projetés de la VIE ABSOLUE sur l'écran cosmique de l'Illusion; des êtres dans lesquels la vie ne peut s'éteindre avant que le feu de l'ignorance ne soit éteint chez ceux qui ressentent l'effet de ces " Vies " . Ayant pris naissance sous l'influence vivifiante du rayon incréé, réflexion du grand Soleil Central qui luit sur les rives du Fleuve de la Vie, c'est, chez eux, le principe intérieur qui appartient aux eaux de l'immortalité, tandis que son vêtement différencié est aussi périssable que le corps de l'homme.


C'est pourquoi Edward Young avait raison de dire :

Les anges sont des hommes d'un ordre supérieur....et pas davantage. Ce ne sont ni des anges " secourables " , ni des anges " protecteurs " , ni les " hérauts du Très-Haut " ; encore bien moins les " messagers de la Colère " d'un Dieu, tel qu'a pu le créer l'imagination humaine. Solliciter leur protection est aussi insensé que de croire qu'on peut gagner leur sympathie par une offrande quelconque, car ils sont, autant que l'homme lui-même, les esclaves et les créatures de l'immuable Loi karmique et cosmique. La raison en est évidente. Ne possédant aucun élément de personnalité dans leur essence, ils ne peuvent avoir aucune des qualités personnelles telles que les hommes en attribuent, dans leurs religions exotériques, à leur Dieu anthropomorphe - un Dieu jaloux et exclusif, qui se réjouit et se met en colère, qui aime les sacrifices et se montre plus despote dans sa vanité que n'importe quel homme fini, insensé.

Ainsi qu'il apparaît dans le volume II, l'Homme est un composé des essences de toutes ces Hiérarchies célestes : comme tel, il peut réussir à se rendre supérieur, dans un certain sens, à l'une quelconque de ces Hiérarchies ou Classes, ou même à l'une de leurs combinaisons. Il est dit que " l'homme ne peut ni se rendre les deva propices, ni les commander. Mais, en paralysant sa personnalité inférieure, et en arrivant ainsi à la pleine connaissance de la non-séparativité entre son SOI Supérieur et l'Unique SOI Absolu, l'homme peut, même durant sa vie terrestre, devenir comme " l'Un de nous " (15). C'est ainsi qu'en mangeant du fruit de la connaissance qui dissipe l'ignorance, l'homme devient comme l'un des Elohim ou des Dhyâni; et, une fois sur leur plan, l'Esprit de solidarité et de parfaite Harmonie qui règne dans toute Hiérarchie doit s'étendre sur lui et le protéger sous tous les rapports.

La principale difficulté qui empêche les hommes de science de croire aux esprits divins, comme aussi à ceux de la nature, c'est leur matérialisme. L'obstacle majeur qui empêche le spirite de croire à ces mêmes esprits, alors qu'il conserve une croyance aveugle aux "Esprits" des morts, c'est l'ignorance générale de ses pairs - à l'exception de quelques occultistes et kabbalistes - en ce qui concerne l'essence et la nature vraies de la matière. C'est de l'acceptation ou du rejet de la théorie de l'Unité de tout dans la Nature, dans son Essence ultime, que dépend principalement la croyance, ou l'incrédulité, en ce qui concerne l'existence, autour de nous, d'autres êtres conscients que les Esprits des Morts. C'est sur la compréhension correcte de l'évolution primordiale de l'Esprit-Matière, et de son essence réelle, que l'étudiant doit compter pour approfondir dans son mental la compréhension de la Cosmogonie Occulte et trouver le seul indice sûr qui puisse guider ses études ultérieures.

En vérité, comme nous venons de le montrer, chaque prétendu " Esprit " est, soit un homme désincarné, soit un homme futur. Puisque, depuis l'Archange (ou Dhyân-Chohan) le plus élevé, jusqu'au dernier " Constructeur " conscient (de la plus basse classe d'entités spirituelles), tous sont des hommes, ayant vécu il y a des âges dans d'autres manvantara, dans cette Sphère ou d'autres, de même, les élémentaux inférieurs, semi-intelligents et non intelligents, sont tous des hommes futurs.

Le fait seul qu'un Esprit soit doué d'intelligence est, pour l'Occultiste, une preuve que cet être a nécessairement été un homme et acquis sa connaissance et son intelligence en parcourant tout le cycle humain. Il n'y a, dans l'Univers, qu'une Omniscience et Intelligence indivisible et absolue, et elle vibre à travers chaque atome et chaque point infinitésimal du Kosmos entier, qui n'a pas de limite et qu'on nomme l'ESPACE, considéré indépendamment de tout ce qui y est contenu. Mais la première différenciation de sa réflexion dans le Monde manifesté est purement spirituelle et les Êtres qui y sont générés ne sont pas doués d'une conscience ayant un rapport quelconque avec celle que nous concevons. Ils ne peuvent posséder de conscience ou d'intelligence humaine avant de les avoir acquises, personnellement et individuellement. Cela peut être un mystère, mais c'est pourtant un fait dans la Philosophie Ésotérique - et même un fait très apparent.

L'ordre entier de la nature témoigne d'une marche progressive vers une vie supérieure. Il y a un plan dans l'action des forces en apparence les plus aveugles. Le processus entier de l'évolution, avec ses innombrables adaptations, en est une preuve. Les lois immuables qui éliminent les espèces faibles et chétives, afin de faire place aux fortes, et qui assurent la " survivance du plus apte " , quoique cruelles dans leur action immédiate, tendent toutes vers le grand but. Le fait même que les adaptations aient lieu, que le plus apte survive dans la lutte pour l'existence, démontre que ce que l'on appelle " Nature inconsciente " (16) est en réalité, un agrégat de forces manipulées par des êtres semi-intelligents (élémentaux), guidés eux-mêmes par de Hauts Esprits Planétaires (Dhyân-Chohan) dont l'ensemble collectif forme le Verbum manifesté du Logos non manifesté et constitue, tout en même temps, le MENTAL de l'Univers et sa LOI immuable.

Trois représentations différentes de l'Univers, sous ses trois aspects distincts, sont inculquées dans notre pensée par la philosophie ésotérique : le PRÉ-EXISTANT procédant par évolution de ce qui est le TOUJOURS-EXISTANT, et le PHÉNOMÉNAL - ce dernier constituant le monde de l'illusion, réflexion et ombre du précédent. Pendant le grand mystère et le grand drame de la vie, connu sous le nom de manvantara, le Kosmos réel est semblable à l'objet placé derrière l'écran blanc sur lequel sont projetées les ombres chinoises. Les objets et personnages réels restent invisibles, tandis que les fils de l'évolution sont tirés par les mains invisibles. Les hommes et les objets ne sont donc que les reflets, sur l'écran blanc, des réalités qui se tiennent derrière le filet de Mahâmâyâ, la grande Illusion. Cela fut enseigné dans toutes les philosophies, toutes les religions ante-diluviennes comme post-diluviennes, dans l'Inde et la Chaldée, par les Sages de la Chine, comme ceux de la Grèce. Dans ces pays, ces trois Univers furent représentés, dans les enseignements exotériques, par les trois Trinités émanant du germe éternel central et formant avec lui une Unité Suprême : la Triade dans ses aspects initial, manifesté et créateur, ou les trois en Un. Le dernier n'est, dans son expression concrète, qu'un symbole des deux premiers qui sont idéaux.

Par conséquent, la philosophie ésotérique transcende le déterminisme de cette conception purement métaphysique et appelle seulement le premier aspect le Toujours-Existant. Tel est le point de vue de chacune des six grandes écoles de philosophie indienne - les six principes du corps unitaire de SAGESSE dont la gnose, la connaissance cachée, constitue le septième.




Shalom, Salam, Shanti, . . lamadelama ལམདེལམ




.
_________________
la fleur aux sept couleurs est la clé des 7 rayons..


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 6 Mar 2011 - 14:22    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> Enseignements -> théosophique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky