Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Le mercure, un poison qui rend fou‏‏

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> santé- et vie en société -> santé, soins
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
damejane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 6 013

MessagePosté le: Ven 23 Avr 2010 - 22:15    Sujet du message: Le mercure, un poison qui rend fou‏‏ Répondre en citant

.


Le mercure, un poison qui rend fou‏‏

[SOS-discussions]
De :terresacree@googlegroups.com
au nom de Jean Pierre Choisy
Envoyé :ven. 19/03/10 06:08
À :damejane





Sent: Saturday, May 16, 2009 12:14 PM
Subject: Le mercure, un poison qui rend fou


Fortement toxique, le mercure altère irréversiblement le système nerveux, nuit au développement des embryons, entraîne des pathologies graves, même à des taux d’exposition bas. Mais malgré la sonnette d’alarme tirée par les scientifiques, les autorités sanitaires ne jugent toujours pas urgent d’interdire les amalgames dentaires. Pire, alors que les thermomètres à mercure, jugés trop dangereux, ont été retirés de la vente il y a maintenant dix ans, voici qu’on introduit en douce dans nos foyers une autre source d’intoxication au mercure, les lampes basse consommation.

* Métal létal : Ne cherchez plus le coupable

Irritabilité, nervosité, perte de la mémoire immédiate, insomnies, fourmillement des mains, sentiment de brûlure constante avec endormissement des membres inférieurs, léger tremblement des mains. Mais aussi saignement des gencives, mauvaise haleine, sentiment de brûlure sur les lèvres, la langue et le visage, abcès buccaux. Dans la région de la tête, vertiges, sifflements des oreilles, troubles de l’audition, baisse de la vision des contrastes et des couleurs. Outre des symptômes légers, on soupçonne le mercure d’induire des infections virales, des mycoses, la tuberculose, des cancers, la sclérose en plaques, des maladies auto-immunes, des dérèglements de la glande thyroïde, des maux de tête, des allergies inexpliquées, des problèmes dermatologiques, pieds et mains froids, suées nocturnes.

Les voies de pénétration du mercure dépendent de sa forme chimique. Ainsi, les vapeurs provenant de ce métal sont liposolubles. Elles diffusent facilement à travers la membrane des alvéoles pulmonaires par inhalation puis passent dans le sang. L’absorption peut atteindre 80 %. Une partie des vapeurs peut traverser la cavité nasale et remonter jusqu’aux bulbes olfactifs, puis gagner le système nerveux central : cerveau, hypothalamus, et surtout hypophyse. L’absorption après ingestion est quant à elle de 90 % à 100 % au niveau du tractus intestinal. Certains composés organomercuriques, ainsi que le mercure métallique, peuvent traverser la peau. On se souvient de la mort accidentelle en 1996 d’une chimiste américaine après absorption percutanée à travers un gant en latex.

* Il est passé par ici, il repassera par là

Le mercure absorbé se retrouve dans le sang. Là encore, le transport, la métabolisation et la toxicité vont dépendre de la forme chimique du métal.

Absorbé au niveau des poumons ou des cavités nasales, il traverse facilement la barrière hémato-encéphalique et se retrouve dans le cerveau, où il est oxydé et piégé dans le tissu cérébral. Il franchit aussi facilement la barrière placentaire.

Sous sa forme ionisée, le mercure est transporté de la même manière dans le plasma sanguin, complexé avec l’albumine. Et dans les hématies, après s’être lié avec l’hémoglobine et le glutathion. Ne pouvant sous cette forme traverser facilement la barrière hémato-encéphalique et la barrière placentaire, il s’accumule dans les organes, particulièrement le foie et les reins.

Lorsqu’il est absorbé sous forme de cation, le mercure passe à 90 % dans le sang. Une partie traverse la barrière hémato-encéphalique, mais la plus grande partie suit un cycle entéro-hépatique : foie, bile, intestin. Très lipophile, il passe facilement la barrière placentaire.

* Mutations, aberrations chromosomiques

L’activité cytotoxique du mercure est liée d’une part à sa grande affinité pour le soufre, qui entraîne la modification de la structure des protéines (enzymes, récepteurs d’hormones et de neuromédiateurs, myéline) et le blocage de leur activité. Et d’autre part à sa capacité à entrer en compétition avec le zinc, inhibant ainsi les enzymes spécifiques à ce métal indispensable à l’organisme.

Aussi, le mercure inhibe les systèmes de protection cellulaire contre les radicaux libres. Et provoque la lyse des membranes cellulaires.

Des effets clastogènes (aberration chromosomique structurelle) du mercure ont été observés dans des lymphocytes, les globules blancs du sang, qui interviennent dans la réponse immunitaire, chez des sujets ayant ingéré des poissons contaminés par du méthylmercure : cassure de chromosomes, chromosomes surnuméraires…

Mais ce n’est pas tout. Les scientifiques ont découvert que le mercure perturbe la synthèse de l’ADN, qu’il a une action mutagène et qu’il aggrave les effets des rayonnements ionisants en inhibant les mécanismes de réparation de l’ADN cellulaire, tout en stimulant la production d’anticorps anti-ADN.

* Du méthylmercure dans les poissons de haute mer

Il convient par précaution d’éviter de consommer plusieurs fois par mois des gros poissons de haute mer comme la daurade, l’espadon, le marlin, le requin, le thon. Mais aussi les poissons prédateurs d’eau douce, comme le brochet, qui peuvent également être contaminés. Un poisson contaminé peut contenir jusqu’à 23 mg de mercure par kg de poids humide soit près de 100 000 fois la concentration de l’eau environnante.

* Vaccins, gouttes ophtalmiques, crèmes de blanchiment

En 1527, Paracelse préconisait déjà le mercure en poudre comme principe actif d’onguent pour guérir la syphilis. C’est l’arrivée de la pénicilline qui a mis un terme à cette utilisation. Autre remède largement utilisé par nos ancêtres, le calomel (chlorure mercureux) toxique par ingestion, inhalation et par contact et qui était préconisé au XVIIe siècle comme diurétique et purgatif. C’est ce produit qui aurait causé la mort d’Agnès Sorel, favorite du roi de France Charles VII et dont l’autopsie, effectuée en 2004, a révélé une grave intoxication au mercure. Plus récemment, en 1996, des cas d’intoxications mercurielles dues à la présence de calomel ont été rapportés aux États-Unis près de la frontière mexicaine. Le produit incriminé est une crème de blanchiment fabriquée à Mexico et renfermant plus de 8 % de mercure en masse. En Afrique, l’utilisation de ce type de crèmes, qui contiennent souvent du calomel, est en passe de devenir la deuxième cause de mortalité des femmes peu après le paludisme.

Plus pernicieux, le thiomersal, un sel composé d’éthylmercure et de thiosalicylate, fréquemment utilisé comme anti-infectieux et conservateur pour assurer la stérilité de préparations médicales telles les gouttes ophtalmiques ou nasales, les solutions pour lentilles ophtalmiques, les immunoglobulines et, plus grave, les vaccins pour enfants et nourrissons. De nombreux effets secondaires lourds ont été signalés à maintes reprises.

À titre de précaution, mais surtout à cause de l’indignation d’organismes de santé indépendants et du mécontentement public, les laboratoires tendent aujourd’hui à limiter au maximum son usage dans les vaccins au profit d’autres conservateurs. Les enfants ne sont pas seuls concernés. Le thiomersal est actuellement présent à l’état de traces dans tous les vaccins contre la grippe (comme la Fluvirine du laboratoire Celltech Pharma), mais aussi dans tous les vaccins monovalents contre l’hépatite B et dans les vaccins antitétaniques, la diphtérie ou encore la coqueluche.

* Amalgames dentaires : ils vous plombent à vie

Interdit en Norvège depuis janvier 2008, reconnu toxique par la FDA américaine, l’amalgame dentaire, un matériau utilisé en dentisterie depuis plus de 150 ans et composé principalement de mercure, d’argent, de cuivre et d’étain, est largement toléré en France. La position officielle des autorités sanitaires est que le mercure contenu dans les amalgames est parfaitement confiné et qu’il ne peut donc pas migrer dans l’organisme. Chaque amalgame dentaire contient environ un gramme de mercure. On est au-delà des normes de sécurité préconisées en Europe.

Notre conseil : optez toujours pour des obturations en composite ou en céramique qui allient esthétique et innocuité. Si votre dentiste doit déposer vos amalgames, il faudra vous protéger préventivement au moyen d’un chélateur de type charbon actif. Et que toutes les précautions nécessaires soient prises, comme la ventilation forcée du cabinet.

* Ampoules basse consommation : attention à la casse

Quant aux ampoules basse consommation dont on nous rebat les oreilles pour leurs vertus écologiques et économiques et qui sont censées remplacer les lampes à incandescence à partir de 2010, sachez qu’elles contiennent chacune une moyenne de 3 mg de mercure à l’état gazeux.

Un peu vite estampillées écolo, ces ampoules sont de véritables bombes à retardement. Non contentes d’être hautement dangereuses pour la santé et pour l’environnement si vous avez le malheur de les casser, elles émettent des champs magnétiques et des radiofréquences, diffusent une lumière jaunâtre désagréable et sont longues à l’allumage…

Un bon conseil, continuez à utiliser vos ampoules à incandescence et n’hésitez pas à en faire une réserve en attendant que les diodes électroluminescentes (LED) soient vraiment au point.

* Peut-on se débarrasser du mercure ?

Il n’existe aucune fonction métabolique pour laquelle on sache que le mercure serait indispensable. Il faut donc s’en débarrasser. Le traitement allopathique se fait par chélation. Les chélateurs les plus couramment utilisés sont le DMSA (acide dimercaptosuccinique) et le DMPS (acide di-mercaptopropane sulfonique). Le DMSA est administré oralement. Il est soluble dans l’eau, très peu dans les lipides. C’est pour cela qu’on l’associe à l’acide alphalipoïque liposoluble qui traverse parfaitement la barrière encéphalique. Attention, mal pratiquée, la chélation peut se révéler plus nocive que bénéfique. Le DMSA est en effet non seulement un chélateur des métaux lourds mais également un chélateur des minéraux. Avant le traitement, il faut donc supplémenter en oligo-éléments zinc et sélénium en particulier. Par ailleurs, comme l’exposition chronique aux vapeurs de mercure déprime les stocks de vitamine C dans les glandes surrénales, et diminue du coup la réponse de l’organisme au stress et aux infections, une supplémentation en vitamine C sous formes lipo et hydrosoluble est essentielle à une détoxification systémique du mercure.

La médecine naturelle utilise les plantes et les algues comme antidote.

* L’extrait d’ail, très concentré en allicine, se révèle utile dans l’élimination progressive de faibles niveaux de mercure dans l’organisme.

* Et le charbon activé est souvent prescrit immédiatement avant et après la procédure d’élimination des amalgames dentaires pour aider à absorber le mercure libéré et à prévenir sa recirculation entéropathique

* L’ail des ours, la coriandre sont souvent préconisés par les naturopathes pour se débarrasser du mercure. Mais aucune étude scientifique n’a été faite.

* La chlorelle, une micro-algue verte, a la réputation d’éliminer les métaux lourds de l’organisme, mais là encore aucune étude scientifique ne l’a encore démontré. De plus, il semblerait que la chlorelle soit elle-même naturellement chargée en mercure.

.

_________________
La vérité est la lumière de feu que te dicte ton coeur.
"Shanti-Om"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 23 Avr 2010 - 22:15    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    sur le sentier Index du Forum -> sur le sentier -> santé- et vie en société -> santé, soins Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky