Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Observation de l'émergence d'une nouvelle civilisation

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> sur le sentier -> thèmes de réflexions en cours
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lanou


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 78

MessagePosté le: Mer 10 Nov 2010 - 12:00    Sujet du message: Observation de l'émergence d'une nouvelle civilisation Répondre en citant

Salut à tous!

Les lobis pharmaceutiques en sont arrivé à faire interdire l'usage des plantes en Europe! un totalitarisme inacceptable. Comment les humains réagiront-ils? ...

Les cristalisations sont de plus en plus dures, les intégrismes et totalitarismes le démontrent.
Ce qui est dur se brise, ce durcissement annonce la fin
Et le nouveau émerge
Il est déjà là
Pas encore assez structuré
Pas encore assez mature, peut-être, mais il est déjà là
Et réclame soin et attention, reconnaissance.
Participation active

Lors des récentes manifestations, les grands absents du débat et principaux responsables, les financiers, n'ont pas été inquiétés outre mesure, la bourse a été stable...

C'est vers eux que l'attention se porte de plus en plus et les initiatives qui en résultent sont encourageantes, à mon sens :
http://www.partipourladecroissance.net/?p=5105

Là où chacun peut agir, dans son quotidien, là est le lieu du Grand Changement

Fraternel partage!

Lanou


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Nov 2010 - 12:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lanou


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 78

MessagePosté le: Jeu 18 Nov 2010 - 12:56    Sujet du message: Observation de l'émergence d'une nouvelle civilisation Répondre en citant

Yo!

Voici que s'exprime, en réponse au mutisme des dirigeants face au refus du peuple d'envisager de la manière présentée les nécessaires réformes. Les grèves pourtant massives n'ont pas été entendues, mais le combat continue et les manières de le poursuivre méritent attention, je trouve, car, si les anciennes méthodes ne portent plus fruit la reconnaissance de la nécessité de nouvelles manières de faire est encourageant.

http://www.referendumretraites.org/

Fraternel partage!

Lanou


Revenir en haut
Lanou


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 78

MessagePosté le: Ven 26 Nov 2010 - 12:44    Sujet du message: Observation de l'émergence d'une nouvelle civilisation Répondre en citant

Salut à tous!

Une info d'actualité relative au sujet, faites passer:


http://www.avaaz.org/fr/eu_citizens_initiative/?cl=841917925&v=7628


Fraternel partages!

Lanou


Revenir en haut
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Dim 29 Jan 2012 - 13:51    Sujet du message: Les orphelins de Gaïa---Redevenir simples ? Même pas ! Répondre en citant

.


Les orphelins de Gaïa

Redevenir simples ? Même pas !




« Ubi solitudinem faciunt, pacem appellant. »
(Où ils font un désert, ils disent qu’ils ont donné la paix.) Tacite (Vie d’Agricola)

« Je ne sais pas quelles armes seront utilisées pour la troisième guerre mondiale, si elle a lieu. Mais la quatrième se règlera à coups de massues. » Albert Einstein

Décadence et bon sens

Pourrons-nous, une fois au pied du mur, au bout du rouleau, au moins redevenir simples, redevenir pauvres ? Pauvre dans le sens noble et non miséreux du terme sociétal, non pas comme un affect indésirable et un statut politique de souffrance tel celui d’un SDF ; mais pauvre comme vertueux, comme objecteur de biens matériels ; pauvre avec l’immense dignité du cueilleur-chasseur-pêcheur parcimonieux, en écoute optimale avec la naturalité ; pauvre comme nomade avec la chance de ne rien posséder ; pauvre comme nous l’étions à l’aube du premier matin, nos cellules et nos neurones en interdépendance avec les fondamentaux ; pauvre comme normal et non endimanché d’un illusoire confort, d’un contradictoire progrès. Un chômeur avec BlackBerry, qui achète des fruits exotiques dans les couloirs surpeuplés et pollués du métro n’est pas pauvre, il est distrait. La ménagère saisie par l’huissier et qui hésite entre vingt mille détergents n’est pas pauvre, elle est distraite. Celui qui ne possède rien est plus proche des dieux et de l’univers. Une preuve plus que probable : à l’heure d’en finir, quand le scénario de toute une vie se déroulera, PayPal ou la Carte Visa ne seront pas à l’origine de nos plus beaux souvenirs…

L’enlisement dans une crise systémique et écologique qui s’affirme, se concrétise, à l’aune d’un temps marchand qui se fissure et sur les décombres capitalistes duquel nous commençons à piétiner en tournant en rond, engendrent d’innombrables signes traduisant un repli éthologique sur soi. Pied-de-nez vindicatif ou cynisme opportuniste : Madame Obama avait voulu nous montrer comment on plante ses choux à la mode de la Maison Blanche, tandis que Monsanto, un bon ami de son mari, cherchait simultanément à susciter une législation restrictive de la liberté individuelle de cultiver son jardinet. Tout et le contraire de tout est la devise d’une schizophrénie ordinaire savamment entretenue.

De nombreux mouvements récalcitrants ont déjà choisi les chemins de traverse, dans la plus pure bioéthique. Il en est ainsi, par exemple, des nouveaux freegans dont le choix stratégique est celui d’une vie alternative limitant au maximum toute adhésion à l’économie conventionnelle et à la consommation de matières premières. Ces dissidents optent pour des principes chers à certaines contre-cultures récentes de l’Occident industrialisé, prenant le contre-pied du mode de vie conventionnel, tels ceux des beatniks (la génération perdue !) ou plus précisément des hippies, voire maintenant des survivalistes. Sur des modes pieux et sectaires, Mennonites et autres Amish ont aussi et depuis longtemps opté pour un autre chemin. Le mouvement international et désordonné des Indignés, initié en 2011, fournira d’innombrables adeptes à tous types de retraits et de marginalités, formes de révolution passive par abstinence. Le consensus dominant parmi ces adeptes d’une vie de retranchement répond au proche effondrement de notre civilisation, suite aux pénuries annoncées de pétrole, d’eau et de nourriture. Films, littérature et maintenant sites et blogs ne manquent pas sur le sujet, qu’il s’agisse de survivre à des catastrophes dites naturelles où à cette faillite estimée inéluctable et prochaine de la société anthropique. Les survivalistes s’adonnent ainsi à un apprentissage constant de techniques de survie.

En France, 76 % des jeunes interrogés disent que leur avenir sera pire que celui de leurs parents. Reposera-t-on cette question en 2100 : certainement pas puisque l’avenir sera derrière nous !

Alors, quand la boucle de l’homme moderne sera bouclée, que nous, peuples derniers, nous n’aurons plus que l’option nomade et autarcique de redevenir cueilleurs-chasseurs à l’image des peuples premiers, comment procéder ? Comment procéder alors que 7 milliards d’humains auront quasiment tout consumé, que les ressources sont en voie de tarissement prononcé, que notre pétro-addiction touche à sa fin forcée, que l’eau commence à manquer, qu’une espèce végétale ou animale disparaît toutes les 18 minutes de notre biosphère, que même les abeilles – empoisonnées par le diktat agrochimique – nous quittent ? Comment les 10 ou 12 milliards de pauvres hères que nous serons en 2080 ou en 2100 - quand surviendra le grand crash - pourront-ils satisfaire leurs simples et humbles besoins basiques ?

À lui seul, le cas du riz, première céréale mondialement consommée, donne à réfléchir. La productivité tout à fait exceptionnelle d’un riziculteur américain (500 tonnes à l’année en Louisiane au lieu de 500 kg manuellement en Casamance, subitement sans pétrole et sans pétrochimie, serait donc divisée par 1000. Même si le rendement rizicole n’a été que triplé dès les années 1970 en Inde, on se rend compte à quel point la révolution verte (1944-1970), avec ses apports (mécanisation, variétés à haut rendement, engrais, pesticides) a permis un accroissement spectaculaire de la productivité agricole, productivisme qu’il faut déplorer pour ses retombées néfastes et suicidaires à long terme, mais qui était incontournable à notre stupide désir de surpeupler le globe. Si nous devons nous réorienter, nous autres citadins, sommes-nous prêts à un effort polpotien pour compenser à la sueur de notre front le recours aux machines ?

En marge des exodes surnuméraires, fuyant aussi les zones submergées par la hausse annoncée du niveau des mers, loin des programmes d’épurations sous tous prétextes, s’effectueront des regroupements et l’instauration de communautés sur des écoinçons de terres encore fertiles. Il faudra se réapproprier un savoir-faire quasiment effacé de la mémoire collective, celui du XIXe siècle, antérieur à la société bluffante des moteurs avides de pétrole. Comme nous aurons perdu toute trace des animaux de trait, les survivants devront faire preuve d’une pugnacité à la hauteur du travail manuel de la terre, comme à l’Âge de pierre. Tandis que ces nouveaux paysans sédentaires cultiveront sur des terres de fortune pour des pasteurs nomades, ces derniers fourniront aux premiers encore non accoutumés au végétarisme salvateur une ration devenue maigre de calories carnées. Les hordes de pillards, déshérités, seront partout et l’insécurité la plus totale règnera. Darfour et impérialisme arabe, Irak et impérialisme américain sont les actuels prototypes les plus « soft » de ce que l’humanité devra encaisser… pour survivre. Le décorum dantesque sera celui des aéroports ou le terminal le sera pour de bon, et des avions cloués au sol ; celui des rubans d’autoroutes et de leurs cimetières de véhicules abandonnés à l’endroit du dernier kilomètre parcouru avec la dernière goutte de carburant ; d’aérotrains rouillés qui filaient hier à 500 km/h ; de quelques centrales fumantes ayant tchernobylisé leurs lointains alentours et de palles grinçantes d’éoliennes continuant à tourner pour l’équivalent de quelques bougies finalement plus nostalgiques que démagogiques. On peut imaginer à l’infini, ce n’est d’ailleurs ni imagination, ni fiction, simplement la toute proche vision figée d’un récent passé décomposé. De plus de 10 ou 12 milliards, la population terrienne chutera à 2 milliards ou moins, capacité induite par une agriculture redevenue « naturelle », faute d’engrais dopants issus du pétrole tari et dont les restrictions sont aussi celles des dernières terres non stérilisées par un siècle d’agriculture chimique et de surpâturage. L’écrémage démographique sera parfaitement possible sans stérilisation humaine, ni le moindre usage de la bombe atomique. Tout en douceur.

Un exode pour nulle part

En exode pour nulle part, les enfants de nos enfants devront errer en quête de denrées rares en des montagnes dénudées, au substrat scalpé, aux torrents taris, dans des lambeaux de forêts fossiles et vidées de toute biodiversité. Ils iront en hordes faméliques et éperdus sur des steppes mornes et brûlantes, au sol galvanisé, en d’immenses Beauce stérilisées dont nous aurons épuisé le contenu biologique jusqu’au dernier lombric, dans un corridor planétaire d’écosystèmes déconstruits où table rase fut faite du vivant, où nous avons, avec orgueil et performance, libéré plus de cent mille molécules chimiques. Sauront-ils que, peu avant la débâcle et l’écroulement final, nous avions tenté de réparer la planète, de susciter une renaissance salutaire en baptisant bio ou écolo tout ce qui n’était qu’un retour en arrière, au naturel, à la normale ? Mais que nous ne savions même pas si nous nous mentions à nous-mêmes, s’il s’agissait d’une démence de repentance désespérée ou d’un dernier bon coup pour s’en mettre plein les fouilles ? Les enfants de nos enfants (qui n’avaient toujours pas demandé à naître…) fouleront le poubellien supérieur d’infectes immondices d’une ex-civilisation de l’inutile qui colonisa nos pauvres esprits décérébrés par le « bonheur ». Ils déambuleront en des décors hallucinants de banqueroute planétaire, d’autoroutes fermées, de rampes et d’échangeurs abandonnés, de gares et d’aérogares désaffectées, de stations balnéaires et de ports de plaisance ruinés, de stades effondrés, d’innombrables mégalopoles désertées, aux tours géantes vidées, aux pieds desquelles clignoteront dans le néant d’un espoir déconfit quelques sémaphores en détresse… Hagards, ils se souviendront de nous, de nous autres modernes, du temps de notre cuisant mirage, de l’autosatisfaction passée de nos défunts économistes, de notre incommensurable et arrogante gouvernance erronée… Comment pêcher en des mers acides et abiotiques, en des fleuves pollués et pestilentiels, en des grands lacs desséchés ? Restera-t-il au moins quelque gibier invasif pour satisfaire la dérive carnivore de l’homme omnivore ? Comment cibler un dernier petit oiseau à abattre dans un ciel de tempêtes où ne voleront plus que des billets de dollars et d’euros enfin nuls et non avenus !

En cas de cyclone ou de tsunami, les enfants de nos enfants ne pourront même plus prendre de risques pour gagner un dernier petit sou en filmant l’apocalypse pour le compte d’une quelconque CNN dont les patrons auront été illico presto sidérés sains et saufs pour l’ailleurs d’un autre part planétaire, embarqués de justesse vers un utopique projet d’alunissage signé Virgin Galactic.

Fable ou prophétie ?

En tout état de cause, l’inverse m’étonnerait, un nouvel âge d’or, de providence et d’amour partagé semble improbable pour quand nous en aurons fini avec tout ce qui bouge, avec tout ce qui pousse, quand nous serons rassasiés de goinfrer, de consommer, de consumer, de déféquer. Alors, faut-il encore procréer pour peupler un futur à l’image d’une fosse commune planétaire ?

Un temps d’errance dans un monde de poussières

À force de vouloir s’acharner coûte que coûte à imposer à la nature un aveugle rendement, à violenter les subtils équilibres, à chambarder les horizons millénaires du sol, à nier les évidences écosystémiques, à semer aux quatre vents mille et une molécules malfaisantes, notre civilisation du profit forcené avait pourtant déjà reçu d’innombrables avertissements, vécu de cuisants revers de manche. Ces coups de semonce n’auraient pas suffi. Souvenons-nous, pour le moins, du grand exode nord-américain du dust-bowl qui était une réponse à la violence agraire exercée par les nouveaux colons avides et sourds aux conseils des Améridiens. Comble de l’ironie, il survint durant la grande dépression économique. Le dust-bowl est un phénomène d’élévation dans l’atmosphère de millions de tonnes de poussières de terre agricole du fait de l’érosion éolienne. La mauvaise utilisation des terres, accentuée par une sécheresse récurrente, est chaque fois la cause de ces dramatiques tempêtes qui rendent incultivables des millions d’hectares de terres arables devenues pulvérulentes et qui provoquent l’exil de centaines de milliers de personnes. Dans les années 1930, le premier dust-bowl a sévi durant une dizaine d’années, avec de considérables nuages de sable et de poussières obscurcissant le ciel. Chassées du Kansas, de l’Oklahoma, du Texas, du Nevada, du Nouveau-Mexique et de l’Arkansas, ensablées et dépossédées, sans abri et affamées, à pied ou en charrette, 2 millions de personnes – bible anti-écologique à la main - se déplacèrent alors en masse à la recherche de terres accueillantes plus à l’Ouest. À la fin des années 1980, les grandes plaines d’Amérique du Nord durent subir le retour des mêmes méfaits. Ces dernières années, notamment en 2011, d’autres séquences du même cauchemar se sont manifestées dans plusieurs états.

L’harmattan est un alizé chaud, sec et poussiéreux d’Afrique de l’Ouest qui souffle vers le sud en provenance du Sahara. Il obscurcit l’atmosphère durant plusieurs jours, favorisant au Sahel les épidémies de méningite en fragilisant les muqueuses et provoquant ainsi le passage du méningocoque dans le sang. L’actuelle désertification des régions sahéliennes par l’abandon des cultures vivrières au profit d’un nouvel usage agricole intensif, imposé par l’agronomie de rente et non-approprié aux terres sèches, ne fait qu’augmenter le phénomène. Ce vent tend aussi à devenir transocéanique et ses nuages de milliards de tonnes de poussières d’un brun rougeâtre avaient été suivis avec étonnement en 1994 par des astronautes en orbite. Quand la désertification viendra à dominer la surface de la Terre, on imagine alors les cataclysmes atmosphériques, leurs conséquences en transferts alarmants et leurs pressions sur la capacité alimentaire globale. C’est ainsi qu’au printemps 1998, lorsque des nuages de poussières envahirent l’Ouest des États-Unis, de l’État de Washington jusqu’au Texas, les météorologues furent perplexes. Ils ne pouvaient déterminer l’origine de toute cette pollution, dont l’étendue et l’épaisseur asphyxiaient les campagnes. La conclusion des études entreprises est qu’elle devait provenir de Chine où une tempête de sable dévasta certaines régions durant trois jours et que les alizés auraient véhiculé vers l’est, jusqu’à franchir le Pacifique.

En voilà bien du vécu apocalyptique, et non un oracle de déraison d’un éco-Nostradamus ! Mais il se trouve encore aujourd’hui quelques thuriféraires aux instincts collabos tels qu’ils s’acharnent à un dangereux négationnisme du réchauffement annoncé, qu’ils dénient les évidences que tout un chacun se doit de prendre en compte à l’heure où commencent à déferler les premières hordes de réfugiés de l’environnement, même si du fond de nos privilèges bunkérisés, et tout en urinant nos pesticides, ils ne nous font - apparemment - ni chaud ni froid.

Générations orphelines


Il serait oiseux de prophétiser un hiver nucléaire ou de prédire la fantastique collision de notre globe avec un astéroïde géant pour voir l’avenir en noir et blanc. L’imprudence nous a conduits si loin qu’elle a discrédité le sensationnel et la fiction, nous sommes blindés, nous avons quasiment banalisé l’apocalypse. Les symptômes pressentant la mort du cygne sont quotidiens. Une danse macabre à laquelle il faudra s’accoutumer.

Quand j’étais enfant, les bagnoles américaines, enfin étatsuniennes, avaient la côte parce qu’elles étaient immenses, exubérantes. Les Buick, Studebaker, Plymouth, Pontiac, Chevrolet, Cadillac… consommaient énormément d’essence, le pétrole coulait à flots, pourquoi donc l’économiser, l’homme devenu moderne venait de contracter une paranoïa énergivore qui lui faisait défier la finitude des ressources. Aujourd’hui, ce même imbécile se fait de nouveau va-t-en guerre pour, sous n’importe quel fallacieux prétexte, saigner l’Irak, la Libye, le Nigéria et y piller l’or noir lui permettant de poursuivre l’insensé gaspillage. Tout en accusant de piraterie les Somaliens auxquels nous dérobons le poisson.

Ce texte est rédigé en Andalousie où je réside. L’Espagne va mal. Aussi mal que peuvent aller les jeunes démocraties européennes brut de décoffrage de récentes dictatures indécentes comme la Grèce ou le Portugal, et qui se sont lâchées dans un fol engouement qui généra une bulle spéculative, notamment sur le marché de l'immobilier, et qui finalement explosa. Enivrée par 50 millions de badauds touristiques et phagocytée par une corruption nourrie au biberon de l’argent de l’Union européenne, l’Espagne a construit 49 aéroports pharaoniques, dont 35 ont fermé peu après leur ouverture. Aujourd’hui, plus de 4 millions de maisons invendables sont vides et les excès de la bulle immobilière se monteraient à quelque 500 milliards d'euros. Avec le passage de relais des technocrates d’une démocratie immature, on appelait cela le miracle économique espagnol. Une moitié du pays agricole est sous perfusion OGM, l’autre moitié cultive hors-sol, le tout à l’export pour d’autres européens complices et cobayes. L’Espagne produit industriellement 500.000 tonnes de fraises artificielles en orée du Parc de la Doñana (500.000 oiseaux d'eau, une des dernières populations du lynx pardelle…) et toute la réserve qui n’en est plus une est victime d’eutrophisation et d’innombrables pollutions. Les fraisiculteurs utilisent du bromure de méthyle, ancienne arme chimique lors de la Première Guerre mondiale ! En Estrémadure, on fait murir des cerises d’hiver au fuel. Entre les buildings vacanciers de la frange côtière méditerranéenne, on surproduit des fruits tropicaux. L’entièreté du littoral est bétonnée, bitumée. Le pays est saupoudré de millions de piscines, de milliers de terrains de golf… Les touristes ne viendront bientôt plus, le fric a été dilapidé, la précarité s’installe. Quel possible retour à la terre après que l’agriculture traditionnelle ait été partout éradiquée, que les sols sont empoisonnés, dégradés, stérilisés, galvanisés… ?

L’IUCN vient de revoir ses listes rouges à la hausse…. Une humanité qui devient comptable à ce point du déclin des espèces est une humanité au bord du gouffre. Il ne reste plus que 5000 orangs-outans pour 250 millions d’Indonésiens (126 habitants au km2) parce que des milliards de consommateurs vivent enrobés d’huile de palme ou qu’on cherche à les faire rouler aux agrocarburants. Le WWF, première vitrine environnementale de la pantomime capitalisme, vient de cautionner le plus formidable blanchiment vert des annales de l’imposture : un nouveau contenant couleur banquise pour les cannettes de Coca-Cola, et ce, au bénéfice du sauvetage des ours polaires ! Fallait oser ! Peu après, le même WWF crée l’évènement en héliportant vers nulle part quelques derniers rhinocéros noirs d’Afrique du Sud… Effet bœuf sur des donateurs immensément naïfs.

Quand la moitié d’une humanité surnuméraire de 7 milliards d’âmes se rend volontairement malade par excès de nutrition, et que l’autre moitié souffre d’une malnutrition par défaut, tout cela a un goût amer de fin de récré.

Selon l'OMS, la quantité adéquate d'eau potable représente au minimum 20 litres d'eau par habitant et par jour tandis qu'on entend généralement par « accès raisonnable », une eau potable disponible à moins de quinze minutes de marche… On estime que 900 millions de personnes dans le monde n'ont pas accès à l'eau potable. 900 millions, tiens, c’est le chiffre des sous-alimentés. Quand on ne mange pas, pourquoi boire ?

Nous sommes en train de détricoter, de découdre l’alphabet génétique… En trente ans, la planète s’est endeuillée de 30 % de sa diversité naturelle. Les biocénoses des forêts tropicales et tempérées ont décliné de 12 %, les espèces d’eau douce de plus de 50 %, celles marines de 35 %. Pour 99 % des espèces menacées, l’homme est l’unique prédateur. Dictature sans dictateur, la mondialisation orchestrée par la civilisation monothéiste ultralibérale est un redoutable laminoir de biodiversité. Notre humanité est en voie de se faire à elle-même le coup des dinosaures d’il y a 65 millions d’années. Ce que nous voyons encore aujourd’hui, nos enfants ne le verront pas demain. Ce déshéritement n’est-il pas le plus intolérable des crimes ?

La Terre parle, les hirondelles ne font plus le printemps, c’est la grande hécatombe, nous agissons en sorte de provoquer une rupture des stocks du vivant. Disparités, dévastations, pollutions, iniquités, maltraitances…, une interminable énumération d’effets collatéraux de nos civilisations triomphantes contribue désormais à l’effroyable destin du jardin planétaire. Nous faisons vivre à la planète vivante une sorte d’apoptose sans suite, à savoir que nous en grillons une par une les composantes biologiques. C’est chaque fois une maille qui saute d’un grand tissu vivant. Le monde réel creuse un abîme entre l’individu et la vie. Il y a une fractalité de l’univers dans ce drôle d’animal déraisonnable qu’est Homo sapiens, irrésistiblement poussé à voir plus loin. La Terre est une île, elle n’a pas son pareil et nous en sommes tributaires. Nous nous autodétruisons, nous sommes nos propres fossoyeurs. La compilation apocalyptique de communiqués de déroute et de chiffres affligeants, en provenance d’une planète en déliquescence, sont pour la plupart issus d’organisation mondialement reconnues comme l’UNESCO, la FAO, l’OMS, ainsi que de différents ouvrages et rapports d’experts spécialisés. Souvenons-nous que l’un des pronostics du rapport affiné d'avril 2007 des 2.500 chercheurs du GIEC (groupe intergouvernemental de l'ONU sur l'évolution du climat) affirmait que plus de 3 milliards de Terriens n'auront rien à boire et rien à manger d'ici 2100. Derrière la porte verte, il n’y a plus rien, juste un dernier battement d’aile. De quoi avoir mal à la Terre, vraiment.

L’économie n’est pas à 100 % hors-sol. Alors, pourquoi parler de crise systémique alors qu’elle est aussi et surtout écosystémique ? Les gens à naître auront plus à souffrir qu’à choisir. Dès ce jour, les enfants n’ont aucune nécessité de préparer un avenir qui n’aura pas de futur. Orphelines du vivant et des ressources primordiales, les générations futures seront dans la dèche. Écoles et universités peuvent désormais rester portes closes.

S’il faut tourner la page, comment envisager un retour aux champs avec une perte incommensurable de fertilité, l’oubli des modes et coutumes d’antan et en sachant que nous avons commis l’imprudence d’atteindre un nombre de bouches que seul une agriculture intensive et dopée par la pétrochimie saurait nourrir ! Le pire a été commis pour que, telle une trappe, le cercle vicieux se referme sur nous.

Aujourd’hui ça va mal, demain ce sera pire. Mais on dit que le pire n’est jamais certain… Vision innocente d’un futur décomposé…, pourtant, gouverner, c’était prévoir ! À nos escrocs psychopathes, l’humanité reconnaissante.

« Tu es la plus drôle des créatures en somme, / Plus drôle que le poisson qui vit dans la mer / Sans savoir la mer, / Et s'il y a tant de misère sur Terre, / C'est grâce à toi, mon frère, / Si nous somme tiraillés, épuisés, / Si nous sommes écorchés jusqu'au sang, / Pressés comme la grappe pour donner notre pain / Irai-je jusqu'à dire que c'est de ta faute ? / Oh non ! / Non, mais tu y es pour beaucoup, mon frère ». Philippe Gérard, chanté par Yves Montand.

Mon frère

http://www.youtube.com/watch?v=s0JtuxiuOL0





Casse-têtes
http://www.youtube.com/watch?v=iUqIG3vjr9M




Source de l'article :
http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-orphelins-de-gaia-104…
_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:31    Sujet du message: Observation de l'émergence d'une nouvelle civilisation

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> sur le sentier -> thèmes de réflexions en cours Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky